Restitution des contributions réalisées en côte-d'or dans le cadre du grand débat

10 avril 2019

Joël Bourgeot, Sous-Préfet de Montbard et référent départemental Grand Débat National, a présenté les résultats des contributions réalisées en Côte-d’Or dans le cadre du grand débat. Il a présenté notamment les grands thèmes nationaux et locaux que les concitoyens du département ont souhaité aborder au travers de leurs différentes contributions.

Le Grand Débat National est désormais achevé et les différentes catégories de contributions citoyennes ont été analysées de façon indépendante, sous l'autorité du collège des garants.

Toutes les contributions numériques sont désormais accessibles sur le site consacré au grand débat national https://granddebat.fr/. Elles ont été analysées lors de la phase de synthèse au même titre que les contributions issues des cahiers citoyens, les contributions issues des réunions d’initiatives locales, les contributions libres (courriers et courriels) et les contributions provenant des conférences citoyennes régionales et des conférences nationales thématiques.

Le Premier ministre, Édouard Philippe,
© PHILIPPE LOPEZ AFP or licensors

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a dressé le bilan, lundi matin au Grand Palais, des trois mois de grand débat national. Il a fait le compte-rendu des 16 000 cahiers de doléances ou contributions libres, des 10 000 réunions d’initiatives locales et des 1,9 million de contributions reçues sur la plateforme en ligne que l’initiative présidentielle a suscités.

 

Pourquoi le Grand Débat National ?


À travers sa lettre aux Français du 13 janvier 2019, le Président de la République a souhaité répondre aux attentes de la population. Le but de cette initiative était que tous ceux qui souhaitaient s’exprimer et être entendu par le Gouvernement puissent en avoir l’opportunité. Ainsi, le gouvernement a engagé le Grand Débat National sur quatre thèmes qui couvrent de grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.

Les différentes étapes du Grand Débat
Le Grand Débat National a été lancé le 15 janvier 2019 et a été clôturé le 15 mars 2019.
Dans ce cadre, les expressions citoyennes ont été collectées à travers plusieurs méthodes :

1. Les contributions en ligne
Les citoyens avaient tout d’abord l’opportunité de renseigner des contributions en ligne. À la clôture de la plateforme, 1 844 343 contributions, venant de toute la France, ont été récoltées.
Au niveau régional, la Bourgogne-Franche-Comté se classe 9ème en termes de contributions citoyennes en ligne pour 10 000 habitants en France métropolitaine.
Au sein de la région, la Côte-d’Or a été le département avec le taux de contribution citoyenne pour 10 000 habitants le plus élevé avec un taux de 339/10 000 représentant au total 18 043 contributions.
L’ensemble des contributions anonymisées par thématique sont librement consultables sur la plateforme.

2. Les réunions d’initiatives locales (RIL)
Une autre option s’offrait aux citoyens souhaitant s’exprimer. En effet, un kit méthodologique était mis à disposition sur la plateforme afin d’aider à l’organisation de réunions d’initiative locale par n’importe quel citoyen qui souhaitait en organiser.
En Côte-d’Or, 100 RIL ont été organisées dont 52 ont donné lieu à des compte-rendus sur la plateforme (qui y sont librement consultables). Parmi ces RIL de Côte-d’Or, une réunion a notamment été organisée par le Conseil Régional des personnes accueillies/accompagnées (CRPA) de Bourgogne-Franche-Comté après avoir été sélectionné pour participer au Grand Débat National organisé par le conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris.
Les débats ont notamment porté sur les besoins quotidiens des personnes les plus fragiles, sur le développement des liens avec les citoyens, et sur l’accès effectif aux droits.
La Région Bourgogne-Franche-Comté dans son ensemble est classée 1ère au niveau national (hors DROM) du point de vue du nombre de RIL organisées pour 100 000 habitants notamment dans le département de la Haute- Saône dans lequel 34 réunions ont été organisées pour 100 000 habitants, un record national.
Au niveau de la région, ce sont un total de 570 RIL qui se sont tenues.

