Vincent Lavier... passion agriculture !

02 octobre 2016

Président de la Chambre d’Agriculture de Côte d’Or depuis 2013, Vincent Lavier est avant tout un agriculteur passionné, un accro de la terre, un fervent défenseur de la cause agricole en ces temps difficiles pour des exploitants de plus en plus fragilisés face à une mondialisation galopante et des dictats toujours plus prégnants, assommant les producteurs et leurs familles.

 

 

Rencontrer Vincent Lavier sur ses terres ne serait pas banal s’il était différent. Mais en cotte de travail, arrivant des champs, Vincent Lavier ne change rien à ce qu’il est, à ce qu’il dit, à ses habitudes matinales et c’est rassurant. L’homme est intègre, sans concession mais pas avare de sa parole, de son histoire singulière, de sa passion dévorante. Le brouillard se lève sur son joli village et sur une demeure de pierres aux somptueux encadrements de porte… d’anciennes pierres du château à n’en pas douter… Il se pose et raconte l’histoire paysanne qui lui colle à la peau.


Des études supérieures, un diplôme d’ingénieur entre autres, Vincent Lavier se rappelle que très jeune, et même tout môme, il ne rêvait qu’à une chose, la terre et l’exploitation familiale. La terre, le sol, la sélection animale, un savoir-faire comme un savoir-être transmis de père en fils.


Quand les petits garçons rêvent d’être pompiers ou pilotes de course, lui ne pensait qu’à devenir agriculteur.


Pour cet homme à la logique implacable, qui croit en l’échange entre les hommes, c’est en toute évidence qu’il devient président du GEDA de la Tille (Groupe d’Études et de Développement Agricole), véritable outil de développement sur ce territoire. Vincent Lavier plaide alors pour la valorisation des productions, la minimisation des charges dans la conduite des cultures. C’est avec la même évidence qu’il présida pendant 6 ans le SMOM (syndicat mixte des ordures ménagères) d’Is-sur-Tille et son équipe de 25 salariés pour une expérience humaine intéressante qui lui laisse de bons souvenirs.

 

Vincent Lavier... passion agriculture !


Après plusieurs années passées comme ingénieur dans un groupe de développement, il revient à la terre, reprend une exploitation à Bussy le Grand et reste en société avec son père et son oncle pendant 15 ans avant de créer un GAEC avec son frère… Car dans la famille Lavier, les frères, les cousins, les enfants sont tous de la partie. Le credo c’est le mouton, la spécialité, la sélection pour le renouvellement et l’amélioration de la race ovine.


La synergie se fait, ici, sans douleur entre l’élevage et la culture céréalière.


Pour Vincent Lavier, agriculteur, la recherche des débouchés se fait sur les marchés de niche et les circuits de distribution sont courts. La viande ne part pas en circuit traditionnel mais directement en boucherie, le végétal part quant à lui en meunerie sur les filières LU Harmony pour la biscuiterie entre autres.


« En agriculture, faire face aux aléas de rendement, amortir le choc des mauvaises années c’est aussi et avant tout en gardant sa capacité de décisions… ».


Un point de vue que Vincent Lavier, président de la Chambre d’Agriculture de Côte d’Or, défend ardemment auprès de ses confrères, des institutions consulaires et des services de l’État. « Garder sa capacité de décision c’est pouvoir, en toute connaissance de cause, ne pas se laisser pousser au surinvestissement ne pas s’acculer au surendettement par le cumul des emprunts trop lourds pour payer moins d’impôts ou de cotisations de MSA… C’est garder la possibilité de ne pas avoir à payer pour travailler, mais à travailler en faisant bien ce qu’on fait, en restant décideur face à son exploitation ».


Être président d’une chambre consulaire, c’est bien sûr être parfois éloigné de son exploitation mais, malgré tout, Vincent Lavier reste attaché à ses matins de terre, à ses soirées vers ses brebis, considérant qu’il se doit aussi faire valeur d’exemple pour être crédible et entendu.


À la Chambre d’Agriculture, il milite pour la formation des agriculteurs, pour accompagner les choix souvent difficiles que sont l’arrêt d’une activité ou la transmission d’une ferme, d’une vigne, d’un élevage… « Il nous faut être meilleurs qu’avant, monter en compétence… Il y a moins d’agriculteurs mais il y a toujours autant de monde gravitant autour de l’agriculture… ce n’est sûrement pas la donne idéale ! » Alors avec la MSA, il souhaite construire un réel accompagnement social où on considère l’humain et non les rendements imposés par l’Europe qui fait mourir l’agriculture à petit feu !


Vincent Lavier... passion agriculture !Car si la souveraineté alimentaire de la France ou la concurrence internationale justifient souvent une intervention de l’État, le système actuel n’empêche pas la précarité, les productions à perte ou les surplus… L’agriculture est une affaire de terroirs et de territoires qui ne sont pas à démanteler.


L’homme discret s’est posé le temps d’une rencontre chaleureuse pendant laquelle il évoquera une vie de famille précieuse, trois enfants attachés aux valeurs de Vincent et son épouse, chercheur à l’INRA dans le domaine alimentation et santé, intervenant pour l’ARET (Association pour la Recherche en Toxicologie).


Évoquant le futur et les projets, il explique comment il a poussé son fils Guillaume à se lancer dans le maraîchage bio, partant du principe que les jeunes doivent innover, porter d’autres manières de produire raisonnables et raisonnées.


Dans son rôle de président de Chambre d’Agriculture, il porte ce même propos…


Changer, transmettre à des jeunes quand il est temps en accompagnant la transition.


Dans sa vie du quotidien, c’est se ressourcer en marchant dans les champs, un bonheur inégalé, qui régénère les idées, l’esprit qui ne manquent pas à cet agriculteur un peu différent engagé depuis toujours pour la vie du monde rural et agricole.


Marie Quiquemelle

m.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Soirée de célébration des médaillés Côte-d’Oriens du Concours Général Agricole au Salon International de l'Agriculture
Lundi 13 mai, les participants Côte-d’Oriens au Concours...
Femmes dans l'agriculture : reconnaître et combattre les stéréotypes pour atteindre l'égalité professionnelle
Reconnues puis oubliées, les femmes reprennent depuis quelques...
Accompagnement des associations d’aide alimentaire : le Département a revu à la hausse son soutien financier et souhaite favoriser le développement de coopérations avec le monde agricole
Ce lundi 4 mars, François Sauvadet, Président du Conseil...
Inauguration d'un bâtiment frigorifique collectif en Val de Saône : optimiser le stockage de produits maraîchers et leur commercialisation
Olivier BOURGEOT, Président du Groupement d’Intérêt...
Lancement de la COP régionale pour la transition écologique : « Il était temps ! »
Mercredi 13 décembre 2023, Christophe Béchu, ministre de la...
Cérémonie des Médaillés Côte-d'Oriens au Concours Général Agricole 2023
En obtenant 51 médailles et 58 titres au Concours Général...
Dispositif Tournesol, vers un accompagement des agriculteurs
La Région Bourgogne-Franche-Comté et le Réseau EVA ...
Conseil départemental de l'Alimentation : l'enjeu de la logistique pour développer l'alimentation locale
Le Conseil Départemental de l’Alimentation était...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *