Elections départementales, pourquoi voter !

27 janvier 2015

Les 22 et 29 mars 2015, auront lieu les élections départementales. Vous vous rendrez aux urnes pour élire vos représentants au sein de l'Assemblée Départementale de la Côte-d'Or. Quels sont les enjeux de cette élection? Pour mieux comprendre, nous vous proposons de découvrir ce qui va changer - Mode de scrutin, La nouvelle carte électorale, Le binôme . Connaissez vous les attributions actuelles du « Département » et son rôle si important dans l'organisation du territoire? Enfin, vous découvrirez dans ce dossier à partir du 6 février les candidats, canton par canton, en fonction de leurs souhaits à communiquer au sein de nos colonnes.

 

 

 

 

 

 

Le vote est un droit et un devoir... depuis 1791, le droit de vote a progressivement évolué.

Le droit de vote tel que nous le connaissons nous vient d’un mouvement révolutionnaire. Un mouvement révolutionnaire qui éclate en février 1848 et met fin à la monarchie de Juillet en instituant la Seconde République.

Le suffrage universel masculin est alors adopté par le décret du 5 mars 1848 et ne sera plus remis en cause. Sont électeurs tous les Français âgés de 21 ans et jouissant de leurs droits civils et politiques. Le droit d’être élu est accordé à tous les électeurs de plus de 25 ans et le vote se fait à bulletin secret.

 

DEPARTEMENTALES COTE D'OR

L’ordonnance du 21 avril 1944 donne aux femmes de plus de 21 ans le droit de vote et rend ainsi le droit de suffrage réellement universel. Les femmes votent pour la première fois aux élections municipales de mars 1945. Quelques mois après, le 21 octobre 1945 elles participent enfin au scrutin national. En 1974 le droit de vote passe à l8 ans.

On se réfère de nos jours à la constitution du 4 octobre 1958 dans son article 3  « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice. Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret. Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques. »

 

 

 

 Voter est donc autant un droit qu’un devoir, celui de faire entendre sa voix pour sauvegarder l’intérêt collectif dans un état où femmes et hommes se sont, de tout temps, battus pour faire valoir et respecter leurs droits fondamentaux.

 

 

 

 

 

Alors… finalement… les Départementales pour lesquelles nous nous rendrons aux urnes qu’est ce que c’est ?

 

 

Enfin… à part ces jolies routes qui sillonnent nos départements et nous emmènent  d’un point à un autre par une ligne plus ou moins droite … ! Et pourquoi changer de nom ?

 

Tout d’abord un peu d’histoire !

 

Les cantons ont été créés le 22 décembre 1789. L’Assemblée Nationale Constituante prévoyait alors la division du Royaume de France en 85 départements.

Environ 60 % des cantons existants (avant la réforme de 2013) n'ont jamais été modifiés depuis le début du XIXe siècle. Seulement trois cantons ruraux particulièrement dépeuplés et trois cantons urbains se retrouvant très en dessous du niveau de population de leurs cantons voisins ont été supprimés. En revanche, de nombreux cantons ont été créés dans les zones en forte croissance démographique, principalement urbaines.

Au total, le nombre s'est accru d'un tiers (de 3 000 à 4 000, en chiffres arrondis).

La circonscription électorale des élections départementales reste le canton. Néanmoins, la carte des cantons a été redessinée afin de l’adapter aux réalités sociodémographiques. Les nouvelles délimitations s’appuient sur les chiffres des populations légales publiées par l’Insee le 27 décembre 2013.

Si la nature essentiellement géographique des cantons de 1801 avait en partie permis de ne pas toucher au découpage de départ, ce découpage 2015, parce que ne prenant en compte que le critère démographique, a du mal à s'imposer auprès non seulement des acteurs locaux mais aussi auprès de la population qui avait fini, au moins en zone rurale, par reconnaître le canton comme entité logique, "pourvu d'un chef-lieu nettement plus gros que celui de n'importe quelle commune le composant... où demeuraient les derniers commerces du canton et éventuellement la coopérative agricole".

 

Ce manque de légitimité autre que purement électorale et démographique condamne les cantons à être un enjeu politique, retouchés par la volonté du pouvoir politique, comme l’ont été les circonscriptions électorales législatives.

 

 

 

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

Rappelons l'importance du rôle du Conseil Général pour l'organisation du territoire. 

Le Département agit au quotidien pour les habitants situés sur son territoire administratif : Les compétences sont les mêmes pour tous les départements, chacun menant sa politique de développement en fonction des réalités et besoins du territoire et des habitants.

 

En Côte d’Or, par exemple, les transports scolaires sont gratuits, le Transco coûte 1.5€, le tout numérique est programmé sur l’ensemble du département grâce au Schéma d’Aménagement Numérique des Territoires.

 

Parmi les compétences actuelles du Département figurent la gestion du RSA (redistribué par la Caisse d’Allocations Familiales). Le Département est également porteur de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, de la protection de l’enfance, des collèges, des voieries départementales, de l’accès au numérique.

 

L’actuel Conseil Général de la Côte d’Or s’est toujours engagé dans la lutte contre l’exclusion et a confirmé lors du vote de son budget 2015  trois axes définis : Pas de hausse d’impôt - Baisse des charges de fonctionnement, Maintien des services proposés aux Côte d’Oriens sans hausse des tarifs.

 

A ce titre l’insertion des personnes en difficulté représente un axe majeur de la politique sociale du Département, tout comme le maintien à domicile de nos aînés, le droit à la différence des personnes en situation de handicap.

 

Cette institution bicentenaire s’est engagée à soutenir l’économie, à préserver l’environnement, à l'agriculture et au tourisme, l'aide aux communes dans leurs projets d'investissements, l'aménagement du territoire, la culture, le patrimoine et le sport...

 

Vous l'avez compris, le Conseil Général est une collectivité de proximité bénéficiant d'un maillage territorial afin d'être au plus proche des attentes des habitants. Plus que  jamais, pour que vos élus départementaux vous représentent et fassent part de vos préoccupations à tous les échelons de la nation et notamment au plus haut niveau de l’Etat, il est nécessaire de prendre toute l’ampleur de ce vote.

 

 

 

 

Conseil Général de la Côte-d'Or : budget 2015L’essentiel
Evolution du taux de la fiscalité : +0 % en 2015
Budget primitif 2015 (hors gestion active de la dette) : 574,6 millions d’euros.
Une Dotation Globale de Fonctionnement (D.G.F) en baisse : 86 millions d’euros, soit une diminution de 8,2 millions d’euros en 2015 et de 11,6 millions d’euros en deux ans.
Baisse des dépenses de fonctionnement à 469,9 millions d’euros, soit une diminution de 0,2 % par rapport aux dépenses votées en 2014 (471 millions d’euros).
263,1 millions d’euros d’aides aux plus fragiles (+1,95 %), soit 56 % des dépenses de fonctionnement.
145,8 millions d’euros pour l’aménagement du territoire dont 83,8 millions d’euros d’investissement en Côte-d’Or ; 132,1 millions d’euros pour un service public économe et de qualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

A ce jour, les compétences du futur Conseil Départemental ne sont toujours pas définies clairement. Les compétences actuelles seront-elles reconduites?

 

Vous allez élire l’ensemble des conseillers départementaux pour les six prochaines années. Une part de l’avenir de la Côte-d’Or se joue.

 

Nous sommes dans un contexte nouveau !

Ce qui va changer !

 

1 Vous voterez pour des Conseillers Départementaux, nouvelle appellation des Conseillers Généraux

2 Vous voterez sur le même territoire pour un homme et une femme, le "binôme".
3 Vous voterez sur la base d'une nouvelle carte cantonale.

 

 

Le Conseil Départemental

 

Le Conseil Général deviendra donc en mars 2015 le « Conseil Départemental » et le Conseiller Général le « Conseiller Départemental ».

 

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

Au sens strict, le Conseil Départemental est l’assemblée délibérante du Département en tant que collectivité territoriale.

Depuis la loi de décentralisation de 1982, le conseil départemental « règle par ses délibérations les affaires du département », en particulier la création des services publics départementaux, la gestion des biens du département et son budget.

 

Les attributions des Conseillers Départementaux impliquent leur information sur toutes les « affaires du Département qui font l’objet d’une délibération ». Ils reçoivent donc, douze jours au moins avant les sessions, un rapport sur chaque question qui leur sera soumise.

 

Les séances sont ouvertes au public, sauf en cas de huis clos décidé par le conseil ou en cas d’agitation, le Président pouvant exercer son pouvoir de « police des séances » et restreindre l’accès du public aux débats.

 

Le Président du Conseil Départemental est l’organe exécutif du Département. Il est assisté d’une commission permanente au sein de laquelle sont élus les vice-présidents. En tant qu’organe exécutif, le président du conseil départemental prépare et exécute les délibérations du conseil. Il est l’ordonnateur des dépenses du département et prescrit l’exécution des recettes. Chaque année, il rend compte au conseil de la situation du département.

 

Le président du conseil départemental est le chef des services du département. Il peut cependant disposer, en cas de besoin, des services déconcentrés de l’État.

 

Le président gère le domaine du Département. Il dispose ainsi de pouvoirs de police particuliers, notamment en matière de circulation.

Le président peut déléguer, comme le maire à ses adjoints, l’exercice d’une partie de ses fonctions aux vice-présidents. Ensemble, ils constituent le bureau. Ces délégations peuvent être annulées à tout moment.

 

 

Le mode de scrutin change.

 

Dans la perspective des scrutins départementaux et régionaux de 2015, faisons le point sur les nouveautés apportées par la loi du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux et rappelons nous ce qui a changé lors des élections municipales de 2014 des conseillers municipaux et des conseillers communautaires.

 

La réforme électorale a passé le nombre d’élus de 11 à 7 pour les communes de moins de 100 habitants, la représentation au conseil communautaire n’étant plus qu’une pour les communes les moins peuplées du canton.

 

Autrement dit plus vous êtes petits, moins on vous voit… Il s’agit donc de se faire voir au plus grand nombre grâce aux futurs Conseillers Départementaux, qui seront le « lien de proximité », comme ils l’étaient en s’appelant Conseillers Généraux et comme le sont vos élus locaux, maires, adjoints, conseillers municipaux, conseillers communautaires et présidents de communauté de communes.

 

Au premier rang de ces innovations figurent la création d’un mode de scrutin inédit pour l’élection départementale - le scrutin binominal majoritaire - ainsi que l’élection des conseillers communautaires sur le même bulletin de vote que les conseillers municipaux.

 

Les conseillers généraux élus en 2008, comme ceux élus en 2011, voient leur mandat prolongé jusqu’en mars 2015. A cette date, les deux mandats se termineront en même temps et les élections auront lieu dans tous les départements.

 

Quel est le mode de scrutin pour l’élection du conseil départemental ?

 

Ces élections ont désormais lieu tous les six ans pour le renouvellement de l’intégralité des conseillers (les conseillers généraux étaient renouvelés par moitié tous les trois ans). Elles se dérouleront au scrutin majoritaire binominal à deux tours

 

Binominal… Ca veut dire quoi ? Une farce du législateur ?

 

Mais non !... Désormais, les électeurs de chaque canton éliront au Conseil Départemental deux candidats de sexe différent, se présentant en binôme sur un même bulletin de vote. Le Conseil Départemental sera donc la seule assemblée délibérante strictement paritaire, composée d’autant d’hommes que de femmes. Cela vient en application de la loi sur la parité.

Par ailleurs depuis le renouvellement de mars 2008, les Conseillers Généraux avaient un remplaçant. Cette disposition ne change pas.

 

Revenons à nos moutons… enfin à notre mode de scrutin… qui n’est pas si simple qu’il y parait à première portée de lorgnette!

 

Le mode de scrutin est majoritaire. Est élu au premier tour le binôme ayant recueilli à la fois la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits.

 

Peuvent se maintenir au second tour de scrutin les binômes ayant obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des inscrits ou, à défaut, les deux binômes arrivés en tête. Au second tour de scrutin, l’élection a lieu à la majorité relative, quel que soit le nombre des votants.

 

Si plusieurs binômes de candidats obtiennent le même nombre de suffrages, l’élection est acquise au binôme qui comporte le candidat le plus âgé. Et oui, les privilèges de l’âge prévalent sur les avantages de la jeunesse… ce qui est une référence littéraire sans plus !

 

Les deux noms seront obligatoirement ordonnés par ordre alphabétique sur tout bulletin de vote, mais pas nécessairement sur les affiches et les professions de foi, donc prenez le temps de lire les professions de foi… cela vous donnera… la tendance !

 

Allez, encore un peu d’histoire !

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

 

21 avril 1944 : L’ordonnance d’Alger accorde le droit de vote aux femmes françaises.

27 octobre 1946 : Le préambule de la constitution proclame : "La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme".

8 juillet 1999 : Une révision constitutionnelle ajoute à l’article 3 de la Constitution de 1958 la disposition suivante "la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives" et prévoit que les partis doivent "contribuer à la mise en œuvre" de ce principe.

6 juin 2000 : La loi sur la parité en politique module l’aide publique aux partis politiques en fonction de leur respect de l’application de la parité pour la présentation des candidats aux élections.

Depuis 200 ans, la parité entre les hommes et les femmes n’a cessé de progresser

Si la parité désigne une égalité générale entre les hommes et les femmes, elle prend un sens plus restreint en s’appliquant parfois à la seule vie politique. Cela peut être l’objet de nombreux débats, mais nous sommes là dans une explication de texte sur l’application stricte, contestable ou non de la loi.

 

 

Les cantons actuels seront-ils conservés ? La réponse est Non… Tous à vos calculettes…

 

Les cantons ont été redécoupés. La loi impose qu’en contrepartie de l’instauration du binôme de candidats, le nombre de cantons soit divisé par deux par rapport à la situation actuelle. Précisément, le nombre de cantons dans lesquels sont élus les Conseillers Départementaux doit être égal, pour chaque département, à la moitié du nombre de cantons existant au 1er janvier 2013, arrondi à l’unité impaire supérieure.

 

Quels sont les cantons de Côte d’Or ?

Le département de la Côte-d'Or comprend vingt-trois cantons ordonnés par position alphabétique par décret ministériel

Canton n° 1 (Arnay-le-Duc) - Canton n° 2 (Auxonne) - Canton n° 3 (Beaune) - Canton n° 4 (Brazey-en-Plaine) - Canton n° 5 (Châtillon-sur-Seine) - Canton n° 6 (Chenôve) - Canton n° 7 (Chevigny-Saint-Sauveur) - Canton n° 8 (Dijon-1) - Canton n° 9 (Dijon-2) - Canton n° 10 (Dijon-3) - Canton n° 11 (Dijon-4) - Canton n° 12 (Dijon-5) - Canton n° 13 (Dijon-6) - Canton n° 14 (Fontaine-lès-Dijon) - Canton n° 15 (Genlis) - Canton n° 16 (Is-sur-Tille) - Canton n° 17 (Ladoix-Serrigny) - Canton n° 18 (Longvic) - Canton n° 19 (Montbard) - Canton n° 20 (Nuits-Saint-Georges) - Canton n° 21 (Saint-Apollinaire) - Canton n° 22 (Semur-en-Auxois) - Canton n° 23 (Talant).

 

 

                                       DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

     

VOTRE CIRCONSCRIPTION ELECTORALE CANTON PAR CANTON

 

Décret n° 2014-175 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons  dans le département de la Côte-d'Or

Votre commune a peut -être changé… de canton !

Pourquoi certains cantons ne comportent-ils qu’une commune ? Remontez au chapitre de la règle démographique, la densité de population au m2

 

 

Dijon comporte 6 cantons

 

 

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

 

 

Le canton n° 1 (Arnay-le-Duc) comprend les communes suivantes : Allerey, Antheuil, Antigny-la-Ville, Arconcey, Arnay-le-Duc, Aubaine, Aubigny-la-Ronce, Auxant, Bard-le-Régulier, Baubigny, Bellenot-sous-Pouilly, Bessey-en-Chaume, Bessey-la-Cour, Beurey-Bauguay, Blancey, Blanot, Bligny-sur-Ouche, Bouhey, Brazey-en-Morvan, La Bussière-sur-Ouche, Censerey, Chailly-sur-Armançon, Champignolles, Châteauneuf, Châtellenot, Chaudenay-la-Ville, Chaudenay-le-Château, Chazilly, Civry-en-Montagne, Clomot, Colombier, Commarin, Cormot-le-Grand, Créancey, Crugey, Culètre, Cussy-la-Colonne, Cussy-le-Châtel, Diancey, Ecutigny, Eguilly, Essey, Le Fête, Foissy, Ivry-en-Montagne, Jouey, Jours-en-Vaux, Lacanche, Liernais, Longecourt-lès-Culêtre, Lusigny-sur-Ouche, Maconge, Magnien, Maligny, Manlay, Marcheseuil, Marcilly-Ogny, Martrois, Meilly-sur-Rouvres, Ménessaire, Mimeure, Molinot, Montceau-et-Echarnant, Mont-Saint-Jean, Musigny, Nolay, Painblanc, Pouilly-en-Auxois, La Rochepot, Rouvres-sous-Meilly, Saint-Martin-de-la-Mer, Saint-Pierre-en-Vaux, Saint-Prix-lès-Arnay, Sainte-Sabine, Santosse, Saussey, Savilly, Semarey, Sussey, Thoisy-le-Désert, Thomirey, Thorey-sur-Ouche, Thury, Vandenesse-en-Auxois, Vauchignon, Veilly, Veuvey-sur-Ouche, Vianges, Vic-des-Prés, Viévy, Villiers-en-Morvan, Voudenay. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune d'Arnay-le-Duc.

 

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015 DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

 

 

Le canton n° 2 (Auxonne) comprend les communes suivantes : Athée, Auxonne, Billey, Binges, Champdôtre, Cirey-lès-Pontailler, Cléry, Drambon, Etevaux, Flagey-lès-Auxonne, Flammerans, Heuilley-sur-Saône, Labergement-lès-Auxonne, Lamarche-sur-Saône, Magny-Montarlot, Les Maillys, Marandeuil, Maxilly-sur-Saône, Montmançon, Perrigny-sur-l'Ognon, Poncey-lès-Athée, Pont, Pontailler-sur-Saône, Saint-Léger-Triey, Saint-Sauveur, Soirans, Soissons-sur-Nacey, Talmay, Tellecey, Tillenay, Tréclun, Vielverge, Villers-les-Pots, Villers-Rotin, Vonges. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune d'Auxonne.

 

Le canton n° 3 (Beaune) comprend la commune de Beaune. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Beaune.

 

Le canton n° 4 (Brazey-en-Plaine) comprend les communes suivantes : Aubigny-en-Plaine, Auvillars-sur-Saône, Bagnot, Bonnencontre, Bousselange, Brazey-en-Plaine, Broin, Chamblanc, Charrey-sur-Saône, Chivres, Echenon, Esbarres, Franxault, Glanon, Grosbois-lès-Tichey, Jallanges, Labergement-lès-Seurre, Labruyère, Lanthes, Laperrière-sur-Saône, Lechâtelet, Losne, Magny-lès-Aubigny, Montagny-lès-Seurre, Montmain, Montot, Pagny-la-Ville, Pagny-le-Château, Pouilly-sur-Saône, Saint-Jean-de-Losne, Saint-Seine-en-Bâche, Saint-Symphorien-sur-Saône, Saint-Usage, Samerey, Seurre, Tichey, Trouhans, Trugny. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Brazey-en-Plaine.

 

Le canton n° 5 (Châtillon-sur-Seine) comprend les communes suivantes : Aignay-le-Duc, Aisey-sur-Seine, Ampilly-les-Bordes, Ampilly-le-Sec, Autricourt, Baigneux-les-Juifs, Balot, Beaulieu, Beaunotte, Belan-sur-Ource, Bellenod-sur-Seine, Beneuvre, Billy-lès-Chanceaux, Bissey-la-Côte, Bissey-la-Pierre, Boudreville, Bouix, Brémur-et-Vaurois, Brion-sur-Ource, Buncey, Bure-les-Templiers, Busseaut, Buxerolles, Cérilly, Chambain, Chamesson, Channay, Charrey-sur-Seine, Châtillon-sur-Seine, Chaugey, La Chaume, Chaume-lès-Baigneux, Chaumont-le-Bois, Chemin-d'Aisey, Coulmier-le-Sec, Courban, Duesme, Echalot, Essarois, Etalante, Etormay, Etrochey, Faverolles-lès-Lucey, Fontaines-en-Duesmois, Gevrolles, Gomméville, Les Goulles, Grancey-sur-Ource, Griselles, Gurgy-la-Ville, Gurgy-le-Château, Jours-lès-Baigneux, Laignes, Larrey, Leuglay, Lignerolles, Louesme, Lucey, Magny-Lambert, Maisey-le-Duc, Marcenay, Massingy, Mauvilly, Menesble, Meulson, Minot, Moitron, Molesme, Montigny-sur-Aube, Montliot-et-Courcelles, Montmoyen, Mosson, Nicey, Nod-sur-Seine, Noiron-sur-Seine, Obtrée, Oigny, Origny, Orret, Poinçon-lès-Larrey, Poiseul-la-Ville-et-Laperrière, Pothières, Prusly-sur-Ource, Puits, Quemigny-sur-Seine, Recey-sur-Ource, Riel-les-Eaux, Rochefort-sur-Brévon, Saint-Broing-les-Moines, Saint-Germain-le-Rocheux, Saint-Marc-sur-Seine, Sainte-Colombe-sur-Seine, Savoisy, Semond, Terrefondrée, Thoires, Vannaire, Vanvey, Vertault, Veuxhaulles-sur-Aube, Villaines-en-Duesmois, Villedieu, Villers-Patras, Villiers-le-Duc, Villotte-sur-Ource, Vix, Voulaines-les-Templiers. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Châtillon-sur-Seine.

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015  DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

 

 

Le canton n° 6 (Chenôve) comprend les communes de Chenôve et de Marsannay-la-Côte. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Chenôve.

 

Le canton n° 7 (Chevigny-Saint-Sauveur) comprend les communes suivantes : Bressey-sur-Tille, Chevigny-Saint-Sauveur, Crimolois, Magny-sur-Tille, Neuilly-lès-Dijon, Quetigny, Sennecey-lès-Dijon. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Chevigny-Saint-Sauveur.

 

Le canton n° 8 (Dijon-1) comprend la partie de la commune de Dijon située à l'intérieur d'un périmètre défini par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Fontaine-lès-Dijon, rue Octave-Terrillon, rue Claude-Hoin, rue de Beauséjour, rue de la Houblonnière, rue Jules-Forey, avenue du Drapeau, ligne de tramway, avenue Garibaldi, rue Sambin, rue Gagnereaux, place Barbe, rue d'Ahuy, rue Claude-Bernard, place Saint-Bernard, boulevard de la Trémouille, rue de la Préfecture, place Notre-Dame, rue des Forges, rue de la Liberté, rue Bossuet, rue Michelet, rue de la Prévôté, rempart de la Miséricorde, rue Mariotte, boulevard Sévigné, rue Albert-Ier, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Talant. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Dijon.

 

Le canton n° 9 (Dijon-2) comprend la partie de la commune de Dijon située à l'intérieur d'un périmètre défini par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Fontaine-lès-Dijon, rue Octave-Terrillon, rue Claude-Hoin, rue de Beauséjour, rue de la Houblonnière, rue Jules-Forey, avenue du Drapeau, ligne de tramway, avenue Garibaldi, rue Sambin, rue Gagnereaux, place Barbe, rue d'Ahuy, rue Claude-Bernard, place Saint-Bernard, boulevard de la Trémouille, rue de la Préfecture, place Notre-Dame, rue des Forges, rue Stéphen-Liégeard, rue du Bourg, rue Berbisey, rue de la Manutention, rue de Tivoli, rue de la Synagogue, boulevard Carnot, place du 30-Octobre-et-de-la-Légion-d'Honneur, boulevard de Strasbourg, ligne de chemin de fer, boulevard des Martyrs-de-la-Résistance, place Saint-Exupéry, boulevard Pascal, avenue du Drapeau, avenue de Langres, rond-point de la Nation, rue de Bruges, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Fontaine-lès-Dijon. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Dijon.

 

Le canton n° 10 (Dijon-3) comprend la partie de la commune de Dijon située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Fontaine-lès-Dijon, rue de Bruges, rond-point de la Nation, avenue de Langres, avenue du Drapeau, boulevard Pascal, place Saint-Exupéry, boulevard des Martyrs-de-la-Résistance, ligne de chemin de fer, boulevard de Strasbourg, rue Adolphe-Joanne, avenue du Maréchal-Lyautey, rond-point du 8-Mai-1945, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Saint-Apollinaire. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Dijon.

 

Le canton n° 11 (Dijon-4) comprend la partie de la commune de Dijon située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de Saint-Apollinaire, rond-point du 8-Mai-1945, avenue du Maréchal-Lyautey, rue Adolphe-Joanne, boulevard de Strasbourg, place du 30-Octobre-et-de-la-Légion-d'Honneur, boulevard Carnot, rue Claude-Basire, place du Président-Wilson, cours du Général-de-Gaulle, rond-point Edmond-Michelet, rue Théophile-Foisset, rue de Longvic, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Longvic. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Dijon.

 

Le canton n° 12 (Dijon-5) comprend la partie de la commune de Dijon située au sud d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Longvic, rue de Longvic, rue Théophile-Foisset, rond-point Edmond-Michelet, cours du Général-de-Gaulle, place du Président-Wilson, rue Claude-Basire, boulevard Carnot, rue de la Synagogue, rue de Tivoli, rue de la Manutention, rue de Berbisey, rue du Bourg, rue Stéphen-Liégeard, rue des Forges, rue de la Liberté, rue Bossuet, rue Michelet, rue de la Prévôté, rempart de la Miséricorde, rue Mariotte, boulevard Sévigné, rue de l'Arquebuse, rue de l'Hôpital, cours de la Rivière-de-l'Ouche, avenue de l'Ouche, avenue Gustave-Eiffel, boulevard des Bourroches, rue En-Saint-Jacques, rue de Tremolois, rue du Vice-Amiral-Violette, rue Charles-Oursel, rue Georges-Serraz, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Chenôve. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Dijon.

 

Le canton n° 13 (Dijon-6) comprend :1° Les communes de Corcelles-les-Monts et de Flavignerot ; 2° La partie de la commune de Dijon non incluse dans les cantons de Dijon-1, Dijon-2, Dijon-3, Dijon-4 et Dijon-5. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Dijon.

 

 DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015  DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

 

 

Le canton n° 14 (Fontaine-lès-Dijon) comprend les communes suivantes : Ahuy, Asnières-lès-Dijon, Bellefond, Bligny-le-Sec, Bretigny, Brognon, Champagny, Clénay, Curtil-Saint-Seine, Daix, Darois, Etaules, Flacey, Fontaine-lès-Dijon, Hauteville-lès-Dijon, Messigny-et-Vantoux, Norges-la-Ville, Orgeux, Panges, Prenois, Ruffey-lès-Echirey, Saint-Julien, Saint-Martin-du-Mont, Saint-Seine-l'Abbaye, Saussy, Savigny-le-Sec, Trouhaut, Turcey, Val-Suzon, Villotte-Saint-Seine. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Fontaine-lès-Dijon.

 

Le canton n° 15 (Genlis) comprend les communes suivantes : Aiserey, Beire-le-Fort, Bessey-lès-Cîteaux, Cessey-sur-Tille, Chambeire, Collonges-lès-Premières, Echigey, Fauverney, Genlis, Izeure, Izier, Labergement-Foigney, Longchamp, Longeault, Longecourt-en-Plaine, Marliens, Pluvault, Pluvet, Premières, Rouvres-en-Plaine, Tart-l'Abbaye, Tart-le-Bas, Tart-le-Haut, Thorey-en-Plaine, Varanges. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Genlis.

 

Le canton n° 16 (Is-sur-Tille) comprend les communes suivantes : Avelanges, Avot, Barjon, Boussenois, Busserotte-et-Montenaille, Bussières, Chaignay, Chanceaux, Chazeuil, Courlon, Courtivron, Crécey-sur-Tille, Cussey-les-Forges, Diénay, Echevannes, Epagny, Francheville, Foncegrive, Fraignot-et-Vesvrotte, Frénois, Gemeaux, Grancey-le-Château-Neuvelle, Is-sur-Tille, Lamargelle, Léry, Lux, Marcilly-sur-Tille, Marey-sur-Tille, Marsannay-le-Bois, Le Meix, Moloy, Orville, Pellerey, Pichanges, Poiseul-la-Grange, Poiseul-lès-Saulx, Poncey-sur-l'Ignon, Sacquenay, Salives, Saulx-le-Duc, Selongey, Spoy, Tarsul, Til-Châtel, Vaux-Saules, Vernois-lès-Vesvres, Vernot, Véronnes, Villecomte, Villey-sur-Tille. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune d'Is-sur-Tille.

 

Le canton n° 17 (Ladoix-Serrigny) comprend les communes suivantes : Aloxe-Corton, Auxey-Duresses, Bligny-lès-Beaune, Bouilland, Bouze-lès-Beaune, Chassagne-Montrachet, Chevigny-en-Valière, Chorey-les-Beaune, Combertault, Corberon, Corcelles-les-Arts, Corgengoux, Corpeau, Ebaty, Echevronne, Ladoix-Serrigny, Levernois, Marigny-lès-Reullée, Mavilly-Mandelot, Meloisey, Merceuil, Meursanges, Meursault, Montagny-lès-Beaune, Monthelie, Nantoux, Pernand-Vergelesses, Pommard, Puligny-Montrachet, Ruffey-lès-Beaune, Saint-Aubin, Saint-Romain, Sainte-Marie-la-Blanche, Santenay, Savigny-lès-Beaune, Tailly, Vignoles, Volnay. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Ladoix-Serrigny.

 

Le canton n° 18 (Longvic) comprend les communes suivantes : Bévy, Bretenière, Brochon, Chambœuf, Chambolle-Musigny, Chevannes, Clémencey, Collonges-lès-Bévy, Couchey, Curley, Curtil-Vergy, Détain-et-Bruant, L'Etang-Vergy, Fénay, Fixin, Gevrey-Chambertin, Longvic, Messanges, Morey-Saint-Denis, Ouges, Perrigny-lès-Dijon, Quemigny-Poisot, Reulle-Vergy, Segrois, Semezanges, Ternant, Urcy. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Longvic.

 

DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015 DEPARTEMENTALES COTE D'OR 2015

 

Le canton n° 19 (Montbard) comprend les communes suivantes : Alise-Sainte-Reine, Arrans, Asnières-en-Montagne, Athie, Benoisey, Boux-sous-Salmaise, Buffon, Bussy-le-Grand, Champ-d'Oiseau, Charencey, Corpoyer-la-Chapelle, Courcelles-lès-Montbard, Crépand, Darcey, Eringes, Etais, Fain-lès-Montbard, Fain-lès-Moutiers, Flavigny-sur-Ozerain, Fontaines-les-Sèches, Fresnes, Frôlois, Gissey-sous-Flavigny, Grésigny-Sainte-Reine, Grignon, Hauteroche, Jailly-les-Moulins, Lucenay-le-Duc, Marigny-le-Cahouët, Marmagne, Ménétreux-le-Pitois, Montbard, Montigny-Montfort, Moutiers-Saint-Jean, Mussy-la-Fosse, Nesle-et-Massoult, Nogent-lès-Montbard, Planay, Pouillenay, Quincerot, Quincy-le-Vicomte, La Roche-Vanneau, Rougemont, Saint-Germain-lès-Senailly, Saint-Rémy, Salmaise, Seigny, Senailly, Source-Seine, Thenissey, Touillon, Venarey-les-Laumes, Verdonnet, Verrey-sous-Salmaise, Villaines-les-Prévôtes, La Villeneuve-les-Convers, Viserny. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Montbard.

 

Le canton n° 20 (Nuits-Saint-Georges) comprend les communes suivantes : Agencourt, Arcenant, Argilly, Barges, Boncourt-le-Bois, Broindon, Chaux, Comblanchien, Corcelles-lès-Cîteaux, Corgoloin, Epernay-sous-Gevrey, Flagey-Echézeaux, Fussey, Gerland, Gilly-lès-Cîteaux, Magny-lès-Villers, Marey-lès-Fussey, Meuilley, Noiron-sous-Gevrey, Nuits-Saint-Georges, Premeaux-Prissey, Quincey, Saint-Bernard, Saint-Nicolas-lès-Cîteaux, Saint-Philibert, Saulon-la-Chapelle, Saulon-la-Rue, Savouges, Villars-Fontaine, Villebichot, Villers-la-Faye, Villy-le-Moutier, Vosne-Romanée, Vougeot. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Nuits-Saint-Georges.

 

Le canton n° 21 (Saint-Apollinaire) comprend les communes suivantes : Arceau, Arc-sur-Tille, Beaumont-sur-Vingeanne, Beire-le-Châtel, Belleneuve, Bèze, Bézouotte, Blagny-sur-Vingeanne, Bourberain, Champagne-sur-Vingeanne, Charmes, Chaume-et-Courchamp, Cheuge, Couternon, Cuiserey, Dampierre-et-Flée, Fontaine-Française, Fontenelle, Jancigny, Licey-sur-Vingeanne, Magny-Saint-Médard, Mirebeau-sur-Bèze, Montigny-Mornay-Villeneuve-sur-Vingeanne, Noiron-sur-Bèze, Oisilly, Orain, Pouilly-sur-Vingeanne, Remilly-sur-Tille, Renève, Saint-Apollinaire, Saint-Maurice-sur-Vingeanne, Saint-Seine-sur-Vingeanne, Savolles, Tanay, Trochères, Varois-et-Chaignot, Viévigne. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Saint-Apollinaire.

 

Le canton n° 22 (Semur-en-Auxois) comprend les communes suivantes : Aisy-sous-Thil, Arnay-sous-Vitteaux, Avosnes, Bard-lès-Epoisses, Beurizot, Bierre-lès-Semur, Boussey, Brain, Braux, Brianny, Champeau-en-Morvan, Champrenault, Charigny, Charny, Chassey,
Chevannay, Clamerey, Corrombles, Corsaint, Courcelles-Frémoy, Courcelles-lès-Semur, Dampierre-en-Montagne, Dompierre-en-Morvan, Epoisses, Flée, Fontangy, Forléans, Genay, Gissey-le-Vieil, Jeux-lès-Bard, Juillenay, Juilly, Lacour-d'Arcenay, Lantilly, Magny-la-Ville, Marcellois, Marcigny-sous-Thil, Marcilly-et-Dracy, Massingy-lès-Semur, Massingy-lès-Vitteaux, Millery, Missery, Molphey, Montberthault, Montigny-Saint-Barthélemy, Montigny-sur-Armançon, Montlay-en-Auxois, La Motte-Ternant, Nan-sous-Thil, Noidan, Normier, Pont-et-Massène, Posanges, Précy-sous-Thil, La Roche-en-Brenil, Roilly, Rouvray, Saffres, Saint-Andeux, Saint-Didier, Saint-Euphrône, Saint-Germain-de-Modéon, Saint-Hélier, Saint-Mesmin, Saint-Thibault, Sainte-Colombe, Saulieu, Semur-en-Auxois, Sincey-lès-Rouvray, Souhey, Soussey-sur-Brionne, Thoisy-la-Berchère, Thorey-sous-Charny, Thoste, Torcy-et-Pouligny, Toutry, Uncey-le-Franc, Velogny, Vesvres, Vic-de-Chassenay, Vic-sous-Thil, Vieux-Château, Villargoix, Villars-et-Villenotte, Villeberny, Villeferry, Villeneuve-sous-Charigny, Villy-en-Auxois, Vitteaux. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Semur-en-Auxois.

 

Le canton n° 23 (Talant) comprend les communes suivantes : Agey, Ancey, Arcey, Aubigny-lès-Sombernon, Barbirey-sur-Ouche, Baulme-la-Roche, Blaisy-Bas, Blaisy-Haut, Bussy-la-Pesle, Drée, Echannay, Fleurey-sur-Ouche, Gergueil, Gissey-sur-Ouche, Grenant-lès-Sombernon, Grosbois-en-Montagne, Lantenay, Mâlain, Mesmont, Montoillot, Pasques, Plombières-lès-Dijon, Prâlon, Remilly-en-Montagne, Saint-Anthot, Saint-Jean-de-Bœuf, Saint-Victor-sur-Ouche, Sainte-Marie-sur-Ouche, Savigny-sous-Mâlain, Sombernon, Talant, Velars-sur-Ouche, Verrey-sous-Drée, Vieilmoulin. Le bureau centralisateur de ce canton est le bureau centralisateur de la commune de Talant.

 

Article Marie Quiquemelle 

 

 

 

 

Le dossier complet des élections départementales des 22 et 29 mars 2015

 
En mars 2015, auront lieu les élections départementales. Vous vous rendrez aux urnes pour élire 
vos représentants au sein de l'assemblée départementale de la Côte d'Or. 
Quels sont les enjeux de cette élection ?

Pourquoi voter !... Lire+
Les compétences obligatoires du Conseil Général... Lire+
Les horaires de scrutin... Lire+
Voter est un acte qui donne la parole aux citoyens... Lire+
Le vote par procuration... Lire+
Transport des électeurs à mobilité réduite à Dijon... Lire+
Présentation des 23 cantons et leurs binômes... Lire+
Quel est le rôle du Conseiller Départemental ?... Lire+
Deuxième tour des élections départementales... Lire+

L'abstention ne passera pas par vous... Lire+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.