3. Les cahiers citoyens
En Côte-d'Or, la préfecture a collecté 189 cahiers citoyens renseignés, provenant d’un ensemble de communes rurales et urbaines représentant 27 % des 700 communes du département au 1er janvier 2019.
La région Bourgogne-Franche-Comté est classée 10ème en termes de taux de participation à l’opération « cahiers citoyens » avec 37 % des communes y ayant participé.
Ces cahiers ont été numérisés par la Bibliothèque Nationale de France pour analyse par des prestataires. Les cahiers de la Côte-d’Or sont consultables aux archives départementales.

4. Les stands de proximité
Un stand de proximité s’est tenu à la Gare SNCF de Dijon les 22 et 25 février. L’opération a été conduite par deux
animateurs chargés d’informer les passants souhaitant participer au Grand Débat National et recueillir leurs éventuelles contributions. Sur les deux jours, 21 questionnaires papier ont été remplis dont 4 sur la transition écologique, 8 sur la fiscalité et les dépenses publiques, 4 sur la démocratie et la citoyenneté et 5 sur l’organisation de l’État et des services publics. De plus, 4 contributions papier ont été apportées au stand et 10 contributions en ligne ont été renseignées.
Sur l’ensemble de la région Bourgogne-Franche-Comté, 193 contributions ont été remplies lors de l’opération stands de proximité.

5. Les Conférences Citoyennes Régionales (CCR)
Les Conférences Citoyennes Régionales sont des ateliers participatifs qui se déroulent sur une journée et demi.
La CCR de Bourgogne-Franche-Comté s’est tenue les 22-23 mars à Dijon. Elle a réuni 113 citoyens tirés au sort et représentatifs de la diversité sociologique de la région avec 57 femmes et 56 hommes. Sur les 75 personnes ayant accepté de renseigner leur âge, 35 % ont 65 ans et +, 41 % entre 50 et 64 ans, 17 % entre 35 et 49 ans, et 7 % ont moins de 35 ans. De plus, sur les 98 personnes ayant accepté de renseigner leur origine géographique, 37 % venaient de la Côte-d’Or, 18 % du Doubs, 10 % de la Nièvre et de la Saône-et-Loire respectivement, 9 % de l’Yonne et du Jura respectivement, 6 % de la Haute-Saône et 1 % du Territoire de Belfort.
Parmi l’ensemble des participants, 16 avaient déjà contribué au Grand Débat National. De plus, seuls 5 participants avaient déjà participé à un exercice de démocratie participative. Cette faible proportion de citoyens déjà actifs montre que la Conférence a permis de faire entendre la voix de personnes qui ne se seraient pas exprimés spontanément. Par ailleurs, l’engouement a semblé présent, car la très grande majorité a affirmé n’avoir pas hésité une seconde pour venir participer à cet exercice.
Lors de ces conférences, les participants ont été répartis en petits groupes et ont travaillé sur les quatre thèmes du grand débat : la transition écologique, la fiscalité et les finances publiques, la démocratie et la citoyenneté, l’organisation de l’État et des services publics. Ils ont été invités à échanger, délibérer et élaborer des propositions argumentées en fondant leurs réflexions sur les premiers éléments issus du grand débat national.
Lors de cette conférence, des mots forts pour chaque thème ont été collectés. Ainsi, le mot le plus récurrent pour la fiscalité était le mot « justice » et celui qui ressort pour la transition écologique était le mot « urgence ».
L’objectif final de cette conférence était d’obtenir des propositions et de les classer par ordre de priorité. Les propositions ont été diverses avec des questions liées aux services publics, au mille-feuilles territorial, à la démocratie participative, à la transition écologique, à la réforme des retraites et à la justice fiscale notamment. Lors du classement par ordre de priorité, la lutte contre la fraude fiscale visant à un meilleur consentement à l’impôt et une amélioration du budget de l’État a constitué la proposition la plus importante aux yeux des participants, suivie d’un meilleur respect par les décideurs des engagements de la COP21 notamment à travers un diagnostic local et un suivi de l’atteinte des objectifs par les citoyens.
Des synthèses complètes des 19 conférences citoyennes régionales et une synthèse globale seront publiées sur le site du Grand Débat.

6. Les Conférences Nationales Thématiques
Les conférences nationales thématiques ont associé au grand débat national les organisations syndicales et patronales, les associations d’élus et les principales associations représentatives de la société civile. L’objectif était de recueillir leurs propositions et de susciter des échanges entre elles pour faire émerger des points de consensus et de dissensus. Ces conférences ont associé 184 participants de 48 organisations pour 49 heures de discussion.
Quatre conférences nationales ont été organisées sur les quatre grands thèmes du grand débat dans les différents ministères concernés. Les travaux de ces journées se sont fondés sur les contributions et les propositions des participants, qui ont désigné collectivement les sujets prioritaires sur lesquels ils souhaitaient travailler ensemble.
Les conclusions de ces travaux sont ajoutées aux contributions du grand débat national et désormais disponibles sur la plateforme.

Restitution des contributions réalisées en côte-d'or dans le cadre du grand débat


Les prochaines étapes du gouvernement


Sous le contrôle des garants, toutes les contributions seront rendues publiques, analysées et restituées au Président de la République et au Gouvernement. Les synthèses de l’ensemble des contributions seront ainsi rendues accessibles prochainement.
Le lundi 8 avril, ont été remis officiellement les résultats de l’exploitation des cahiers citoyens et de la plateforme au Premier Ministre et aux deux ministres en charge du GDN, Mme Wargon et M. Lecornu par les sociétés prestataires en présence des référents départementaux ainsi que de celle de 12 citoyens par région ayant participé à une Conférence Régionale Citoyenne. Les grandes pistes y ont été présentées sans que des décisions politiques soient encore prises.
Les deux jours suivants, un débat sans vote a lieu à l’Assemblée Nationale puis au Sénat. Les premières annonces politiques sont attendues pour la mi-avril.


Focus sur les propositions des cahiers citoyens


Les citoyens semblent s’être emparés des thèmes du grand débat. En effet, les contributions font état de problèmes concrets vécus au quotidien par les habitants de ces communes, souvent rurales, qui nous ont fait parvenir leurs cahiers. Ceux-ci proposent des solutions concrètes qu’ils souhaitent proposer dans le cadre d’un exercice en appelant à la participation démocratique active.

Cahiers citoyens : Thèmes du Grand Débat National


Quelle méthodologie d'analyse ?

• En ce qui concerne l’analyse des contributions citoyennes relatives aux thématiques nationales (comprenant les 4 thèmes du grand débat ainsi que l’ensemble des problématiques nationales évoquées dans le cadre du grand débat), nous avons étudié exhaustivement les propositions de cahiers provenant d’un échantillon de communes rurales et urbaines.
• En ce qui concerne l’analyse des contributions citoyennes relatives aux thématiques locales qui ont pu être abordées, nous avons étudié l’intégralité des 189 cahiers citoyens remis en préfecture et sous-préfectures pour identifier les problématiques strictement locales qui y sont exposées.
Nous avons identifié de grands thèmes récurrents pour lesquels nous avons comptabilisé les occurrences afin d’avoir une idée synthétique des problèmes les plus présents dans nos territoires et des solutions les plus populaires pour les résoudre.

• Contributions sur les quatre thèmes du Grand Débat National

L’échantillonnage opéré nous a permis de dégager les grandes tendances des contributions départementales pour chaque thème. La première observation est une prévalence du thème des « impôts, dépenses et action publique », en particulier sur la justice fiscale. Les citoyens se sont également davantage exprimés sur le thème « démocratie et citoyenneté » notamment sur la transformation du système de représentation.

1. Fiscalité : une plus grande justice fiscale et un contrôle accru de la dépense publique
À propos de la fiscalité, les revendications des côtes d’oriens se concentrent sur la justice fiscale et la hausse des inégalités dans notre pays. Ainsi, les propositions visent globalement à rééquilibrer la pression fiscale en allégeant l’imposition des classes moyennes grâce à une taxation plus importante des ménages plus aisés notamment via le rétablissement de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, une demande fortement présente dans les cahiers étudiés, ainsi que, dans une moindre mesure, la création de nouvelles tranches d’impôt sur le revenu avec un taux d’imposition plus élevé sur les ménages aisés. Dans cette même logique de contribution plus importante des ménages et entreprises les plus aisés, une lutte plus active contre l’évasion fiscale et la fraude fiscale est souhaitée.
Afin d’alléger la charge fiscale pesant sur certains ménages, une proposition forte est de baisser la TVA sur les produits de première nécessité voire de la supprimer notamment sur l’alimentaire, les produits d’hygiène et le logement. Par ailleurs, les retraités revendiquent une baisse voire une suppression de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) en particulier pour les ménages autour du SMIC toujours grâce à une plus forte contribution des ménages aisés.
Enfin, afin de lier plus fortement la contribution fiscale à l’offre de services publics gratuits, une proposition largement portée dans les cahiers citoyens étudiés consiste à faire payer l’impôt par l’ensemble des citoyens, même symboliquement.
Les citoyens se sont également beaucoup exprimés sur les dépenses qu’ils considèrent superflus et qu’ils souhaitent réduire afin de redresser les finances publiques. Selon la très grande majorité des contributeurs, les économies pourraient être trouvées du côté des avantages et salaires jugés trop élevés des élus, des hauts fonctionnaires, et des anciens présidents et ministres. Les citoyens proposent ainsi un plafonnement des salaires des hauts fonctionnaires et des hommes politiques. Les économies se concentrent également, selon eux, sur la baisse du « train de vie » de l’État avec une réduction des dépenses de cérémonial en particulier. Enfin, les contributeurs proposent, de manière moins majoritaire, que les dépenses fiscales puissent être utilisées comme crédits supplémentaires pour financer les services publics à travers la suppression des niches fiscales inefficaces, notamment celles qui sont anti-écologiques.

2. Démocratie et citoyenneté : mieux refléter la diversité des courants d’opinion de la société française
La démocratie et la citoyenneté sont des axes majeurs ressortant de cette consultation. Une meilleure représentativité est le souhait le plus exprimé avec diverses solutions proposées pour mieux associer les citoyens à la décision publique à la fois au niveau national et local. En effet, les citoyens souhaitent que les élus reflètent davantage la diversité des courants d’opinion et la volonté démocratique. Ils souhaitent donc comptabiliser les votes blancs, introduire une dose de proportionnelle aux élections législatives, ou encore supprimer le Sénat pour le remplacer par une Assemblée de citoyens.
La limitation du nombre de parlementaires ainsi que, dans une moindre mesure, la suppression des comités ou commissions devenus sans utilité sont des souhaits récurrents afin de rationaliser la procédure législative.
Enfin, les citoyens sont en faveur d’une transparence accrue vis-à-vis des élus et d’une lutte active contre l’absentéisme des parlementaires, notamment en présentant un casier vierge pour être éligibles, en rendant compte devant les citoyens de leur travail tous les deux ans, en détaillant l’utilisation de leurs frais de représentation…
Une prégnance importante du sujet de la démocratie participative est également observée. Ainsi, l’instauration du référendum d’initiative citoyenne (RIC) est-elle majoritairement soutenue, par exemple sur les questions d’ordre local, sur la révocation d’un élu à mi-mandat, sur l’abrogation ou la proposition d’une loi, sur les affaires sociales, fiscales et environnementales… Les citoyens mentionnent également l’alternative du référendum national, proposé par le Président de la République ou par les Présidents des Assemblées, sur des sujets d’importance majeure, comme un projet de dissolution de l’Assemblée Nationale, une évolution sociétale notable, les orientations de la France dans le monde (notamment les traités internationaux avant leur ratification), la mise en place d’une assemblée constituante, la réforme des retraites, ou encore les grandes orientations du pays (nucléaire, énergies propres, arrivée des migrants, organisation des retraites, aménagement du territoire)… Le souhait général semble être d’exercer une citoyenneté active en dehors des élections et de contrôler les réformes mises en place durant le quinquennat.
Enfin, la question de l’immigration est également abordée dans de nombreuses contributions. Une majorité d’entre elles mentionnent une nécessaire limitation de l’immigration, car beaucoup estiment que la France a dépassé sa capacité d’accueil et d’intégration de migrants. Certaines propositions visent même à annuler le droit du sol ainsi que le regroupement familial.


3. Organisation de l’État et des services publics : le défi de l’isolement du monde rural
Concernant le fonctionnement de l’État, les habitants souhaitent renforcer le pouvoir de la Cour des Comptes pour que ses décisions soient suivies d’effet. Ils insistent également sur la lutte contre les conflits d’intérêt, la corruption et l’influence des groupes de pression à travers la mise à distance de l’influence des lobbies.
Concernant le fonctionnement des services publics, les contributions reçues pointent, de manière forte, certaines difficultés propres au monde rural, notamment liées à l’isolement et au manque de solution pour améliorer la mobilité, ainsi que la fermeture des services publics de proximité. Ainsi, la plupart des citoyens contributeurs proposent des solutions pour retrouver des services publics en milieu rural comme la création de services publics itinérants, de maisons de services publics avec un guichet unique pour l’ensemble des démarches administratives, un moratoire sur les fermetures ou encore des aides aux petites communes pour l’installation de multi-services.
Ils souhaitent également que la lutte contre les déserts médicaux soit une priorité et proposent par exemple d’imposer les lieux d’installation des jeunes médecins ou encore de faire engager les médecins par les communes.
Concernant la mobilité, ils souhaitent à une très grande majorité une modulation par les élus locaux des limitations de vitesse sur les routes secondaires selon la dangerosité plutôt qu’une application uniforme des 80 km/h. Sur ce même sujet, les citoyens souhaitent trouver des alternatives à la voiture en milieu rural à travers la réouverture des petites gares ou encore l’augmentation de la fréquence des allers-retours en bus pour faire la liaison avec la ville la plus proche.

4. Transition écologique : des aides et un accompagnement pour les ménages les plus modestes et des solutions innovantes pour trouver des alternatives
Enfin, sur le thème de la transition écologique, les citoyens semblent privilégier des alternatives plus vertueuses, accessibles à tous, plutôt qu’une hausse des taxes écologiques. Ainsi, ils proposent par exemple la mise en place de tickets de carburant et l’augmentation du plafond de frais professionnels déductibles des impôts pour les citoyens travaillant à plus de 40 km de leur domicile.
Les citoyens préconisent également des aides financières, logistiques et de formation aux agriculteurs afin de généraliser la culture biologique et ainsi intégrer davantage de produits issus de l’agriculture biologique dans les cantines scolaires. Les circuits courts sont également plébiscités. Ils proposent de développer des énergies renouvelables en particulier le solaire et les éoliennes en mer (plutôt que terrestres pour lesquels les avis sont partagés).
Afin de financer ces mesures d’aides et de pro-activité dans le domaine écologique, les citoyens contributeurs parlent majoritairement de taxer plus lourdement le fioul lourd et le kérosène notamment sur les portes-containers, les bateaux de croisière, les vols internationaux…

• Points saillants sur d’autres thèmes nationaux

Les Côte-d’Oriens se sont également exprimés sur d’autres sujets que ceux du grand débat. Les contributions se sont notamment concentrées sur le sujet des retraites, du pouvoir d’achat (hors fiscalité), de l’accompagnement social (notamment à travers les aides sociales), et, dans une moindre mesure, de la santé et de l’éducation.
Concernant les retraites, l’indexation de celles-ci sur l’inflation est la mesure la plus populaire dans les cahiers citoyens. De manière générale, une revalorisation des pensions est souhaitée notamment pour les ménages les plus modestes. Enfin, un souhait de plus d’équité dans les retraites se dessine avec la volonté de suppression des régimes spéciaux ainsi que l’interdiction des transferts de caisses.
Les préoccupations des habitants du département se concentrent également sur des propositions de mesures visant à soutenir leur pouvoir d’achat. Ils souhaitent de manière générale une revalorisation des salaires, notamment ceux des fonctionnaires (FPE et FPH). Une revalorisation du SMIC est également souhaitée afin de soutenir les ménages les plus pauvres pour qu’ils puissent vivre de leur travail. Enfin, une mesure très présente dans les cahiers est celle de la renationalisation des autoroutes, afin de s’assurer de la non-augmentation voire de la baisse des prix des péages.
Les contributions pointent également le système d’accompagnement social. Ils attendent l’introduction de plus de conditionnalité pour l’octroi des aides sociales notamment des indemnités chômage. Les citoyens proposent de s’assurer d’une plus grande participation des bénéficiaires à la société à travers notamment des actions de bénévolat.
Le souhait est également de lutter plus fortement contre la fraude aux aides sociales.
L’éducation et la santé sont également des préoccupations majeures contenues dans les cahiers. Dans le domaine de la santé, les citoyens souhaitent prioriser les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et les hôpitaux afin de réduire leur encombrement et leurs coûts.
Dans le domaine de l’éducation, les habitants souhaitent à la fois une plus grande professionnalisation à travers notamment une valorisation plus importante de la voie de l’apprentissage et une éducation de base renforcée notamment à travers l’instruction civique et morale ainsi que l’enseignement des humanités.

• Points saillants sur des préoccupations locales

Nous avons étudié l’ensemble des cahiers citoyens pour identifier les problèmes strictement locaux qui en émergent.
Les habitants de notre département semblent particulièrement préoccupés par les problèmes de mobilité, l’isolement des milieux ruraux, le manque d’attractivité de certains secteurs, la désertification médicale, la pollution et la transition écologique ainsi que la sécurité routière. Pour les citoyens ayant laissé leurs coordonnées, une réponse leur sera apportée par les services compétents et nous transférerons les préoccupations hors de notre champ de compétences aux autorités concernées.
On observe des problématiques similaires entre communes rurales et urbaines avec un ordre de priorité toutefois différent.

  • Communes à dominante rurale

 

Restitution des contributions réalisées en côte-d'or dans le cadre du grand débat


SÉCURITÉ ROUTIÈRE
Au sujet de la sécurité routière, les contributions font état de plusieurs cas de lieux identifiés par les habitants comme particulièrement dangereux et pour lesquels les dispositifs de sécurisation sont jugés insuffisants. Ainsi, les habitants ont ciblé des lieux à risque du point de vue de la vitesse des automobilistes nécessitant des panneaux stops ou des ralentisseurs. En ce qui concerne les limites de vitesse, plusieurs contributions souhaitent une adaptation locale des limites maximales avec un maintien des 80 km/h sur les routes départementales secondaires et un rétablissement des 90 km/h sur les routes départementales prioritaires.
TRANSPORTS : problèmes de mobilité en milieu rural
Notre département, à dominante rurale, connaît des problématiques majeures de mobilité, notamment vis-à-vis de la
faible fréquence des transports dans les lieux isolés. De nombreuses contributions expriment la nécessité d’un renforcement des lignes de transports locaux passant dans les communes rurales et les reliant à une aire urbaine comme Dijon, Beaune ou de grandes villes des départements limitrophes. Le renforcement et l’amélioration de la lisibilité des correspondances SNCF est également mentionné. Les habitants sont parfois dénués de solutions pour aller dans les grandes villes au départ d’endroits très isolés comme dans le Châtillonais. Ils sont donc contraints d’emprunter d’autres transports comme des taxis. Ainsi, la question du prix de ces modes de transports se pose.
SANTÉ : désertification médicale
Concernant la santé, est dénoncée la désertification médicale se traduisant par une absence de médecins de garde et une absence de déplacement du SAMU dans certains cas notamment en EHPAD mais également la surcharge des services d’urgence du CHU de Dijon en particulier. Les habitants souhaitent voir le rétablissement des astreintes des médecins de proximité afin de désengorger les urgences et assurer une meilleure prise en charge des malades y compris les week-ends, les soirs et les jours fériés.
ATTRACTIVITÉ DES TERRITOIRES : isolement et manque d’opportunités
Les territoires ruraux de Côte-d’Or font également face aux problèmes liés à l’isolement et au manque d’attractivité.
Ainsi, les côte-d’oriens dénoncent l’existence de zones blanches dans le département aussi bien du point de vue de la téléphonie mobile que d’Internet. Ce problème se conjugue avec la fermeture des services de proximité comme les banques, les bureaux de postes ou encore les brigades de gendarmerie. Ainsi, un sentiment d’éloignement des services ainsi que des centres de décisions s’exprime à travers les contributions des habitants de petites communes de notre territoire. Certaines propositions sont donc formulées afin de renforcer l’attractivité des villages isolés notamment l’affichage des différentes manifestations publiques qui y sont organisés à l’entrée de ceux-ci.

