François Sauvadet a tenu une grande réunion publique à Dijon avant le premier tour de scrutin

03 décembre 2015

Ils étaient plus de 600 salle Devosge à DIJON pour accueillir François Sauvadet lors d’une réunion publique. En présence de ses colistiers de Côte-d’Or, des candidats de tous les départements, de Patrick GENRE, Maire de PONTARLIER, tête de liste dans le Doubs, de François-Xavier DUGOURD, 1er Vice-président du Conseil Départemental, des députés Rémi DELATTE et Alain SUGUENOT et d’Alain JOYANDET, François Sauvadet a réaffirmé sa vision et son ambition pour une région en grand !

 

 

 

 

Mes chers amis,

 

La bonne nouvelle c’est que vous êtes venus nombreux ici à DIJON à 4 jours du 1er tour des élections régionales. Et le 1er appel que je veux lancer ici à DIJON, c’est un appel à la mobilisation, à voter utile dès le 1er tour pour l’avenir de la région.

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNES

Il faut bien que chacun ait conscience de l’importance de ce scrutin qui va engager notre avenir pour 6 ans. Chaque voix va compter, chaque voix est importante et vous avez une responsabilité particulière, c’est de convaincre autour de vous, vos familles, vos proches, vos collègues, dans vos quartiers, et surtout auprès de ceux qui s’apprêtent à ne pas voter ou à voter extrême.

 

Leur dire que le changement est possible et que ce changement dépend de chacun d’entre eux aussi. Mes chers amis, je n’ignore rien du contexte particulier de ces élections qui resteront marquées dans notre pays par les actes barbares du 13 novembre dernier.

J’ai éprouvé, moi-même ce que chacun a ressenti, l’inquiétude, l’angoisse, les coups de fil qu’on passe à ses proches tandis que défilaient en continu les images de l’horreur, et, pour beaucoup de nos jeunes, le silence et la mort.

J’étais à BELFORT quand cette tragédie s’est produite, et je n’ai pas hésité à suspendre ma campagne parce que quand tant de familles sont dans la douleur, quand un pays est attaqué par des actes aussi barbares, c’est le devoir de recueillement qui prime. Et l’interrogation car ce sont de jeunes français qui ont commis ces actes. Des jeunes radicalisés.  Je l’ai dit, toutes nos forces doivent être mobilisées pour éradiquer ceux qui veulent mettre à terre notre civilisation : ces extrémistes qui considèrent que le simple fait de rire est un crime. Nous devons combattre sans relâche cet islamisme radical.

 

Oui, l’unité nationale, quand on est en guerre, c’est soutenir nos policiers, nos gendarmes, nos services de renseignements, nos militaires, nos services de secours. C’est leur donner tous les moyens d’accomplir leur mission au service de la République et de la Nation. Mais l’unité nationale, ce n’est pas « silence dans les rangs ». Car je n’oublie pas les attentats de janvier, où ce sont des journalistes, des compatriotes de confession juive, des policiers qui ont été abattus. Et j’ai, comme beaucoup de Français, le sentiment que nous avons perdu du temps, perdu beaucoup trop de temps à prendre les mesures de protection qui s’imposaient.

 

François SauvadetJe parle de mesures intérieures mais aussi internationales, car ce n’est pas le combat de la France, ce doit être le combat de toute la communauté internationale. Alors quand je vois le PS se mettre aux abris de la République pour ne pas avoir à assumer son bilan, je veux dire ce soir à ses dirigeants qu’il n’y a pas de démocratie quand on n’assume pas son bilan, quand on n’assume pas le débat.

 

Je sais qu’il y a un fort sentiment de colère, je le comprends, je le partage, quand je regarde ce qui se passe.  Parce que franchement vous voulez qu’on continue comme ça ? Je me souviens d’un candidat qui disait « le changement c’est maintenant » et qui nous disait « Moi Président » ; Alors « lui Président » on voit ce que ça donne depuis 2012.

 

La gauche a divisé notre pays, elle a trahi ses promesses, elle s’est fait élire sur des mensonges, des mensonges qui la rattrapent aujourd’hui et ce sont les Français qui passent à la caisse. Sa seule ambition, ça a été de casser ce qui avait été fait précédemment et ce qui fonctionnait, on en voit le résultat. Les heures supplémentaires remises au placard par dogmatisme, parce que ça devait aider l’emploi.

 

On voit le résultat, le chômage a explosé, on l’a vu en octobre dernier avec 42 000 demandeurs d’emplois en plus.  Nous avons 140 000 chômeurs en BFC, quasiment la population de DIJON et 25% de nos jeunes sont au chômage. C’est insupportable car c’est l’avenir de nos jeunes qui est maltraité.

 

François SauvadetPlus aucune famille n’est épargnée par ce fléau dont on connait les conséquences sociales et humaines et c’est sur ce terreau que se nourrissent les désespoirs et les extrémismes. Dans un même temps, on a matraqué les classes moyennes qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, les retraités fiscalisés, les familles fragilisées.

 

Ils se sont même attaqués à la politique familiale, regardez son saccage, elle qui faisait la spécificité de notre pays avec un taux de natalité parmi les plus élevé d’Europe et qui faisait consensus.

 

Et si ça ne suffisait pas, notre tissu économique, nos entreprises, nos industries, nos PME, nos artisans, nos agriculteurs ont été mis à mal avec toujours plus de normes, de charges : hausse de la fiscalité, le RSI, le compte pénibilité et j’en passe.  Mais est ce que ça a été au service d’une réforme de l’Etat ? Même pas !

 

Les socialistes ont laissé filer la dépense publique, exploser la dette, avec des embauches sans compter et les réformes idéologiques, néfastes mais très coûteuses, de Mme Najat VALLAUD-BELKACEM ! Ses rythmes scolaires sans effets, la réforme du collège alors que ce dont nos élèves ont besoin, ce n’est pas d’être occupés, c’est de réapprendre les fondamentaux : lire, écrire, compter.

 

Et que dire de la politique pénale laxiste et doctrinaire de Mme TAUBIRA, grande amie de Mme DUFAY, qui est en train de la soutenir aujourd’hui à DIJON. Elle qui a supprimé les peines planchers qui avaient cet unique objectif : quand on commet un crime, un délit on paye sa dette, alors qu’aujourd’hui nos concitoyens ont le sentiment que le délinquant est mieux protégé que la victime. Cette ministre de la République qui a osé ne pas se prononcer sur l’Etat d’Urgence quand une députée du Doubs refusait de le voter.

 

Et que dire enfin de nos territoires, de nos communes, de nos départements qui ont été abimés, par une baisse sans précédent des dotations, des hausses de charges drastiques, des réformes brutales et ruralicides, par le départ des services publics et la désertification médicale.

 

Et cet échec il n’est pas national ou local, il est global, 4 ans à la tête de l’Etat, 11 ans en région. Notre région est aujourd’hui en récession, c’est un fait, elle fait moins bien que les autres, c’est une réalité et Mme DUFAY ne peut pas s’en laver les mains et promettre des jours meilleurs. Oui, je veux dénoncer l’hypocrisie du PS, qui refuse de rendre des comptes sur ses orientations qui ont accélérées nos difficultés.

 

     REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNES REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNES 

 

Il voudrait des élections sans campagne et sans débat. Et ils voudraient aujourd’hui qu’on leur redonne les clés du pouvoir pour 6 ans. 6 ans ? 6 nouvelles années d’échecs, de renoncements et d’errements ? Et c’est le même film qu’ils nous repassent : responsables mais pas coupables.

 

Et ils voudraient nous faire croire que c’est encore notre responsabilité, nous qui ne sommes plus en charge de nos régions depuis 11 ans ? Oui, c’est le même film, le même scénario, et le soir du 1er tour on les reverra, tenter de rebâtir des alliances de bric et de broc qui signeront, une nouvelle fois, l’acte de l’impuissance et de l’inaction avec à la clé le blocage de tous les projets structurants : Magny-Court, le port de Bourogne, l’autoroute à VESOUL.

 

Vous l’avez vu encore récemment, d’un côté on veut relancer le programme de Notre Dame des Landes et de l’autre les alliés écologistes du gouvernement manifestent avec les zadistes et l’extrême gauche dans des manifestations violentes.

 

Alors oui mes chers amis, nous avons, les 6 et 13 décembre prochains une occasion unique, avant 2017, d’adresser un carton rouge sans appel au pouvoir en place et une volonté de changement.

 

Et je comprends la colère de beaucoup de nos concitoyens, je l’éprouve moi-même, mais cette colère, elle doit être constructive, elle doit être à l’origine d’un nouvel élan, d’un nouvel espoir.  Et je veux le redire ici à tous ceux qui seraient tentés par un vote extrême. L’isoloir ne doit pas être un défouloir, l’enjeu est trop important.

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESNe vous laissez pas abuser par ceux qui surfent sur les peurs et qui proposent le repli sur soi. J’ai regardé le programme du FN pour la BFC, c’est le même qu’en Bretagne, qu’en Rhône-Alpes-Auvergne, que dans toutes les régions !

Ne vous laissez pas abuser par tous ceux qui surfent sur les peurs et qui proposent le repli sur soi. Imagine-t-on un seul instant le FN en capacité de répondre au chômage des jeunes ?

 

Son programme n’est fait que de replis, de fermeture et de rejet de l’autre. Marine Le Pen expliquait récemment ici même qu’il faut fermer les frontières. Bien sûr qu’il faut contrôler, mais les fermer ?

 

Imagine-t-on les conséquences pour nos entreprises qui exportent, pour les 30 000 frontaliers qui travaillent en suisse ? Quand je vois Marine LE PEN applaudir Alexis TSIPRAS, je n’ai pas envie que la France ou la Bourgogne Franche-Comté deviennent la Grèce demain.

 

Parce que l’extrême–droite, ce n’est pas la « droite plus », c’est un programme d’extrême gauche qui conduirait notre pays vers le chaos et condamnerait la BFC à l’isolement. Et je n’ai pas envie d’une « région bunker » qui serait signe d’appauvrissement généralisé. Alors ne vous laissez pas avoir par ceux qui vous promettent le paradis alors que ce n’est qu’une voie sans issue. Car le FN c’est le repli, c’est la mort économique, la mort sociale assurée.

 

Parce que ne vous y trompez pas le PS et le FN ont un seul et même objectif : battre la droite. Et voter FN c’est assurer la victoire du PS dont nous ne voulons pas. Une région conservée par la gauche, avec le soutien du FN, c’est un chèque en blanc à François Hollande et à son gouvernement !

 

C’est ce que nous voulons pour la France ? Pour notre région ? Alors oui, allez voter, votez utile, pour montrer que nous sommes des hommes et des femmes libres, libres de choisir notre destin pour les 6 prochaines années. Alors oui chers amis, notre responsabilité à nous, elle est particulière, elle est grande, je le sais et je le mesure.

 

C’est celle d’incarner une alternance crédible, utile, changer les choses, redonner de l’espoir, de l’envie et de la perspective pour qu’on vive mieux dans notre pays, dans notre région. Répondre aux attentes et aux besoins de chacun, parce que plus les temps sont difficiles, plus on se doit d’être responsable, plus on doit redonner de la crédibilité, du sens à la parole publique.

 

     REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNES Et dès le début j’ai souhaité qu’on regarde la réalité en face : ne pas la nier comme le font les socialistes, ne pas l’exploiter comme le fait le FN. Non, il faut la regarder en face pour apporter des réponses concrètes courageuses et réalistes sortir de l’idéologie, reconnecter avec le réel !

 

Enfin je veux m’adresser à nos compatriotes qui ne veulent pas aller voter. Trop de nos compatriotes ne mesurent pas l’importance des ces élections régionales. Nous allons gérer, en Bourgogne Franche-Comté, 1,3 Md € de budget, 1,5 Md de fonds européens et exercer des compétences nouvelles.

 

Je pense ici à la formation, au développement économique, aux transports, aux infrastructures, à l’innovation, aux lycées, à l’aménagement du territoire… autant de sujets qui touchent directement à notre avenir collectif.

 

De nouvelles formations pour de nouveaux métiers

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESEt notre premier combat, ce doit être celui du développement économique, celui de l’emploi et d’abord l’emploi des jeunes. Les principaux leviers sont la formation et l’apprentissage.

 

20% des 20-29 ans sont sans emploi et sans formation, et dans le même temps le bilan de Mme DUFAY, c’est que le nombre d’apprentis a baissé de 10% et les crédits régionaux consacrés à l’apprentissage ont diminué de 15%. Mais quand je vois toutes les possibilités d’emplois non pourvues, tous les métiers qui existent, tous les métiers de demain qui émergent : c’est un gâchis qui ne peut pas continuer.

 

Il faut miser sur l’apprentissage, sur les métiers, la formation, l’alternance, changer notre regard sur les opportunités. Il faut équiper nos lycées professionnels, nos centres de formation des dernières technologies pour en faire des voies d’excellence.

 

Je propose de renommer les CFA en pôle d’excellence des métiers pour les valoriser. Nous devrons travailler sur la formation tout au long de la vie. Pas une formation ne sera financée si elle ne débouche pas sur un emploi. Nous développerons les formations tournées vers les secteurs d’avenir en fonction des besoins des entreprises et des réalités des territoires.

 

Enfin nous déblaierons le champ de la complexité dans tous les dispositifs existants.

Et je prends un engagement : nous reverrons tous les dispositifs et nous supprimerons toutes les contraintes supplémentaires qui sont imposées à nos forces vives.

 

Une nouvelle région qui vit avec les territoires

 

Mais cette complexité on la retrouve partout, à tous les niveaux, et ce que veut Mme DUFAY, c’est l’étendre à toute la BFC. Je veux une région efficace, économe dans son fonctionnement, souple, qui sache mettre en place des dispositifs simples et accessibles et qui ne découragent pas les entreprises.

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESLes dépenses de fonctionnement ont augmenté de 30% et si ça continue comme ça on aura plus 1 € à investir dans les 5 ans qui viennent. On évaluera systématiquement tous les dispositifs, j’y ai d’ailleurs fait une plongée, on n’y comprend plus rien. Alors ce qui fonctionne, on le gardera, et ce qui ne fonctionne pas, on le supprimera.

 

Vous l’aurez compris, ma seule ambition ce n’est pas de faire la fusion, comme le veulent les socialistes, c’est de la réussir, et en réduisant nos coûts de fonctionnement car un euro dépensé doit être un euro utile pour les bourguignons et les francs-comtois pour préserver l’investissement et, avec lui, générer de la croissance et de l’emploi.

 

Car il n’est pas acceptable que l’investissement ait baissé de 58 M€ quand dans un même temps, la datte de la région a été multipliée par 3 : il y a quelque chose qui ne va pas. Oui c’est possible de changer les choses, nous l’avons fait au CD21 où nous avons baissé nos coûts de 22% pour conserver une capacité à investir.

 

Une nouvelle région qui vit avec les territoires

 

Oui je veux une rupture aussi dans les modes de fonctionnement, j’en ai assez de cette région qui impose, je veux une région qui dialogue avec ses territoires ruraux, urbains ou périurbains, avec ses quartiers, qui ait une vision, stratégique, construite avec eux, qui agisse en cohérence avec eux et qui n’en oublie aucun.

 

J’ai pris un engagement clair, élu Président, aucun territoire, aucune commune, aucun département ne sera oublié, abandonné. Et puis nous sommes dans une situation budgétaire tendue qui nous impose une gestion optimale de l’argent public.

 

Les 8 départements gèrent un budget cumulé de 3 Mds €, une concertation permanente a déjà été engagée.  Je veux travailler avec les 25 communes structurantes de plus de 10 000 habitants, avec les 83 communes de plus de 5 000 habitants et toutes les intercommunalités pour lutter contre toutes les formes de fracture.

 

Et je veux dire ici que je ne veux pas opposer DIJON à BESANCON. Ce sont les deux villes de plus de 100 000 habitants de la Région, elles auront un rôle central et complémentaire à jouer !

 

François SauvadetNous mettrons en place, avec les territoires, une nouvelle contractualisation moins contraignante (Plant Climat Energie Territorial) et plus dynamique afin, également, de lutter contre tous les risque d’enclavement de certains espaces et soutenir plus les projets des bourgs centres.

 

Car j’ai une conviction profonde, on ne peut rien construire de grand sans s’appuyer sur nos racines. Car une région en grand c’est une région où chaque habitant est fier de son territoire. Il faut redonner à chacun la fierté d’être Bourguignon et Franc Comtois en libérant les énergies, l’esprit d’entreprise et que chacun puisse se trouver un avenir là où il a ses racines ou qu’il ait fait le choix de s’installer.

 

Crédits européens

 

Nous allons gérer également 1,5 Md € crédits européens et ce n’est pas acceptable que ces crédits repartent à Bruxelles faute d’avoir été mobilisés alors que nous avons 2 4000 défaillances d’entreprise, c’est inacceptable !

 

Là aussi, Mme DUFAY est dans le déni, mais à la tête de la région pas un euro ne repartira à l’Europe. Et c’est Arnaud DANJEAN, député européen, qui aura la responsabilité, en lien avec nos services, du suivi de la bonne utilisation de ces crédits.

 

Investir pour notre atout industriel

 

Voir des crédits à l’innovation repartir quand nous avons 2 400 défaillances d’entreprises, c’est inacceptable. Mes amis, nous avons tous les atouts pour réussir, nous serons la 1ère région industrielle de France, c’est une chance !

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESJe veux projeter notre industrie dans le XXIème siècle, moderniser nos infrastructures industrielles. Et moi je ne veux pas lancer des « états généraux » de l’industrie de demain comme le veut Mme DUFAY.

 

Je veux qu’on lance des projets et nous lancerons 200 appels d’offre dès notre élection pour soutenir les projets d’entreprises qui s’inscrivent dans cet effort : la digitalisation, la mise en place de nouveaux process, les exigences d’une production durable.

 

Nous devons valoriser nos atouts, pour donner des réponses aux grands défis de demain: dans l’énergie, dans l’automobile du futur. Et là encore, nous avons tous les atouts pour nous projeter : la pile à combustible à BELFORT, la F4 à Magny-Court.  Il nous faudra favoriser un environnement favorable à l’entreprise, créer les conditions de la relocalisation, promouvoir les savoir-faire locaux et appuyer les filières d’excellence.

 

Et quand j’entends la candidate socialiste dire devant le MEDEF que les grands groupes n’ont pas d’attaches fortes avec leurs territoires, je suis consterné. Qu’elle aille le dire aux dirigeants de PSA que j’ai rencontré, et qui viennent de confirmer 300 créations de postes à SOCHAUX, qu’elle aille le dire à Vallourec, à SEB, à Alstom, à tous ces groupes dont l’histoire est intimement liée à celle de nos territoires.

 

Car moi je ne veux pas poser mes conditions, renforcer les clauses d’insertion, comme le veut Mme DUFAY, je veux créer les conditions favorables aux entreprises et préserver l’emploi existant.  Quand je vois que la Région se refuse à investir dans le port BOUROGNE, près de BELFORT, pour transporter des turbines au risque de voir GE se délocaliser, je trouve que c’est irresponsable.

 

Quand je vois les routes saturées e, Haute-Saône, faute d’investissement alors que nous avons plusieurs milliers d’emplois concernés à VESOUL, là encore c’est irresponsable. Tout ça parce que les verts et leurs alliés veulent une politique de la décroissance quand nous voulons une production durable.

 

Quand je vois qu’on se refuse à ouvrir le débat sur la voie d’eau alors que c’est essentiel pour l’avenir du transport industriel, c’est irresponsable. Quand je vois qu’on refuse à investir dans la station de METABIER parce que les canons à neige ne seraient pas naturels, on ne peut pas continuer comme ça.

 

Infrastructures, transports et mobilité

 

Quand je parle investissements, je veux, bien sûr, parler de l’enjeu du numérique et de l’accès au très haut débit. Actuellement, nous avons plus de 20% de la population régionale qui n’a pas accès au haut débit : ils sont en situation de décrochage et Mme DUFAY ose nous dire benoitement qu’elle a fait ce qu’il faut. Or le Très Haut Débit, chacun le sait, c’est la porte d’entrée dans le 21ème siècle.

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESLes deux régions n’ont mis, à elles deux, que 95 M€, c’est insuffisant : je doublerai les crédits, à 200 M€, pour accélérer le déploiement du très haut débit (coûts estimés à 650 M€). Une région en grand c’est une région qui bouge, une région qui investit dans ses infrastructures.

 

Quand je vois le débat autour de l’aéroport de DOLE, c’est surréaliste, notre grande région a besoin d’un aéroport interrégional et qui offre des vols à prix accessible ! 

 

Mme DUFAY, comme Mme MONTEL, ne veulent pas de l’aéroport de DOLE-TAVAUX au motif que ça emmène des gens vers l’extérieur. Mais si un avion ça décolle, ça atterrit aussi, avec des passagers, des touristes… Franchement, j’ai le sentiment de revenir au siècle dernier avec le débat sur le TGV qui allait emmener des gens vers PARIS. Alors oui, nous voulons un grand aéroport à DOLE, en lien avec DIJON.

 

Et je n’oublie pas les routes et d’abord les routes d’intérêt régional. Nous aurons aussi la charge des TER et je le dis très clairement, c’est trop cher et là aussi on reverra les dessertes et les tarifs. Et on veillera à la sécurité dans les transports comme dans les lycées. Oui nous devrons veiller au pouvoir d’achat de nos compatriotes et des familles.  Et nous avons décidé, avec l’ensemble des présidents de conseils départementaux, de maintenir la gratuité des transports scolaires et de continuer de les gérer en proximité.

 

La transition énergétique

 

Soutenir les familles et leur pouvoir d’achat c’est également les aider à réduire leur facture énergétique.  Je proposerai un grand plan « vivre mieux » de rénovation énergétique pour toutes les familles de BFC : 950 000 logements antérieurs à 1975 et ne sont pas performants en matière énergétique.).

 

Un exemple précis: la facture annuelle de chauffage c’est 900 € en moyenne par ménage, avec de grandes disparités, de 250 € pour une maison « basse consommation » à plus de 1 800 € pour une maison mal isolée : 1 550 € d’économies, ca compte dans le budget d’une famille 

 

Une ruralité dynamique

 

La transition énergétique est également une source de revenus pour nos agriculteurs avec la biomasse ou la méthanisation comme cela se fait en Allemagne. Car nous devons faire en sorte que les agriculteurs puissent vivre de leur travail et transmettre leur activité en explorant de nouveaux débouchés comme les filières locales.

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESNous avons la chance d’être une grande région agricole et viticole, une grande région agroalimentaire avec des productions, des AOC, de très grande qualité et reconnue dans le monde entier. Mais le monde de l’agriculture et de l’élevage souffre et nous devons le soutenir.

 

Mais ce n’est pas de normes, de contraintes dont notre agriculture a besoin. Nous devons impérativement sortir de l’écologie punitive. Moi je veux qu’on entre dans la production durable, je veux qu’on aide à moderniser les exploitations et je veux qu’on réfléchisse aux enjeux des ressources forestières. Dans un même temps, je veux également soutenir l’artisanat.

 

Nous devrons travailler sur la transmission et la reprise des activités car trop d’entreprises artisanales disparaissent faute de repreneurs, mettre en place un dispositif de microcrédit pour les artisans et les TPE et favoriser, dans le respect de la loi, l’accès à commande publique.

 

Rendre notre région plus attractive

 

Vous le voyez bien, l’enjeu c’est de projeter notre région dans le XXIe siècle et derrière il y un mot clé c’est l’attractivité, touristique et économique. On a tous les atouts, un patrimoine exceptionnel, nos 8 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, nos montagnes, nos forêts, nos fleuves et rivière, nos paysages, notre patrimoine, nos musées, nos salles de spectacles, nos salons et nos festivals.

 

Etre c’est s’appuyer sur nos atouts, sur nos identités sur nos racines. Et là encore ca fait la différence avec ma concurrente socialiste, moi je ne veux pas créer une nouvelle identité Bourgogne Franche-Comté mais une nouvelle entité qui respecte ses territoires et dans laquelle personne ne sera oublié

 

La Bourgogne a une histoire, c’est une marque, tout comme la Franche-Comté. Je veux une région ouverte sur nos régions voisines (Rhône Alpes, IDF), sur la Suisse et l’Europe.  Ce ne sont pas des risques mais des chances. Dans notre région en grand chacun pourra s’y voir un avenir.

 

Conclusion

 

Mes chers amis, je veux qu’on sorte de la « même ère » de l’impuissance et du renoncement qu’incarnent ses fameuses « 110 propositions » qui ne nous rappellent pas les meilleurs souvenirs.  La force de notre liste, c’est que nous avons en partage les mêmes valeurs ; le mérite, le travail, la responsabilité, la famille, l’égalité des chances, et la sécurité qui est un droit pour chacun.

 

REGIONALES 2015  DROITE MARIE QUIQUEMELLE  ECHO DES COMMUNESNotre liste est bâtie sur la cohésion et la sur la cohérence de nos engagements et nous n’en changerons pas entre les deux tours. Notre union aujourd’hui, c’est la garantie de l’action demain, c’est l’assurance que nos 21 engagements pour l’avenir seront tenus. 

 

Chacun des 116 candidats s’est engagé sur une charte des valeurs pour que nous soyons, tous ensemble tournés vers un même objectif, faire de la BFC une grande région d’Europe, au service des 2,8 millions de Bourguignons et Francs Comtois.

 

Mes chers amis,  Là où il y a du renoncement : je veux redonner de l’envie ! Là où il y a de la défiance, je veux redonner de la confiance !  Là où il y a du fatalisme, je veux redonner l’esprit d’entreprise, la volonté de créer ! Là où il y a de la résignation, je veux redonner du sens, des perspectives. ! Là où il y a un sentiment d’abandon, je veux accompagner, Là où il y a du désespoir, je veux redonner de l’espérance !

 

Nous avons 3 jours chers amis, 3 jours pour que ça change, 3 jours pour forger un avenir nouveau. Je vous le dis, je ne lâcherai rien !

 

Notre programme, nous le ferons et vous pourrez compter sur notre engagement, notre volonté, notre détermination pour construire ensemble cette Région en grand que nous appelons de nos vœux, mais sans vous nous ne pouvons rien.

 

Nous devons gagner, nous le devons aux 140 000 demandeurs d’emploi de BFC, à nos jeunes qui se cherchent un avenir, à nos familles. Alors oui, mobilisez vous, mobilisez autour de vous, redite bien, et surtout aux mécontents, aux abstentionnistes que leur vote est essentiel pour l’avenir de la BFC pour 6 ans.

 

Alors allez-y, battez-vous à fond, pour que vive DIJON, vive la Côte-d’Or, que vive la Bourgogne, que vive la Franche-Comté, que vive la Bourgogne Franche-Comté et que vive la France !

 

 

François SauvadetVidéo de campagne : que la Bourgogne Franche-Comté est belle, faite qu’elle soit grande !

 

«  Depuis mardi soir, la vidéo de campagne est disponible sur le site (http://www.rassemblementbfc.fr/videodecampagne/) et sur les réseaux sociaux.

Cette vidéo rappelle la beauté de notre nouvelle grande Région, ses atouts et ses forces : la beauté de ses paysages, de son patrimoine, les savoir-faire de ses artisans, de ses industries, de son agriculture…

Elle évoque les grands axes de notre projet pour construire une Bourgogne Franche-Comté en grand, une Région qui rayonne en France et en Europe.

Elle montre une Région fière de son Histoire qui se projette dans l’avenir et dans laquelle aucun territoire, aucun quartier, aucun habitant ne sera oublié.

Ce clip de campagne est un appel à construire une Région où il fait bon vivre, attractive, innovante où la priorité sera mise sur l’emploi.

C’est en résumé l’image de la Bourgogne Franche-Comté en grand que nous bâtirons ensemble demain ! »

 

                           

 

 

                                                                   

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Julien Odoul veut bâtir une Région qui protège
Julien Odoul, tête de liste aux élections régionales en...
Bourgogne Franche-Comté, la grande région est officiellement inaugurée le 4 janvier 2016
100 conseillers régionaux étaient appelés à se...
Marie-Guite Dufay est élue présidente de la région Bourgogne Franche-Comté
Arrivée en troisième position au premier tour des...
Elections régionales - difficultés dans la composition des enveloppes de propagande
Des difficultés dans la constitution des enveloppes de propagande ont...
Le rassemblement autour de la liste de François Sauvadet s'amplifie
François Sauvadet s'adresse aux 2.8 milions de Francs-Comtois et...
Dernière ligne droite pour Marie Guite Dufay avant le 13 décembre
Le grand meeting tenu à Audincourt a rassemblé près de 600...
A quelques jours du second tour des éléctions régionales Marie Guite Dufay vous invite à lire sa profession de foi
A la veille du deuxième tour des élections régionales, les...
Listes des candidats au 2ème tour des élections régionales Bourgogne-Franche-Comté
Après la clôture du dépôt de candidatures mardi,...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.