Buffon


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire Jean-Pierre Dzieciol
Secrétaire de Mairie MORI-JORGE Frédérique
Adresse Rue de l'église - 21500 Buffon
Tél. 03 80 92 38 73
Email mairiebuffon@numeo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 8h30-13h - Jeudi 14h-18h
Population 181 habitants. Les Buffonais
Altitude 210 mètres Superficie 888 ha
Situation géographique 6,5 km de Montbard, 39 km de Tonnerre, 25 km de Semur en Auxois
Communauté de Communes Montbardois
Canton MONTBARD

Je suis fan de ma commune

Présentation

Proche des villages de Rougemont et St Rémy, Buffon est situé à 55 km au Sud-Est d'Auxerre et à 100 km de Dijon.

Plus d'infos

Vide-grenier : dernier dimanche d'août

Office de tourisme de Montbard et du Montbardois
Place Henri Vincenot
03 80 92 53 81
www.ot-montbard.fr

Tourisme & Patrimoine

Petit village pittoresque bâti au flanc d'un coteau calcaire, riche en eaux d'infiltration au confluent de la Brenne et de l'Armançon. De son sous-sol on extrait une belle pierre de taille, comparable au Comblanchien.
La terre de Buffon fut érigée en comté par Louis XV en 1772 pour Georges Louis Leclerc qui y fit construire les forges en 1769 (La Grande et la Petite).
A voir, l'église du XVIIè siècle qui servit pendant la Révolution de "temple de la Raison" et la Grande Forge (classée Monument historique).



© André Beuchot

© André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… BUFFON. Canton de Montbard.
Au village, l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul XVIIe qui, à la Révolution, devint le "temple de la raison", a profondément été remaniée au XIXe. Elle arbore maintenant une allure étrange, malgré les statues piquées sur les pignons et les fenêtres qui tentent d'imiter les ouvertures d'origine. Une jolie croix sculptée trône dans l'enclos du cimetière. Le village possède plusieurs autres croix intéressantes comme les deux croix en pierre qui soulignent les entrées nord et ouest, ou les deux croix métalliques, la première un peu plus loin au nord, la seconde près du pont, au bord du canal, piquée au sommet d'une colonne en pierre.
Un long balcon longe la façade du château néo-renaissance encadré par une tour hexagonale et une échauguette d'angle. Les cheminées et les chiens-assis méritent le coup d'œil. Un parterre à la française borde les communs. Accroché dans la pente, la mairie école fait face à une tour carrée. Le village entier s'étire sur la montagne, imposant la construction de terrasses et contreforts, et les multiples granges en belle pierre lui apportent un charme rural indéniable.
En contrebas, le lavoir aux deux toits opposés, se cache derrière le canal. Plus loin, le pont XVIIe à huit arches sur l'Armaçon possédait une croix disparue. Le socle est rehaussé aux quatre angles d'une tête barbue.
Mais la commune doit sa renommée aux anciennes forges XVIIIe créées par l'écrivain, naturaliste, mathématicien, biologiste Georges-Louis Leclerc, né à Montbard en 1707. Il ne devient comte de Buffon qu’en 1773, la seigneurie de Buffon appartenant à la famille. L'établissement fut construit entre 1768 et 1772 selon les règles de l'époque. Il intègre bâtiments de production et logements dans un seul ensemble, qui se répartissent sur deux niveaux. Les habitations et les annexes, étable, remises et granges, dominent le bief de l'Armançon où s'alignent les ateliers de la forge et où tournaient onze roues hydrauliques. À la fin du XVIIIe, les forges produisaient 450 tonnes de fonte par an et abritaient jusqu'à 400 personnes, ouvriers et leurs familles. Une coulée de fonte était obtenue toutes les douze heures. Hélas, le débit irrégulier du torrent entraînait la fermeture de l'établissement en été par manque d'eau et à la fin de l'hiver lors des crues trop violentes. Outre les vestiges du haut-fourneau (chauffe au charbon de bois) et de la forge, on découvre toujours, passé les belles grilles d'entrée, la halle, les logis, le pigeonnier XVIIIe, la maison du maître des forges et un beau jardin avec orangerie XVIIIe. Un bel exemple de conservation de site industriel regroupant, chose rare, haut-fourneau, forge et fenderie sur le même site. Deux martinets plus récents ont été ajoutés.
Le site fut fermé en 1866 après une énorme inondation. Le maitre des forges, Roch-Joseph Guenin le convertit en cimenterie active jusqu’en 1923, le haut-fourneau accueillant un broyeur. La pierre provenait essentiellement des carrières de Pouillenay. On remarque les quatre anciens fours à chaux et à ciment au bord de la rivière, à l’entrée du site et les vestiges d’une petite voie Decauville adossés au mur de soutènement. L'usine Thierry s'honorait de produire du ciment Portland "autorisé pour les travaux de l'État" et ce, jusqu'à 8 000 tonne annuelles. La fenderie fut, elle, transformée en scierie.
Enfin, les plus observateurs repèreront également de nombreuses bornes des routes royales, utilisées en réemploi pour décorer les lieux.
La petite forge un kilomètre en aval, est aménagée en gîte et garde sa longue digue. Forge certes, mais aussi et surtout autrefois ferme, exploitée par les ouvriers de la grande forge. Elle fut transformée en cimenterie en 1861-62.

Les sorciers se réunissaient à la combe Morveau et les fées à la roche de Veilly. À Buffon, les Paponnes sont des pâtisseries en forme de personnages, similaires aux Mariottes de Montbard, confectionnées essentiellement pour la Chandeleur.
André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

RPI - Ecole élémentaire à ROUGEMONT,
Ecole maternelle à ST REMY (cantine et garderie).

Économie & Développement

Exploitation de carrières.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Pêche, chasse, randonnée pédestre, vélo.
Visite de la Grande Forge, de l'Abbaye de Fontenay et du site d'Alésia.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire