Martine Eap Dupin formule un véritable plaidoyer du FAIRE ENSEMBLE lors des voeux de la Communauté de communes des Terres d'Auxois !

Martine Eap Dupin formule un véritable plaidoyer du FAIRE ENSEMBLE lors des voeux de la Communauté de communes des Terres d'Auxois !

Info+ :

 

 

 

 

La Communauté de Communes des Terres d’Auxois a été créée le 1er janvier 2017. Issue de la fusion des 3 Communautés de Commune, Butte de Thil, dCanton de Vitteaux et Sinémurien elle comprend 77 communes pour 16 669 habitants. Les 77 communes seront représentées au Conseil Communautaire avec un nombre de délégués titulaires (au minimum 1) cohérent par rapport à leur population.

 

Le Conseil Communautaire, composé de 105 membres, vote les délibérations soumises par les services de la collectivité. Ces délibérations sont ensuite transmises à la Préfecture qui exerce un contrôle dit de légalité avant leur mise en application.


29 janvier 2019

La Communauté de Communes des Terres d’Auxois, présidée par Martine Eap Dupin, a désormais 2 années d’existence et un travail considérable a été accompli pour que ce territoire puisse évoluer sur des bases solides et puisse s’ancrer dans une dynamique de développement pour notre communauté de communes en particulier mais aussi pour la Haute Côte d’Or en général. Le moment des vœux est toujours un moment particulier car c’est à cet instant qu’on se pose pour faire un état des lieux de l’année passée et qu’on prend de bonnes résolutions pour l’année qui s’engage. « Je vais dresser un rapide Bilan de l’année 2018. Rassurez-vous, je ne vais pas dresser un inventaire à la Prévert des actions conduites en 2018 mais simplement rappeler en quelques mots ce qu’a été l’année 2018 sur les Terres d’Auxois. »

Un certain nombre d’engagements avaient été pris au début de l’année 2018, engagements tenus dans leur très grande globalité. Et c’est avec la détermination qui la caractérise que Martine Eap Dupin a dressé un état des lieux 2018 et les prospectives 2019 pour la CCDTA.

« Nous avons harmonisé sur l’ensemble du territoire la politique orientée vers l’enfance jeunesse avec le transfert du multi accueil de Semur-en-Auxois et la prise de compétence périscolaire sur le territoire de l’ancienne communauté de communes du Sinémurien. Cette prise de compétence s’est accompagnée d’une harmonisation des politiques tarifaires qui n’a pas été simple à concevoir mais le dossier a été conduit à son terme et désormais, nous allons tabler sur une stabilité pour donner de la lisibilité et du sens à l’action intercommunale. Parallèlement, nous avons mis en place un accueil périscolaire sur le regroupement pédagogique intercommunal de l’Auxois (il s’étend sur 10 communes), qui constituait une demande ancienne des communes concernées et qui a concrètement ouvert ses portes en septembre 2018, ce qui permet en outre de conforter l’implantation de l’école primaire en milieu rural.

Sur le plan du développement touristique, l’année 2018 a été dense.

La seconde tranche de travaux du VVF de Flée s’est achevée au début de l’été et désormais, c’est un site doté d’une attractivité nouvelle qui se dresse sur notre territoire, site éminemment stratégique pour le tourisme du territoire. Un important travail a été mené sur le schéma de développement touristique qui est en cours d’achèvement et qui a associé étroitement l’Office du Tourisme pour les axes opérationnels. Des travaux de sécurisation et de modernisation des voies des falaises de Saffres ont été réalisés, avec une seconde tranche prévue en 2019.

La première tranche des travaux du site de Pont : requalification de la berge de la plage du lac de Pont a été terminée en décembre 2018.

Au niveau du développement économique, l’année 2018 a été active également puisque, concernant la zone d’activités du Clou à Vitteaux, 3 des 5 dernières parcelles sont en cours de commercialisation en partenariat avec la commune de Vitteaux. Sur Semur-en-Auxois, l’étude de faisabilité a été rendue au printemps 2018 en vue de l’extension du parc d’activités économiques, 8,5 hectares de terrains ont été acquis auprès de la commune au second semestre et le marché de maîtrise d’œuvre a été finalisé en décembre 2018. Parallèlement, nous avons concrétisé la 1ère tranche de voirie sur la rue de l’œuvre et avons travaillé, en collaboration avec le Greta 21, à réhabiliter une partie des locaux de l’Atelier Relais.

Sur le plan environnemental, l’année 2018 a été marquée par la fermeture du site d’enfouissement de Vic-de-Chassenay. Il a donc fallu travailler sur des avenants aux contrats de collecte des ordures ménagères avec un renchérissement des coûts, liés aux coûts de transport notamment. Parallèlement, la CCTA a adhéré pour l’ensemble de son territoire au Syndicat Mixte de Haute Côte d’Or pour le traitement des déchets, misant sur une dynamique du chatillonnais, du montbardois, de la COPAS et des Terres d’Auxois pour travailler sur cette question. Un proverbe africain dit : « si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble ». C’est le sens de la démarche que nous proposons… avançons ensemble pour que l’ensemble de notre territoire rural s’élève ! Au niveau de la structuration de la collectivité, l’année 2018 a été une année bien remplie également puisque le pôle de proximité d’Epoisses a été mis en place, les nouveaux locaux de l’accueil de loisirs de Précy ont ouvert leurs portes et l’étude de maîtrise d’œuvre pour la rénovation des nouveaux locaux du siège à Semur-en-Auxois a été finalisée, parallèlement à l’achat du bâtiment qui accueillera notre personnel et les élus.

S’agissant des perspectives pour l’année 2019

Je vais rassurer tout le monde sur un point ! S’il est d’usage, à quelques encablures des échéances électorales d’éviter de traiter les dossiers sensibles, vous me connaissez toutes et tous suffisamment bien pour savoir que cela n’a jamais été ni mon tempérament, ni ma méthodologie d’action. Il est donc tout à fait clair que tous les dossiers seront traités, y compris ceux qui sont de nature à faire débat.

En conséquence, on œuvrera au développement équilibré et équitable du territoire avec une méthode de concertation associant étroitement les communes, en n’occultant aucun sujet. Je veux mettre en pratique pour notre communauté de communes ce que disait Henry Ford, grand industriel : « Se réunir est un début ... rester ensemble est un progrès ... travailler ensemble est la réussite ! ». Je vous propose donc de développer notre travail en commun au service du vivre et réussir ensemble.

Ainsi, une priorité sera consacrée au développement économique avec le lancement de la première phase de viabilisation de l’extension du Parc  d’Activités Economiques de Semur-en-Auxois. Je rappelle que l’enveloppe budgétaire globale consacrée à l’ensemble du projet est de 2 200 000 € avec hélas fort peu de subventions. Des entreprises ont déjà manifesté leur intérêt donc désormais, on va entrer en phase opérationnelle. Pour suivre l’évolution de ce projet, la commune de Semur-en-Auxois sera étroitement associée à travers sa participation au sein d’un comité de pilotage qui avait déjà travaillé sur l’étude de faisabilité. Il s’agira d’une mobilisation très importante des finances de la communauté de communes au service de l’attractivité économique du territoire. En complément, une seconde tranche de travaux de la rue de l’œuvre sera engagée à hauteur de 100 000 €. A titre complémentaire, un travail sera conduit pour poursuivre les études liées à la zone d’activités de Bierre-lès-Semur afin d’être prêt à engager des travaux en 2020.

Et enfin, nous travaillons en partenariat avec le Greta 21 de Semur, représentée Mme Karène Helou dont je remercie l’investissement au service de l’emploi, à la concrétisation d’un vrai pôle de formation professionnelle dans le parc d’activités puisqu’un second organisme de formation devrait emménager dans l’atelier relais, à côté du GRETA et en complémentarité de son action, au début de l’été 2019. Nous avons constaté que de nombreuses entreprises avaient du mal à recruter des salariés qualifiés ou formés donc la meilleure réponse à cela, c’est d’avoir un pôle de formation au service de l’emploi au cœur d’un des principaux poumons économiques des Terres d’Auxois.

Sur un plan touristique, on poursuivra le réaménagement de la plage du lac de Pont avec le volet paysager, qui correspond à l’aboutissement de l’étude qui avait été engagée par l’ancienne communauté de communes du Sinémurien en 2016. Cet investissement, dont le marché a été attribué en décembre dernier, est de 500 000 € avec un soutien substantiel de nos partenaires que sont l’Etat, la Région (contrat canal), le Département et le SICECO. Avec cette seconde phase de travaux, nous aurons terminé la requalification du site paysager, complémentaire des investissements importants qui ont été réalisés au VVF de Flée, avec le soutien de nos financeurs Etat-Région-Département-ANCV et du projet porté par la commune de Pont-et-Massène pour redynamiser le camping. Parallèlement, nous avons travaillé avec Monsieur le Sous-Préfet pour que la baignade au lac de Pont ne soit plus limitée à 19,20 mètres. Je parle sous couvert de Monsieur le Sous-Préfet, que je remercie chaleureusement pour le soutien qu’il apporte sur tous les projets portés par notre communauté de communes, l’arrêté devrait être signé dans les prochaines semaines pour entériner cet assouplissement réglementaire.

Au niveau de l’enfance-jeunesse, l’année 2019 sera la première année de fonctionnement sans évolution dans le périmètre des compétences. Ce sera donc l’occasion de stabiliser et de consolider les équipes et les organisations. Il faut savoir qu’il y a 9 sites de restauration scolaire et 8 sites d’accueil péri et/ou extrascolaire, qui mobilisent les 2/3 de nos salariés. Nous étudierons, comme annoncé dans le débat d’orientation budgétaire, la pertinence de créer un accueil périscolaire à Villy-en-Auxois puisqu’il s’agit du dernier site ou ce service n’existe pas. C’est une demande de Madame le Maire de Villy et nous sommes particulièrement attentifs à la complémentarité incontournable entre l’existence d’une école avec la mise en œuvre des services concourant à la pérennisation de cette école. Nous l’avons fait en 2018 sur le RPI de l’Auxois avec une méthode de concertation qui a associé très étroitement les 10 maires, nous procèderons de la même manière en 2019 pour Villy-en-Auxois. Oon recensera les besoins, on travaillera avec le maire de la commune, on concertera les familles intéressées – on mettra en relation le besoin des familles avec le coût du service et le cas échéant, on mettra en œuvre le service à la rentrée de septembre après avoir acté la création du service en conseil communautaire.

Nous travaillerons également sur les équipements communautaires. En 2018, un maître d’œuvre a été désigné pour la rénovation des nouveaux locaux de la CCTA et en 2019, nous entrons en phase opérationnelle pour la réalisation des travaux avec une installation espérée début septembre prochain. Le coût de l’opération est de 400 000 € de travaux et 180 000 € d’achat du bâtiment avec un financement conséquent, cette fois encore, de l’Etat, du Département, du SICECO.

Mais comme je l’ai dit, les dossiers qui font débat ne seront pas cachés. Bien au contraire, nous sommes une communauté de projets avec un sens de l’engagement fort auprès du territoire. Un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre à défaut de faire couler toujours beaucoup d’eau, c’est celui des piscines. Sur les deux piscines, je vais être très clair. Au moment où la communauté de communes est née, il y avait des dossiers en cours avec des financements intercommunaux de fléchés, les engagements seront tenus !

Sur la Piscine de Vitteaux, il y a manifestement un problème de fuites et de fissures, avec des évolutions par rapport à ces dernières années. Nous avons donc commandé à l’automne un diagnostic pour déterminer précisément les désordres et à la vue de ce diagnostic, des devis sont en cours de réalisation. En conséquence, le Vice-Président chargé des équipements communautaires et le Maire de la Commune de Vitteaux vont faire le point et préconiser les travaux à réaliser.

Sur la piscine d’Epoisses, le 24 mai 2018, le conseil communautaire a voté défavorablement pour le projet à hauteur de 1 million d’euros mais la CCTA n’a jamais dit qu’elle souhaitait la fermeture de l’équipement. Je précise cela car apparemment, cela n’avait pas été parfaitement compris par tout le monde. Je rappelle que lors de la fusion des 3 anciennes communautés de communes, un projet avait été voté par l’ancienne communauté de communes du Sinémurien avec un autofinancement de 200 000 €. En conséquence, j’ai demandé au Vice-Président des Equipements communautaires, encore lui (il va avoir beaucoup de travail en 2019), de prendre attache avec M. le Maire d’Epoisses et du groupe de travail que Marcel CHASTANG a délégué de la commune. L’objectif va être d’arbitrer les priorités que la commune d’Epoisses souhaite voire concrétiser sur cet équipement, le tout dans une enveloppe d’autofinancement de la CCTA de 200 000 €, conformément à l’enveloppe proposée dans le plan de financement prévisionnel de l’ancienne CC du Sinémurien. Je tiens à ce que les élus de la commune d’Epoisses s’approprient le projet au nom d’un développement équilibré du territoire et au service de tous les habitants. L’enveloppe globale des travaux dépendra des financements mobilisables mais l’autofinancement de la CCTA sera à hauteur des 200 000 € annoncés en 2016.

S’agissant du gymnase de Vitteaux, j’ai rencontré Monsieur le Maire de Vitteaux au début de l’année 2018 et je lui ai précisé que sur le projet, la Communauté  de  communes  apporterait   un   autofinancement   de 200 000 €. La commune est à la tête d’un groupement de commande, sur lequel nous avons d’ailleurs délibéré le 19 décembre 2018 pour financer notre part d’étude complémentaire (10 000 €) puisque des études avaient déjà été diligentées. Donc, l’appropriation du projet par la commune est évidente sur ce dossier puisque la commune porte la rénovation de la salle polyvalente et la CCTA porte la rénovation ou extension du gymnase. L’engagement pris auprès de M. le Maire en 2018 sera tenu et l’autofinancement sera celui qui a été annoncé, à charge ensuite de mobiliser les subventions les plus élevées possibles pour avoir une enveloppe de travaux la plus importante possible. Pour être très précise, Monsieur le Maire, cher Bernard, en lien avec le Vice-président des équipements communautaires, c’est toi et ton équipe qui déterminerez les priorités de travaux dans l’enveloppe donnée.

Vous pouvez constater que sur ces 3 dossiers, la ligne stratégique est très claire ! Les enveloppes mobilisables par la CCTA sont à hauteur de ce qui était prévu, elles sont confirmées et maintenant, en transversalité, je demande aux équipes municipales concernées de s’approprier les projets et de participer activement aux arbitrages car ce sont prioritairement les habitants de leurs bassins de vie qui sont concernés par ces réalisations.

En 2019, nous allons voir avancer le dossier de la Ferme du Hameau puisque nous avons signé à l’automne 2018 une convention avec l’Ecole Nationale Supérieure des Arts. De plus, sur ce dossier, il y a un partenariat avec Le Consortium de Dijon (en lien avec la Fondation de France) qui finance un maître d’œuvre. C’est un projet de 600 000 €, lui aussi très bien financé, qui va permettre de redonner vie à ce site remarquable et qui a fait l’objet de nombreuses discussions dans l’ancienne Communauté de Communes de la Butte de Thil. En complémentarité, des discussions seront menées pour voir comment il est possible de valoriser l’autre partie du site mais à chaque jour suffit sa peine.

Toujours dans le cadre d’une approche de proximité au service des communes, j’ai demandé aux services de regarder la question del’entretien paysager et des  dépôts sauvages sur les points d’apport volontaire situés dans les communes pour trouver des solutions qui apportent satisfaction avec un coût supportable pour la CCTA. Cette question a été soulevée à différentes reprises et nous devons solutionner cette difficulté, au service des maire et de leurs habitants.

Madame la 1ère Vice-Présidente évoquait récemment la question de la centralité de Semur-en-Auxois au sein du territoire. On pourrait plutôt parler de la notion de bassins de vie avec différentes polarités. La CCTA est constituée de plusieurs bassins de vie et dans notre projet d’ensemble, il est indispensable de tenir compte de ces différentes polarités pour développer de manière harmonieuse et équilibrée l’ensemble de la communauté de communes. C’est dans ce cadre, à travers le développement que je viens de vous présenter, qu’il y a des projets sur le bassin de vie de Semur, en majorité, mais également sur le bassin de vie de Vitteaux, sur le bassin de vie d’Epoisses et sur le bassin de vie de Précy-sous- Thil. Si on veut que les habitants adhèrent aux projets de la communauté de communes, il faut que chaque habitant puisse s’identifier à elle à travers des projets qui le concerne dans sa proximité immédiate. En outre, dans le prolongement de l’action qui a été engagée, dès le 31 janvier 2019, et dans le cadre d’une redistribution financière auprès des communes, sera mise au vote du conseil communautaire la création d’une dotation de solidarité communautaire à hauteur de 100 000 €. Cette dotation, qui consistera à reverser chaque année, une enveloppe à chaque commune du territoire tiendra compte de plusieurs critères tels que la centralité d’un bassin de vie, la ruralité, le nombre d’habitants et les potentiels financiers de chaque commune. Les critères d’attribution seront travaillés par la commission finance et la répartition aux communes sera votée à la fin mars. J’insiste sur le fait que cette dotation sera créée sans augmentation de la fiscalité.

Et enfin, en cette année 2019, il y a le transfert de compétence au SESAM des compétences eau potable et assainissement des eaux usées. J’ai parfaitement conscience que ce sujet suscite des interrogations et du débat. C’est pour cela que je vais rappeler 3 choses ! Ce transfert est un transfert obligatoire puisque c’est inscrit comme tel dans le code général des collectivités territoriales. Il a été acté à l’été dernier un aménagement législatif pour permettre un report dérogatoire mais cela ne change rien au fait que cela n’aurait constitué qu’un report de l’échéance et comme je l’ai dit au début du propos, je n’aime pas trop cacher la poussière sous le tapis et laisser à nos successeurs les dossiers complexes par commodité ou tranquillité et comme l’écrivait Antoine de Saint Exupéry : « L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre ».

Il y a certains endroits où l’état du réseau est très dégradé et d’importants travaux sont à réaliser. De tels projets, parfois avec des interconnexions et / ou des complexités techniques, nécessitent l’expertise d’une collectivité déjà structurée, qui est spécifiquement organisée pour traiter ces sujets. Et enfin, il y a une question de sécurité de l’approvisionnement en quantité et en qualité qui va devenir un enjeu majeur dans les années à venir et il était opportun de travailler en anticipation plutôt qu’en intervention d’urgence. Comme le dit un proverbe bien connu, « mieux vaut prévenir que guérir ». Dès lors, sur ce sujet comme sur d’autres, il me semble important que chaque acteur fasse preuve de sens des responsabilités et j’ai demandé à Monsieur le Président Gilles de Montalembert, que je remercie chaleureusement ainsi que ses équipes pour l’ensemble du travail qui a été fait et qui va être fait, que toutes les actions de concertation et de communication continuent d’être assurées pour que cette prise de compétence se passe bien et soit comprise. En agissant comme nous l’avons fait, nous avons agi en responsabilité et pour l’avenir de notre territoire. Et puis, il faut savoir que toutes les communes qui ont adhéré au SESAM depuis de nombreuses années ont un degré de satisfaction qui me semble la meilleure démonstration du bien-fondé de la démarche.

Pour les perspectives de 2019, je vais rappeler l’engagement qui a été pris lors du débat d’orientation budgétaire. La CCTA ne touchera pas la fiscalité, ne  créera pas la GEMAPI et n’augmentera pas les tarifs des services qu’elle assure. Nous sommes dans un contexte social particulièrement sensible avec des revendications qu’il nous faut entendre. L’action publique a besoin de légitimité, elle a besoin d’exemplarité, elle a besoin de lisibilité et elle a besoin de sens des responsabilités. Il nous faut également expliquer à nos concitoyens que chaque service supplémentaire que nous rendons induit des dépenses supplémentaires et donc potentiellement des recettes à devoir trouver et que l’action publique, c’est également l’obligation de faire des choix. Et c’est également parce que nous avons fait des choix d’efficience dans la gestion de notre fonctionnement que nous pouvons mettre en œuvre les projets que je vous ai déclinés dans cet exposé.

Voilà dressée la feuille de route pour 2019 et je n’ai pas listé tout ce qui sera mis en œuvre car il y a encore de nombreux autres sujets mais je veux que cette année 2019 permette aux maires des désormais 76 communes du territoire de participer activement à la concrétisation des projets qui concernent la vie des habitants de leur bassin de vie. Ces projets doivent être portés par la CCTA mais également par les Maires. Nous sommes dans une même communauté de destinées et nous ne réussirons pas les uns sans les autres, encore moins les uns contre les autres mais nous réussirons uniquement les uns avec les autres.

Enfin, j’arrive sur la partie finale de ce propos et je voudrais aborder deux sujets ! Je voudrais adresser un message chaleureux de remerciement à  l’ensemble de nos collaborateurs. La fusion de nos 3 anciennes communautés de communes n’a pas été simple pour nous élus, c’est vrai, mais elle ne l’a pas été non plus pour nos agents. Ils ont dû relever plusieurs défis… Le défi de créer une collectivité nouvelle sur un plan administratif, comptable, financier, informatique… Le défi d’assurer la transition… Le défi  de faire fonctionner  les   services malgré tous   les changements … Le défi de créer un esprit collectif nouveau… Le défi d’instruire les projets en cours ou à naître… Le défi de concrétiser les projets ! Et bien, quand on regarde tout ce qui a été fait, en deux ans, je crois qu’on peut sincèrement les remercier pour le travail accompli et pour l’engagement au service de la collectivité qui est le leur.

Bien entendu, il reste beaucoup de choses à accomplir, y compris dans le développement d’un esprit d’appartenance à une nouvelle collectivité mais les bases qui ont été posées, elles sont solides et le temps permettra d’ancrer encore plus la CCTA dans le quotidien. Je voudrais également adresser de grands remerciements à Monsieur le Sous-Préfet, à Madame la Présidente de Région à travers les fonds européens et les fonds régionaux, à Monsieur le Président du  Département, à Monsieur le Président du Pays de l’Auxois Morvan, Monsieur le Président de VNF, à Monsieur le Président du SICECO pour l’accompagnement financier qui est consenti à la CCTA pour la concrétisation des projets qui sont portés. Car je voudrais faire ce rappel évident pour tout le monde mais qui mérite malgré tout d’être souligné : sans ces accompagnements, les projets ne verraient pas le jour. Et pour illustrer mon propos, je vous cite les montants :

L’Europe : total de 378 400 €

L’Etat : total de 364 300 €

La Région : total de 454 000 €

Le Département : total de 700 700 €  pour  les  projets  CCTA  +  500 000 € pour la voirie des communes

VNF : total de 25 000 €

SICECO : total de 23 800 €

En guise de conclusion, à travers la CCTA, je vous certifie que nous continuerons à défendre l’intérêt général en travaillant ensemble, en synergie, avec détermination et dynamisme, dans un esprit de responsabilité, de lucidité et de solidarité. Pour fonctionner de manière optimale, notre territoire doit travailler en verticalité mais aussi en transversalité, avec un volontarisme de tous les instants. Il convient à mon sens de mettre en œuvre ce qu’écrivait Georges Bernanos : « On n’attend pas l’avenir comme on attend un train, l’avenir on le fait ».

 

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

 

  Agent de développement local

  Conseils en animation du territoire aux élus et associations

  Formatrice en insertion professionnelle

    mariequiquemelle@gmail.com 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Quelle journée pour la commune de Saint-Marc-sur-Seine !
Vincent Chauvot, maire de Saint-Marc-sur-Seine, les adjoints, les élus,...
Le Service civique, un engagement volontaire au service des collectivités locales
Le Service Civique permet aux jeunes âgés de 16 à 25 ans,...
Pôle d'Equilibre Territorial et Rural du Val de Saône Vingeanne Un partenariat au service de la santé
Le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR) du Val de...
La Communauté de communes Norge et Tille est en ordre de marche.
Le nouveau président, Ludovic Rochette a présenté ses...
716 millions d'euros pour gérer la Côte-d'Or.
Le Conseil départemental de la Côte-d'Or s'est réuni en...
Economie et social, deux piliers pour un aménagement équilibré de la COVATI
Luc Baudry, Président de la Communauté de communes des...
Après le marasme... des voeux 2018 plus confiants pour les maires de Côte d'Or !
L’année 2018 commence entre neige, pluies diluviennes et...
La C.C. de Gevrey Chambertin Nuit-Saint-Georges facilite l'accueil dans ses services périscolaires des enfants des sapeurs-pompiers volontaires du territoire lors de leurs interventions
Mardi 27 février 2018, sur proposition du Président Christophe...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.