Bligny sur Ouche... Terminus tout le monde descend !

04 février 2016

Quittez l'ancienne gare de Bligny-sur-Ouche et laissez-vous conduire jusqu'à Pont-d'Ouche à bord du Chemin de Fer de la Vallée de l'Ouche. Que du bonheur pour une promenade de plus d'une heure à travers prés et taillis sur une partie de l'ancienne ligne Epinac – Dijon ! Etablie depuis 1830 cette ligne historique est une des plus anciennes voie ferrée de France, exploitée sur 7,5 km de l’ancienne voie qui servait à transporter le charbon des mines d’Epinac jusqu’au Canal de Bourgogne Le voyage dans une ambiance champêtre et conviviale est l'occasion de découvrir un des derniers bastions des locomotives à vapeur.

 

 

Cela fleure bon la pluie d’hiver, le cambouis et le métal froid. C’est repos et grande toilette pour les locomotives et les voitures du petit train. La visite décennale est passée par là avec ses contrôles et ses essais, tout va bien ! Une poignée de mordus frappent, tournent, grattent et s’agitent autour des machines et des bogies démontés. Des mordus qui portent noms de Jeff, Kith, Daniel, Tony, Bob, Gérard, Pierre et Jean Claude. Une équipe détonante aux accents cosmopolites.

 

Attardons nous un peu … Jeff était garde républicain sous Giscard d’Estaing et Pompidou et son épouse est garde barrière dès que le train roule. Kith, l’américain, était professeur de génétique à l’université de Minnesota et Daniel, le barbu, professeur de droit. Tony et Bob viennent du Royaume Uni où le premier était ingénieur dans les centrales électriques et le second consultant pour la direction d’une compagnie ferroviaire. Gérard est électricien de haut vol tout comme Pierre qui  lui est technicien…de haut vol aussi. Quant à Jean Claude, bi national français/ suisse, il est ingénieur EIG (école international de Genève). Il est aussi le président de l’association.

 

Mais il ya aussi un chanteur d’opéra, des petites mains chef de gare, vendeuses de tickets et des yeux qui surveillent les voies. Tous ou presque sont de sacrés bricoleurs. Car la vie de cette voie et le Chemin de Fer de la Vallée de l'Ouche c’est une histoire de passion pour le rail, les locos, la vallée et l’amitié. Le président d’honneur c’est Gabriel Moulin, conseiller départemental, le mordu de dernière minute, Pierre Poillot, lui aussi conseiller départemental.

 

   CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNES

CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNES

 

Alors un peu d’histoire avant de continuer

 

En 1968 un groupe d’amateur concevait un projet un peu fou : Faire renaître un tronçon de ligne sur une partie du tracé des anciens chemins de fer de la Côte d’Or. Le premier projet était situé dans le vignoble et comportait le seul tunnel de l’ancien réseau. Devant les difficultés rencontrées l’idée fut abandonnée et l’on se tourna vers la Vallée de l’Ouche ou naissait un vaste projet d’aménagement touristique.

 

En 1971 était lancée l'idée du chemin de fer touristique. C’est un écartement de voie de soixante centimètres qui fut choisi en raison de la disponibilité de matériel. En décembre 1972, la revue La Vie Du Rail annonçait officiellement le projet. En mars 1973, les revues spécialisées relataient une conférence de presse donnée par Mr Jean Philippe Lecat, député de la circonscription et annonçant l’ouverture de plus de sept kilomètres de ligne en voie de 60 au 14 juillet de la même année. Le projet prévoyait un parcours d’environ 12 kilomètres empruntés par 50000 voyageurs an.

 

CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESLe matériel roulant était celui du Docteur Hummel, collectionneur de la région parisienne, et ne comptait pas moins de 12 engins moteurs et plus de 20 véhicules. En réalité, un kilomètre et demi de ligne seulement fut construit à grands frais et le projet s’arrêta sans avoir vu rouler le moindre train. C’est en 1977 qu’un autre groupe reprit l’idée et décida d'une exploitation commerciale sous le nom de SOBOFER, doublée de l’Association des Amis Collectionneurs de Matériel voie Etroite. Les débuts de l'exploitation se sont faits avec la locomotive 030T Couillet, aujourd'hui revenue à Bligny.

