Tout un éventail de solutions pour acheter son billet de TER

18 juillet 2019

Grande première dans la Bourgogne-Franche-Comté, depuis ce mardi, une buraliste expérimente la vente de billets de train. Cela fait partie des solutions variées proposées par la Région et la SNCF pour faciliter l'achat de billets de train y compris pour les personnes peu à l'aise avec les usages numériques.

Le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté revendique d'être le premier à mettre en place une palette étendue de solutions permettant aux voyageurs d'acquérir leur titre de transport pour se déplacer en TER. Une de ces facilités constitue même une première en France, la vente de billets chez un buraliste étant concrétisée dans la région avant un déploiement national.

Si, dans certains gares, on peut trouver un guichet ou bien un distributeur de billets de train, la SNCF constate que l'achat du billet en gare n'est plus majoritaire. La plupart des ventes se font de manière dématérialisée, par site Internet ou par application pour smartphone (TER Bourgogne-Franche-Comté, OUI.sncf et Train Line auxquels s'ajouteront viaMobigo en 2020). En 2019, la SNCF a conservé la première place sur le podium français du e-commerce. Concernant les grandes lignes, 80 % des achats de billets sont numériques. La proportion est de plus de 50 % pour les billets de TER numériques (30 % de vente aux guichets, 20 % auprès de distributeurs en gare).

« Limiter les angles morts » de l'exclusion numérique

Premier vice-président du conseil régional en charge des transports, Michel Neugnot souhaite « accélérer » le développement des solutions numériques tout en prenant « toutes les précautions pour que ceux qui ne sont pas dans ce monde-là puisse avoir une égalité de traitement ». Le directeur régional SNCF Mobilités TER, Éric Cinotti, reconnaît « un certain nombre de voyageurs qui sont en difficulté avec ces nouveaux moyens d'accès aux outils numériques ». Face à cela, la Région a choisi de multiplier les solutions pour « limiter les angles morts » de l'exclusion numérique.

Depuis le 1er janvier 2019, les usagers qui ne sont pas équipés de smartphone peuvent composer un numéro de téléphone et commander un billet de TER qui sera livré à domicile en 48 heures par la Poste. C'est Mobigo au 03.80.11.29.29. À partir du 28 octobre, les plus pressés pourront obtenir, avec ce même numéro téléphonique, un code à 10 chiffres pour accéder à un train donné avec un délai minimum de deux heures (le code peut aussi être reçu dans un SMS grâce à la start-up dijonnaise Atsuké). Le voyageur n'aura plus qu'à montrer ce code au contrôleur dans le train pour prouver qu'il a bien acquis un billet. À noter que pour les billets grandes lignes, il convient de composer le 3635.

La Bourgogne-Franche-Comté est la seule région à proposer ce service téléphonique. Il s'agit d'achats « résiduels » comme l'indique Eric Cinotti puisqu'en six mois, seulement quelques dizaines de billets ont été ainsi vendus mais la SNCF pense néanmoins « aux gens qui n'ont pas la facilité d'aller au guichet, qui n'ont pas la facilité d'acheter directement sur l'appli ».

Tout un éventail de solutions pour acheter son billet de TER

Gurwan Balboux (directeur marketing SCNF Mobilités TER), Éric Cinotti (directeur régional SNCF Mobilités TER) et Michel Neugnot (vice-président de la Région en charge des transports) présentent les nouvelles solutions pour les billets TER

Si la règle est d'avoir un titre de transport avant de monter à bord, une exception existe uniquement pour les personnes accédant au train à partir d'une gare ne disposant pas d'un moyen de distribution en fonctionnement. En se présentant au contrôleur, celui-ci pourra établir un billet avec un coût majoré de un à neuf euros en fonction de la distance parcourue. Selon Éric Cinotti, la SNCF a identifié seulement 5% des voyageurs fréquentant une gare sans moyen de vente. Cette règle facilite la lutte contre la fraude, estimée à six millions d'euros pour 2018.

Michel Neugnot souligne qu'une concertation a eu lieu avec les élus locaux, débouchant sur des temps de présence dans différents points sensibles de la région. Des permanences hebdomadaires d'information ont été mises en place dans des lieux publics définis par les maires de petites villes. On les trouve à Arbois, Poligny, Saint-Claude, Baume-les-Dames, Gray, Luxeuil-les-Bains, Saint-Vit, La Clayette, Luzy, Cercy-la-Tour, Saint-Florentin, Saint-Laurent-en-Grandvaux. Des présences sont aussi effectuées à la demande dans des établissements scolaires, les instituts spécialisés dans l'accompagnement du handicap, etc.

Première en France : une buraliste vend des billets de train

Le 8 juillet 2019, le président de la SNCF a signé une convention avec la Fédération nationale des buralistes pour laquelle la Bourgogne-Franche-Comté a été choisie comme région pilote. Depuis le 16 juillet 2019, « le Tavellois », géré par deux buralistes de Tavaux (Jura), vend des billets de TER ou de TGV. Une simple tablette numérique reliée à Internet et à une imprimante permet à l'usager de faire les démarches auprès de la buraliste qui a été formée et de repartir avec un ticket à remettre au contrôleur dans le train. En revanche, les buralistes ne géreront pas les échanges ou annulations ; il faudra se tourner vers un guichet ou le 3635 pour cela. La convention prévoit de verser aux commerçants une commission avec un fixe garanti (1,5 % pour les billets grandes lignes, 4 % pour les TER).

Dans l'immédiat, la SNCF ne se fixe pas d'objectif de développement de ce service auprès d'autres buralistes dans la région. Cela sera étudié préférentiellement pour les zones où il est envisagé de supprimer un guichet (après accord avec le maire de la commune en question selon Michel Neugnot). Sur les 200 gares dans la région, il reste 39 guichets et la SNCF admet une réflexion en cours pour réduire ces guichets à 23 d'ici la fin 2020. Cela peut donc donner des idées aux buralistes du Châtillonnais, de l'Auxois ou bien du Morvan.

La loi LOM implique les intercommunalités

Le 18 juin dernier, l'Assemblée nationale a voté en première lecture le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM). Avec cette loi, les conseils régionaux deviendront les architectes de l'ensemble des mobilités sur leur territoire. À côté des zones urbaines, ayant déjà leur organisation, la Région définira une trentaine de bassins de mobilité articulant les 103 intercommunalités. Des contrats opérationnels de mobilité répartiront les charges entre la Région et les intercommunalités.

À partir de septembre, des solutions de mobilité seront coconstruites à l'intérieur de ces bassins par un comité des parties prenantes regroupant les gestionnaires de réseaux (Départements pour les routes et aires de covoiturage, SNCF Réseau pour les autorisation à circuler), les collectivités locales, les entreprises, les associations d'usagers ainsi que les syndicats patronaux et ouvriers. La participation de ces derniers résulte d'un volonté particulière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté issue de la réflexion engagée avec eux sur le « ticket mobilité ». Ainsi, « tous les acteurs seront autour de la table pour trouver ces solutions de mobilité » selon Michel Neugnot.

La loi LOM oblige aussi les conseils régionaux à mettre en place un système d'information multimodal permettant aux usagers de connaître l'ensemble des possibilités pour se déplacer entre deux points (de la marche au train en passant par le vélo, le covoiturage et les cars). En Bourgogne-Franche-Comté, cela a été anticipé avec un système en cours de développement depuis deux ans. Pour Michel Neugnot, l'objectif de développement durable est que « l'usage individuel de la voiture automobile diminue » sans pour autant « tuer l'automobile » puisqu'il y a une grande partie du territoire où il n'y a pas d'autres solution de déplacement.

À la suite de ces changements, pour ne pas déposséder les petites communes du sujet, des formations seront proposées aux secrétaires de mairie concernant les diverses solutions d'achat de titre de transport, de façon à pouvoir renseigner les administrés les plus éloignés du numérique.

Jean-Christophe Tardivon

L'éventail régional de solutions :

39 gares équipées de guichets et 30 dépositaires

136 distributeurs de billets régionaux dont 87 avec monnayeur

9 agents de service du territoire pour des permanences locales

Site internet TER BFC

https://www.ter.sncf.com/bourgogne-franche-comte

Site internet Viamobigo

https://www.viamobigo.fr/

Application « Assistant SNCF » sous Android ou iOS

Mobigo au téléphone 03.80.11.29.29 (du lundi au samedi de 07h00 à 20h00 pour le prix d'un appel local)

Buraliste « le Tavellois » à Tavaux

 

Tout un éventail de solutions pour acheter son billet de TER

Imprimante pour éditer un billet de train chez un buraliste

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Des échanges utiles entre la Région BFC et les maires.
Les présidents AMF de Bourgogne-Franche-Comté...
Des tarifs simples et attractifs pour tous pour voyager en TER en Bourgogne-Franche-Comté
La Région Bourgogne-Franche-Comté met en place une nouvelle offre...
Développement de la filière ferroviaire en Bourgogne-Franche-Comté
Marie-Guite Dufay, présidente de la Région...
La région présente la première rame TER Régiolis et la marque Mobigo Bourgogne-Franche-Comté
Michel Neugnot, 1er vice-président de la Région en charge des...
Des TER aux couleurs de Mobigo
Les trains du quotidien se modernisent et changent de couleurs. En 2013, la...
TER, 16 nouvelles rames Régiolis pour plus de confort et de régularité
Dans le cadre de son programme d’investissements pour le transport...
Le Conseil Départemental de la Côte-d'Or vote son Budget 2016
Malgré un contexte...
SNCF pour un réseau toujours plus performant en 2016
En 2016, SNCF Réseau investira 320 millions d’euros pour la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.