Rentrée scolaire, le Département s'engage pour les collégiens sur tous les territoires

Rentrée scolaire, le Département s'engage pour les collégiens sur tous les territoires

Info+ :

Rentrés scolaire, le Département s'engage pour les collégiens sur tous les territoires

A l'occasion de la journée de rentrée scolaire 2019-2020, retrouvez le message vidéo du Président du Département, François Sauvadet, aux 24 000 collégiens de Côte-d'Or.
Accompagné de la nouvelle Rectrice de l'Académie de Dijon, Nathalie Albert-Moretti, François Sauvadet a donné rendez-vous à tous les collégiens lundi 2 septembre à 11h15 sur cette même page. Ce message de rentrée a été rendu possible grâce au très haut débit et au déploiement de la fibre optique dans tous les collèges du département.

Rentrés scolaire, le Département s'engage pour les collégiens sur tous les territoires

Retransmission vidéo en direct du collège des Lentillères

mycollege21.eclat-bfc.fr

www.cotedor.fr/actualite/bonne-rentree-tous-les-collegiens-de-cote-dor-0


03 septembre 2019

Les collèges sont des éléments structurants de nos territoires, un collège, ce sont des élèves, des enseignants, des personnels divers, des familles qui vivent sur un territoire et participent à le faire vivre et l'animer. A ce titre, le Conseil départemental entend œuvrer pour tous les maintenir. François Sauvadet l'affirme, "aucun collège n’a fermé et ne fermera sous mon mandat, sauf nécessité pédagogique absolue". Interlocuteur privilégié des collèges, le Conseil départemental porte une part non négligeable de responsabilité avec les enseignants et les parents sur la réussite scolaire des collégiens. Avec 24 000 collégiens et un budget d'investissement de 12 M d'€ en 2019, le champ de compétence du Département  est vaste, numérique éducatif, entretien des bâtiments, restauration scolaire, sécurité,  font partie de ses grandes responsabilités envers les collégiens. Du reste, une enquête à laquelle 5 000 collégiens ont répondu sera dévoilée au Zénith prochainement.

Bonne rentrée à tous !

Présentation des actions du Département par son président, François Sauvadet
François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or"La rentrée au collège, c’est un moment important, car c’est un grand changement en particulier pour les élèves de 6ème. C’est le passage d’un instituteur ou d’une institutrice unique à plusieurs enseignants en fonction des matières.
C’est une vraie évolution : des nouvelles disciplines, des nouveaux camarades de classe, un nouvel environnement.
Je veux également saluer tous ceux qui vont œuvrer pour votre réussite. Si je suis ici avec vous, c'est parce que le Conseil départemental est l’interlocuteur privilégié des collèges (entretien des bâtiments, des équipements, réalisation des travaux, renouvellement et entretien du matériel informatique du fonctionnement, comme celui des cantines). Cela veut dire que nous sommes en partie responsables, avec vos enseignants et vos parents, de votre réussite scolaire et donc de votre avenir."


Le budget, le nerf de la guerre.
Malgré une rentrée placée sous le signe de la contrainte budgétaire imposée par l’Etat, les collèges ne seront pas une variable d’ajustement.Nous maintenons ainsi notre niveau d’investissement à hauteur de 12 M€ sur 2019 pour faire des collèges de Côte-d’Or des portes d’entrée dans le XXIème siècle.  Nous assumons également le choix de mener cette politique volontariste d’accompagnement des collèges tant pour les établissements publics que privés.

Nous sommes en effet dans un contexte inédit qui s’applique à toutes les grandes collectivités (les 322 collectivités dont les dépenses de fonctionnement dépassent 60 M €) : la règle qui énonce que notre budget ne peut augmenter de plus de 1,2 % par an. C’est inédit de voir le Gouvernement nous notifier notre budget et j’ai exprimé dès le début mon désaccord avec la méthode imposée. C’est un procédé choquant sur la forme, mais aussi sur le fond. C’est pourquoi, concernant les collèges, c’est sous un angle pluriannuel que les grandes dépenses d’investissement et d’équipements dans les collèges sont étudiées, de façon à se doter d’une vision globale, favorisant la prise de décision. Par ailleurs, je vous le dis Mme la Rectrice, Mme la Principale et cela est valable pour tous les principaux et adjoints-gestionnaires, chaque année, il faudra un prévisionnel dans chaque collège, pour éviter les dépenses au fil de l’eau.

Mais je vous rassure, encore une fois les collèges ne seront pas une variable d’ajustement budgétaire pour le Département de la Côte-d’Or.
Le collège Les Lentillères de Dijon fait d’ailleurs partie des collèges publics concernés par le plan de mise en accessibilité des collèges publics d'un montant de 12,6 M€ (jusqu’en 2027).
D’ici à 2027 tous les collèges de Côte-d’Or seront aménagés pour tout type de handicap.
Pour information : la thématique retenue par l’Etat pour cette rentrée scolaire, en plus de la « rentrée en musique », est la « rentrée inclusive », le « bien vivre ensemble ».
Les travaux envisagés aux Lentillères, résultent d’une logique que l’on veut développer  avec les collèges : préparée de longue date et échelonnée sur plusieurs années suivants les urgences à traiter.
Plan de rénovation énergétique des collèges publics aux Lentillères : 139 000 € sur 2015-2018 (achevés)
Programme pluriannuel d’investissement aux Lentillères : 2 M€ pour la rénovation des façades (projet pour 2020-2024)
Mise en accessibilité du collège prévue sur 2021-2022 : 290 000 €
C’est comme cela que l’on pourra maintenir tous les collèges de la Côte-d’Or, contrairement aux politiques menées par d’autres départements.
Aucun collège n’a fermé, et aucun collège ne fermera au cours de mon mandat de Président du Conseil Départemental.

Le transfert de compétences avec la Métropole dijonnaise
Je tiens tout d’abord, à rappeler que sur le territoire de la Métropole, dans le cadre du transfert de compétences, la loi MAPTAM nous permettait de conserver la gestion des collèges. Ce que j’ai fait, je ne veux pas dans notre département des collégiens de la ville sous la responsabilité de la métropole et les autres sous celle du Conseil départemental. Chaque élève côte-d’orien doit avoir partout les mêmes chances partout, où qu’il réside. D'ailleurs, cette année, pour mon traditionnel déplacement de rentrée, j'ai choisi deux collèges de la Métropole, dont le vôtre (Camille-Claudel à Chevigny-Saint-Sauveur et Les Lentillères à Dijon) sur les trois collèges que je visite. Pour réaffirmer mon attachement et celui du Conseil départemental aux collèges de la métropole dijonnaise.

Rentrés scolaire, le Département s'engage pour les collégiens sur tous les territoires
Le kit « mycollege21 »
 Votre sécurité, c’est notre priorité.
Je parlais justement de sécurité à l’instant, et une nouveauté cette année : nous avons complètement renouvelé le kit de rentrée aux collégiens qui aura pour thème la « sécurité routière ». Chaque élève recevra, dans un sac « mycollège21.fr », un guide d’information « MyCollège21 – Les Essentiels », un brassard, une housse de protection pour sac à dos ainsi qu’un pack de lampes pour vélo. Vous êtes nombreux à venir à pied, à vélo, et je vous invite donc à accrocher ces lumières à vos sacs, afin que vous soyez le plus visible possible sur la route, en particulier en hiver et la nuit.  Ce qui nous réunit, c’est bien la sécurité des élèves, y compris sur les routes, et je vous rappelle que nous avons la responsabilité des 6.000 km de routes départementales.

Le raccordement au très haut débit des collèges et le numérique éducatif
Nous voulons faire de nos collèges des portes d’entrée dans le XXIème siècle à travers l'accès au Très Haut Débit.
Aujourd’hui, en Côte-d’Or :
- 100 % des collèges sont connectés au Très Haut Débit
- Les salles sont équipées à 84,38 % d’un poste et d’un vidéoprojecteur et à 18,26 % d'un tableau numérique ou d'un vidéoprojecteur interactifs
- 18 % des salles de classe sont dotées d'un Tableau Numérique Interactif et 83 % d’un vidéoprojecteur.
- Le parc d’équipement numérique des collèges est composé au total de 6 121 ordinateurs pédagogiques, soit un pour 3,10 élèves (moyenne nationale 2017 : un ordinateur pour 3,31 élèves)
Afin de poursuivre dans cette voie, notre effort a été renouvelé à la fin de l'année 2016 avec la présentation d'un nouveau Plan Collège Numérique 2017-2021.
Depuis 2011, le Conseil Départemental inscrit sa politique en faveur du numérique éducatif dans le cadre de Plans Collège Numérique (PCN) pluriannuels.
Au terme du 2ème PCN, l'Assemblée départementale de décembre 2016 a pris connaissance de son bilan positif et a validé la poursuite de ses engagements pour la période 2017-2021, à travers un 3ème Plan Collège Numérique, dont la priorité est d’offrir un parc informatique performant dans les collèges.

Pour autant, la dynamique engagée depuis plusieurs années ne conserve du sens qu’à la condition que les établissements bénéficient du meilleur accès au réseau internet. Cette dynamique doit se poursuivre avec l'acquisition et le renouvellement de matériels permettant le maintien d'un parc informatique performant et innovant.
Compte tenu des attentes des professeurs et des élèves, le Conseil Départemental a engagé des programmes importants d’équipement et d’usage du numérique nécessitant l’accès à la fibre optique à très haut débit (Espace Numérique de Travail, tablettes tactiles, classes mobiles…).
Le numérique est formidable, à condition de prévoir un accompagnement adapté. Car en dépit des avancées remarquables qu’il procure, il peut être aussi source d’inégalités. Tout le monde n’est pas capable d’apprendre seul face à un ordinateur. L’enseignant a donc un rôle majeur de transmetteur et de facilitateur.
D'ailleurs, à ce sujet, je veux dire que la lutte contre l'illectronisme, ou exclusion numérique, constitue l'une de nos priorités pour les années à venir.
En outre, un nouvel Espace numérique de travail (ENT) sera présenté lors de cette rentrée 2019. Nom de code : ECLAT (Ecoles, Collèges, Lycées, Académies et Territoires).
Ce nouvel ENT propose une solution commune et unique à tous les établissements et place la pédagogie au cœur de son service. L'outil est plus fonctionnel, sécurisé et bénéficie d'une assistance dédiée.
Les enseignants ont été formés de mai à juin 2019 et le service sera disponible dans tous les collèges de Côte-d'Or dès septembre.

La Restauration scolaire
Je me refuserai toujours à instaurer une tarification proportionnelle aux revenus des familles pour la restauration scolaire. C’est à l’impôt, et dans ce cas précis à l’impôt sur le revenu, d’être proportionnel aux revenus des foyers et non pas à la tarification de la restauration scolaire. La tarification de la restauration scolaire départementale ne saurait être un impôt indirect. Dans le contexte de tensions sociales exacerbées que nous traversons, où la majeure partie de la fiscalité repose sur la classe moyenne, le Département de la Côte-d’Or assume son choix de la tarification unique pour la restauration scolaire dans les collèges. Soit 3,70 € par repas à la charge des familles (contre 4,40 € par repas dans les lycées de Bourgogne-Franche-Comté).

Le coût total d'un repas incluant les dépenses d’investissement, de personnel, de fonctionnement et de nourriture est estimé, pour l’année scolaire 2018-2019 à 8,30 € financé, pris en charge à hauteur de 55 % par le Département.

Chiffres clefs de la restauration scolaire :
2 millions de repas sont servis cette année dans les collèges publics de la Côte-d’Or.
8,30 € : le coût moyen d’un repas.
3,70 € : le prix d’un repas en 2019 dans les collèges de Côte-d’Or à la charge des familles.
20,12 % : le taux global d’approvisionnement en produits locaux et/ou biologiques pour l’ensemble des collèges producteurs de repas en 2018.

Le Conseil départemental a également mis en place une action de lutte contre le gaspillage alimentaire. Ce n'est ni un gadget, ni un artifice de communication : ça marche puisque depuis 2014, on obtient une réduction de près de 20% par an de gaspillage alimentaire, soit l'équivalent de 90.000 repas et plus de 160.000 euros économisés par an.
Une évolution des deux modes (forfait et prestation) de tarification vers une tarification unique à la prestation a été étudiée afin de concilier les intérêts des collèges et des familles. Cela résulte également d’une volonté des parents de ne « payer que ce que leurs enfants consomment ».
Pour les familles, le coût annuel supporté pourrait être équivalent au montant du forfait annuel, si 16 repas par an n’étaient pas pris (soit moins de 2 par mois), et serait en hausse maximum de 59,90 € (soit 5,90 € par mois sur 10 mois), si la totalité des repas était facturée.
Le développement du télépaiement : la facturation à la prestation, plus adaptée aux besoins des familles, s’accompagne d’ores et déjà pour certains collèges d’un système de paiement électronique à distance, appelé télépaiement, accessible depuis l’Espace Numérique de Travail et son portail d’accès Mycollege21, en complément des modes de paiement traditionnels (chèques ou espèces portés directement aux collèges). Les collèges ne proposant pas encore ce service ont été invités à mettre en place le télépaiement au bénéfice des familles à compter de la rentrée scolaire 2019.
Notre objectif au Conseil départemental pour ce qui concerne la restauration scolaire, c'est que nos élèves puissent manger des produits bios et/ou locaux à un prix attractif, et dans un contexte de parfaite sécurité alimentaire.
L’Agenda 21 scolaire
Lundi 30 mai 2016, le collège Jacques Mercusot accueillait le séminaire annuel de présentation du bilan des agendas 21 scolaires menés en Côte-d’Or.

Le Conseil départemental de la Côte-d’Or a alors initié une démarche à laquelle je tiens beaucoup, car elle s’inscrit dans un travail de fond, en faveur de l’approvisionnement en bio et/ou en produits locaux dans les cantines de nos collèges.
L’Agenda 21 scolaire fixe comme objectif de 20 % d’achat de produits alimentaires de saison, bio ou locaux d’ici 2020.
Mais d’ici à 2022, l’Etat nous imposera un minimum de 50 % de produits bio et locaux dans la restauration (20 % de produits issus de l'agriculture biologique [ou de surfaces agricoles en conversion] et 30 % de produits bénéficiant d'un des autres signes, mentions ou démarches de qualité ou d'origine).
Je tiens simplement à rappeler qu’au Département de la Côte-d’Or, nous n’avons pas attendu le Gouvernement pour mettre en place cette réflexion autour du bio et du local dans nos restaurants collectifs.
Dans cette perspective, le Conseil Départemental a mis en place depuis 2011 des actions pour sensibiliser les agents des collèges à l’approvisionnement local et pour lever les freins limitant son développement.
Avec la plateformeAGRILOCAL Agrilocal notamment. En cinq clics, l’acheteur professionnel pourra accéder à une offre de produits locaux du territoire et visualisera immédiatement des producteurs potentiels sur une carte d’implantation géographique.
Pour information : Actuellement la plateforme enregistre 252 commandes et un montant de transactions de 42.361 € depuis sa mise en service, le 1er  septembre 2018.
Depuis l’année dernière, cette plateforme Agrilocal21 est ouverte à tous les collèges. Il vous appartient désormais de saisir cette opportunité !
Car promouvoir les circuits locaux d’approvisionnement consiste aussi à rapprocher les producteurs des distributeurs, afin qu’ils se connaissent mieux, et c’est par la connaissance mutuelle du travail des uns et des autres que l’on pourra créer une relation de confiance entre tous les acteurs de la ferme à l’assiette, de la fourche à la fourchette.
Enfin, le Conseil Départemental de la Côte-d’Or a également acté son projet d’acquisition de terres agricoles à Perrigny-lès-Dijon où des maraîchers vont être installés sur vingt hectares, avec un cahier des charges « bio ».
Le site de Perrigny-lès-Dijon sera notamment voué à l’innovation dans le domaine de l’agriculture avec :
- un  « espace-test » d’environ deux hectares permettant l'apprentissage du métier de maraîcher,
- un site dédié à la permaculture sur environ un hectare.
La ressource en eau sera elle aussi optimisée tant en quantité (avec la création de bassins de stockage) qu'en qualité, avec une production 100 % biologique.
Ces produits seront ensuite transformés dans une légumerie portée par l’entreprise DESIE (entreprise d’économie sociale et solidaire), implantée à Chenôve, que nous soutiendrons avec la Région Bourgogne Franche-Comté et Dijon Métropole, afin de faciliter l’approvisionnement de produits locaux dans la restauration collective. 
Cela s’inscrit aussi dans le cadre de notre démarche d’accompagnement des ComCom et des Communes qui souhaitent développer un Projet Alimentaire Territorial (PAT).
La participation du Conseil Départemental à la création d’une légumerie est une étape clef dans la structuration d’une filière maraîchère locale à destination de la restauration collective.
Cela prouve aussi que quand l’intérêt général est en jeu, les différentes collectivités peuvent s’entendre au-delà de tout clivage politique !
Et c’est d’autant plus nécessaire quand il s’agit de nos jeunes !

L’Agenda 21 scolaire
La cinquième édition de la restitution annuelle des projets de l'Agenda 21 scolaire s'est déroulée au collège dijonnais Jean-Philippe-Rameau. Treize projets ont été présentés par les collèges de Quetigny, Dijon (Bachelard et Rameau), Is-sur-Tille, Arnay-le-Duc, Saulieu, Liernais, Vitteaux, Selongey et Longvic. L'occasion pour François Sauvadet de rappeler l'investissement du Département dans la lutte contre le changement climatique.

