Billy-lès-Chanceaux


Gérard Maës


© André Beuchot


Gérard Maës


© André Beuchot

Maire CLERC Jean-Pierre
Secrétaire de Mairie SULLIOT Sabine
Adresse 2 rue de la maison commune - 21450 Billy-lès-Chanceaux
Tél. 03 80 96 59 76 Fax 03 80 96 59 76
Email mairiedebillyleschanceaux@numeo.fr
Horaires d'ouverture Jeudi 14h-17h
Population 88 habitants. Les Billéens
Altitude 375 mètres Superficie 22.3 ha
Situation géographique Latitude: 47° 32' 51'' Nord - Longitude: 4° 42' 30'' Est
Communauté de Communes Communauté de Communes du Pays Châtillonnais
Canton CHÂTILLON-SUR-SEINE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Traversé par la Seine, Billy-lès-Chanceaux est situé à 35 km au Nord-Ouest de Dijon.

Plus d'infos

www.chatillonnais.fr

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint-Georges XVIè-XVIIIè-XIXè siècles.
Château XVIIè siècle.
Croix de chemin.
Lavoirs, fontaine.

© André Beuchot

Gérard Maës

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… BILLY-LÈS-CHANCEAUX.
Le tumulus des Champs Rouges et les tumuli fouillés en 1860 attestent d'une présence antique dans la région. Tombes gauloises, statuettes gallo-romaines, sarcophages mérovingiens… démontrent que cette présence s'est maintenue au fil des siècles.
Le village arrosé par la Seine, possède l'église Saint-Georges XVIII-XIXe avec chapelle XVIe, rehaussée par un fin clocher à la flèche en ardoises. Deux volées d'escaliers grimpent jusqu'au portail protégé par un auvent que deux puissantes colonnes en pierre se chargent de porter. La place de l'église accueille en son centre une fontaine.
De l'autre côté de la Seine qui traverse l'agglomération sur toute sa longueur, ce ne sont pas deux mais quatre colonnes qui supportent le toit du lavoir devant lequel un cygne sculpté aux ailes écartées, s'apprête à s'envoler. À proximité, une belle maison arbore un balcon porté par des colonnes et trois chiens-assis décorés de têtes sculptées. Le lavoir du Naizoire fut, lui, utilisé pour laver le lin et le chanvre, obligeant la commune à y interdire le nettoyage des boyaux de cochons.
À partir du vieux pont en pierre à deux arches qui voisine l'ancien gué, de longs murs soigneusement maçonnés, rectilignes, courent en direction du parc du château. Deux dalles en pierre s'associent pour enjamber le courant en une étroite passerelle. Certains affirment que le cours d'eau est ici dompté pour se protéger des crues, d'autres qu'il s'agit d'un ouvrage édifié spécialement pour le flottage du bois qui commençait ici, ce qui ne manque pas d'étonner. Le courant est encore modeste pour emporter des bûches et plusieurs étangs aménagés pour les moulins troublent plus loin sa route pour Paris. Mais tous ces aménagements ont évolué au fil des siècles.
Complétez votre visite avec de vieilles maisons XVIe, la mairie-école XVIIIe, rehaussée de décors en briques, qui porte toujours sa cloche et un cadran solaire sur les hauteurs du village, à proximité d'un troisième lavoir avec bac à laver debout. À l'entrée sud du bourg, une frêle passerelle en pierre enjambe la Seine.
À l'extrémité nord, le château XVIIIe remanié garde ses communs flanqués d'un étonnant pigeonnier hexagonal, son étang et son parc. Le portail en fer forgé apporte un peu d'élégance à l'ensemble. Aujourd'hui paisible, il occupait jadis la plupart des habitants, valets, cuisiniers, cochers et femmes de chambres. Une trentaine de personnes auxquelles s'ajoutaient les ouvriers chargés de l'entretien. Les propriétaires offraient bouillon et médicaments aux malades, trousseau et colis de vivres à l'occasion d'une naissance. Dominant l'étang du château, la croix Marchand ou croix Maréchal XIXe joliment sculptée, suscite l'admiration.
On compte également ici neuf sources, la fontaine Saint-Denis ayant le pouvoir de guérir les convulsions et l'épilepsie. Si vous randonnez en été, il est bien possible que vous soyez fort surpris. Un kilomètre au sud, le vallon est parfois complètement à sec, et l'on cherche désespérément toute trace d'un fleuve ! De quoi raviver la polémique qui affirme que la Seine n'est qu'un affluent de l'Yonne. On trouve à 150 m au nord du pont de la petite route de Chanceaux, près d'une source, une stèle dédiée à Notre Dame des Fontaines sur laquelle on peut lire : "En ce lieu existait la chapelle Notre Dame de Bonne Fontaine située au-dessus d'une des sources de la Seine, source qui ne tarit jamais". Il est vrai que les eaux de la Seine se perdent à Courceau ou peu avant le petit pont, pour réapparaître ici.
Du vieux château dont on ne sait pas grand-chose, érigé jadis à 500 m au sud au bord de la Seine sur un éperon rocheux, il ne reste qu'un pan de muraille et les vestiges des douves. Tout à côté, la chapelle XIXe Notre Dame des Fontaines décorée de peintures murales, sépulture des seigneurs de Billy, dissimule sur l'arrière une pietà.
La ferme de Jugny, cachée dans les bois à plus de 3 500 m à l'est, garde les derniers vestiges d'une seconde forteresse.
Notons encore sur le territoire de la commune, la grotte du Creux de Rizotte qui atteint 90 m de réseau et au sud-est, au bord de la route de Poiseul, une jolie cabane de cantonnier restaurée. Au nord, une petite verrerie disparue a laissé son nom à un ruisseau. Enfin, la légende veut qu'au lieu-dit "Vieux-Dijon", on tira la pierre de construction de Dijon, ce qui est hélas peu vraisemblable.
André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Économie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnées pédestres.
A proximité ... Abbaye de Fontenay.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire