Forum Futurs 21: Le consommateur, acteur de notre territoire

26 juin 2019

A travers le dispositif innovant, Futurs 21, la Côte-d'Or veut s'inscrire pleinement dans le XXIème siècle et faire de son territoire le laboratoire des modes de vie de demain. Le 1er Forum Futurs 21 a été organisé par les partenaires, salle d'honneur de la Cité Henry-Berger, sur la thématique « le consommateur, acteur de notre territoire ». L'occasion pour François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or de rappeler les objectifs du dispositif ainsi que les premières réalisations.

Au centre du programme Futurs 21, figurent la consommation, l'alimentation, l'habitat, les transports, la santé, le lien social et l'écologie.

Le premier forum Futurs 21 a été lancé par François Sauvadet et les partenaires du dispositf sur la thématique de la consommation avec comme invité Nicolas Chabanne, fondateur de la coopérative "C'est qui le patron ?!"
Convaincu que c’est au niveau local, en partant des territoires et des communes, que seront inventés les modes de vie de demain, le département veut inciter les Côte-d'Oriens à se réapproprier leurs lieux de vie et à devenir acteurs de leur avenir : leur redonner la possibilité d'agir plutôt que « subir ». Au cœur du programme Futurs 21 figurent la consommation, l'alimentation, l'habitat, les transports, la santé, le lien social et l'écologie.
Les partenaires de Futurs 21 ont décidé d’organiser un cycle de forums, visant à mobiliser des acteurs économiques et politiques, des experts, chefs d’entreprise, intellectuels, sur toutes les problématiques traitées par Futurs 21.
Ce cycle de conférences-débats permettra de présenter de façon concrète les projets en cours au sein de Futurs 21, auprès du grand public, ainsi qu’auprès de tous les acteurs économiques qui pourraient être attirés par le programme.

 

François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'OrLe mot de François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or

Nous avons choisi d’intituler ce 1er Forum Futurs 21 : « le consommateur, acteur de notre territoire », car ce sujet est au cœur de notre programme Futurs 21 depuis son lancement.
Vous êtes aujourd’hui un certain nombre à connaître notre programme Futurs 21, qui a été lancé en mars 2017, par une conférence de presse qui réunissait les partenaires fondateurs ici présents, sur scène.
Pour celles et ceux qui ne sont pas encore familiers de ce programme d’innovations, quelques mots sur Futurs 21.

Qu’est-ce que Futurs 21 ?

21 comme le numéro du département de la Côte-d'Or et 21 comme le XXIème siècle.
A travers ce dispositif innovant, la Côte-d'Or veut s'inscrire pleinement dans le XXIème siècle et faire de son territoire le laboratoire des modes de vie de demain.
Beaucoup de nos compatriotes ont en effet le sentiment de « subir » la globalisation et les mutations qui l’accompagnent, sans avoir la possibilité d'agir sur leur avenir.
Avec Futurs 21, nous voulons inciter les Côte-d'Oriens à se réapproprier leurs lieux de vie et à devenir acteurs de leur avenir : leur redonner la possibilité d'agir plutôt que « subir », dans des domaines aussi variés que la consommation, l'alimentation, l'habitat, les transports, la santé, le lien social et l'écologie.

Le programme nécessite un engagement et des moyens importants pour sa mise en œuvre.
Il fallait une structure à l'assise solide pour coordonner les initiatives et favoriser les synergies.

Trois partenaires issus des sphères publiques et privées ont initié Futurs 21 :
- le Département de la Côte-d'Or, qui vous accueille ce soir,
- le Cercle Entrepreneurs et Territoires présidé par Jean-Philippe Girard,
- et le cabinet de conseil Deloitte Développement Durable dirigé par Didier Livio.

Ces trois acteurs ont associé une équipe de chercheurs de l'université de Bourgogne à leur projet : ces chercheurs ont pour objectif d’étudier sur un temps long l’engagement des habitants dans la transition sociale et écologique.
Car nous sommes convaincus que c’est au niveau local, en partant des territoires et des communes, que seront inventés les modes de vie de demain : des modes de vie qui généreront de l'attractivité et de la croissance pour toute la Côte-d'Or.
A l'heure où le pouvoir central tend à concentrer les ressources dans les centres urbains, Futurs 21 est là pour montrer la vitalité des territoires, pour prouver que nos 698 communes sont aussi des lieux d'innovation, de créativité et de croissance.

Pour mener à bien ce programme innovant, la Côte-d’Or est un territoire idéal. Notre département s'apparente en effet à une véritable "Petite France".
Un territoire à la fois urbain et rural, qui compte de nombreux atouts et est confronté aux grands défis auxquels notre pays fait face, comme la désertification rurale, la fracture numérique ou l'isolement des personnes âgées…
La Côte-d'Or s'est donc très vite imposée comme ce laboratoire à ciel ouvert, où pourront être expérimentées les innovations, en suivant les principes que l’on s’est fixés :
- l’appropriation des projets par les habitants, ou en anglais « l’empowerment », c’est-à-dire le fait de transmettre du pouvoir d’agir aux habitants en leur donnant l’occasion et l’envie de participer eux-mêmes à la transition sociale et écologique et il en sera beaucoup question ce soir,
- la mobilisation des territoires, des cantons, parce qu’au Département, on aime bien la Métropole, mais on regarde aussi au-delà…
- le développement d’expérimentations vraiment disruptives,
- la valorisation des circuits locaux, en proximité,
- et la volonté de créer un modèle en Côte-d’Or, qui sera duplicable ailleurs.

On touche-là au cœur des missions du Département de la Côte-d’Or. Vous le savez certainement, le Conseil Départemental est, de droit, la collectivité chef de file des solidarités dans les territoires :
- solidarité territoriale, d’une part, par l’aménagement du territoire, le soutien aux projets des communes et des groupements de communes, le soutien aux producteurs agricoles, l’animation locale, le tourisme, la préservation du patrimoine historique, l’aménagement des véloroutes,
- solidarité humaine, d’autre part, car le Département est le fer de lance de l’action sociale auprès des personnes vulnérables sur toute la Côte-d’Or, à savoir les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes en insertion ou en réinsertion (comme les bénéficiaires du RSA, qui travaillent dans les chantiers d’insertion), la petite enfance et les familles.

Avec Futurs 21, le Département et ses partenaires vont pouvoir soutenir des projets innovants, qui vous seront présentés en détails tout à l’heure par Didier LIVIO, si nous en avons le temps.

Quelques exemples de projets Futurs 21 :

- Le laboratoire du maintien à domicile, avec Orvitis
Le laboratoire du maintien à domicile, avec Orvitis

- Le projet Smart Citizen, avec la Ville de Genlis
- Open Canal, pour la réhabilitation des maisons éclusières, avec VNF
- Smart Village, avec la commune de Flavigny-sur-Ozerain.

Les projets Futurs 21 portés directement par le Département :
1) le projet de production maraîchère à Perrigny-lès-Dijon
le projet de production maraîchère à Perrigny-lès-Dijon
2) la création d’un site d’expérimentation en viticulture (63 ares en appellation Bourgogne Côte-d’Or à Pommard), avec un volet insertion conduit par l’Entreprise Adaptée Viticole (EAV/Papillons Blancs)

3) l’accompagnement de la perte d’autonomie par le numérique : expérimentation par l’usage d’une tablette à l’EHPAD de la Providence à Dijon. Après avoir suivi une formation à l’usage de la tablette, les résidents sont encouragés à communiquer avec leurs proches et avec le personnel de l’EHPAD via l’outil numérique.

 

Pourquoi un Forum Futurs 21 ?

Ce soir, nous sommes réunis pour débattre et, disons-le, pour susciter des vocations !
En effet, les partenaires de Futurs 21 ont décidé d’organiser un cycle de forums, visant à mobiliser des acteurs économiques et politiques, des experts, chefs d’entreprise, intellectuels, sur toutes les problématiques traitées par Futurs 21.
Ce cycle de conférences-débats permettra de présenter de façon concrète les projets en cours au sein de Futurs 21, auprès du grand public, ainsi qu’auprès de tous les acteurs économiques qui pourraient être attirés par notre programme.
Ce cycle de conférences permettra d’inscrire Futurs 21 dans le long terme, en le confortant dans son rôle de bouillonnement intellectuel en Côte-d’Or, un territoire qui se projette dans l’avenir - vous l’aurez compris.
Ce soir, et lors des prochains forums, il s’agira de dégager de nouvelles idées, concrètes et innovantes, qui alimenteront régulièrement la réflexion sur les orientations de Futurs 21 et le contenu des projets à développer.
Dans le cadre de ces débats, les invités apporteront leur témoignage et leur éclairage sur les grandes thématiques sociétales actuelles, mais aussi sur leur ressenti concernant Futurs 21.

On touche-là au cœur de Futurs 21 : innovation, appropriation, expérimentation.

Pourquoi avec Nicolas CHABANNE ?

Et ce soir, nous avons la grande chance et le grand honneur de recevoir M. Nicolas CHABANNE, le fondateur de la marque « C’est qui le patron ?! » (CQLP) pour aborder la question du consommateur et du lien avec son territoire, c’est-à-dire son lien avec ses producteurs et ses distributeurs.
Vous le savez, le Département de la Côte-d’Or est particulièrement impliqué sur les dossiers liés à l’alimentation, à la question du bien-manger et les différentes chambres consulaires le savent bien.

Un exemple avec la chambre des métiers : la Silver Gastronomie
La « Silver Gastronomie » se rapporte à l’alimentation des séniors. Il s’agit là d’un marché en développement sur lequel les artisans des métiers de bouche ont un grand rôle à jouer.
Grâce au soutien du Conseil Départemental de Côte d’Or, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat organise des réunions d’information à destination des artisans de l’alimentaire pour qu’ils puissent proposer des produits et conseils adaptés aux séniors.

Avec le monde agricole, par exemple, nous sommes engagés dans un partenariat solide, pluriannuel, qui sera prochainement renouvelé, avec un accent fort sur la valorisation des filières locales.

Actuellement, les consommateurs changent leurs habitudes à vitesse accélérée : selon le cabinet Kantar WorldPanel, en 2019, pour 68 % des consommateurs, la promotion par les prix n’est pas la priorité et 56 % disent se méfier de la grande distribution.

Cinq grandes tendances de consommation sont relevées dans l’étude :
- le végétal, pour répondre à la préoccupation santé : +33 % de croissance en valeur
- le « sourcing » : c’est-à-dire l’origine, la traçabilité et l’histoire du produit deviennent des critères d’achat prioritaires pour 31 % des foyers
- le « clean », autrement dit, la tendance à se débarrasser des ingrédients suspects
- le « faire soi-même »
- et le bio, qui connaît une évolution exponentielle.

Un mot à ce sujet, car les produits estampillés AB (Agriculture biologique) sont désormais vendus en tête de gondole dans les grandes surfaces et à des tarifs moins prohibitifs.
En France, 41.600 fermes produisent aujourd’hui leurs tomates, leurs légumes, leur viande ou leurs œufs sans produits chimiques de synthèse.
Et près de 5 000 exploitations ont sauté le pas de la conversion bio l’an dernier sur la France entière.
En Côte-d’Or, les surfaces exploitées en bio ont été multipliées par 10 en 20 ans.
Donc le bio ne consiste plus seulement à être vigilant sur la nature des produits que nous consommons, mais à le faire en veillant à l’équilibre de la planète et aux répercussions sur le réchauffement climatique. Cet élargissement du concept le rend forcément plus exigeant à mettre en œuvre.
Il provoque des débats au sein du monde agricole comme chez les consommateurs, qui dénoncent des dérives.
Il y aurait beaucoup de choses à dire sur le bio et la confiance des consommateurs dans le bio, mais cela pourrait faire l’objet d’une soirée entière de débats !

