Fain-lès-Moutiers


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire PETIDENT Jérôme
Secrétaire de Mairie NICOL Brigitte
Adresse 2 rue de l'Ecole - 21500 Fain-lès-Moutiers
Tél. 03 80 96 74 23
Email mairie.fain-les-moutiers@orange.fr
Horaires d'ouverture lundi : 9h00 à 12h00 et le jeudi : 14h00 à 17h00
Population 196 habitants. Les Finnois et Finnoises
Altitude 327 mètres Superficie 980 ha
Situation géographique Nord-Ouest du département
Communauté de Communes Montbardois
Canton MONTBARD

Je suis fan de ma commune

Présentation

A 15 km de Montbard, village natal de Sainte Catherine Labouré : visite de la ferme, du berceau, du pigeonnier ; aujourd'hui, cette ferme est un centre d'accueil et centre infirmier.
De bons chemins se prêtent à d'agréables promenades sur 1 000 hectares de prés, de bois et de forêts.

Plus d'infos

Office de tourisme de Montbard et du Montbardois.
Place Henri Vincenot
03 80 92 53 81
www.ot-montbard.fr

Tourisme & Patrimoine

Devant l'église, calvaire du XVè siècle.
A l'église, portail et statue de Marie des XIVè et XVè siècles. Tableaux des XVIIè et XVIIIè siècles.
Au hameau de Saint-Just, chapelle du XIIè siècle, décors du choeur et statue en bois peint du XVIIIè siècle.

© André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… FAIN-LÈS-MOUTIERS.
Le nom du village viendrait de "finis", frontière de pagus gallo-romain. Certains historiens situent ici la bataille qui opposa Gaulois et Romains avant le siège d'Alésia. Après la Révolution, il s'appela quelques années Fain-lès-Réome.
La flèche du clocher d'ardoises de l'église XVe de l’Assomption, presque entièrement refaite au XVIe puis au XVIIIe, semble posée sur la toiture. L'édifice s'ouvre par un porche protégeant un magnifique portail du XVe accueillant une Vierge XIVe. À l'intérieur, très simple, on observe une voute en coque de bateau inversée, quelques boiseries entourant le chœur et une chapelle latérale illuminée par les vitraux d'une élégante fenêtre Renaissance.
Les piliers de l'enclos portent deux inscriptions. La première : "1860. Cette porte a été donnée par Adélaïde Varel, veuve du commandant Boisseau". La seconde : "Les transports faits par les laboureurs de la commune". Un beau calvaire sculpté XVe se cache derrière le monument aux morts qui lui aussi, mérite de l'attention. Dominée par sa cloche, la mairie XIXe accolée arbore deux niches, hélas vides de statues.
On compte ici cinq pigeonniers carrés ou rectangulaires couverts en laves, dont celui, imposant, de la ferme natale de Catherine Labouré, fort de plus de 1 100 boulins. Celui face à cette ferme porte un pigeon en pierre au sommet.
Huitième de dix-sept enfants des fermiers Pierre et Madeleine Labouré, Catherine naquit le 2 mai 1806, dans cette belle ferme de Fain-lès-Moutiers, face à l'église. Elle entra en 1830 chez les Filles de la Charité, rue du Bac. C'est là, dans la chapelle, que la sainte Vierge lui apparaît quelques mois plus tard, la première fois le 19 juillet 1830 pour lui annoncer une mission, la seconde, le 27 novembre qui suit, pour lui révéler qu'elle est chargée de faire frapper une médaille. Elle fut gravée selon les indications de Catherine et diffusée dans le monde entier à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires. Catherine Labouré mourut à Paris en 1876, et fut canonisée en 1947. La ferme restaurée et remaniée par la congrégation des sœurs de Saint-Vincent de Paul, a gardé l'habitation de la famille. On y voit la chambre des parents ou s'ouvrait le four à pain avec le berceau qui accueillit tous les enfants. La grande pièce commune étonne par ses dimensions et la présence de deux cheminées. Le coin "cuisine" voûté a été préservé avec sa pierre d'évier et ses pierres à fromages. Un beau jardin s'étire sur l'arrière et on remarque, à l'entrée nord, une jolie niche en pierre.
On trouvait autrefois deux lavoirs. Le premier en contrebas de la ferme de Catherine labouré, transformé en coin de détente, n'a gardé que des brides de murs. Le second, dans le vallon à 350 m au nord, restauré récemment, remonte au XIXe. Une fontaine couverte l'alimente, puis les eaux filent dans un vaste abreuvoir semi-circulaire. Tout à côté, se cachent les tous derniers vestiges du château de Fragnat.
Près de l'entrée sud-est, une Vierge dressée sur une colonne en pierre surveille l'étang de Vassieu.
Au chapitre des légendes, on rapporte qu'un veau d’or serait enterré sur le territoire de la paroisse. Mais où ?

On trouve au sud-est le hameau rattaché de Saint-Just.

Saint-Just. (Fain-lès-Moutiers).
Une villa gallo-romaine mise à jour dans le village semble la trace la plus ancienne d'occupation du site. L'histoire se poursuit avec la découverte de tombes mérovingiennes et carolingiennes. Le XIIIe voit la naissance de la chapelle Saint-Georges avec clocher arcade et corniche bourguignonne. Devant l'entrée, se trouve la margelle monolithe d'un puits. L'ancien château tout proche n'a préservé qu'un colombier rond ouvert par un portail XVIe au-dessus duquel on retrouve les armes de la famille Coeurderoy.
Le hameau qui compte aussi un lavoir dominé par la chapelle et entre les deux, une série d'abreuvoirs en pierre, changea plusieurs fois de nom. Il fut dénommé auparavant Saint-Jeux et après la Révolution, Bellevue-sur-Réome.
André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Économie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Randonnée pédestre, véloroute, pêche. Visite (Musée d'Alésia, Abbaye de Fontenay).


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire