De Beaune à Saulieu la capitale du Morvan.

Saulieu, qui naquit à l’époque gallo-romaine, fut brulée pendant la guerre de Cent Ans et qui, au début du XXe siècle, était desservie par le Tacot du Morvan, le chemin de fer de Corbigny à Saulieu. Saulieu et ses tables renommées, le Relais Bernard Loiseau, l’Hostellerie de la Tour d’Auxois, La Poste ou encore le Sédélocien autant de noms pour chanter la gastronomie bourguignonne aux oreilles et palais des visiteurs qui s’attarderont aux terrasses et jardins des soirs d’été. Ville d’art vivant à chaque coin de rue, la belle morvandelle expose ses merveilles sans façon derrière ses murs de granit et ses toits pentus et coupés pour mieux résister aux neiges hivernales.

 

 

 

 

 

Des hauteurs de Bibracte jusqu’à l’oppidum d’Alésia, une voie traverse les moments forts de l’histoire gauloise. Un tracé fidèle à la réalité historique et à l’itinéraire emprunté par Vercingétorix et ses troupes sur un chemin qui se mérite à pied ou à vélo, traversant Auxois et Morvan, posant ses haltes des camps romains d’Alésia jusqu’au sommet de la Colline Eternelle de Vézelay avant de rejoindre Autun en passant, bien sûr, à Saulieu l’hospitalière qui a gardé sa vocation d’étape gastronomique déjà appréciée par Madame de Sévigné et Napoléon.

 

S'évader en Côte-d'Or - Communauté de communes de SaulieuSaint-Andoche de Saulieu et ses reliques se trouvent en la basilique qui porte son nom et qui abrite son tombeau en marbre blanc… C’est au tournant d’une jolie place que la perle romane ouvre ses vantaux de bois sur sa nef aux 50 chapiteaux, la plupart s’ornant de motifs végétaux comme les feuilles de charme ou par des feuilles d’acanthe terminées par des masques humains ou encore des animaux affrontés.


L’église au vocable de Saint-Saturnin est, quant à elle, située à la croisée de plusieurs anciennes voies gauloises, dont la principale est connue comme étant une partie de la Via Agrippa reliant Chalon-sur-Saône à Autun. Elle se caractérise par une très rare flèche de clocher recouverte de bardeaux en bois de chêne ou de châtaignier tout comme le porche. Les ruelles sédélociennes cachent des cadeaux comme cette très ancienne vierge bourguignonne en pierre polychrome et sa jolie légende…

 

 

 

 

 

 

S'évader en Côte-d'Or - Communauté de communes de SaulieuSaulieu, la ville de Pompon, sculpteur animalier né à Saulieu en 1855, dont le musée raconte la maison morvandelle, la gastronomie, les arts et traditions populaires, l’art sacré, les stèles gallo-romaines… Un musée où s’organisent aussi des expositions temporaires, des conférences et diverses activités culturelles. Mais il est temps de quitter la belle morvandelle, capitale européenne du sapin de Noël, pour attaquer, non sans avoir pris quelques forces, la Grande Traversée du Morvan à VTT… la GTM… et son itinéraire linéaire qui relie, via Saulieu, Avallon à Autun, somptueuse traversée du Morvan !

 

 

 

S'évader en Côte-d'Or - Communauté de communes de Saulieu

Saulieu et ses tables renommées, le Relais Bernard Loiseau, l’Hostellerie de la Tour d’Auxois, La Poste ou encore le Sédélocien autant de noms pour chanter la gastronomie bourguignonne aux oreilles et palais des visiteurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S'évader en Côte-d'Or - Communauté de communes de SaulieuLe Morvan, terre de légendes, de forêts, de lacs et de villages qui portent ici de jolis noms…
Champeaux-en-Morvan et son Etang de Neptune, un plan d’eau de 6 ha alimenté par des sources. L’on y pêche au fouet ou à la mouche dans un cadre d’exception non loin du Parc de Saint-Léger-de-Fourches, un jardin créé au XVIIème siècle, transformé au XIXème. Un jardin aux arbres imposants régionaux ou exotiques, aux nombreux arbustes et vivaces à fleurs tout agrémenté qu’il est de statues de Flore et de Notre-Dame des Pins ouvrant une très belle vue sur la vallée du Temin et sur l’église de Saint-Léger-de-Fourches.
C’est encore Rouvray, village très animé, frontière entre l’Yonne et la Côte-d’Or qui mène le pas vers la très impressionnante abbaye de la Pierre qui Vire… ou La Motte Ternant et son église romane Saint-Martin du XIème, une ancienne chapelle placée sur l’une des deux buttes du territoire communal, l’une des plus anciennes de Côte-d’Or.

 


La Motte Ternant et son four à chaux ou encore les vestiges de la tour de Gabrielle d’Estrées, favorite du Roi Henri IV.
La rumeur lui attribue la chausse rose qu’elle aurait perdue non loin d’ici, lors d’une promenade galante en compagnie du Roi. Si le château est privé, l’ancien prieuré se voit à Val Croissant fondé en 1216 par Guillaume de Mont-Saint-Jean.


Le Morvan terre de résistance se crapahute de maquis en maquis comme le très beau Maquis Bertrand, un des premiers maquis de Côte-d’Or, et son lac de l’Argentalet dont le marcheur bien chaussé prendra le chemin à Molphey, un tout petit village avec sa haie de charmes répertoriée et son houiller, le plus gros houiller de France classé arbre remarquable. A Thoisy-la-Berchère le château du XIème est classé tout comme l’église de 1530, les lavoirs et calvaires.


Les châteaux émaillent le Morvan de leurs imposantes façades comme celui de Villargoix… propriété privée qui ne se visite pas… ou celui de Saint-Andeux qui servit de lieu de prêche pour les huguenots du voisinage. L’on y découvre avec bonheur un beau colombier, l’église Saint-Andéol et le lavoir de Joux où se trouvent le Pas de l’Ane et le Pas de la Vierge et leur belle légende.


C’est ici que se trouve la pierre légendaire dite Pierre Culin, une des nombreuses pierres de légendes qui marquent les sentiers et la forêt morvandelle comme autant d’histoires à faire peur ou à dérouter le promeneur distrait. Le Poron Meurger, classé aux monuments historiques en tant que menhir en 1889 est également appelé la Roche du Diable du fait de sa légende qui veut que le diable y paria avec Dieu… quel dommage ! Le Porron de Beuffeny ou Pierre aux boeufs marque l’entrée de l’antre d’une mauvaise fée. A côté de la pierre, un bloc plat creusé d’une excavation rappelle une forme humaine. Aussi l’appelle-t-on La Table de sacrifice.


Le Poron Lutin, proche de l’Etang de Vaudin dans le Bois des Grêles, est un amas rocheux imposant de 15 mètres de haut surplombant la vallée de Tournesac près de La Roche-en-Brenil. Lieu du sabbat, des lutins hantent ces lieux… Des jeunes carriers qui travaillaient là il y a 150 ans voyaient au bas du Poron Lutin danser des feux follets les soirs d’été.


S'évader en Côte-d'Or - Communauté de communes de SaulieuLa Roche-en-Brenil boucle ce périple avec ses carrières de granit rose où l’eau d’une rare pureté accueille le plongeur. Randonner, galoper, rouler, grimper, pêcher, en mode famille ou sportif, c’est le Morvan qui appelle au bord des étangs de Montmilien ou de Tournesac, aux rives des lacs de Champeau, Saint Aignan ou Chamboux dont la construction remonte à 1985, un paradis pour les vacanciers qui profitent du calme et de la beauté de ce jeune lac. A Montmillien, justement, l’enseigne grandeur nature du maréchal-ferrant cligne de l’oeil et avec de la chance, il sera peut-être possible d’assister au ferrage d’un cheval de trait Auxois.


De nombreux chemins balisés sillonnent les environs de Saulieu pour découvrir la faune et la flore. Ce même Morvan qui attise la gourmandise entre gastronomie et productions locales… fromages, miel, bières et autres macarons !


Journées gourmandes, fête du charolais, foire aux vins autant d’occasion de poser brodequins et bicyclettes dans les traces des charbonniers du Morvan chers à Vincenot !

 

 

 


S'évader en Côte-d'Or - Communauté de communes de SaulieuOffice de Tourisme de Saulieu
24 Rue d’Argentine, 21210 Saulieu
Tél. : 03 80 64 00 21 - ot@saulieu-morvan.fr