Ce soir, Nicolas CHABANNE, fondateur de C’est qui le patron ?! (CQLP), vient présenter la philosophie de cette marque visant à redonner du pouvoir au consommateur.
En deux mots, avec CQLP, c’est le consommateur qui décide du niveau de qualité des produits et de leur prix, et la marque s'engage sur la production et la commercialisation.
C’est un modèle très original où une marque, gérée par une société anonyme, commerciale, réalise les études de marché, le questionnaire et le suivi de la commercialisation, et une société coopérative de consommateurs choisit les produits, détermine les cahiers des charges et contrôle la conformité des produits à leurs attentes.
Le consommateur décide du prix et du produit en remplissant un questionnaire, où il indique qu’il est prêt à payer X centimes de plus pour que les vaches soient nourries sans OGM, puis X centimes de plus pour que les fourrages soient de provenance locale, ou X centimes supplémentaires pour que les vaches passent un certain temps en plein air, dans le pré, etc.
Ce principe original, né il y a seulement trois ans, est maintenant développé à grande échelle et rencontre un franc succès.
Il est exemplaire des démarches que nous voulons encourager à travers le programme FUTURS 21, notamment autour du concept de « pouvoir d’agir ».
Je vous cite, Nicolas CHABANNE : « On a dans notre poche un bulletin de vote extraordinaire, ça s’appelle la carte bleue. Nous pouvons tous les jours façonner le monde qui nous entoure en achetant plus équitable, en limitant le plastique… ».

En 2019, le consommateur est, sans conteste, un consommaCteur qui a compris qu’en achetant une brique de lait, il participe au fait que son argent contribue à faire vivre un producteur.
Au départ, vous expliquez, Nicolas CHABANNE, qu’il manquait 8 centimes par litre pour faire vivre correctement un producteur en achetant une brique de lait.
Or, plus on donne de centimes par litre, à un producteur, plus il est prêt à faire de la qualité, à ne plus recourir aux OGM.
Et le lait est un exemple parmi d’autres, car vous avez développé une gamme de produits qui va du beurre au jus de pomme en passant par le steak haché.
C’est aujourd’hui une réussite et nous serons heureux de vous écouter raconter l’histoire, les origines de cette aventure, le choix du lait, le choix des producteurs, l’accueil réservé par les centrales d’achat de la grande distribution et l’évolution des ventes.

Nicolas CHABANNE, fondateur de C’est qui le patron ?! Nicolas CHABANNE, fondateur de C’est qui le patron ?! 

Pour assurer le succès de la commercialisation des produits « C’est qui le Patron ?! », un engagement préalable des consommateurs valide leur mise sur le marché via des questionnaires/cahiers des charges qui sont soumis à toutes et à tous avant le lancement de chaque produit.

- Une fois validés, les produits sont fabriqués par des structures partenaires engagées à nos côtés (petites ou grandes) suivant les mêmes valeurs et le cahier des charges durable et responsable retenu.
- Les coûts de publicité sont remplacés par une communication de réseaux qui permettra de faire d’importantes économies sur le prix de vente conseillé.
- La traçabilité totale sur la fabrication et la composition des produits nous assurent une garantie alimentaire constante et durable.
En soutenant et en achetant nos propres produits, nous en maîtriserons la nature, le sens et la commercialisation. Il est l’heure d’agir et de prendre les choses en main !

 Nicolas CHABANNE, fondateur de C’est qui le patron ?!

Nicolas CHABANNE, fondateur de C’est qui le patron ?!Nicolas CHABANNE, fondateur de C’est qui le patron ?!

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Les 2èmes Assises du bénévolat en Côte-d'Or
C'est en présence de Marine Lorphelin, Miss France et 1ère...
Connecté OUI... mais pas déconnecté du monde dans un appartement pensé par ORVITIS !
Les équipements domotiques et les services numériques peuvent...
Mal-logement, quelle responsabilité pour le maire ?
La lutte contre le mal-logement demeure une priorité depuis 2006 sur le...
Commission Permanente du Conseil Départemental de la Côte d'Or.
Les Conseillers départementaux de la Côte-d’Or se sont...
Le développement durable dans les collèges.
Restitution générale à l'ensemble des principaux de...
Visite des installations bois énergie du Pays Seine-et-Tilles.
Dans le cadre du Printemps de l'environnement, François Sauvadet,...
Inscriptions aux transports scolaires 2015-2016
Les inscriptions aux transports scolaires c'est en ce moment, du 25 mai au 13...
Associations, Subvention : Campagne annuelle d'aide au fonctionnement
La campagne 2016 d'aide au fonctionnement annuel des associations par le...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.