Curtil-Saint-Seine


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot


©André Beuchot

Maire Albert LACOMME
Secrétaire de Mairie RENOUF Violaine
Adresse Rue Duband - 21380 Curtil-Saint-Seine
Tél. 03 80 35 45 93
Email curtilstseine@gmail.com
Horaires d'ouverture Lundi 15h30-17h00
Population 105 habitants. Curtiliens
Altitude 575 mètres Superficie 1200 ha
Situation géographique à 20 km de Dijon
Communauté de Communes Forêts Seine et Suzon
Canton FONTAINE-LES-DIJON

Je suis fan de ma commune

Présentation

Dans un pays sec et pierreux au climat rude, entourée de forêts, propice à la randonnée et à la découverte, Curtil-Saint-Seine est une commune rurale en bordure du plateau dominant la Vallée du Suzon.

Plus d'infos

*Découverte nature en Bourgogne est le Réseau Régional des Sites Naturels et itinéraires équipés pour la découverte du patrimoine naturel. Il s’agit d’un ensemble de sentiers sélectionnés sur la base d’une méthodologie validée par le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CRSPN). Aménagés dans le respect des milieux et des espèces, ces sentiers sont des lieux privilégiés pour observer et apprécier la richesse et la diversité écologique de la Bourgogne.
Opération co-animée par le Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons et Alterre Bourgogne et co-financée par le Conseil Régional et la DIREN. (www.cc-forets-seine-suzon.fr)

Tourisme & Patrimoine

-Le lavoir de la Combe aux Essarts (à 1.5 km du village sur le sentier Bouton d'Or du tour du Val Suzon) construit au début du XIXème ; il est composé d'une source-bassin, d'un lavoir couvert de laves, d'un abreuvoir et d'un routoir à chanvre. (fait désormais partie du Réseau Régional des Sites Naturels équipés pour l’accueil du public en Bourgogne*).
- Le four à pain, bâti au début du XIXème, se caractérise par sa cheminée ouverte et par son toit de laves.
- Considérés comme un des poumons verts de la capitale régionale, Curtil-Saint-Seine et ses environs boisés sont particulièrement fréquentés par les marcheurs et cyclistes, et réputés pour leur richesse cynégétique.

©André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… CURTIL-SAINT-SEINE. Canton de Fontaine-lès-Dijon. (Autrefois canton de Saint-Seine-l'Abbaye).
Près de la mairie école XIXe, l’église paroissiale Saint-Philippe et Saint-Jacques fut édifiée au milieu du XIXe sur l'emplacement de l'ancien édifice dont une partie s'était effondrée. D'aspect classique, elle se distingue toutefois par ses enduits rosés. La tour du clocher percée d'oculus accueille les vastes fenêtres recouvertes d'abat-son qui encadrent les cloches. Le tout étant surmonté d'une flèche en ardoises. Au XIIe, on trouvait déjà une église dressée par les Templiers qui possédaient également une maison, la seigneurie leur ayant été concédée en 1295 par le duc Robert II. Autrefois, la contrée abrita une abbaye des Templiers dans la combe de Goa (Voir Val-Suzon).
La curiosité qui retient les visiteurs reste cependant le four à pain du XIXe. Couvert en laves, il étonne par la découpe de sa toiture au-dessus de la porte du foyer faisant office de cheminée ouverte. Les curieux observeront sur le côté, une petite chouette sculptée. Presque en face, on déniche une arcade également sculptée, décorée de feuillages et d'une abeille.
Un joli jeu de terrasses conduit à la salle des fêtes, ancien lavoir XIXe doté d'un plancher. En chemin, on croise un four à pain et, sur une des terrasses, un long abreuvoir encadré par deux pompes à bras.
Il faudra descendre en forêt la combe de la Fontaine pour rejoindre le lavoir des Essarts construit sur l'emplacement d'un moulin des Templiers, entrainé par un cheval. Le site présente un exemple type de l'utilisation de l'eau d'une fontaine au XIXe. Dans un escarpement rocheux, une source jaillit dans un bassin de pierre orné d'une petite sirène sculptée lors des restaurations du XXe. On pourra ici puiser l'eau pour la consommation, avant qu'elle ne reparte vers le lavoir couvert en laves qui n'est qu'à quelques mètres. Construit au début du XIXe, il sera complété en 1870 par un second édifice construit cette fois, à deux pas du village, plus commode pour les lavandières. Pour édifier celui des Essart, on réutilisa des blocs provenant de la démolition de l'église Saint-Gilles de Saint-Seine-l'Abbaye. Voilà pourquoi des pierres tombales apparaissent dans les linteaux de fenêtre. Après avoir blanchi le linge, l'eau dévale dans un bel abreuvoir circulaire au dallage en épis. Puis les flots dégringolent en cascatelles jusqu'à un nouveau bassin, formant au passage une tufière verdoyante. Dans cet espace triangulaire, le rouissoir, on déposait les bottes séchées en les maintenant immergées.
En prenant la direction de Francheville pendant 1 km, on la déniche La "Rivière Fossile de Saint-Seine". Juste avant l'entrée du bois, une pointe de forêt s'avance sur la gauche comme pour rejoindre la route. L'entrée se trouve au milieu, à 40 m de la lisière, au milieu de nombreuses autres excavations. Un puits de 5 m donne accès à un réseau de 90 m composé de deux galeries parallèles. De l'autre côté de la route, pratiquement au même niveau, on trouve le Trou du Chien 1, long de 170m, et le Trou du Chien 2, de 10 m seulement. Face à la Roche Aubin se nichent les deux petites grottes du Coteau Baron. Enfin, malgré son nom, le "gouffre de Curtil" se situe sur le territoire de Val-Suzon. Quatre puits se succèdent, 14, 16, 12 et 16 m, le dernier fréquemment vicié (CO2). Il se cache à 1 700 m au sud-est de la rivière souterraine de saint-Seine. (Voir Val-Suzon).
André Beuchot

©André Beuchot

©André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Dans la commune, un centre d'accueil à la journée propose, en collaboration avec l'Inspection Académique et l'USEP 21, de faire découvrir aux écoles un large éventail d'activités sportives, artistiques et scientifiques de pleine nature.

Economie & Développement

- Ébénisterie d'Art : 06.50.19.14.25 -
- Fleuriste : 06.09.93.91.49 -
- Luthier : 03.80.35.45.48 -

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus