Avec le CTE, la Haute Côte d'Or fait le choix de l'écologie comme levier de développement des activités économiques locales...

Avec le CTE, la Haute Côte d'Or fait le choix de l'écologie comme levier de développement des activités économiques locales...

Info+ :

Informations sur les formations à venir

 

 

Lycée Eugène Guillaume

12 Avenue Mal de Lattre de Tassigny
21500 Montbard

Téléphone : 03 80 92 01 00

 

 

EPLEFPA de la Barotte Haute Côte-d’Or

Route de Langres
21400 Châtillon sur Seine

Téléphone : 03 80 91 53 03


20 décembre 2018

Les projets du Contrat de Transition Ecologique, signé le 17 décembre à Montbard avec Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, se construisent autour des communautés de communes du Châtillonnais et du Montbardois qui s’inscrivent dans une volonté de coopérer pour avancer ensemble vers la transition écologique et solidaire. Sur ce territoire, à la fois fortement rural tout en bénéficiant d'une histoire industrielle de premier plan autour, notamment de la métallurgie, le contrat de transition écologique est une formidable opportunité économique, sociale et écologique.

La démarche d’élaboration du Contrat de Transition Ecologique (CTE) a été lancée en mai 2018. Elle résulte de la coopération entre deux intercommunalités, la Communauté de communes du Pays du Châtillonnais et celle du Montbardois, qui ont défini trois orientations pour leur CTE que sont la formation pour accélérer la transition écologique du territoire et l’évolution des pratiques agricoles, plus respectueuses de l’environnement et des ressources et enfin l’accompagnement des agriculteurs vers la production d’énergie renouvelable.

Pour précéder la signature de ce CTE, Madame la secrétaire d’Etat s’est donc rendue dès le point du jour à Savoisy sur le GAEC VERDOT, groupement agricole producteur de céréales, de légumineuses et de graines oléagineuses. Le GAEC participe au développement des circuits courts autour de la Luzerne avec l’objectif de rendre le territoire autonome en azote, de produire un lait de meilleure qualité, grâce à ses propriétés nutritionnelles dans l’alimentation du bétail et aussi de préserver les ressources en eau en réduisant la pollution par les nitrates. Emmanuelle Wargon a ensuite visité l’entreprise SARRASIN à Montbard, biscuiterie spécialisée dans une production bio et sans gluten.

Entourée, de Bernard SCHMELTZ préfet de Région, de Yolaine de Courson, députée et de Laurence PORTE, maire de Montbard, elle s’est rendue au lycée Eugène Guillaume de Montbard où l’accueillait Remi HEYTE, proviseur et Karene HELOU, directrice opérationnelle du GRETA 21.

« Le Contrat de transition écologique signé aujourd’hui illustre la méthode souhaitée par le Gouvernement pour accompagner les collectivités, une co-construction avec les territoires qui font le pari d’une transition écologique génératrice d’activités économiques et d’opportunités sociales. La Haute Côte d’Or a démontré au cours des derniers mois sa volonté de prendre pleinement part à cette dynamique pour créer de nouvelles filières, de nouveaux métiers, de nouveaux talents…

L’objectif du Contrat de transition écologique en Haute Côte d’Or est de renforcer l’attractivité du territoire en s’appuyant sur une nature préservée, un cadre naturel authentique, des paysages forestiers d’exception, une offre culturelle et gastronomique reconnue partout en France…» a déclaré Emmanuelle Wargon aux élus locaux et aux acteurs économiques représentant le territoire.

La dynamique insufflée par la construction du CTE a permis de mobiliser les acteurs institutionnels, les acteurs économiques et les acteurs de la formation qui portent des projets concrets pour les habitants qui feront rayonner le territoire à l’échelle nationale. Il en est ainsi de deux lycées, l’un agricole et l’autre professionnel, qui ont fait le choix de monter ensemble des formations innovantes dans le domaine des énergies renouvelables, en partenariat avec des entreprises nationales et locales. Cela permettra d’offrir des qualifications et des débouchés professionnels aux jeunes du territoire et à des adultes en formation continue de toute la France.  

Yolaine DE COURSON, qui après plusieurs mois de travail avec ses collaborateurs, les acteurs du territoire et les services de l’Etat a mené à bien ce projet, a déclaré « Si le 19ème  et 20ème  siècle ont été les siècles de la révolution industrielle qui ont structuré notre économie, le 21eme siècle sera celui de la révolution écologique … Ce contrat engage les collectivités et l’Etat pendant 4 ans et va impacter notre territoire pour les 30 prochaines années….C’est donc l’avenir que nous préparons, l’avenir que nous voulons transmettre à nos enfants, en particulier ici, les métiers d’avenir qu’ils pourront exercer sur notre territoire…  Car en effet où seront produites les énergies renouvelables, solaire, éolien, biomasse, hydraulique sinon dans nos territoires qui pourront ainsi attirer de nouvelles activités ?  Où iront habiter les urbains qui n’en peuvent plus de vivre dans des villes polluées, saturées, sinon dans nos campagnes pour le cadre de vie, les espace naturels… On accuse l’agriculture de polluer, pesticide, émission de méthane, pollutions diverses, mais le temps n’est plus à trouver des coupables, l’urgence nous impose de trouver des solutions ensemble … L’agriculture de demain sera écologique et heureuse de l’être »

La ville de Montbard, cité de Buffon et de Daubenton dont Laurence PORTE est une infatigable ambassadrice, est sélectionnée et labellisée comme un des 124 territoires d’industrie en France, ce qui lui donnera des moyens de se développer et en même temps le Montbardois comme le Chatillonnais seront acteurs de la transition écologique font partie des 5 premiers CTE signés en France et le premier sur le volet agricole. La signature de ce CTE permet aux lycées Eugène Guillaume à Montbard et au lycée agricole La Barotte de Châtillon de se mobiliser pour développer de nouvelles formations et implanter durablement les métiers de demain « maintenance des panneaux photovoltaïques » dès la rentrée 2019 et création d’une « académie verte » avec l’implantation d’un méthaniseur dans le lycée. Grâce au CTE, ce sont de nouveaux partenariats qui sont nés entre les deux lycées, entre les lycées et les agriculteurs, entre les lycées et les industriels et notamment EDF.

L’objectif du Contrat de transition écologique en Haute Côte d’Or est de renforcer l’attractivité du territoire en s’appuyant sur une nature préservée, un cadre naturel authentique, des paysages forestiers d’exception, une offre culturelle et gastronomique reconnue partout en France. Des atouts sont au cœur des orientations définis dans le CTE tels que la formation pour accélérer la transition écologique du territoire, l’évolution des pratiques agricoles, plus respectueuses de l’environnement et des ressources du territoire, l ’accompagnement des agriculteurs vers la production d’énergie renouvelable.

8 opérations pour dynamiser le tissu économique et créer des emplois locaux seront développées.

La création d’une formation de technicien en maintenance et conduite d’installations photovoltaïques, une initiative qui va ouvrir des perspectives de formation locale aux jeunes dans un secteur à fort débouchés, faire du lycée professionnel Eugène Guillaume de Montbard un pôle d’excellence dans le domaine du photovoltaïque y compris à l’échelle nationale, rendre accessibles les métiers de la transition énergétique à des élèves de niveau BAC+1. Cette formation est mise en place en partenariat avec les industriels qui ont besoin de compétences dans cette filière en fort développement.

La création d’une académie verte autour de la méthanisation au travers de laquelle le CTE prévoit la collaboration entre le lycée agricole de la Barotte (EPLEFPA) et le lycée Eugène Guillaume de Montbard, pour mettre en place dès la rentrée 2020 un pack de formations qui couvre l'ensemble des étapes de la vie d'un projet de méthanisation.

Le lancement d’une démarche de collaboration entre les collectivités, les acteurs agricoles et les acteurs de l’eau, sur l’évolution des pratiques agricoles, la prévention des inondations, la préservation de la qualité de la ressource en eau.

Le recrutement d’un animateur pour la mise en œuvre, à l’échelle du territoire des 2 EPCI, du Contrat de transition écologique (CTE) et du Contrat d'objectif territorial énergie climat (COTEC de l’ADEME).

Le développement de la filière luzerne avec des projets portés par la coopérative de déshydratation de Baigneux-les-Juifs.

Le développement d’un méthaniseur à vocation énergétique et pédagogique dans le cadre d’un partenariat entre le lycée La Barotte et 9 agriculteurs dans une société de projet.

Le développement de la filière CIVE (cultures intermédiaires à vocation énergétique) dans lequel le groupe Dijon Céréales prévoit d’investir dans un important méthaniseur. Le groupe Dijon Céréales (600 salariés) représente un poids important dans l’économie et dans l’emploi de la région, et participe par ailleurs à l’insertion professionnelle des jeunes.

Le développement d’une filière de produits agro-alimentaires locaux pour lequel la coopérative laitière de Côte d’Or (CLCO) va développer des projets autour des produits agricoles locaux.

Le développement de ces projets sera accompagné par l’État au plan méthodologique et financier. Les services locaux de l’État, l’ADEME, la Caisse des dépôts/Banque des territoires et l’Agence de l’eau Seine-Normandie sont d’ores et déjà pleinement mobilisés.

Les Contrats de transition écologique permettent de faire naître de nouvelles coopérations et de mobiliser de façon coordonnée les services de l’Etat et opérateurs publics pour faire avancer les projets et lever les freins que rencontrent les porteurs de projets. Les CTE sont clairement sources d’émulation au niveau local et sont aussi une excellente illustration de la façon dont l’État peut faire évoluer ses modalités d’accompagnement auprès des collectivités locales. Une révolution rendue incontournable en raison des changements climatiques, de l’extinction d’espèces animales et végétales et de la raréfaction des ressources … mais cette révolution écologique est surtout une formidable opportunité pour nos territoires ruraux !

A retrouver sur ce lien le pourquoi-comment des Contrats de Transitions écologiques !

 

Crédit photos Marie Quiquemelle et Benjamin Verdot (Potager de la Borde Chemin d'Aisey)

 

 Agent de développement local

 Conseils en animation du territoire aux élus et associations

 Formatrice en insertion professionnelle

 

 mariequiquemelle@gmail.com

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Caisse des Dépôts : cap sur le tourisme et la transition territoriale
Suite aux bouleversements induits par la loi NOTRé, la Caisse des...
"Habiter Mieux" : Rendre les logements moins énergivores
Le Conseil départemental de la Côte-d'Or s'associe...
Les fonds européens pour les porteurs de projet.
Patrick Ayache, vice-président de la région...
Le bio ? L'avenir de l'agriculture ?
Vendredi 13 octobre, à Dijon, la séance plénière de...
Le SICECO, au service de tous ses adhérents
Jacques Jacquenet, Président du SICECO l'a rappelé aux...
Le GIP en charge de la création du 11ème parc national lance un appel aux porteurs de projet des 127 communes du futur Parc national.
Vous êtes artisan, entrepreneur ou particulier, vous souhaitez...
Le Potager des ducs, un pas vers l'autosuffisance alimentaire de Dijon Métropole
Agriculture urbaine, biodiversité, transition écologique,...
EDF veut accélérer la mobilité électrique en Bourgogne-Franche-Comté
Au lendemain de l’annonce du Plan mobilité électrique...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.