La revitalisation des petits villages c'est réfléchir ensemble au renforcement de l'attractivité afin qu'il y fasse bon vivre !

La revitalisation des petits villages c'est réfléchir ensemble au renforcement de l'attractivité afin qu'il y fasse bon vivre !

Info+ :

 

Pays de l’Auxois-Morvan

13 Rue de L Hôtel de ville

 21350 Vitteaux

Téléphone : 03 80 49 65 09

 

 

Association Histoire et Patrimoine

1 bis rue de Sophora 21410 Fleurey-sur-Ouche

03 80 33 69 28

hipaf@free.fr

http://www.fleurey-patrimoine.fr/

 

 

Association Agey et ses environs

Mairie d’Agey

21410 Pont de Pany

Tél : 03 80 33 43 76

francoiseGarrot@wanadoo.fr

 

Pour vous aider dans la valorisation de vos patrimoines

Programme LEADER 2014-2020

Région Bourgogne-Franche-Comté

Département de la Côte-d’Or

Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de la Côte-d’Or

 


01 mars 2019

Le Pays de l’Auxois-Morvan est un territoire rural de 212 communes dont une grande majorité est confrontée à l’enjeu de la revitalisation de son cœur de village. Exode rural, disparition des commerces et fermeture des services publics conduisent en effet les communes à inventer de nouvelles pratiques pour lutter contre la dégradation du bâti, rendre leurs villages accueillants et attirer de nouveaux habitants. Cette revitalisation d’un village passe par diverses actions dans plusieurs domaines… rénovation de l’habitat, des bâtiments publics, aménagement des espaces ou encore valorisation du patrimoine sont autant de leviers utilisés.

 

Dans le cadre de sa labellisation « Pays d’art et d’histoire », délivrée par le ministère de la Culture et renouvelée en 2018 pour les dix prochaines années, le Pays de l’Auxois-Morvan s’engage dans une démarche de valorisation de ses villages, notamment dans le cadre du mois de l’Architecture en Bourgogne-Franche-Comté. Il a ainsi notamment souhaité mettre en place un cycle de ciné-débats sur cette question et sur les réponses qui peuvent être apportées par les acteurs du territoire. Trois séances vous sont proposées, avec la projection d’un court-métrage et le développement d’une thématique. L’objectif est de vous faire découvrir des projets qui ont été menés localement, mais également de vous sensibiliser sur les aides possibles accordées par le Pays, notamment à travers son programme LEADER.

Pour sensibiliser le public à ce sujet, le Pays de l’Auxois-Morvan a organisé un cycle de trois séances cinéma-débat.

Une à SAULIEU sur le thème « Le rôle du cadre de vie pour rendre un village attractif et accueillant » en partenariat avec la Maison de l’Architecture de Bourgogne, l’atelier Correia architectes & associés et l’Étoile Cinéma.  Après la projection du court-métrage, la Commune de Liernais a présenté les différents projets qu’elle mène pour rendre ses espaces publics accueillants et agréables tels que l’aménagement des espaces, la lutte contre le bâti abandonné et les « vitrines vides » … avec des résultats encourageants. Ceci a eu pour effet l’accueil des jeunes et familles pour une démographie stabilisée et non plus descendante.

Le Pantographe de VENAREY-LES LAUMES, quant à lui, accueillait une séance sur le thème « Les actions à mener sur le bâti existant pour revitaliser les cœurs de villages ». Accompagnée par la Commune de Salmaise, l’association des Amis de Salmaise a proposé sa réflexion sur le devenir de l’ancienne mairie-école du village, à travers la mise en place d’ateliers d’architecture proposés aux habitants. Dans un second temps, la Commune de Darcey a fait découvrir son projet de réhabilitation de l’ancien bar-restaurant, situé au cœur du village, pour en faire un commerce multiservices. Ce projet est mené dans la continuité des réhabilitations d’autres bâtiments publics (mairie, écoles…).

La séance de SOMBERNON proposait de réfléchir aux « actions de valorisation du petit patrimoine pour fédérer les habitants et mettre en valeur le village ». Ce cycle se clôturera par la valorisation du patrimoine communal. Comment il est possible de mettre en valeur nos villages, à travers des outils et des actions soulignant et expliquant l’histoire, l’architecture et les paysages locaux… la Commune de Fleurey-sur-Ouche et l’association HIPAF ont présenté leurs projets, notamment la récente mise en place d’un circuit d’interprétation. Un circuit ludique avec ses panneaux penchés, qui attirent inévitablement l’œil et l’attention sur ce qu’ils racontent. Les promeneurs s’y attardent et se posent pour observer et apprécier le village, un des plus étendus de Côte d’Or ! Un totem, situé près du monument aux morts, vous invite à un circuit pédestre fléché au sol. Cet itinéraire vous permet de retracer l'histoire du village, de la Préhistoire à nos jours ainsi que l'architecture de demeures et édifices publics. 19 panneaux informatifs sont disposés en chemin. Un livret d'accompagnement, format poche, enrichi de compléments historiques et d'illustrations, est en vente au bureau de tabac au prix de 5€.

L’HIPAF propose de nombreuses visites guidées, très riches et extrêmement bien documentées. Dans la combe Maladière, du côté de la combe de Beuchail, une énorme roche en forme de champignon est appelée Roche Vire. Au sommet du plain de Suzan, un trésor serait encore caché, sur l'emplacement d'un ancien camp préhistorique. Les anciens du village prétendent qu'au cours du XIXe siècle, une femme, en allant chercher du bois par là-bas, aurait découvert un anneau scellé dans une pierre. Persuadée d'avoir retrouvé le chemin du trésor, elle retourna au village s'enquérir de bras forts. Elle ne put, malheureusement pour elle, jamais retrouver l'emplacement de cette porte secrète. Peut-être la découvrirez-vous ?

Les visite de l'église gothique de Fleurey-sur-Ouche une des plus anciennes de la région, fait l’objet de toutes les attentions de Pascale GALLION, maire de Fleurey-sur-Ouche et Jacqueline MUGNIER qui en ont profité pour expliquer la démarche historique qui nourrit l’association très active au travers, notamment de la mobilisation pour la restauration d’un retable dont la conservation était gravement compromise … attaque active de xylophages, problèmes d’assemblage, soulèvements de la couche picturale, vernis successifs de la toile opacifiés la rendant en partie illisible. La restauration a donc consisté en des opérations de conservation, un nettoyage des surfaces, un re fixage des polychromies et des dorures, un allègement des vernis pour que la toile retrouve ses couleurs d’origine et sa lumière. Avec l’engagement de la DRAC, du Conseil Départemental, du mécénat du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne et de l’Association HIPAF, la Commune a ouvert une souscription en partenariat avec la Fondation du patrimoine afin de sauver cette œuvre.

Le montant de la restauration s’élève à 15 676 € TTC. La Drac participe à hauteur de 40 %, le conseil départemental et la commune financent chacun 20 % du projet. En ce qui concerne les 20 % restants, un mécène a apporté 2 300 € (la fondation du Crédit agricole Agir en Champagne Bourgogne), tandis que l’HIPAF s’est associée à la commune pour organiser deux concerts, en avril et juin. Une souscription publique a été lancée, placée sous l’égide de la Fondation du Patrimoine Bourgogne-Franche-Comté.

 

Philippe CHATILLON, maire de la commune d’Agey a démontré, avec l’humour et la simplicité qui le caractérise, comment le patrimoine est utilisé pour renforcer la cohésion sociale et la solidarité entre les habitants de son village. Les cabottes de vignerons et cabanes de carriers abondent à Agey. La vigne se fait rare de nos jours et le sobriquet de Pérognias se perd. Pérognias ou péronias pourrait décliner de « pieds rognés », suggérant que les pieds de vigne étaient souvent bien secs. Et c’est bien de sec dont il s’agit avec la reconstruction et la restauration en pierres sèches des cabottes (57 sur la commune). La première a été re construite en 2017 en quasi-totalité par un habitant du village passionné par les cabotes afin de rappeler le passé viticole de la commune.

Une cabotte est une construction en pierres sèches typique de la région. L'emplacement de ces cabottes n'était pas choisi par hasard. L'ombre, un pan incliné dans un terrain, autant de détails pour garder le frais et se protéger de la pluie. Inventoriées et retapées, petit bout par petit bout grâce à la dynamique bénévole impulsée par le maire, les cabottes attirent les randonneurs sur le futur « sentier des cabotes d’Agey ».

Le 28 novembre 2018, l’UNESCO a décidé d’inscrire le savoir-faire et la technique de la pierre sèche sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Des pierres sèches qui place donc ce village où coule tranquillement la Sirène, sous les feux indirects de l’UNESCO… une reconnaissance pour le travail des bénévoles qui ont charrié bien des cailloux !

Des pierres sèches on en trouve aussi aux lavoirs. Agey en possède 3. Le premier, datant, probablement, du XVIIIème siècle est ouvert sur la cour basse du château sous la cour principale. Il appartient au château et n'est pas visible depuis la rue. La tradition veut, que l'accès à ce lavoir par les habitantes du village, ait été négocié en échange d'une parcelle de terre du Montfeulson, propriété du village. C'est très probablement vers la fin de la seconde moitié du XIXème siècle, que la commune a fait réaliser deux lavoirs. L'un au lieu-dit la Ruotte, est accessible par un raidillon, à l'angle du 43 de la rue de la Croix de Molphey. L'eau y était dit-on fraîche en été et douce en hiver.

LA CROIX ET LE CHEMIN... DESSOUS DORMAIT UN LAVOIR... MAIS CA C'ETAIT AVANT !

Le second lavoir, situé au bas du village, a été éboulé et recouvert de terre. Il se trouvait sur la rive gauche de la Sirène, juste en amont du pont, caché en contrebas, par les deux tilleuls, qui entourent la croix. Son toit menaçant de s'écrouler, il a disparu à la fin des années soixante-dix. La source coule toujours. Et c’est là que les villageois se demandent si leur maire n’est pas de nouveau tombé sur a tête… Car ce lavoir ils vont le retrouver, le décaisser, en protéger les abords avant de reconstruire le toit… Un toit qui se devrait d’être en laves (coût plusieurs dizaines de milliers d’€), alors les habitants récupèrent et offrent à la commune tout ce qui peut servir à édifier au moins la charpente. Affaire à suivre. Contrairement à certains villages, ces deux lavoirs ne sont ni monumentaux, ni signés d'architectes illustres. Leur vocation était purement pratique, cependant, les bassins, alimentés par des sources sont en pierre calcaire taillée.

LA CROIX ET LE CHEMIN... MAIS CA C'EST APRES QUE LE DECAISSEMENT NE LAISSE VOIR LE LAVOIR !

Cette soirée était coanimée par le Pays de l’Auxois et le CAUE. Le CAUE (Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement) est une association. Il a pour objectif la promotion de la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement. Cet organisme départemental est issu de la loi sur l’architecture du 3 janvier 1977 « l’architecture est une expression de la culture ». La création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion dans le milieu environnant, le respect de paysages naturels ou urbains, ainsi que du patrimoine, sont d’intérêt public… En conséquence… des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement… sont institués ". Le CAUE de Côte-d’Or a déposé ses statuts le 20 août 1979 à l’initiative du Conseil Général.

A noter que le CAUE vous accueille en Haute Côte d’Or au MuséoParc Alsésia, 1route des Trois Ormeaux à ALISE-SAINTE-REINE, chaque troisième jeudi du mois, de 10 h à 16h30, exclusivement sur rendez-vous, CAUE - 03 80 30 02 38 - info@caue21.fr

La mobilisation des élus, des associations, des bénévoles autour d'actions des plus complexes au plus simples... comme à Agey en organisant un "temps pain" , autrement dit une personne va chercher le pain à Mâlain chez le boulanger qui cuit au four à bois des miches succulentes, les ramène et le temps devient celui du partage et de la convivialité ! Simple comme une tartine... Et pour se convaincre, ou montrer l'exemple le film réalisé par le collectif ETC dans le cadre du programme « Habiter autrement les centres bourgs »  La glace à la Fourme c'est à regarder ICI... et ça donne envie ! Ce collectif a été missionné par le Parc naturel régional Livradois-Forez pour travailler sur la commune de Cunlhat, entre avril et mai 2013, autour d’une étude urbaine.

 

LE RARISSIME MUR EVACUATEUR DE CRUE DE FLEUREY SUR OUCHE

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

 Agent de développement local

 Conseils en animation du territoire aux élus et associations

 Formatrice en insertion professionnelle

    mariequiquemelle@gmail.com 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Villes et villages, vers des destins partagés
Pour le dernier forum de la saison, La Fabrique du Millénaire proposait...
COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Arc-sur-Tille : un 1er prix national pour un patrimoine local.
Mardi 27 mai, une délégation municipale,...
PORTRAIT D'ELU ... l'Echo des communes a rencontré Laurent Streibig, Maire d'Echannay, Président de la C.C. Ouche et Montagne.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
Une première fête des voisins très réussie à Recey-sur-Ource !
Musiques, bal folk, jeux d’extérieurs, maquillage pour enfants,...
Varois et Chaignot investit pour le bonheur de ses enfants... Et parents!
Vincent Delatte, maire de Varois et Chaignot, a inauguré en...
Gare de Leuglay, terminus tout le monde s'arrête !
Propriétaire depuis 1995 du site de l’ancienne gare, la commune de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.