Grancey-le-Château Neuvelle


© M.FOLLEA


La Roche qui Pleure © M.FOLLEA


La collégiale © M.FOLLEA


Porte fortifiée © M.FOLLEA


Le bastion © M.FOLLEA

Maire NOURISSAT Patrick
Secrétaire de Mairie JOLIVET Frédérique
Adresse 1 place des Halles - 21580 Grancey-le-Château Neuvelle
Tél. 03 80 75 60 30 Fax 03 80 75 64 60
Email mairie.granceylechateau@wanadoo.fr
Site www.mairie-granceylechateau.fr
Horaires d'ouverture Mardi 14h-17h - Vendredi 14h-17h
Population 277 habitants. Les Grancéens
Altitude 309 mètres Superficie 2755 ha
Situation géographique Latitude: 47° 40' 12'' Nord - Longitude: 5° 1' 33'' Est.
Communauté de Communes CC Tille et Venelle
Canton IS-SUR-TILLE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Très joli village médiéval, Grancey-le-Château-Neuvelle est situé à 39 km au Nord-Ouest de Dijon. Sur son éperon rocheux, il entoure son château classé Monument historique.
Une magnifique allée de tilleuls nous amène à une porte fortifiée du XIIIè siècle.

Plus d'infos

Office de tourisme
Tél. : 03 80 75 60 30
Adresse : Grancey-le-Château
E-mail : mairie.granceylechateau@wanadoo.fr
www.mairie-granceylechateau.fr

Tourisme & Patrimoine

Au Moyen-Age, Grancey-le-Château était une importante place forte de Bourgogne et constituait une pomme de discorde entre le Royaume de France et le Duché de Bourgogne. En Août 1435,Grancey tombe aux mains des bourguignons qui font démanteler la forteresse.
Les Yeux de la Roche qui Pleure : La tradition raconte que la roche pleure la disparition de Nova, châtelaine de Grancey. Peut-être pourrez-vous voir ce sortilège.
Maisons aux toits de laves, lavoir et beaux remparts.
Dans l'enceinte du château du XVIIIè siècle bâti sur l'ancienne forteresse médiévale, on visite uniquement la collégiale Saint-Jean du XIVe s. De style gothique très pur, elle renferme des peintures murales.
L'église Saint-Germain située à 1 km du village, fondée vers 900 est l'une des plus anciennes églises romanes de la région. A l'intérieur, autel en marbre rose de Courlon, pierres tombales, statue en bois de saint Sébastien (XIVe s.)

La Roche qui Pleure © M.FOLLEA

La collégiale © M.FOLLEA

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?


Un curieux de passage à… GRANCEY-LE-CHÂTEAU-NEUVELLE.

