CDPPT... La Poste revisite ses missions... entre défis et renouveau toujours au plus près du service au public !

CDPPT... La Poste revisite ses missions... entre défis et renouveau toujours au plus près du service au public !

Contact :

 

Délégation Régionale Du Groupe La Poste En Bourgogne-Franche-Comté

 Kildine BATAILLE

Déléguée aux relations territoriales de Côte d’Or

Déléguée au développement régional en charge de l’Engagement Sociétal

15 boulevard De Brosses

BP15185

21031 DIJON Cedex

Fixe : 03 80 50 62 98

kildine.bataille@laposte.fr

 

 

 


17 avril 2019

La Commission Départementale de Présence Postale Territoriale a 20 ans ! L’âge de raison et de renouveau pour la Poste qui doit faire face à de nombreux défis territoriaux, numériques, écologiques et concurrentiels. La CDPPT riche et forte de son réseau de bureaux, d’agences, de points relais et de ses postiers qui parcourent chaque jour toutes les communes de France… Une spécificité qui permet l’exercice des missions de service public auxquelles chacun est attaché. Avec les membres de la CDPPT de Côte d’Or Patrick MOLINOZ, son président, veille dans la limite de champ d’action de la CDPPT, à ce que les réponses apportées à ces défis ne le soient pas au détriment du service public. Une mission de service public, notamment en milieu rural… mais pas que… à laquelle sont attachés les membres de la CDPPT de Côte d’Or !

La commission départementale de présence postale territoriale (CDPPT) est  donc une instance de concertation et d’information entre La Poste et les élus. À l’occasion de rencontres régulières, la commission est informée par La Poste de ses projets et doit s’assurer de l’application du contrat de présence postale signé  par  l’Association des Maires de France, l’État et Le Groupe La Poste renouvelé tous  les trois ans. Pour Patrick MOLINOZ, président de la CDPPT de Côte- d’Or, maire de Venarey-les- Laumes, président de la communauté de communes du Pays d’Alésia et de la Seine, vice-président du conseil régional, 2019 est une année importante pour La Poste et pour la commission départementale de présence postale territoriale (CDPPT). « Il s’agit, au travers de cette commission d’affirmer la volonté de La Poste d’associer les territoires sur le sujet de la présence postale en formalisant un accord entre l’Etat, l’Association des Maires de France et la Poste. L’implication des parlementaires est donc indispensable pour une représentation nationale !» Le président de la CDPPT de Côte d’Or reste vigilant à ce que le travail entrepris ne se solde pas par de vaines promesses, mais bien par une réalité des faits et des engagements. « Un travail exploratoire s’ouvre dans chaque CDPPT de Bourgogne Franche-Comté, avec des réunions à Besançon et à Beaune pour le respect d’un équilibre territorial. Les préconisations qui émergeront des travaux de réflexions et de concertation entrepris dans le sens du renouvellement de la contractualisation en 2020, seront remontées à l’observatoire national qui aura à charge de valider ou pas les propositions des différents groupes de travail répartis dans toute la France.»

« Mon engagement en tant que président de CDPPT et que vice-président de l’AMF consiste bien sûr à nourrir le travail pour le futur contrat de présence postale. Mon rôle est de faire le lien avec La Poste au bénéfice des communes, et singulièrement des communes rurales, et de leurs habitants. La modernisation de La Poste et la diversification de ses activités et services ne doivent pas se faire au détriment de ses missions de service public. Au contraire le formidable réseau des facteurs et des bureaux peuvent être une chance pour les territoires ruraux, notamment avec la montée en puissance des outils numériques avec laquelle une partie importante de la population n’est pas à l’aise. Le lien humain, le contact direct, l’expertise et le savoir-faire professionnel de La Poste et des postiers sont des atouts à utiliser au mieux pour, entre autres choses, relever le défi de l’appropriation numérique par tous et le défi de la proximité de services difficilement accessibles pour de nombreux citoyens éloignés des villes. La poste doit aider à relever ce défi de la proximité. Avec l’association des Maires de France et à la tête de la CDPPT de Côte d’Or avec mes collègues élus je travaille dans ce sens. »

