Monsieur le préfet de région reçoit 12 femmes "qui font la Bourgogne"

12 mars 2015

Chaque jour, « Elles font la France », tel est le slogan retenu cette année pour la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars. Cent femmes exemplaires, qui créent, imaginent, inventent, créent du lien, ont ainsi été reçues dimanche à l'Elysée par François Hollande, Président de la République. Parmi toutes, 5 femmes représentaient la Bourgogne. Dans la continuité de cette journée, Eric Delzant, Préfet de la région Bourgogne, Préfet de la Côte-d'Or, a mis à l'honneur douze femmes bourguignonnes, cheffes d'entreprises, responsables associatives, médiatrices dans les quartiers de la Politique de la Ville.

 

 

 

 

 

Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

 

C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes.

 

La Journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

 

 

Le 11 mars, malgré la période de devoir de réserve pré électoral concernant les représentants de l’Etat, Eric Delzant, sur dérogation de la présidence de la république, a tenu à cette rencontre. Elle a été l'occasion d'évoquer leurs parcours et les questions qui se posent aujourd'hui à chacune dans leur activité.

 

Eric Delzant a exprimé combien il était important pour lui d’organiser cette rencontre en Bourgogne et de donner aux femmes l’occasion de se rencontrer, d’échanger et de témoigner sur les enjeux majeurs des droits des femmes.

 

 

Au travers de leurs expériences et d’une diversité de parcours représentatifs du territoire bourguignon, ce sont 12 femmes engagées qui ouvrent la voie aux autres femmes.

Le 8 mars, date symbolique est avant tout le jour où on peut rendre visible tout ce qui ne l’est pas le reste de l’année.

 

 

 

 

                                                                12 femmes à l’honneur

 

                     PREFECTURE BOURGOGNE DROITS DES FEMMES 

 

 

 

Fatima Achad est médiatrice à la MJC de Chenôve. Fatima accompagne les jeunes femmes du quartier « politique de la ville »pour les aider à s’émanciper. Elle est là pour participer à l’épanouissement des femmes et les soutenir dans leurs projets.

 

 

Dyenanba Balde est présidente de l’association TERANGA, association franco sénégalaise, dotée d’une commission « femmes » travaillant sur le droit des femmes. Dyenaba, enseignante, a crée cette association après l’incendie du foyer ADOMA qui fit 7 morts.

 

 

Laurence Berthoud Lafarge préside le réseau « Kelles Energies » et a créé l’association « Kelles Fabrik », un fab lab implanté à l’université de Bourgogne. Le but est de permettre à toutes et tous de tester un projet, de rencontrer des chercheurs et des créateurs, de faire découvrir les machines et la robotique.

 

 

Virginie Betelli, accompagne les femmes des quartiers au sein de la Maison de l’Emploi et de la Formation des Grésilles. Virginie préside l’association Habitat et Humanisme destinée à promouvoir la prise d’initiative. En montant des actions innovantes à destination de publics variés, l’objectif est de renforcer l’estime de soi. Partager et transmettre des savoirs favorisent la solidarité.

 


Christine Burtin Lauthe dirige le centre social de Tonnerre. Christine a créé l’association « Carrefour des Mondes ». Elle est à l’initiative de nombreuses actions en faveur de l’égalité des femmes et mène des actions de sensibilisation aux violences sexistes des jeunes (Stop Violence à Tonnerre). Elle est également la fondatrice de l’école de la deuxième chance dans l’Yonne.

 

 

Michèle Colas est directrice de l’école élémentaire du Nord à Dijon.

 

 

Catherine Collin a créé un cabinet d’art coach dans le quartier de la Fontaine d’Ouche à Dijon. Elle travaille avec les femmes du quartier sur l’estime de soi par une approche artistique. Catherine accompagne également des femmes en recherche d’emploi pour les réconcilier avec leur image.

 

 

Marie Line Duparc est maire de Saint Jean de Losne. C’est son premier mandat.

 

 

Corine Jourdain Gros a repris la manufacture de Céramique de Digoin suite à un parcours professionnel qui la mené dans le secteur de la publicité et de la communication après un MBA design et mode.

 

 

Marielle Teyre Kirat a créé les Gîtes Flottants au Creusot. Marielle préside le Pôle Femmes de la CGPME de Saône et Loire

 

 

 

Ghislaine Verstraete est vice présidente de la Chambre d’Agriculture de Côte d’Or. Elle est agricultrice en polyculture et élevage dans le Chatillonnais.

 

 

 

Des femmes et des mots

 

 

 

PREFECTURE BOURGOGNE DROITS DES FEMMESSi on résume en quelques lignes ce moment d’échanges forts, il ressort que sont à faire évoluer les mentalités au sujet de la place et du rôle de la femme.

 

 

Des mentalités, des préjugés encore bien incrustés dans l’esprit des familles, de l’école et du monde du travail qu’il est encore difficile de faire évoluer au XXI siècle.

 

 

L’une racontera le parcours du combattant avec les institutions pour que sa fille, brillante élève et plusieurs fois major de promotion, puisse intégrer une école d‘ingénieurs en mécanique.

 

 

 

 

Une autre évoquera le stéréotype du « on est pas capable » ou bien encore la difficulté à faire face à de nouveaux codes culturels (toutes religions et milieux confondus) qui influent défavorablement sur le comportement sexiste des jeunes.

 

 

Au sujet de la parité dans les instances gouvernantes, rendue obligatoire par la loi, on aura débattu sur les femmes qu’on est allé chercher pour composer des « binômes départementaux », là où les femmes qui ont souhaité « se proposer » n’ont pas été entendues.

La question se posera alors d’une parité de façade si elle ne s’applique pas aussi aux membres de l’exécutif.

 

 

L’évocation des mutilations génitales que les jeunes filles acceptent pour ne pas être exclues de leur groupe social et y être reconnues par la souffrance extrême, la mobilisation pour délier les langues sur tous les sujets qui concernent les mesures discriminantes, le travail sur la parentalité et la transmission des modèles sociaux… Autant de luttes et combats qui se jouent au quotidien pour le respect des droits des femmes.

 

 

 

Interpelant les médias présents, 3 femmes et 1 homme, sur l’image véhiculée par les médias. Chacun s’est accordé à dire que ce travail de sensibilisation n’est pas exercice aisé.

Et c’est d’un mot et d’un sourire commun que les 3 journalistes et rédactrices présentes ont pu répondre combien la place des femmes est difficile dans un monde majoritairement réservé aux hommes.

   

                                      PREFECTURE BOURGOGNE DROITS DES FEMMES

 

 

Pour en savoir plus, quelques ressources documentaires sur le sujet

 

 

Les chiffres clés de l’égalité publiés par le Ministère de la santé, des affaires sociales et des Droits des femmes.

 

Ce document rassemble des données permettant de rendre perceptible la réalité des inégalités dans de nombreux domaines : dans les familles, au travail, en politique, mais aussi dans le sport, la culture, l’espace public. Il a été mis en ligne sur ce lien

 

Il sera diffusé dans toute la France par le réseau des délégations aux droits des femmes, et sera complété par un second recueil plus complet destiné aux professionnels au cours de l’année 2015.

 

 

Des données régionales ont été dévoilées pour la première fois le 5 mars par l’INSEE : elles permettent d’analyser, sur 18 indicateurs répartis dans 5 secteurs, les inégalités au niveau des territoires.

 

 

La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES), a publié le 5 mars une synthèse intitulée «Femmes et hommes sur le marché du travail», qui porte sur l’ensemble des inégalités professionnelles subies par les femmes : du taux d’activité au temps de travail, des types de contrats aux types de postes et aux inégalités de salaire, le document fait le point sur les progrès, mais aussi la persistance des inégalités.

 

 

Un rapport de l’OCDE rendu public le 5 mars traite de l’égalité des sexes dans l’éducation : Il examine les raisons et l’incidence des différences de parcours scolaire entre les sexes, ainsi que les moyens d’action dont disposent les parents, les enseignants et les employeurs pour y remédier.

 

 

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère publie le 6 mars une étude sur l’évolution des stéréotypesconcerant les rôles et les compétences des femmes et des hommes.

 

 

Enfin, une note de synthèse, réalisée par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), a complété le 5 mars cette vision de l’évolution des stéréotypes sur les rôles des hommes et des femmes.

 

 

 

Marie Quiquemelle

 

m.quiquemelle@echodescommunes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.