Les maires sont la meilleure chance pour la France

08 juillet 2019

Une conférence de prêt de 3 heures pour présenter l'état et les enjeux du débat Département-Métropole et les moyens mis au service des élus par le Conseil départemental, une belle réception conviviale -complètement assumée par le Président- dans les jardins du Département... cette année la traditionnelle journée des maires avait une tonalité bien particulière, et les élus l'avaient senti, venus à plus de 500 sans doute pour se rassurer. Pour François Sauvadet, "la crise des gilets jaunes aura eu au moins un mérite, c’est de rappeler au plus haut niveau de l’Etat que chaque commune compte et que les maires sont irremplaçables pour la vitalité de la République et pour le lien social". Et cela tombe bien car le Président, infatigable défenseur de la ruralité veut que chaque habitant puisse se voir un avenir quelque soit le lieu où il a décidé de vivre sur le territoire, "nos concitoyens veulent un développement équilibré, harmonieux, et principalement une vraie qualité de vie..". Et au delà de polémiques politiciennes dont il se défend, il affirme qu'il veut UNE Côte-d'Or et si il est bon que la métropôle se développe, cela ne peut se faire au détriment du territoire rural "on ne peut se satisfaire de voir la ville-centre vouloir augmenter sa population et les territoires les plus ruraux perdre de leur vitalité... on a besoin d’une métropole forte, mais on voit bien qu’à 30 km à la ronde, il n’y a pas de ruissellement".
Bref une journée POUR les maires au cours de laquelle François Sauvadet rappelle que le Département "restera chef de file des solidarités humaines et territoriales sur toute la Côte-d’Or... l’aide aux communes et aux intercommunalités restera sacralisée et nous continuerons d’investir dans les stratégies du futur". 

Une fête des maires en deux temps, d'abord le temps du travail, ensuite le temps de la convivialité et de la détente.

Acte I, les maires étaient conviés dans le salon d'honneur du Département, cité Henry Berger pour une conférence, en présence de François Sauvadet, Président du Conseil Départemental,  François-Xavier DUGOURD, 1er Vice-Président du Département de la Côte-d’Or, Ludovic ROCHETTE, Président de l’AMF 21, Vice-Président du Département de la Côte-d’Or, des présidents de commission, Martine EAP-DUPIN, Marc FROT, Hubert POULLOT, Emmanuelle COINT, Catherine LOUIS et de Xavier BARROIS, Directeur Général des Services du Département.
Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !
Photo : Philippe Gilet

 

François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or

Discours de François Sauvadet, 

Cette année, la traditionnelle journée des maires a une tonalité bien particulière. C’est la dernière journée des maires au Département, avant le renouvellement des Conseils municipaux au printemps prochain. Je veux vraiment vous adresser mes remerciements les plus sincères pour votre engagement au service des habitants de chacune de vos communes.
Vous remercier pour votre confiance, aussi, parce que nous avons la même conviction, c’est que l’avenir se joue (et se jouera) dans nos territoires, dans nos collectivités. Et de ce point de vue, la crise des gilets jaunes aura eu au moins un mérite, c’est de rappeler au plus haut niveau de l’Etat que chaque commune compte et que les maires sont irremplaçables pour la vitalité de la République et pour le lien social.

Quelques mots d’abord sur le débat entre le Département et la Métropole de Dijon

Monsieur le Directeur Général des Services vous expliquera le cadre des discussions entre le Département et la Métropole, sur les transferts de compétences.

En clair, la Métropole de Dijon est la seule en France à avoir revendiqué les 8 compétences exercées par le Département et qui peuvent être transférées : le Fonds d’aide aux jeunes (FAJ), le Fonds de Solidarité Logement (FSL), la prévention spécialisée, les routes départementales sur le territoire de la Métropole, et puis le premier accueil social, le tourisme, le sport et la culture.
C’est son droit et je tiens depuis le début à réaffirmer que je suis un Républicain et que j’appliquerai la loi et toute la loi.
D’abord, j’en avais le droit, j’ai refusé que les collèges de la Métropole soient transférés, parce que je ne veux pas de collégiens des villes et de collégiens des campagnes. Donc nous conservons la gestion de tous nos collèges : c’est la loi qui s’applique.

Les problèmes se sont posés quand les revendications de la Métropole sont allées bien au-delà de ce que la loi prévoit, notamment en matière sociale. Je veux simplement continuer d’exercer les compétences que me confie la loi sur la Métropole comme dans le reste de la Côte-d’Or.

En fait, ce débat entre le Département et la Métropole n’est pas un débat mineur et il n’est pas un simple désaccord entre « chefs ». Ce débat, c’est celui de l’avenir de la Côte-d’Or, et quelque part de la France. Et on voit bien que certains voudraient la reproduction du modèle lyonnais, c’est-à-dire toutes les compétences du Département transférées à la Métropole, et la fin des Départements ! Je pense au contraire qu’entre les grandes régions et les Métropoles, jamais on a eu autant besoin du Département.

Si on n’avait pas pris le manche du programme de Très Haut Débit, qui l’aurait fait ?
Et pour l’aide aux communes, qui le ferait ?
Et c’est tout le sens du combat que je mène pour un développement harmonieux de tous les territoires de la Côte-d'Or. Pour moi, je le redis, chaque habitant compte et doit se voir un avenir là où il vit. Et on ne peut se satisfaire de voir la ville-centre vouloir augmenter sa population et les territoires les plus ruraux perdre de leur vitalité. Ce n'est pas le sens de l’histoire, ce n’est pas le sens de ce qu'expriment nos concitoyens qui veulent un développement qui soit équilibré, harmonieux, et principalement une vraie qualité de vie. Vous l’avez compris, je ne crois pas à la théorie du ruissellement : on a besoin d’une métropole forte, mais on voit bien qu’à 30 km à la ronde, il n’y a pas de ruissellement. Et quand j’entends que la Métropole propose des alliances de territoires, comme si c’était l’alpha et l’oméga, ce n’est pas la Métropole qui va aider financièrement les communes et les territoires à se développer.

Mais bon, rassurez-vous, de toute façon, il n’y aura pas de grand soir ni de grand matin.
Car quelle que soit la répartition définitive, le Département restera chef de file des solidarités humaines et territoriales sur toute la Côte-d’Or.
A cet égard, j’ai souhaité que Madame BARBIER, directrice générale adjointe des services, en charge du Pôle Solidarités, évoque nos missions : elles sont au cœur du pacte républicain et je suis inquiet de la montée des violences urbaines et de la précarité.

Nous devons agir en proximité avec vous.
Je vous confirme à cet égard, qu’aucun service ne fermera dans les territoires (accueils solidarité et centres sociaux, centres routiers, centres d’incendie et de secours, collèges…), malgré le contexte financier auquel nous sommes confrontés avec un plafonnement de nos dépenses imposées par l’Etat.
Et je vous le redis : l’aide aux communes et aux intercommunalités restera sacralisée et nous continuerons d’investir dans les stratégies du futur.

Par ailleurs, je vous avais annoncé la création d’une Agence Technique Départementale Côte-d’Or. Ce sera fait d’ici la fin de l’année. La MiCA continuera ses missions, qui resteront comme aujourd’hui, mais nous allons compléter le service rendu.
L’Agence Technique Départementale Côte-d’Or assurera une mission que nous n’étions pas en mesure d’assurer jusqu’à présent, c’est-à-dire l’accompagnement à la maîtrise d’ouvrage et des missions de maîtrise d’œuvre (je pense notamment à la voirie communale), qui sont dans le champ concurrentiel et qui nous étaient donc interdits d’engager.
Cette Agence Technique aura un Conseil d’Administration et travaillera en relation avec le SICECO et le CAUE.
L’objectif, c’est de vous offrir une solution, là où l’offre privée est défaillante.
Et la tarification d’adhésion des collectivités, qui sera détaillée par M. BAROZET, Directeur Général Adjoint des Services, répond à une volonté que toutes les communes ou intercommunalités, et notamment les plus petites, puissent adhérer.
J’ai voulu que le tarif d’adhésion soit très bas car cette agence doit être au service du maximum de communes.
J’ai évoqué cela avec les Présidents des EPCI de la Côte-d’Or que j’ai réunis le 12 juin.
Mardi, nous avons voté la composition de l’agence. Vous avez jusqu’au 30 septembre prochain pour adhérer, et cette adhésion devra être accompagnée de la délibération de la collectivité – on vous en reparlera. L’objectif, c’est que l’on soit opérationnel dès le 1er janvier 2020.

 Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !

Je voudrais aborder deux autres sujets.

Tout d’abord, un sujet qui n’est pas derrière nous, mais bien devant nous, avec les conséquences du changement climatique.

C’est celui de l’eau.
On l’a vu, un hiver sec, et en l’absence de fortes précipitations printanières, comme en 2017, entraîne de sérieux problèmes d'approvisionnement en eau potable, et pour certaines communes, pour le bétail et l’irrigation des cultures l'été et l’automne suivants.
Dès 2009, nous avons voté un Plan Départemental de l’Eau (PDE) avec pour ambition d’offrir à tous les Côte-d’Oriens une eau de qualité et en quantité.
Le bilan de cette politique, c’est 7 opérations d’envergure de mobilisation de ressources, de création ou d’extension d’infrastructures liées à la production d’eau potable et d’interconnexion de réseaux, pour 13 M, soutenues pour 1/3 par le Département.
Nous devons rechercher toutes les solutions pour garantir la ressource en eau à tous les Côte-d’Oriens et j’ai fait délibérer notre assemblée pour que le Département puisse être maître d’ouvrage pour porter des projets d’intérêt général lié à la ressource en eau.
On expérimentera : cette intervention devra, bien sûr, s’inscrire dans une démarche concertée avec les acteurs (Communautés de Communes, Agences de l’eau, syndicats…) afin de définir une stratégie globale.

Deuxième sujet : l’alimentation et les filières locales.

J’ai proposé aux communautés de communes de travailler à des Projets Alimentaires Territoriaux en lien avec la Chambre d’Agriculture, c’est-à-dire de structurer l’offre et la demande locale à l’échelle d’un territoire pour apporter le maximum de valeur ajoutée aux productions. Je salue les ComCom qui ont déjà fait part de leur souhait de travailler avec le Département sur les filières locales (Terres d'Auxois, Pays Châtillonnais et Cap Val de Saône).
Cela viendra en complément du soutien aux circuits de proximité.
Afin de faciliter les relations entre fournisseurs et restaurateurs, je rappelle que le Département a déployé depuis septembre 2018 la plateforme Agrilocal 21 et qu’il y a déjà plus de 200 acteurs locaux qui s’en sont saisis.

Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !

Dernier sujet d’avenir essentiel : le déploiement de la fibre optique partout à la maison, le FTTH.
Je n’ai pas voulu faire participer financièrement les communes ou les groupements de communes, car cela aurait accentué les fractures entre les territoires. Je rappelle que c’est un investissement de 135 M €.

Où en est-on ?
La première phase visait les quelque 300 communes de plus forte carence en matière de couverture actuelle par l'ADSL.
Nous avons raccordé 165 nouveaux centraux téléphoniques ADSL/VDSL afin d'atteindre près de 200 communes.
Les dernières opérations sont en cours d’achèvement et à ce jour, (hors métropole et le Beaunois, couverts par Orange), 350 communes ont le haut débit en Côte-d’Or.
Notre objectif, c’est la fibre à la maison partout et cette phase est engagée, les premières fibres ont été livrées.
Pour mémoire : à Balot, le 14 mai dernier, ouverture à la commercialisation des premiers réseaux publics FTTH à Balot, Nesle-et-Massoult et Lucenay-le-Duc. Avant la fin de l’été, seront livrées à la SPL BFC Numérique 2.000 prises pour près de 20 nouvelles communes.
Et notre objectif, c’est 15.000 prises d’ici la fin de l’année, dans 120 communes.

La bonne nouvelle, c’est que cela va être accéléré grâce à l’Appel à Manifestation d’Engagements Locaux (AMEL), signé officiellement le 3 juin dernier avec l’opérateur Altitude Infrastructure, qui va nous accompagner à déployer la fibre à la maison sur 295 communes du département, représentant 52.520 prises.

Nous-mêmes allons continuer à déployer 80.000 prises dans 407 communes en FTTH.
Et on a été les premiers en France à signer cet AMEL.
Nous allons économiser plus de 80 M et surtout gagner du temps.

Alors qu’on avait prévu la fibre à la maison partout en 2025, on va gagner 3 ans.
Le déploiement de la fibre effectué par Altitude Infrastructure fera l’objet d’un suivi très précis, et s’ils ne sont pas dans les délais, des sanctions financières extrêmement lourdes sont prévues.
C’est un investissement majeur pour nos territoires : le numérique, l’intelligence artificielle va bouleverser l’économie et l’évolution des territoires.

Et nous voulons faire de la Côte-d’Or, le laboratoire des modes de vie de demain, le réceptacle de toutes les innovations qui portent sur les nouveaux modes de consommation, de production, de déplacement, de construction, de logement, d’accès aux soins... C’est l’objectif du programme Futurs 21, qui est animé par le 1er Vice-Président François-Xavier DUGOURD, avec Jean-Philippe GIRARD (patron d’Eurogerm). Nous voulons faire rayonner la marque Côte-d’Or comme synonyme de qualité de vie et d’avenir équilibré des territoires.

Dernière chose, j’ai demandé, avec Catherine LOUIS, aux nouveaux conseillers départementaux juniors de réfléchir sur la façon dont ils voyaient « La Côte-d’Or à l’horizon 2050 ». Ils ont été près de 5.000 à nous répondre. D’abord, ils nous ont dit le souci qu’ils ont de leur environnement, de la qualité de vie. Cela restera une préoccupation majeure.

Ensuite, ils sont très attachés à leurs territoires, à leurs communes, à leurs racines.

Je trouve que cela véhicule un formidable espoir et je terminerai sur cette note d’optimisme, qui doit nous conduire, tous ensemble, à agir pour que toutes et tous se voient un avenir, en Côte-d’Or, pour la Côte-d’Or.

 

Acte II, soirée de convivialité dans les jardins du Département

Les maires sont la meilleure chance pour la FranceJeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !Jeudi 4 juillet, c'était la fête des maires au Département !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or attribue 600.000 euros.
La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or...
Rencontres cantonales de Côte-d'Or... Quelles actions le Conseil Départemental mène-t-il à Brazey-en-Plaine?
Dans le cadre des rencontres cantonales de Côte-d'Or, François...
Catherine Louis et Charles Barrière, remparts de la ruralité.
Accueillis à Is-sur-Tille par Thierry Darphin, Catherine Louis et...
En 2017, le bailleur social Orvitis diversifie ses activités et offre désormais plus qu'un logement.
Avec un total de 257 logements mis en service, 2016 pouvait se placer comme...
Commission permanente du 13 mars ; 30 rapports adoptés pour un montant global de 6,9 millions d'euros
La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or...
Très haut débit en Côte-d'Or, 10 nouvelles communes concernées.
Hubert Poullot, Président de la commission Infrastructures, Transports...
Haut débit, le Conseil départemental accélère
Mardi 5 septembre, le Conseil départemental a...
L'action du Conseil Départemental dans le canton d'Is-sur-Tille
Canton aprés canton, faire le point avec les territoires sur sa...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.