2019 est l’heure de préparer le renouvellement du Contrat de Présence Postale qui se signera en 2020. L’heure de réfléchir aux enjeux, aux buts, aux actions et à la méthodologie de mise en œuvre des points qui seront fixés localement puis nationalement pour répondre à de nombreux défis ! La Poste n’est plus un simple bureau ou un guichet … les postiers ne sont plus simplement agents, facteurs ou conseillers. Les rôles et fonctions se diversifient, s’étoffent pour répondre aux besoins de chaque territoire et de ses habitants. C’est donc le moment pour les membres de ladite commission de se rencontrer, d’échanger et de phosphorer ensemble ! Des négociations entre l’AMF, l’État et La Poste auront donc lieu en Côte d’Or, comme ailleurs. D’autre part, La Poste va finaliser son rapprochement avec la Caisse des Dépôts et Consignations, si la loi PACTE est votée. « C’est dans ce contexte, qu’avec les membres de la CDPPT, je souhaite renforcer en 2019 le rôle et les actions de la commission pour garantir la cohérence et l’accessibilité de l’offre postale dans toute la Côte-d’Or, dans les communes rurales et dans les quartiers politiques de la ville » précise Patrick MOLINOZ.

La seconde édition des « Assises départementales de la présence postale », prévue au printemps pour les maires et les gérant(e)s d’agences postales et de relais commerçants, doit être une occasion d’écouter très attentivement les remarques, propositions ou critiques des communes et agents.

Qui compose cette DCPPT ?

Représentants des communes

Patrick MOLINOZ, maire de Venarey-les-Laumes, représentant les communes de plus de 2 000 habitants, président de la CDPPT

Jean-Paul ROY, maire de Meursanges, représentant les communes de moins de 2 000 habitants, vice-président de la CDPPT

Luc BAUDRY, président de la communauté de communes des Vallées de la Tille et de l’Ignon, représentant les communautés de communes

Hamid EL HASSOUNI, adjoint à la mairie de Dijon, représentant les quartiers politiques de la ville

Représentants du Conseil Régional BFC

Saliha M’PIAYI, conseillère régionale

José ALMEIDA, conseiller régional

Représentants du Conseil Départemental de Côte d’Or

Paul ROBINAT, conseiller départemental du canton Talant Sombernon

Denis THOMAS, conseiller départemental du canton de Ladoix-Serrigny

Les membres de la CDPPT pourront s’appuyer sur

Joël BOURGEOT, sous-préfet de Montbard, représentant l’État.

Kildine BATAILLE, représentant La Poste et assurant le secrétariat général de la CDPPT

Les membres de la CDPPT de Côte d’Or se sont donc retrouvés à Beaune, non sans avoir invité quelques voisins régionaux, puisque le futur contrat sera signé pour l’ensemble de la Bourgogne Franche-Comté, pour confronter préoccupations territoriales, idées et moyens. Il en ressort de nombreuses pistes de réflexion communes. Drivés par Jacques PERRIER, Délégué régional du Groupe La Poste, les participants se sont pliés à des exercices dont ils ne sont guère coutumiers, comme le dessin, le collage de gommettes ou de post-it ! Méthode efficace qui a maintenu une ambiance conviviale d’échanges et de partages pour extirper une synthèse des grands axes que la CDPPT souhaite voir émerger au niveau local… si à la fin de l’année l’ensemble des ces pistes est validé au niveau national.

Alors sur quoi planchent nos élus en matière de présence postale, d’axes fondamentaux d’actions et de nouvelles missions ? 10 suggestions de travail ont alimenté les débats !

La contribution à l’aménagement du territoire, la gouvernance territoriale, la gouvernance de la mission, la mutualisation des partenariats, l’accompagnement des clients et des nouveaux usages, le numérique, l’accès au cash, le financement, l’innovation et l’expérimentation de nouveaux services et un « sujet 14 » concernant l’accompagnement personnalisé aux collectivités pour la partie bancaire, le développement d’un système de recherche des objets perdus par les usagers et le financement de l’adressage par les fonds de péréquation.

Les thèmes émergents ou les winners si vous préférez, qui seront travaillés tout au long de l’année pour poser des propositions concrètes devant l’observatoire national de la présence postale. Le numérique et ses déclinaisons, l’accès au cash et sa mise en œuvre, la mutualisation des partenariats et sa méthodologie.

L’accompagnement numérique a remporté l’intérêt de tous sur différents axes. Porter un regard différent sur le numérique, privilégier un accompagnement humain, renforcer le réseau des MSAP (à relire ICI) en s’appuyant sur celles existantes (mutualisation des moyens et des énergies humaines), fédérer les partenaires que sont La Poste, les acteurs locaux et l’Etat pour un meilleur service aux usagers. Il s’agirait donc de pousser les expérimentations pour lutter contre la fracture numérique ou pour inventer de nouvelles formes de mutualisations, avec, par exemple, des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS), peuvent faire émerger des réponses concrètes aux besoins des citoyens, notamment ceux les plus éloignés du numérique et en tenant compte également de la réalité physique pour les seniors et les personnes en situation de handicap ! On songe aussi à un salon local de l’innovation pour communiquer et informer...

L’accès au CASH qui demeure un souci notamment en milieu rural.

Il a été évoqué le plafond bas des retraits qui déstabilisent les personnes peu mobiles, qui ne viennent qu’une fois par mois retirer, en guichet, les espèces ont-elles ont besoin. Mais aussi le plafond de liquidités mis à disposition des agents de La Poste pour répondre aux besoins des usagers. Une vraie question, un vrai souci ! Des retraits rendus d’autant plus complexes quand un usager n’est pas majeur ou placé sous mandat de tutelle… Il s’agirait aussi de rendre plus aisé la remise de chèques qui tourne au casse-tête pour les entreprises et les associations ! Dans le même sens, il a été évoqué la plus grande facilité à disposer d’un TPE. L’idée a été évoquée de donner aux facteurs la possibilité de « l’apport cash » mais en se souciant de la sécurité des agents dans ce cas. On souhaiterait donc plus de souplesse pour rapprocher le service de l’usager au travers des nouvelles missions des facteurs (à relire ICI). Le souhait est celui d’une plus grande équité territoriale, pas d’usagers des villes et des champs, mais des usagers équitablement reconnus dans leurs attentes et besoins grâce à un service public rendu sans distinction.

La mutualisation des partenariats pour répondre aux besoins d’équité des usagers, c’est un vrai sujet complexe qui demande l’énergie volontaire de chaque acteur local et/ou institutionnel. L’idée serait donc de mutualiser des lieux, des permanences dans des endroits ciblés, de créer des guichet unique (rejoint les MSAP) avec pour enjeu crucial de maintenir les habitants là où ils ont envie de vivre sans se sentir exclu ou abandonné par le service public de proximité ! Une mise en œuvre qui ne pourrait se réaliser que grâce aux partages entre les élus et La Poste.

De nombreuses pistes à affiner, des stratégies territoriales à proposer, la CDPPT rendra sa copie définitive fin 2019…

Anne Marie JEAN est secrétaire générale de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes à Paris. Commission qui rassemble les députés et sénateurs chefs de file des groupes politiques sur ces domaines. Autorité politique du secteur, elle veille à un développement équilibré sur les territoires et assure la cohésion nationale sur des enjeux dépassant les sensibilités politiques et les spécialisations législatives (affaires économiques, finances, aménagement du territoire, défense, lois...). Elle entretient un dialogue permanent avec les acteurs, Etat, opérateurs, ARCEP, Caisse des Dépôts, fédérations, associations... et ce toutes tendances politiques confondues. Le secrétaire général assure la conduite de l'ensemble des travaux de la Commission pour un travail transversal assurant l’équité. Si la commission n’a pas de rôle législatif mais uniquement consultatif, elle se manifeste sur les sujets qu’elle estime important et a conscience que la Poste est « très attendue » sur le sujet du numérique. Lors de cette réunion beaunoise, Anne Marie JEAN est venue observer, entendre et confronter les approches territoriales de chacun. Au fur et à mesure des commissions qui se déroulent dans l’hexagone, elle prend note des nouveaux besoins et de la nécessité de faire « évoluer les objets face à ces nouveaux engagements possibles ».

Josiane CORNELOUP est, quant à elle, conseillère départementale de la 2ème circonscription de Saône et Loire, en charge des affaires sociales. Ancienne Vice-Présidente de la communauté de communes du Val de Joux, puis du Charolais et du Grand Charolais, et Vice-Présidente du Pays Charolais Brionnais, en charge des affaires sociales, de la santé, des personnes âgées et de la qualité de vie, de 2008 à 2017, très attachée à la démarche participative et à la grande ruralité de son territoire, elle plaide pour la proximité, le service public accessible à tous (en tenant compte de la réalité physique des personnes). Elle milite pour une équité des territoires pour lutter contre l’isolement et souhaite de vrais pôles de services en lien avec les acteurs des territoires, des bassins de vie pour trouver des solutions partagées et concertées. Pharmacienne, c’est en femme convaincue que le service public est gage d’attraction pour l’installation de nouvelles familles en milieu rural qu’elle s’est investie dans cette réflexion globale !

Florence HENRY, directrice du Réseau au siège de La Poste, participe à l’élaboration du contrat de présence postale pour la 3ème fois. Elle évoque la volonté, grâce à cette démarche participative, de conforter la concertation entre La Poste et les partenaires territoriaux. Au fil des années les thèmes évoluent, des stratégies méthodologiques ont créé de nouvelles dynamiques. Autrement dit, on ne fait pas du « sur place » ni de « l’entre soi » ce qui est motivant et enthousiasmant. Une confiance réciproque s’est installée entre les membres de la commission pour finaliser la matérialisation du prochain contrat. L’occasion aussi de se concentrer dur l’ADN de La Poste entre évaluations des réseaux et des services rendus.

La CDPPT se réunira de nouveau dans quelques semaines… à suivre donc !

 

Rédaction et crédit photos, tous droits réservé  ©Marie Quiquemelle

Agent de développement local

Formatrice en insertion professionnelle

Rédactrice free lance

    mariequiquemelle@gmail.com 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Bellefond investit pour le bien-être de ses habitants.
La crise vous connaissez ? A Bellefond on connait aussi, mais une gestion...
L'Association des Maires Ruraux de France valorise l'action communale rurale
L’Association des Maires Ruraux de France met en lumière les...
Gevrey-Chambertin inaugure son Pôle Administratif, poumon de la vie locale au service des habitants
La commune et la Communauté de communes de Gevrey-Chambertin ont...
Rencontres cantonales de Côte-d'Or... Quelles actions le Conseil Départemental mène-t-il à Brazey-en-Plaine?
Dans le cadre des rencontres cantonales de Côte-d'Or, François...
Catherine Louis et Charles Barrière, remparts de la ruralité.
Accueillis à Is-sur-Tille par Thierry Darphin, Catherine Louis et...
Gemeaux, un village en mutation.
Les habitants de la commune de Gemeaux se sont rassemblés autour de...
Haut débit, avec Orange, ça va surfer à Soirans !
Dans le cadre du programme Orange Territoires Connectés Bernard Tessier,...
La Communauté de communes Norge et Tille est en ordre de marche.
Le nouveau président, Ludovic Rochette a présenté ses...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.