Construit sur un éperon rocheux au XIIe, détruit au XVe quand il tombe aux mains des Bourguignons, reconstruit au XVIe, le château finit par donner son nom au village. Grancey était une importante place forte Bourguignonne au Moyen Âge, source de conflits réguliers entre le Royaume de France et le Duché de Bourgogne. Des premières constructions ne subsistent que de belles caves, l'édifice actuel datant du XVIIIe. Certains le surnomment fièrement "le petit Versailles de Bourgogne". Elégant mais un peu sévère, fait de pierres blanches, il domine les environs de sa terrasse. Une partie des anciennes fortifications du XIe a cependant résisté aux années et domine de façon imposante la vallée.
Couvert de tuiles vernissées, la porterie précédée d'une majestueuse allée de tilleuls, garde encore un pont-levis pouvant toujours se relever. À côté du château, la collégiale Saint-Jean-l'Evangéliste XIII-XIVe, fut agrandie deux siècles plus tard au XVe, puis restaurée au XIXe. Son porche néo-gothique remonte à cette époque. Elle présente toujours des peintures murales. Si la vue du château depuis l'est en impose avec la ligne de remparts supportant l'édifice, celle depuis l'ouest étonne, donnant l'impression que la construction est implantée sur la terrasse d'un premier bâtiment de forme voisine. Les rues de la ville "haute" qui parfois se glissent sous les maisons anciennes, nous font découvrir aussi de belles croix parfois cannelées et demeures de maîtres des XVIII-XIXe. Dressée au centre de la cité, l'imposante mairie-école accueillait les halles. Cloche et horloge dominent la façade. Une belle fontaine trône en face, sur la place, au fond de laquelle se situe la maison natale d’Adèle Garnier, fondatrice de la Congrégation des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre. Étonnement situé sur les hauteurs, le lavoir XIXe accueille, chose rares, des latrines. On découvre encore, l'ombrage d'un magnifique tilleul dit de Sully et, portant une Vierge, une vieille porte fortifiée des XIV-XVe à l'entrée nord de la ville. Cette porte passée, on croise le château de Sébastopol, vaste maison de maître, puis un bel ensemble d'abreuvoirs avant de trouver un imposant corps de ferme. En face, sur l'autre rive de la vallée, une imposante maison de maître XIXe se dresse avec ses communs "Belle Époque" au-dessus des anciens moulins à eau.
Au sud-est, à près d'un kilomètre, l'église romane XIIIe Saint-Germain fut édifiée avec un chœur à chevet droit et une voûte en carène de bateau renversée veille sur le cimetière. Elle pourrait être une des plus vieilles églises du département et remonter du début du Xe. Ses remaniements remontent essentiellement au XVIe. Le clocher aux baies géminées, supporte une flèche en ardoise plus récente. Elle abrite des œuvres du sculpteur bourguignon Georges Serraz. Outre la curieuse petite croix devant l'enclos du cimetière, on en admire une magnifique à l'intérieur. En face l'église, on observe un pigeonnier semi-circulaire accolé à une maison de maître.
Selon une légende du XIVe, des géants auraient accueilli à Grancey-le-Château les héros échappés de la ruine de Troyes ! Une autre légende rapporte qu'avant de partir aux croisades, Rainald seigneur de Grancey, recommanda à son épouse Nova, de ne point quitter la protection de la forteresse. Hélas, au bout de trois ans, la belle n’y tenant plus, décide de sortir à cheval avec un écuyer pour goûter aux délices de la liberté. Un violent orage la rappelle à l’ordre. Mais la belle récidive bientôt et quitte seule la forteresse pour une longue promenade à pied. Malheureusement, la tempête se déclenche à nouveau. Le lendemain, on retrouvera son corps sans vie tombé des roches. Ce jour d’octobre, son mari rentrant de croisade apprend la triste nouvelle et court jusqu’à la combe. S’agenouillant là où sa belle décéda, il se met à pleurer de désespoir. Aujourd’hui, les jours de pluie, le rocher des Yeux de la Roche qui Pleure, laisse jaillir deux jets d'eau par deux orifices et la combe s’appelle Combe d’Octobre. Dans la combe à la Demoiselle, se nichent la grotte des Yeux de la Roche et la grotte de la Demoiselle. (Grotte du Trou de la Route : voir Barjon). Dans le déblai Nord de l'ancienne voie ferrée, la grotte du Trou qui Souffle est profonde de quinze mètres. Dans les environs, on s'attardera aussi à la pierre dressée de la Grande Borne. À l'ouest, ancienne maison forte entourée de fossés, la ferme du Grand Brot fut reconstruite au XIXe en conservant un petit pavillon XVIIe.
Ordonné prêtre le 15 mars 1862, le jeune abbé Émile Petitot, né à Grancey-le-Château en 1838, est désigné pour partir au Canada trois jours après. Il y séjourna jusqu'à l'année 1883. On lui doit de nombreuses publications comme : le Mackenzie (1875), Traditions indiennes du Canada nord-ouest (1886), les Grands Esquimaux (1887), En route pour la mer Glaciale (1887), Quinze ans sous le cercle polaire (1889) et divers travaux de linguistique nord-canadienne, une grammaire/français esquimau. Terminons avec un évènement archivé par le GEIPAN (groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés). La nuit du 25 juin 1995 à Grancey-le-Château, des gendarmes en surveillance observent le passage d'une boule lumineuse, très rapide et très brillante. L'hypothèse retenue par le GEIPAN est très probablement une rentrée atmosphérique.

Neuvelle-lès-Grancey. (Grancey-le-Château). Jusqu'à la Révolution, le hameau était rattaché à la Champagne. On y voit une petite église appelée, chapelle de Neuvelle, dominée par la flèche de son clocher couverte d'ardoises. Le lavoir se niche au sud et domine la combe Fourmis.

André Beuchot


Porte fortifiée © M.FOLLEA

Le bastion © M.FOLLEA

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

> Ecole maternelle.
> Cantine et Garderie périscolaire.
> Foyer rural : séances cinéma, gymnastique d'entretien, activité pour la petite enfance, foire des coucous, apéro du jeudi, randonnées pédestres...
> L'Office de Développement et d'Information sur la Culture, l' Environnement et le Tourisme.
> La Saint Hubert, société de chasse de Grancey-le-Château.
> Amicale des Sapeurs Pompiers.

Économie & Développement

Boulangerie, Tabac, Alimentation, Bar.
Restaurant, Salon de coiffure ...

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Promenez-vous dans les ruelles du village et visitez la Collégiale Saint-Jean.


Fan de ma Commune

FOLLEA
02/08/2013
Dans les bonnes adresses, il conviendrait d'ajouter la SARL MONALISA: ventes de fruits et légumes bio, farines, des jus de fruits, des soupes et des tartinades. Des légumes secs. Le tout en bio. Vente de paniers à 10 et 15 € (livraison possible). Marchés le mardi de 17 à 19 H et le samedi de 10 à 12 H au 6, route de Dijon. Gérant: Jérôme FOLLEA. 06 08 31 70 61. Egalement le salon de coiffure Cymil'Hair. Cyrielle MINOT. Tél. 03 80 75 60 57.1, rue de la Pérouse. Ouvert du mardi au vendredi de 9 H 00 à 19 H 00 et le samedi de 9 à 16 H. Cyrielle et Astrid proposent coiffure et onglerie à domicile sur rendez-vous.

Soumettre un commentaire