De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-Losne, la nature se dévoile entre terre et eau.

Comme bien des terres de passage, les Rives de Saône ont connu une histoire mouvementée dès la conquête par les Romains. Le couloir de la Saône a toujours été une voie de communication des territoires de l’est vers le sud et la Méditerranée. A la fois voie navigable et ancienne frontière entre le duché de Bourgogne et la Comté, terre d’Empire, la Saône protège un patrimoine insoupçonné tout au long de ses berges douces.

Malgré les difficultés et les dangers d’un équipement rudimentaire les mariniers naviguent depuis très longtemps sur la rivière pour transporter le bois des forêts, les céréales, le fourrage ou encore le fer produit en Bourgogne et en Franche-Comté. En d’autres temps, voyageurs et marchandises devaient acquitter des péages aux seigneurs, aux moines ou aux villes qui les entretenaient.


De Saint-Seine-en-Bâche, jusqu’à Chivres, ce sont les rives de la Saône, qui traversent les deux cantons de Saint-Jean-de-Losne et Seurre… Mais la Saône et ses jolis cours d’eau sont des rives qui ne dorment jamais, tout paisibles qu’ils sont des eaux de l’Ouche, de la Biètre ou de la Vouge qui jadis faisaient tourner des moulins...


Alors que sur les deux côtés de la côtière une multitude de sources se déversent dans des fossés, biefs, rayes, irriguant la campagne et alimentant les nombreux puits, lavoirs et fontaines des jolis villages, c’est en levant le nez que les coteaux qui autrefois portèrent les vignobles pendant 19 siècles s’étendent en pentes douces. Et quand le soleil descend, la douceur des sites endort la journée du promeneur dans les belles lumières Côte-d’Oriennes !

 

Brazey… c’est un patrimoine naturel et culturel façonné par 2000 ans d’histoire.

 


S'évader en côte d'Or - De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-LosneNécropole gallo-romaine, chapelle Notre-Dame de Pitié, Église Saint-Rémy, château et chapelle Dumesnil tracent l’histoire du village qui, au XIIIème siècle, était propriété des ducs de Bourgogne...
Une légende bien ancrée à Brazey voudrait que Marguerite de Bourgogne, femme du roi de France, Louis X le Hutin, y aurait été propriétaire d’un relais de chasse... il faut se retourner sur ce bâtiment de briques, doté de curieuses tuiles faîtières en forme d’animaux. De cette époque, Brazey garde la chapelle dite Notre-Dame-de-Pitié, érigée sur les ordres des Ducs de Bourgogne. Cette petite chapelle rurale renferme un bénitier en pierre sculptée représentant un ange et un écusson, datant du XVIème siècle.

 

 

 

S'évader en côte d'Or - De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-LosneBrazey, c’est l’histoire de la Famille Magnin qui industrialisa le village. Des industries utilisant le charbon de bois comme source d’énergie, les charbonniers reçoivent alors le surnom de « gueules noires », qui désignera ensuite tous les brazéens. De cette époque demeure un château et un somptueux parc à l’anglaise avec ses arbres remarquables, ses allées sinueuses, ses multiples points de vue...
Dans l’église Saint-Rémy, classée monument historique, niche un ensemble de tableaux du XVIIème siècle dont sept sont classés ou inscrits à l’inventaire des monuments historiques. Et c’est le rythme de la rivière qui accompagne le pas nonchalant sur les Rives de Saône à la rencontre de Saint-Jean-de-Losne…

 

 

 

 

Saint-Jean-de-Losne, la belle alanguie, port d’attache des bateliers d’hier et d’aujourd’hui...


Saint-Jean-de-Losne, au carrefour de la voie romaine entre Salins et Dijon, halte sur les Chemins de Compostelle, toute tournée vers la Saône et les Canaux naquit au XIIIème siècle lorsque le duché de Bourgogne acheta les salines de Salins-les-Bains. Pour protéger l’entrée du sel en Bourgogne, on fit construire un château, une tour de guet et des greniers. La vente de sel se faisait à Saint-Jean-de-Losne qui, forte de cette activité économique, s’agrandit au fil du temps.


S'évader en côte d'Or - De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-LosnePremier port Français pour la plaisance fluviale, premier port fluvial français en eaux intérieures, le canal du Rhône au Rhin et le canal de Bourgogne y rejoignent la Saône. Saint-Jean-de-Losne, en princesse accueillante, ouvre ses portes et ses flots aux promeneurs du jour ou du soir le temps d’une escale, d’un rêve d’eau... de clapotis contre les coques, de cliquetis des mâts dont les flammes claquent au port.


C’est le Pardon des Mariniers, celui qui se fête tous les mois de juin quand le solstice de Saint-Jean approche.

 

 

 

 

S'évader en côte d'Or - De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-LosneLe Pardon des Mariniers, cette fête religieuse qui se donnait en l’honneur des marins avant leur grand départ vers des mers lointaines, relancé à Saint-Jean-de-Losne, en 1970, afin de soutenir l’activité fluviale du port. La tradition reste intacte et le prêtre de la ville y bénit les nombreuses coques de bateaux prestigieusement décorées pour l’occasion.


Des mariniers et une batellerie qui se racontent au musée du même nom, dans une des plus anciennes maisons de Saint-Jean-de-Losne bâtie de torchis et de briques au XVème siècle.

 

 


Dans l’escalier, une Vierge bourguignonne du XIVème siècle veille sur les lieux dont la simplicité ouvre les portes du rêve au milieu d’objets, de gravures, de documents, qui font revivre deux siècles d’histoire sur la navigation.


S'évader en côte d'Or - De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-LosneAu-delà de ce beau patrimoine des traditions fluviales, lorsque le bateau s’est amarré, le vélo posé à un balustre ou les souliers délassés à l’entrée de la tente… il faut prendre le temps de se promener dans Saint-Jean-de-Losne pour y découvrir l’église Saint-Jean-Baptiste - Saint-Jean-de-Losne, construite en briques au XVIème siècle avec son portail renaissance, sa chaire à prêcher de 1604, ses stalles de 1758 et un maître autel avec baldaquin de 1784. L’on peut y entendre l’orgue remarquable de Bénigne Boillot de 1768 conservé dans son état d’origine.

 

 

 

 

 

 

 

S'évader en côte d'Or - De Brazey-en-Plaine à Saint-Jean-de-LosneL’ancien hôtel particulier construit au début du XVIIème siècle, qui se nomma Logis du Roi... pour la simple et bonne raison que le jeune Louis XIV vint y passer une nuit en juillet 1650... Mazarin l’ayant fait venir dans le but de mettre fin au siège de la Ville de Seurre qui était une cité frondeuse... abrite la mairie de Saint-Jean-de-Losne, les bustes de Voltaire et Rousseau, une collection de cinq Marianne de la République et un délicieux petit jardin à la française.


Le Monument de la Délibération, devant lequel sont installés deux canons l’Embuscade et Le Désastre donnés à la Ville en 1901, vaut à lui seul une petite incartade pour son histoire singulière commémorant la « Belle Défense » du siège de Saint-Jean-de-Losne en 1636.


Nous sommes en terre gourmande de Bourgogne, l’occasion de déguster des produits régionaux 100 % Rives de Saône...
Miel des abeilles butinant les fleurs de Chaugey, Losne et Saint-Jean-de-Losne, nougats, nectars, vins de Bourgogne élaborés sur la commune de Bonnencontre... avant de repartir vers d’autres Rives de Saône !

 


Office de Tourisme Rives de Saône
2 rue de la Liberté, 21170 Saint-Jean-de-Losne
Tél. 03 80 37 15 70 - www.saone-tourisme.fr