 

En 1986 c’est l’Association du Rail de la Vallée de l’Ouche (ARVO) crée le  même jour qui a pris en charge le fonctionnement de la ligne. Une locomotive 020 Decauville Henschel propriété de deux membres et mise a l'écartement de 60cm (d'origine 62cm) aux ateliers de Gray où elle resta très longtemps, a ensuite assuré seule pendant des années la traction vapeur attelée a un tender de fabrication locale sur un châssis de locotracteur Simplex. Les voitures parties vers Dijon furent remplacées dans l'urgence par quatre baladeuses encore en service actuellement.

 

En 1995 la ligne fut prolongée de 1500 mètres et un terminus provisoire installé peu avant la gare de Thorey sur Ouche (Km 5,0), mauvais emplacement situé à l'endroit le plus en pente de la ligne (14/°°), mais dicté par le refus de l'agriculteur voisin craignant que le train mette le feu à sa ferme.Les problèmes techniques, humains et financiers étant résolus, un nouveau prolongement de 1200 mètres est décidé et réalisé au début de 1998 (Km 6,2). Ce nouveau terminus nommé "La Garenne" ne devait pas être le dernier, le terrain étant en effet réservé jusqu’à la gare de Pont d’Ouche, mais d’autres difficultés restaient bien sûr à franchir.

 

CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESDans les années qui suivirent l'ARVO, re nommée CFVO (Chemin de Fer de la Vallée de l'Ouche), obtient l'autorisation de passer sous le viaduc de l'autoroute A6, la réouverture du passage à niveau sur la D33 également, restait le problème du financement. Après de nombreuses réunions et une étude par un cabinet extérieur il aura bien fallu se résoudre à ce qui fut proposé par la communauté de commune, c'est à dire seulement une prolongation jusqu'à la D33 sans rétablissement du passage à niveau (km 6,8).

Réalisés au cours de l'hiver 2007 / 2008 les travaux de prolongement auront permis de terminer la ligne juste avant les fêtes du 30eme anniversaire. L'association dispose également d'une autre locomotive vapeur, une 130T "La Meuse" prêtée par le Chemin de Fer du Haut Rhône en échange de sa remise en état. 

 

Jean Claude Meyer m’explique « Nous sommes présents sur d'innombrables sites et blogs grâce à de nombreux admirateurs et amateurs ferroviphiles dans de nombreux pays. Des modélistes ont adoptés notre réseau pour le présenter dans des congrès et expositions. Des photographes amateurs apprécient notre réseau et postent leurs photos sur des blogs. Certains voyageurs ont envoyés des lettres d'admiration sur notre travail. Des sociétés cinématographiques apprécient  notre site. Le réalisateur suisse Roland Pellarin a fait un repérage pour un tournage en juin 2015 pour la RTS avec France 2. Réalisation d'un DVD par GOG (en vente en gare) et posté sur Youube  et Dailymotion. »

 

CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESIci on est très fier de la Burgonde, une Couillet de 1910 classée monument historique. Mais on s’enorgueillit aussi d’une Decauville de 1946 et de La Meuse née, quant à elle, en 1938. Et parmi un matériel ferroviaire de collection se trouve le locotracteur Simplex datant de 1985, il est sans doute le dernier de cette marque, il fut utilisé dans une mine au Royaume-Uni avant d’être acquis par l’association.

 

Le moteur Diésel Dorman est en mauvais état ce qui multiplie les risques de pannes, sa restauration est donc indispensable. Il sera démonté, les pièces défectueuses seront remplacées puis le moteur sera remonté et des essais seront réalisés. Cette machine participe à la traction des trains touristiques de la saison de mai à fin septembre et sert également à la maintenance des voies. Elle est donc indispensable à l’ensemble de nos activités. Et ce Simplex a besoin de la contribution de tous pour reprendre le rail ! La Fondation du Patrimoine relaie donc l’appel à participation (ici).

 

L’association ne manque pas de projets. Il faudra opérer les dernières finitions sur le fourgon N°2, monter un injecteur neuf sur la locomotive 020Decauville, changer des sabots de frein sur le locotracteur Poldi et sur le locotracteur Jung, changer de traverses (chantier continu), remettre en état du matériel roulant en stock, couvrir, fermer et aménager le wagon atelier, déposer  la grue à eau (non fonctionnelle) coté Epinac, poser des contre-rails aux endroits ou il  y aurait risque de renversement et enfin poser de la troisième voie à « La Garenne » ?

 

Mais avant la saison, il faudra débroussailler, faire la chasse aux « bestioles », ouvrir la gare, dépoussiérer et remettre en place l’exposition sur le rail pendant la grande guerre réalisée dans le cadre du centenaire 14/18.  Tout un programme pour des bénévoles passionnés et des visiteurs toujours plus nombreux  venant des quatre coins du monde… Et ça tombe bien car au Chemin de Fer de la Vallée de l’Ouche on parle plusieurs langes ! Des visiteurs qui découvriront une vallée sauvage entre  Ouche et canal de Bourgogne, une gare restée dans son jus où l'on peut acquérir des tickets d'époque et le poinçonner à l'ancienne, une ambiance bon enfant et le grand bonheur des cheveux au vent.

 

    CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNES

 

En pratique

 

Le départ des trains a lieu à la gare de Bligny sur Ouche, il est également possible de partir du terminus de Pont d'Ouche les dimanches et jours fériés (un seul départ à 15 heures) ou bien d'effectuer un aller simple.

Le transport des vélos est possible et gratuit pour les randonneurs effectuant un aller simple. Deux baladeuses sont équipées pour recevoir les handicapés en fauteuil roulant et nous disposons également d'un WC aménagé en gare de Bligny. Toutes les voitures possédent une sonorisation permettant aux voyageurs de recevoir des informations touristiques relatives à notre ligne.  Les trains circulent tous les dimanches et jours fériés en traction vapeur. Départs à 14h45 et 16h30 de Bligny et 15h00 de Pont d'ouche. En juillet / août circulation diesel du lundi au samedi. Départ à 15h30 de Bligny. Jours spéciaux vapeur (4 trains se croisent).

 

Envie de faire un cadeau insolite c'est ici

 

CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNES

 

 

 

CFVO MARIE QUIQUEMELLE 2016 ECHO DES COMMUNESCFVO

 

Route d'Arnay

 

21360 Bligny-sur-Ouche

 

Téléphone : 06 30 01 48 29
 
 
 
 
Crédit photos Marie Quiquemelle et CFVO ( train vapeur à quai )
 
m.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Ils sont fous ces Baulas !
Chaichô, braillards, têtes d’âne  (à cause...
Un Ruban du Patrimoine pour une île de pierre au milieu des vignes
L’église Saint Nicolas du 15ème, le Château de la...
Un village, Thorey sous Charny, une église St Martin et un Ruban du Patrimoine !
Le village de Thorey-sous-Charny, dans les Terres d’Auxois et son Pays...
Pour que le château de Sainte-Colombe-en-Auxois retrouve sa jolie façade !
Sainte-Colombe-en-Auxois est un petit village rural où rien ne trouble...
Les habitants de Corpoyer la Chapelle et leur clocher ...
Corpoyer La Chapelle est la plus petite commune du nouveau canton de Venarey...
Et si vous aidiez Ivry en Montagne à retrouver sa jolie place ?
Ivry en Montagne est un bien joli village à l’arrière des...
Notre-Dame d'Etang, un patrimoine à sauvegarder !
La montagne d’Etang est un lieu de promenade apprécié des...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.