Remilly-en-Montagne


©Marie quiquemelle


©Marie quiquemelle


© Gérard Maës


© André Beuchot


© André Beuchot


© André Beuchot

Maire CHEVILLON Marc
Secrétaire de Mairie RICHARD Virginie
Adresse 18, Grande Rue - 21540 Remilly-en-Montagne
Tél. 03 80 23 68 84 Fax 03 80 23 63 84
Email mairie.remilly-en-montagne@wanadoo.fr
Horaires d'ouverture Mardi 9h30-11h30 - Vendredi 9h30-11h30
Population 123 habitants.
Altitude 330 mètres Superficie 847 ha
Situation géographique Latitude: 47° 17' 32'' Nord - Longitude: 4° 44' 13'' Est.
Communauté de Communes Ouche et Montagne
Canton TALANT

Je suis fan de ma commune

Présentation

Ancien village de vignerons, Remilly-en-Montagne est situé à 23 km au Sud-Ouest de Dijon et à 4 km de Sombernon, sur la rive gauche de la Sirène.
Il est dominé par le Mont Rond et la Montagne.

Tourisme & Patrimoine

Eglise Saint-Pierre-ès-Liens, XIIIè siècle.
Moulin sur la Sirène ; charme et élégance des corps de bâtiments.




©Marie quiquemelle

© Gérard Maës

© André Beuchot

Elégante et discrète, la Côte-d’Or séduit par son charme plutôt que par l'exubérance. La richesse de son patrimoine naturel et architectural réserve aux visiteurs des découvertes souvent surprenantes. S'évader en Côte d'Or, c'est la promesse d'une autre perception de notre département ; c'est vouloir partir ailleurs au cœur de son propre territoire...  C'est vouloir l'explorer de mille et une façons pour mieux le connaître. Nous avons donc souhaité rester au plus près de cet immense potentiel environnemental, patrimonial, touristique qui, tout au long des chemins, fera appel à tous vos sens : voir, écouter, sentir, toucher et parfois même goûter. Inépuisable Côte-d’Or, nos coups de cœur ne sont pas tous révélés ici ...  Nous nous évaderons à nouveau vers d'autres territoires dans une prochaine édition. Chaleureux remerciements aux élus et partenaires publics et privés pour la confiance qu’ils nous ont accordée et leur engagement dans la valorisation de leur territoire. 
Valéry Choplain
Découvrir le magazine 


Le saviez-vous ?

Un curieux de passage à… REMILLY-EN-MONTAGNE.

Dans un site agréable, accroché aux coteaux, Remilly est abrité par la "montagne" des nuisances de l'autoroute. Autrefois, cette montagne se couvrait de vignes et les vignerons étaient nombreux, ce qui explique peut-être le sobriquet donné aux habitants, "lé soulon" : les ivrognes. Mais prenons garde car autrefois, "soullon" dans le parler local d'autrefois, était aussi synonyme de torchon.
Dès l'antiquité, l'homme occupa la région, ainsi qu'en témoigne le tumulus de Derrière le Mont Rond, près de la source du Têt, à proximité de traces de l'ancienne voie romaine qui reliait Châteauneuf à Mâlain. À propos d'occupation romaine, citons un article paru dans le journal Comoedia du 6 août 1927 : "Une légende veut qu'il y ait dans la Côte-d'Or, près de RemiIly-en-Montagne, une ville qui aurait été détruite lors, de la conquête roumaine. On découvre de temps en temps, sur l'emplacement même attribué à cette ville, des objets divers, poteries en bronze. On signale ces jours-ci encore qu'un laboureur, en travaillant son champ, a découvert une hache en bronze de la première époque. Pourquoi n'organise-t-on pas des fouilles méthodiques à Remilly-en-Montagne ? Il n'y a pas, comme on dit, de fumée sans feu ?"
Le XVIe a laissé une belle maison et la fontaine en héritage. On trouve ici un des rares affleurements de granit rose du département. Dans une carrière de granit située au sud de la D108, entre le moulin et le pont, on taillait des pavés pour la ville de Dijon. Des wagonnets apportaient la roche à un concasseur. Peu à peu, les traces de cette activité et du chemin descendant du coteau disparaissent. Seules les vieilles photographies aériennes permettent de retrouver le site.
Reconstruit sur l'emplacement d'un moulin connu dès le XVIIe mais certainement beaucoup plus ancien, le moulin actuel cessa son activité avant la première guerre mondiale.
Un peu plus loin en aval, c'est une jolie passerelle en pierre qui retient l'attention. Le village, qui a toujours un pigeonnier, a gardé une forge face au lavoir et à sa source nichée dans un abri en pierre.
L'église Saint-Pierre-Es-Liens XIIe fut retouchée trois siècles plus tard, puis au XXe. Elle présente un joli portail d'entrée dominé par un groupe sculpté. De chaque côté de la porte de l'enclos du cimetière, on repère des blasons en partie effacés. Cet enclos conserve un calvaire avec table des morts qui semble très remanié. Derrière l'église, les curieux découvriront un second calvaire curieusement dressé sur une ancienne borne royale. La mairie-école a de son côté gardé sa cloche, calée sous un curieux abri surnommé "parapluie" et voisine une fontaine dominée par une tête de monstre.
Un peu plus haut, c'est un puits qui s'abrite sous un bel abri maçonné accueillant toujours sa vieille pompe.
Au sommet de la "Montagne", une ancienne tour du télégraphe Chappe restaurée, mais sans son mécanisme, domine les environs. Le télégraphe optique Chappe fut adopté par la Convention en 1794. La station de Remilly-en-Montagne se trouvait sur la ligne de Paris à Lyon. Destiné à l'État et à l'armée, le télégraphe eut aussi un rôle anecdotique. En novembre 1799, lorsque Bonaparte prend le pouvoir, il s'intéresse de près à la loterie nationale. Le télégraphe de Chappe, va lui permettre d'installer cette loterie dans les 130 départements français et de transmettre rapidement les numéros gagnants. Selon le chanoine Denizot, un deuxième télégraphe aurait été édifié sur le Mont Rond pour une seconde ligne de télégraphe.
À proximité, une vaste enceinte en pierres sèches flanquée de soubassements étonnera les visiteurs. Dans une vaste pinède, se trouvent cinq plates-formes en pierres maçonnées, de près de deux mètres de haut. De formes irrégulières, ovales ou rondes, de trois à dix mètres de long, elles sont accessibles par des marches en pierre en saillies ou aménagées dans l'épaisseur des constructions. À quoi pouvaient-elles servir ? Simples amas d'épierrement ? Soubassements de constructions ? Certains suggèrent qu'il faut y voir des infrastructures à but militaire défensif. Des canons pouvaient être implantés sur les plus vastes, tandis que les plus petites recevaient les guetteurs. Rien ne dit d'ailleurs qu'elles n'étaient pas surmontées d'une tour en bois. Il faut préciser que la montagne de Remilly domine deux vallées, celle de la Sirène et celle de l'Ouche. Sans la forêt, voici un formidable poste d'observation. Mais à quelle époque ? XVIIe ? XVIIIe ? Nouveau mystère. (Voir Grésigny-Sainte-Reine et Jaugey).
Pour les amateurs de grottes, citons le Creux de l'Entonnaux, et sous la tour du télégraphe, le gouffre de la Montagne, étroit, qui s'enfonce sur une quinzaine de mètres.
Enfin il faut citer, à l'ouest, le hameau du Trembloy qui conserve un joli puits et une grange du XIXe.
André Beuchot

© André Beuchot

© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Économie & Développement

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Promenades, randonnées pédestres ou à vélo vous permettront d'admirer de magnifiques points de vue sur la vallée de l'Ouche.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire