Un ours polaire à caresser dans le quartier de la Toison d'Or à Dijon

03 avril 2019

Une nouvelle sculpture a été installée place Granville à Dijon pour symboliser un engagement à lutter contre les changements climatiques. Un ours polaire nommé « Inquiétude » semble sortir de l'eau et prendre appui sur de petits blocs de banquise, un environnement fragilisé.

C'est un « moment agréable » selon François Rebsamen que le dévoilement de cette sculpture d'ours polaire. Une inauguration loin des polémiques politiciennes et pourtant révélatrice d'une inquiétude. « Inquiétude » tel est l'intitulé de cet ours blanc en pierre de Comblanchien. Installée sur la grande place Granville dans le quartier de la Toison d'Or, un emplacement choisi par les membres de la commission de quartier Varennes-Toison d'Or-Joffre, cette sculpture symbolise les craintes qu'une partie de la population nourrit face au changement climatique.

Ce samedi 23 mars 2019, le maire de Dijon tenait à parler d'« urgence climatique » quand, par ailleurs, l'agglomération dijonnaise a diminué ses consommations énergétiques de 13 % entre 2010 et 2014 et réduit ses émissions de gaz à effet de 16 %. L'objectif du président de Dijon métropole est de réduire de  20 % les émissions de gaz à effet de serre, tout en augmentant de 20 % l’efficacité énergétique et en atteignant 20 % d’énergie renouvelable.
Un ours polaire à caresser dans le quartier de la Toison d'Or à Dijon
François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon métropole

Face-à-face entre l'homme et l'animal

Passé par l'école des Beaux-arts de Besançon, Guillaume Duc a ensuite intégré les compagnons du Devoir en tant que tailleur de pierres. Il a travaillé avec le sculpteur colombien Fernando Botero ou encore avec le sculpteur belge Kobe. À Dijon, avec son père Pierre Duc, il a créé des mémoriaux en hommage aux soldats de la France Libre et d'Afrique du nord. Guillaume Duc est aussi l'auteur de la plaque apposée devant le palais des ducs de Bourgogne pour annoncer l'inscription des Climats de Bourgogne à l'Unesco. Après les sept crocodiles installés quai des Carrières-Blanches dans le quartier de la Fontaine-d'Ouche, il continue dans le registre animalier avec cet ours blanc entouré de fragments de banquise.

Guillaume Duc a choisi de ne pas poser son ursidé sur un socle pour mieux souligner l'effet de sortie de l'eau et afin que les passants aient le museau de l'animal à hauteur des yeux. Cela pour provoquer un face-à-face qui interpelle : « victime de la dégradation de son habitat, l'ours polaire est le premier à payer un lourd tribu climatique au réchauffement dans l'Arctique » selon François Rebsamen. Le maire de Dijon a dit vouloir élargir l'audience de l'art contemporain : « nous avons souhaité que cette sculpture soit implantée ici, dans ce quartier, afin de réaffirmer le rôle de la création dans la vision de politique de la ville, la nécessaire présence de l'art dans les espaces publics, c'est-à-dire hors les lieux qui lui sont traditionnellement réservés ».


Un ours polaire à caresser dans le quartier de la Toison d'Or à Dijon
Guillaume Duc, sculpteur installé à Dijon

« Cette pièce est amenée à être touchée »

Pour sa part, Guillaume Duc a remercié la mairie de Dijon ainsi que les entreprises SETP à Comblanchien qui a parrainé le bloc de pierre de quatre tonnes et Duc et Préneuf à Chenôve qui a assuré le transport de l’œuvre. Dès 2012, il a travaillé sur la maquette de cet ours pour chercher à en épurer au maximum la ligne.

L'ours blanc de François Pompon, installé dans le jardin Darcy à Dijon et dans le musée d'Orsay à Paris, est bien sûr une référence pour l'artiste : « je voulais en refaire un qui représentait pas forcément l'image de l'ours en tant qu'animal – je ne voulais pas faire un éloge de l'animal en tant qu'ours – mais plutôt le symbole (…) de l'ours qui malheureusement sans doute disparaître ». « Cette pièce est amenée à être touchée, caressée » puisque c'est une pierre très dure présentant un adouci très agréable. Une caresse à apporter avec respect, comme il se doit pour un grand animal symbolisé par une grande œuvre.

Jean-Christophe Tardivon 

Un ours polaire à caresser dans le quartier de la Toison d'Or à DijonUn ours polaire à caresser dans le quartier de la Toison d'Or à DijonUn ours polaire à caresser dans le quartier de la Toison d'Or à Dijon

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La Halle 38, ateliers d'artistes
Le soutien à la création et à l’art contemporain est...
Radio Dijon Campus investit le festival Les Nuits d'Orient
Véritable temps fort de la vie culturelle dijonnaise, Radio Campus sera...
Les Rencontres Littéraires Clameurs ont tenu toutes leurs promesses
Projet original de la ville de Dijon, confié à la...
Budgets participatifs, se réapproprier l'espace public et mieux vivre ensemble
Depuis 2008, dans le cadre du dispositif de démocratie participative...
Musée des Beaux-Arts de Dijon : Un succès retentissant pour l'exposition de Yan Pei-Ming
Souvenez-vous... quelques années et 60 millions d'euros plus tard, le...
Label Cit'ergie : le Grand Dijon récompensé pour son engagement dans la lutte contre le changement climatique
À l’occasion des 16es assises de l’énergie des...
Inauguration de la nouvelle déchetterie de Dijon.
Samedi 14 mars, Alain Millot, maire de Dijon, président du Grand Dijon a...
La biodiversité s'installe à Dijon au mois de juin
Dans le cadre des 5es Assises Nationales de la Biodiversité qui se...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.