  • Communes à dominante urbaine

 

Restitution des contributions réalisées en côte-d'or dans le cadre du grand débat


ATTRACTIVITÉ DES CENTRE-VILLES
Au-delà des villages isolés, les habitants des villes de notre département s’inquiètent du manque d’attractivité des centre-villes et proposent des mesures pour la renforcer grâce notamment à la gratuité des parkings le week-end. Pour ce qui concerne l’attractivité de la ville de Dijon, les inquiétudes sont multiples. Tout d’abord, la fermeture de commerces et la difficulté d’accéder au centre-ville sous l’effet de la piétonisation sont déplorées. Des dijonnais s’inquiètent également de la construction d’immeubles à la place de vieux bâtiments.
TAXES LOCALES
Les préoccupations concernent aussi l’augmentation de certaines taxes notamment les taxes foncières et la baisse de la qualité de certains services municipaux (ramassage des ordures, bibliothèque municipale…). Des problèmes concrets sont soulevés concernant les incivilités en tout genre (mégots de cigarettes, stationnements illégaux …) pour lesquels une plus grande fermeté est demandée.
TRANSPORTS
La question des transports revient également, concernant la ville de Dijon, sur la question du réaménagement des pistes cyclables, des voies partagées, de places de parking et de desserte des parkings par les navettes du centreville.

  • L’ensemble des communes


TRANSITION ÉCOLOGIQUE
Enfin, des contributions relatives à la transition écologique citent des exemples de pollution de l’eau, de problèmes de gestion des déchets ainsi que de mode de chauffage. Ce sujet est une préoccupation importante des citoyens. En effet, au-delà des propositions faites pour le niveau national sur le sujet de la transition écologique, les habitants souhaitent des résultats concrets au niveau local notamment à travers la relance de l’Agenda 21 dans les communes de Côted’Or.

Les étapes
Restitution des contributions réalisées en côte-d'or dans le cadre du grand débat

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Avec La Poste, Seurre inaugure sa nouvelle Maison de Service Au Public.
La continuité de l’accès des services au public...
Avec 4 MSAP en Côte d'Or La Poste et l'Etat garantissent l'accès aux services publics et au numérique pour tous !
Le bureau de poste MSAP de Fleurey-sur-Ouche est situé sur une commune...
COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Une première fête des voisins très réussie à Recey-sur-Ource !
Musiques, bal folk, jeux d’extérieurs, maquillage pour enfants,...
Varois et Chaignot investit pour le bonheur de ses enfants... Et parents!
Vincent Delatte, maire de Varois et Chaignot, a inauguré en...
Communes, un patrimoine en danger !
« Faisons cause commune le 19 septembre prochain partout en France...
Anticiper au mieux l'arrivée de demandeurs d'asile.
Dans la continuité de la réunion que le ministre de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.