Etaules

Maire ESTIVALET Jean René
Secrétaire de Mairie RENOUF Violaine
Adresse Le Village - 21121 Etaules
Tél. 03 80 35 60 65 Fax 03 80 35 60 65
Email etaules.mairie@orange.fr
Site www.etaules21.fr
Horaires d'ouverture Mardi 10h30-12h30 - Jeudi 16h-19h
Population 255 habitants. Etauliens - Etauliennes
Altitude 540 mètres Superficie 1671 ha
Situation géographique 14 km au nord de Dijon
Communauté de Communes Forêts, Seine et Suzon
Canton FONTAINE-LES-DIJON

Je suis fan de ma commune

Présentation

La Commune domine le Val Suzon.
Du Plateau d'Etaules la vue donne sur Dijon et sur les montagnes de l'arrière côte.
Situé sur le plateau, le village est entouré de combes sauvages souvent bordées de roches qui descendent dans le "Val Suzon". Les sources y coulent nombreuses et les promeneurs apprécient les sites de la Fontaine de la Trouvée ou de la source des Chênaux...
La majeure partie du territoire est essentiellemnt constituée de bois et forêts.

Plus d'infos

www.cc-forets-seine-suzon.fr

Tourisme & Patrimoine

Le village remonte à la Préhistoire comme en témoigne l'éperon barré du Châtelet, occupé de 3 000 à 500 ans avant Jésus-Christ.
Un gîte d'étapes de 10 lits est situé au coeur du village.
Un lavoir fait face à un édifice d'où s'écoule la source qui l'alimente. Cet édifice a été construit au XVIIIème siècle par l'architecte P.-J. Guillemot.
Plusieurs circuits de randonnée passent ou partent du village : sur le GR7 des fontaines jalonnent le parcours, le GR2, le "Chemin de Randonnée du CAF" et le sentier "tour du Val Suzon".




Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?


Un curieux de passage à… ÉTAULES.

À l'ouest du village, le châtelet d'Étaules est l'un des plus intéressants camps préhistoriques de Côte-d'Or. Exploré au XIXe par monsieur Drioton, puis par monsieur Guyot, le site fit l'objet d'une étude approfondie menée par Jean-Pierre Nicolardot. Elle démontra une occupation allant du quatrième millénaire avant notre ère jusqu'au premier âge du fer. Il ressemble alors à une redoutable citadelle. La muraille principale en pierre, armée de poutres de bois, atteint 80 m de long sur 10 m de hauteur. Trois gradins successifs conduisent à la palissade supérieure percée de petites ouvertures carrées. Dans l'assemblage, on reconnaît aussi des blocs de tuf, pierre plus légère facile à usiner. Grâce aux travaux de restauration et de reconstruction entrepris de 1976 et 1987 à la suite des fouilles, on peut étudier ces anciennes défenses. L'imposante levée s'entoure de murs de pierres sèches et de fossés. Les habitants, certainement peu nombreux, occupaient l'espace aujourd'hui boisé qui recouvre l'éperon rocheux. La salle polyvalente d'Étaules garde précieusement le résultat des fouilles. Autrefois certains, étonnés par cette importante levée de pierres, pensaient qu'elle abritait un trésor : un chariot d'or. D'autres la disaient construite par les fées. Les siècles suivants, à l'époque gauloise, on ramassait les nodules de fer autour du village. Plus tard, les habitants qui les recueillaient dans les champs les apportaient au haut fourneau de Val-Suzon. Des traces d’exploitations de fer en surface sont aussi visibles à l'est dans les bois Sadey et Dufour.
Situé sur le plateau, le village est entouré de combes sauvages souvent bordées de roches qui descendent dans le "Val Suzon". Les sources y coulent nombreuses et les promeneurs apprécient les sites de la Fontaine de la Trouvée ou de la source des Chênaux. Sans oublier la Fontaine de Jouvence largement aménagé, qui doit sa célébrité à sa légende, car son eau rajeunit de dix ans. Pourquoi ? Jupiter était amoureux de la belle nymphe Juventas, déesse de la jeunesse et, plus particulièrement des adolescents dans la mythologie romaine. Les jeunes hommes lui offraient une pièce de monnaie quand ils revêtaient la toge, symbole du passage de l'enfance à l'âge viril, ce qui explique peut-être pourquoi on jette des pièces dans les fontaines. Mais Juventas était mariée à Hercule. Jupiter (son propre père), jaloux, la métamorphosa en une fontaine aux eaux pures, vives et fraîches, capables de rajeunir ceux qui s’y baigneraient. Avec le temps, Juventas se transforma en Jouvence.
Au-dessus d'un des captages, une minuscule ouverture dans la roche s'ouvre sur un très étroit boyau où la progression est délicate, la grotte de Jouvence. Les promeneurs musardent toujours le long des bassins en rocaille où les flots rebondissent en cascatelles et les jours de pluie, profitent de la grotte de rocaille. Un chalet disparu, lui aussi en rocaille, complétait autrefois la décoration des lieux. Philippe-le-Hardi venait souvent chasser à la fontaine de Jouvence avec son grand chambellan, Thomas de Saulx, dit le Loup de Vantoux. Un peu plus loin, l'eau de la fontaine Baise-ma-Mie réconcilie les amoureux, si toutefois ils la dégustent dans le même gobelet.
Au nord-est du village, la grotte du Tire-Barbe, puits de 8 m en diaclase se terminant par une petite salle aux blanches concrétions, cachée dans une barrière rocheuse, domine le Suzon. Au nord-ouest, la combe au Diable dispose d'un important abri sous roches qui aurait servi de refuge aux habitants à plusieurs reprises et notamment lors de la dernière guerre. Bien avant, lors des invasions Normandes, les habitants de Darois auraient déjà abrité leurs animaux sous les roches. Au départ de la combe "à la Mairie", au nord, on admire un beau lavoir XVIIIe et sa source abritée sous un édicule XVIIIe couvert de laves.
Dans le bourg, l'église paroissiale Saint-Barthélémy est surmontée par la fine flèche en cuivre de son clocher. Au XIe ou XIIe siècle, on ne trouvait ici qu'une chapelle qui dépendait de l'église de Darois. Jusqu'au XVe, une seule seigneurie réunissait les deux villages appartenant au chapitre de la Sainte-Chapelle de Dijon. Face à l'église, on trouve aujourd'hui la mairie-école XIXe aux tuiles dessinant des motifs géométriques colorés et, au bord d'une esplanade sablée, l'ancien four à pain rallumé plusieurs fois par an.
Sachez enfin que la Beuffénie peut emporter les enfants en maraude ou chapardeurs.



 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Un Comité des Fêtes organise chaque année un méchoui et les feux de la St Jean pour l'animation et la rencontre des habitants.
Une bibliothèque est ouverte chaque samedi de 10 h à 11 h.

Économie & Développement

2 exploitations agricoles.
Un Centre Hippique "La Combe aux Geais": pension de chevaux et équitation.

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnées et VTT.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire