Fontaine-Française


Côte-d'Or Tourisme © R. GUITON


Le pont vert ©Baradel Vallet Corine


Côte-d'Or Tourisme © R. GUITON


© André Beuchot


Côte-d'Or Tourisme © R. GUITON


© André Beuchot

Maire Nicolas URBANO
Secrétaire de Mairie BORDERELLE Marie
Adresse 1, Rue du Général Gandyl - 21610 Fontaine-Française
Tél. 03 80 75 81 21 Fax 03 80 75 86 19
Email mairie.fontaine-francaise@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Lundi 8h30-12h et 14h-16h, Mardi 8h30-12h et 14h-16h, Mercredi 8h30-12h et 14h-16h, Jeudi 8h30-12h et 14h-16h, Vendredi 8h30-12h et 14h-16h
Population 984 habitants. Les Fontenois
Altitude 215 à 287 mètres Superficie 3066 ha
Situation géographique Latitude: 47° 31' 31'' Nord - Longitude: 5° 22' 11'' Est
Communauté de Communes CC Mirebellois et Fontenois
Canton SAINT-APOLLINAIRE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Fontaine-Française est un petit village niché au coeur du pays de Vingeanne. Commune au passé historique parfois méconnu. Savez-vous que c'est ici que Henri IV repoussa avec ruse les troupes espagnoles lors de la huitième guerre de religion ? D'ailleurs, vous rencontrerez sûrement sur votre passage cette fontaine et son petit arc de triomphe commémorant la victoire du bon roi Henry.

Plus d'infos

Aire de pique-nique de Fontaine-Française, à "la baignade", le long de la Vingeanne.
Aire pour campings-cars - Tel. 03 80 75 81 21.

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint-Sulpice, origine XIIIè siècle.
Château, XVII-XVIIIè siècle. bâti sous le règne de Louis XV à l'emplacement d'une ancienne forteresse, le château de Fontaine-Française est classé Monument historique ainsi que ses jardins. Son architecture et sa décoration intérieure incarnent la perfection classique des grandes demeures françaises du XVIIIè siècle.
Communs dits Petit-Château et son parc, orangerie et jardin, belles grilles d'entrée, glacière couverte en laves, bassin central.
Monument commémoratif de la bataille de Fontaine-Française.
Au château de Fontaine-Française ... La princesse de Monaco et Madame de Saint-Julien tenaient un salon littéraire brillant fréquenté par Voltaire et Madame de Staël.
Le pont vert.

Le pont vert ©Baradel Vallet Corine

Côte-d'Or Tourisme © R. GUITON

© André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


 


 

Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… FONTAINE-FRANÇAISE. Canton de Saint-Apollinaire. (Autrefois chef-lieu de canton).
Rectiligne, la D960 suit le tracé d'une ancienne voie romaine qui entraina certainement une première occupation du territoire. Occupation qui se poursuivit, comme en atteste la présence d'un cimetière mérovingien découvert à proximité au lieu-dit La Motte où se dresse à présent une chapelle.
Le bourg reste célèbre pour son château XVIIIe, édifié sur l'emplacement d'un château fort en bon état qui avait été restauré au XVIe par le cardinal de Givry, évêque de Langres. Il fit construire une chapelle et modifia le toit en le couvrant de tuiles vernissées. Mais au milieu du XVIIIe, Monsieur de Saint Julien le fit démolir pour bâtir le château actuel. La belle façade, surmontée par son curieux toit central en dôme, se mire dans son étang. Le château possédait aussi sa glacière couverte de laves. L'imposante orangerie inachevée a été édifiée dans la deuxième partie du XIXe. Curieusement, on montrait dans la tour sud, la chambre dans laquelle Henri IV aurait couché au soir de la bataille du 5 juin 1595 ! Il est vrai qu'elle fut aménagée dans la vieille tour d'autrefois, conservée lors des modifications du XVIIIe. À proximité, le "Petit Château" comprenait les communs, les écuries voûtées, la chambre de justice et sa prison. Voltaire fréquenta régulièrement le château. Il utilisait les combles pour ses répétitions et la grande salle de spectacle du deuxième étage pour ses représentations. En 1943, le musée des Beaux-Arts de Dijon envoya plusieurs œuvres au château pour les cacher à l'occupant.
Fontaine-Française conserve également de vieilles maisons XVIe, une tour hexagonale encastrée, une fontaine XIXe décorée de poissons en fonte, un pigeonnier, un lavoir en atrium, un four banal et un moulin à eau XVIIe avec roue à augets. Transformé en scierie, il deviendra une chambre d'hôtes. Notons aussi les cadrans solaires du château, du presbytère et de la gendarmerie.
Bordée par une corniche bourguignonne, l’église XIIIe Saint-Sulpice avec nef unique, fut remodelée aux XVe, XVIe et XVIIIe. De beaux vitraux illuminent l'intérieur où l'on découvre peintures murales et mosaïques. On déniche encore l'ancienne gare du tacot réhabilité et à l'ouest des tennis, une jolie maison de maître "Belle Époque" avec terrasse en briques, décors moulurés et tour carrée sur l'arrière. Durant la guerre de 1941-1918, une annexe de l'hôpital complémentaire (HC n° 65) d'Is-sur-Tille fut aménagée dans la cité.
Au sud-est, la Torcelle se glisse sous le canal par un pont aqueduc fonctionnant par siphon. Un peu plus au nord, un ruisseau fait de même et l'on s'attardera à sa source proche en forme de coquille.
L'étang du Fourneau doit bien sûr son nom à la présence d'un ancien haut fourneau édifié au milieu du XVIIe, alors entouré des logements du personnel. Le minerai provenait des environs et la fonte était envoyée vers la Saône pour son transport. La production atteignit 900 tonnes de fontes par an. Le site compta deux patouillets qui, en période de basses eaux, étaient actionnés par un manège à chevaux. Le fourneau s'éteignit en 1868 et une scierie prit sa place de 1873 à 1965. Les bâtiments du XIXe, en ruines, sont peu à peu envahis par la végétation. Mais le haut-fourneau, profitant de sa robuste maçonnerie, résiste aux années. Semblable à celui de Marcennay, il mériterait vraiment une sauvegarde. En bordure du plan d'eau, on trouve un ancien rouissoir à chanvre (ou bassin pour tremper l'osier ?).
À proximité, au bord de la route de Saint-Seine, on trouve un beau lavoir porté par dix massives colonnes, juxtaposé au monument commémoratif de la victoire d'Henri IV en 1595. Il fut édifié au XIXe. La confrontation eut lieu le 5 juin 1595. Parti en éclaireur, Henri IV, rencontra par hasard ce matin-là, les troupes espagnoles. Il les chargea aussitôt et contre toute attente réussit à les repousser. Après cette charge, Henri IV décida d'agir par la ruse. Il recruta les habitants du coin, essentiellement des paysans. Il les arma de faux, pioches et de tout objet métallique pouvant briller au soleil. Il ne restait qu'à faire manœuvrer ces fausses troupes de militaires sur une colline face à l'ennemi, faisant croire à la présence d'une véritable armée. Replié en contrebas, Vélasco se laissa tromper et décida de rebrousser chemin, laissant la place libre aux Français. Peu avant le monument, on remarque d'imposantes inscriptions gravées sur les parapets d'un petit pont.
Côté légende, étonné par le fait qu'une touffe d'herbe verte broutée par un bœuf repoussait chaque jour, on creusa et on découvrit une statue en bois de la Vierge. Un convoi la transporta jusqu'à l'église, mais le lendemain, elle avait déjà disparu et regagné le lieu de sa découverte. Après un second essai, la sainte revenant de nouveau à sa place, on comprit qu'elle voulait être honorée là. La chapelle Notre Dame de la Motte y fut alors construite (sur l'emplacement du cimetière mérovingien). Reconstruite au XVIIe, elle étonne avec son intérieur simple malgré le chœur coloré et un beau lustre, contrastant avec la double porte à accolade d'aspect plus ancien. Quant à la fameuse statue, elle est depuis à l'abri en lieu sûr !
N’oublions pas et cette vieille tradition : le jour de Mardi-Gras, on jetait autrefois dans l'étang du Fourneau un mannequin enflammé. Parmi les personnalités locales, on relève les noms du phytopathologiste Georges Viennot-Bourgin, Président de l'Académie d'agriculture, scientifique et enseignant français, du sculpteur Jean-Marc Tournois et de Louis Astier de Villatte, officier de l’Armée de l’air.
André Beuchot

Côte-d'Or Tourisme © R. GUITON

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Collège Henri Berger - 5, rue des Murots - 03 80 75 80 32.
Plusieurs associations ;
Associations culturelles et sportives.
Chasse/pêche.

Économie & Développement

Artisans :
Couverture-zinguerie, ébenisterie, maçonnerie, travail de la pierre, pose de cheminées, menuiserie, mécanique automobile, installation électrique, taxi.
Commerces :
Boucherie-charcuterie, plats à emporter, boulangeries-pâtisseries, fleuriste, tabac-presse, coiffure. (www.cc-fontaine-francaise.fr).

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

A voir ... Le château et son parc avec de magnifiques tilleuls et une grande pièce d'eau.
Randonnées : 6 itinéraires de randonnée pédestre inscrits au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée sont balisés en jaune.
www.cc-fontaine-francaise.fr


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire