Stop à l'hémorragie des services médicaux dans les territoires ruraux

02 décembre 2015

Suite à la fermeture des urgences de nuit de l’hôpital de Montbard et du Service Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR), face aux craintes de fermeture d'autres unités de soins dans le monde rural, François Sauvadet, président du Conseil départemental de la Côte-d'Or demande à l'ARS un moratoire et de reprendre le dialogue avec les acteurs locaux.

 

 

 

 

 

 


"Après le voeu adopté à l’unanimité par les Conseillers départementaux de la Côte-d’Or lors de la session du 23 novembre 2015 et visant à demander à l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne des garanties sur la réouverture des urgences de nuit de l’hôpital de Montbard et du Service Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR), j’ai interpellé par courrier le directeur général de l’ARS afin de lui réclamer un moratoire sur les projets de fermeture qui touchent nos territoires ruraux, particulièrement en Haute Côte-d’Or.


Après les inquiétantes fermetures temporaires – qui se prolongent à ce stade – concernant Montbard, il semblerait que soient aussi envisagées la fermeture de 15 lits de médecine à Vitteaux, celle de l’Unité de soin de longue durée d’Alise-Sainte-Reine et la restructuration du service de l’imagerie médicale de Saulieu.


Si l’adaptation de l’offre de soins aux territoires est nécessaire en fonction des besoins de la population, celle-ci ne peut se faire sans concertation avec les élus locaux concernés.


Le Conseil départemental de la Côte-d’Or a fait du dialogue avec l’ARS une priorité traduite par une Convention unique en Bourgogne. Cette méthode ne peut pas être unilatérale et l’ARS doit elle aussi comprendre cette nécessité de dialoguer avec l’ensemble des acteurs locaux.


Je demande donc un moratoire sur l’ensemble de ces projets pour que se mette en place une concertation approfondie entre les élus locaux, les professionnels de santé, le secteur médico-social et l’ARS. C’est la seule façon de définir une stratégie globale, cohérente et de long terme de l’offre de soins au service des habitants.


Les habitants des territoires ruraux souffrent déjà profondément du délitement des services publics dans leurs communes. La disparition des services médicaux constituerait dans ce contexte un nouveau facteur d’angoisse et aggraverait le sentiment d’abandon des populations concernées, contre lequel il est de notre devoir de lutter activement pour prouver que, partout en Côte-d’Or, chacun peut se voir un avenir serein. »

 

Courrier adressé à l'ARS 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Le PIMMS de Dijon devient "Pimms Médiation Dijon" mais vous relie toujours aux services essentiels.
Le PIMMS de Dijon a révélé sa nouvelle identité...
Deux élèves de BSB reçoivent une bourse du Rotary Dijon Ducs de Bourgogne
Dans le cadre du partenariat de BSB (Burgundy School of Business) avec le...
Santé et accès aux soins Les maires ruraux portent les attentes des ruraux auprès du ministre de la Solidarité et de la Santé
Michel Fournier, président, et Dominique Dhumeaux, premier...
L'AMF met en place un "Observatoire des agressions envers les élu(e)s"
Premier maillon de la démocratie, le maire et son conseil municipal sont...
La nouvelle résidence Abrioux : un modèle d'habitat social à Dijon
Engagée en juin 2019, la construction de la nouvelle résidence...
Première réunion de la Commission de l'Observatoire départemental de la Sécurité routière : l'accidentologie en baisse sur les routes départementales en 2020
François Sauvadet, Président du Conseil départemental, a...
COVID-19 : La dégradation générale se poursuit dans la région
La situation épidémique continue de se dégrader en...
« Dijon 6 avec ses étudiantes et étudiants »
Avec « Dijon 6 avec ses étudiantes et étudiants »...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.