Christiane Barret, préfète de région... entre Semur-en-Auxois et Flavigny-sur-Ozerain !..

26 septembre 2016

Christiane Barret, préfète de région Bourgogne Franche-Comté était accueillie par les maires de Semur-en-Auxois et Flavigny-sur-Ozerain pour une visite de ces deux communes emblématiques du patrimoine historique en haute Côte-d’Or. L’occasion pour Madame la préfète de découvrir un territoire insoupçonné et d’aller à la rencontre d’une entreprise familiale réputée dans le monde entier. Joël Bourgeot, sous-préfet de l’arrondissement de Montbard, accompagnait ce périple sur des terres qu’il affectionne tout particulièrement.

 

 

 

C’est par un déjeuner au musée de Semur-en-Auxois qu’a commencé cet après-midi entre les deux cités médiévales. L’occasion pour Catherine Sadon, maire de Semur-en-Auxois, de rappeler les enjeux forts de sa commune sur ce territoire et de présenter les dossiers importants que la ville souhaite mettre en place pour les années à venir, qu'il s'agisse de patrimoine ou d'économie, de culture, de sport, de scolaire, de santé entre autres pour rendre la commune attractive.

 

CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESAvant de rejoindre le théâtre de Semur, Christiane Barret a fait une halte à la Tour d’Orle, la fameuse tour fendue et ses 42 mètres de haut, 5 mètres d'épaisseur à la base et 4 niveaux dont 3 avec une ouverture en archères et 1 niveau percé de baies de créneaux et d'ouvertures géminées. Une tour musée où on peut découvrir les collections de la société savante réparties sur quatre niveaux, la salle d'armes, le musée technologique, la bibliothèque, la salle de conférence. L'intérêt premier de cette tour d’orle ou tour Lourdault réside dans son rôle de pièce maîtresse du donjon semurois, donjon qui était composé de quatre tours reliées entre elles par des courtines.

C'est aussi l'ancienne entrée fortifiée de la ville pour les gens qui arrivaient du pavé Saint-Lazare en passant par le pont Dieu et la rue des Vaux. Ils rejoignaient ainsi le bourg Notre-Dame. En 2010, le sous-sol a été ré-ouvert à la visite avec un accès sur une estacade reconstruite. La cour de l’école des remparts offrait à Madame la préfète un point de vue à couper le souffle sur la vallée de l’Armançon et les belles toitures semuroises.

Un arrêt au théâtre a permis d’évoquer les travaux de réhabilitation en cours de cette jolie salle à l’italienne, aux murs et plafonds peints. Un chantier d’envergure à l’occasion duquel les 310 sièges ont été mis en vente aux enchères par lot de trois. A Semur, on aimerait voir la réouverture du théâtre en 2017 et la municipalité travaille d’ores et déjà à une programmation.

 

    CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

 

Parmi les chantiers importants figure celui des remparts. En effet, 14 ans après l’effondrement en 2002 d’une partie du rempart qui composait la courtine nord du donjon médiéval, classé monument historique depuis 1840, un étaiement de sécurisation avait été mis en place, plusieurs fois consolidé. Un marché de maîtrise d’œuvre a été conclu le 2 mai 2011 avec l’agence d’architecture semuroise Archipat et le bureau d’études Synapses. Parallèlement, un protocole d’accord a été obtenu avec les deux propriétaires des maisons d’habitation, situées au-dessus du rempart effondré, afin de mettre fin au litige entamé devant les tribunaux depuis 2003 et de résoudre les difficultés juridiques relatives à la propriété du rempart. Il a été accepté, par les habitants, l’État et la Ville. 

    
     CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

 

C’est l’apogée d’une longue procédure administrative et le début d’une autre, plus concrète … le lancement des travaux. Le chantier colossal visera à restaurer et consolider le mur de la courtine nord du donjon médiéval. Le début des travaux est espéré avant la fin de l’année, pour un coût d’environ 630 000 €. François Peyre, architecte du patrimoine, responsable de ces deux chantiers, a pu expliquer les contraintes techniques hors normes du chantier des remparts qui nécessite l’expertise d’ingénieurs et de maçons rôdés à ces ouvrages. Ce type de travaux avec des maisons au-dessus est rare et mis à part ceux de Saumur et nous, il n’y en a pas d’autres en France.

Semur-en-Auxois sera donc « débarrassée de cette verrue qui défigure l’entrée de la ville ». Christiane Barret a affirmé vouloir être attentive à ces préoccupations et suivre de près l’héritage historique de la ville qui en fait incontestablement un attrait touristique de la région ainsi que le développement économique du territoire.

   

    CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

 

 

A Flavigny sur Ozerain, c’est Dominique Bondivena qui recevait Christiane Barret et Joël Bourgeot dans une mairie flambant neuve, inaugurée quelques jours au paravent. Une mairie aux couleurs rafraichissantes où le défi de la modernité et de la préservation du patrimoine a été bien relevé. On trouve, dans le même bâtiment, la salle des fêtes, l’agence postale communale qui traite plus de 120 000 plis et courriers par an grâce à l’abbaye et à ses moines traducteurs de l’araméen ou du copte entre autres. Nadège y est employée communale, partageant son temps de travail en fonction des besoins, ce qui a permis de préserver son emploi et d’apporter un service public aux habitants qui y trouvent leur compte.

 

CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES20 000€ de travaux de rénovation et de mise en accessibilité du bâtiment constitue le montant de ce chantier, malgré tout allégé pour la commune qui n’a dû financer que 30 % de la somme grâce à plusieurs subventions. Une méthode efficace en matière de mise en accessibilité du site a été initiée par les élus et les architectes. En effet, il a été demandé au jeune Clément Troubat, habitant le village et se déplaçant en fauteuil, de prendre part aux réflexions sur le projet et de vérifier avec les équipes que tout l’édifice est bien conforme et adapté aux personnes à mobilité réduite. Plus attractif, plus accessible, et plus économique ce bâtiment répond aux besoins du village. Flavigny, dédiée à l’accueil des violoncellistes, reçoit à la salle des fêtes de nombreuses manifestations culturelles, concerts, conférences, master class…

 

100 000 visiteurs arpentent tous les ans les ruelles abruptes du village. L’église Saint Genest, au très beau campanile hexagonal, fait partie des incontournables du parcours des touristes où Christiane Barret a pu apprécier le rarissime jubé de dentelle sculpté, les stalles de bois aux miséricordes si originales, la figure du diable tourné d’une croisée vers le maître autel, le très bel ange souriant  de l’Annonciation ou encore les deux panneaux d'un triptyque du XVIème démembré représentant la Rencontre d'Abraham et de Melchisédech ou la Chute de la manne dans le désert. Une visite très privée guidée par Dominique Bondivena très en verve historique et maîtrisant son sujet. La totalité de l’église et de ses trésors est classée.

 

     CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

    CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

La visite de madame la préfète s’est achevé à l’abbaye Saint Pierre de Flavigny, sa fabrique d’anis et sa crypte carolingienne Sainte Reine du  VIIIème siècle unique en Europe. Fondée en 719 par un seigneur Burgonde, Wideradus, l'abbaye Saint-Pierre de Flavigny verra son déclin suite à un incendie en 1231. De nouveau prospère au XVIème siècle elle est définitivement abandonnée à la révolution. On pénètre dans la crypte par l'entrée sud qui abritait les reliques de : Saint-Priest, Saint-Amarin, et un fragment du manteau de l'archange Gabriel, puis à partir de 866 celles de Sainte-Reine. Elle est encadrée au Nord et au sud par deux bras terminés par des oratoires et prolongée par une rotonde orientale. Les fouilles ont mis à jour les colonnes de la chapelle Notre Dame des piliers et ses fondations circulaires. Son abside hexagonale a été élevée probablement au XIème siècle. Le culte des reliques de Sainte Reine attire les pèlerins et contribue à la prospérité de Flavigny.

 

    CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

L’histoire de ce village classé parmi les 100 plus beaux villages de France est intimement liée à l’anis depuis l’an 52avant Jésus-Christ, où César, futur empereur romain, offrit des terres à quelques-uns de ses soldats vétérans suite à sa victoire sur les Gaules. Flavinius reçut une colline qui porta son nom, Flaviniacum, nommée aujourd'hui Flavigny. César emmenant avec lui des graines d'anis pour soigner ses troupes, c'est probablement à ce moment à que l'histoire du célèbre bonbon commence. Une histoire racontée par Catherine Troubat, qui dirige la fabrique d’anis qui explique qu’en 1814, on dénombrait 8 fabricants d’Anis ayant pris la relève des moines à la fabrication du bonbon dans le village et dans l’abbaye. Peu à peu, un seul fabricant, Monsieur Jacques Edmond Galimard acheta les autres fabriques d’Anis du village pour n’en former plus qu’une seule au sein de l’ancienne abbaye. En 1923, Jean Troubat reprend la fabrique d’Anis, succédant ainsi à la famille Galimard. C'est ainsi, qu’aujourd’hui comme hier, riche du savoir-faire hérité des moines de l’Abbaye, toute l’équipe de la fabrique s’anime avec la même envie de faire vivre Les Anis.

80 000 personnes par an se pressent à la fabrique faisant de ce site un des 10 premiers sites alimentaires visités en France. Catherine Troubat a fait part de ses projets à Christiane Barret qui a noté que la construction de l’unité de stockage permettra de valoriser les aspects historiques et patrimoniaux de l’abbaye.

 

    CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

 

 

Christiane Barret, préfète d’une grande région

 

Le gouvernement a procédé à un vaste mouvement dans la préfectorale, lors du Conseil des ministres du mercredi 16 décembre 2015. Il a nommé notamment les préfets des nouvelles régions qui ont vu le jour le 1er janvier 2016. Ces changements d'affectation, intervenus lors du premier Conseil des ministres suivant les élections régionales, sont entrés en vigueur au 1er janvier. Le Conseil des ministres a par ailleurs entériné le changement de préfet pour près d'une vingtaine de départements. Christiane Barret une préfète d'origine parisienne, installée à la préfecture de la région Bourgogne Franche-Comté. Elle est aussi préfète de Côte-d'Or. Enarque de la promotion Henri François d'Aguesseau, Christiane Barret a déjà occupé plusieurs postes de haut fonctionnaire. A titre personnel, elle était une proche de petite sœur des chiffonniers, Sœur Emmanuelle qui a marqué sa vie personnelle et professionnelle.

 

 

     CHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNESCHRISTIANE BARRET PREFETTE DE REGION 2016 PAR MARIE QUIQUEMELLE ECHO DES COMMUNES

 

 

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

 

m.quiquemelle@echodescommunes.com

mariequiquemelle@gmail.com
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Communes, un patrimoine en danger !
« Faisons cause commune le 19 septembre prochain partout en France...
Neuf communes de Côte-d'Or reconnues en état de catastrophe naturelle
François SAUVADET dans un communiqué de presse salue la...
Projet de parc éolien des "Genèvres"
Christiane BARRET, préfète de la région Bourgogne...
Visionnaires ou un peu folles ? Leuglay, Voulaines les Templiers accueillent Joel Bourgeot...
Leuglay, Voulaines Les Templiers, deux villages au cœur du...
Avec La Poste, Seurre inaugure sa nouvelle Maison de Service Au Public.
La continuité de l’accès des services au public...
Etat de catastrophe naturelle, Saulon-la-Chapelle reçoit un avis défavorable.
Suite à la sécheresse qui a frappé le département...
Christiane Barret : « Vivons la commune autrement ! »
C’est un peu le marronnier depuis des mois : les élus locaux...
Je veille, tu veilles, nous veillons, ils veillent... la 86ème Convention de Participation Citoyenne de Côte d'Or a été signée à Marigny le Cahouet
Contribuer à la sécurité de son territoire en...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.