La sécurisation des établissements scolaires de Côte-d’Or
1,38 M€ ont été investis pour le dispositif de sécurisation des collèges de Côte-d'Or, lancé dès le lendemain des attentats du Bataclan (13 novembre 2015).
Dans le contexte de lutte contre le terrorisme, la sécurisation des 47 collèges publics et des 7 collèges privés est l'une des priorités du Conseil départemental de la Côte-d'Or.
Trois axes d’interventions ont été retenus pour la politique de sécurisation de nos collèges :
- Un 1er axe – alerte, avec l’installation d’alarmes attentats ;
- Un 2ème axe – intrusion, avec le renforcement du contrôle d’accès et des réseaux de caméras ;
- Un 3ème axe – évacuation, avec l’agrandissement ou la création de portails.

Il s'agit là de tout mettre en œuvre pour assurer une sécurité maximale aux collégiens côte-d'oriens. Car face à la menace terroriste, la mise en sûreté des collégiens est la condition sine qua non de leur réussite et de leur épanouissement.
Tous les travaux sont terminés pour l'ensemble des collèges et le dispositif est adapté en fonction des retours des chefs d’établissement et leurs exercices obligatoires d’évacuation.

Djoloké Gilkou, Conseiller départemental junior
Djoloké Gilkou, Conseiller départemental junior : "Nous remercions le Département pour tout ce qu'il fait pour améliorer la vie des collégiens"

L’art et la culture au collège
Au travers de différents dispositifs d'Education Artistique et Culturelle (EAC), le Département donne aux adolescents l’occasion de découvrir la complexité du monde et de concevoir cette diversité non comme une source d’anxiété mais plutôt comme une chance. Par la découverte d’horizons nouveaux, on prépare ainsi ces jeunes non seulement à être le public de demain des institutions culturelles (cinémas, bibliothèques, théâtres, musées,…) mais aussi à devenir de futurs citoyens actifs au sein de la société.

Plusieurs dispositifs, financés par le Conseil départemental, sont ainsi proposés chaque année aux collèges volontaires :
- Les projets « parcours starter » ont été créés par le Conseil Départemental en 2010 pour favoriser l'accès à la culture pour tous les collégiens du département de manière équitable en les confrontant à la réalité du travail de création artistique et en les ouvrant à la richesse et la diversité culturelles.
- « La Côte-d'Or vue par les collégiens », depuis 2011 (avec les collèges de Nuits-Saint-Georges et Nolay comme établissements expérimentateurs), ce dispositif permet chaque année aux élèves de deux à trois classes de découvrir le territoire de leurs collèges sous la conduite d'un artiste photographe. Avec celui-ci et leurs enseignants, suivant une thématique significative du territoire, ils observent les paysages et le patrimoine et rencontrent des acteurs économiques locaux et leurs savoir-faire.
- « l’École du spectateur », avec ce dispositif et ses déclinaisons « collège au cinéma » et « collège au théâtre », le Conseil Départemental permet aux collégiens de Côte-d’Or de bénéficier de parcours pédagogiques construits autour de la rencontre avec des œuvres et ainsi, de se former en tant que spectateurs.

Le dispositif « Vis ma vie de collégien » : 11 collèges prêts à tenter et retenter l’aventure !
Enfin, le dispositif « Vis ma vie de collégien » visant à favoriser les rencontres entre collégiens issus du monde rural et urbain, va entrer dans sa deuxième année de mise en œuvre. Il prend la forme d'échanges scolaires au cours desquels les élèves s'immergent complètement dans l'univers de leurs camarades. Les rencontres entre collégiens des villes et collégiens des champs sont conçues comme des parcours de découverte intégrant la visite de l'établissement scolaire, la découverte de sites d'intérêt culturel, historique ou patrimonial, mais aussi l'hébergement dans la famille hôte.

Pour l'année scolaire 2018-2019, quatre collèges ont participé à ce dispositif (Claude Guyot à Arnay-le-Duc en lien avec André Malraux à Dijon et Edouard Herriot à Chenôve avec Henry Berger à Fontaine-Française) et ont perçu une subvention de 400 € pour la prise en charge du coût du transport des élèves. A l'occasion de la Commission Permanente du 9 septembre 2019, il sera proposé de retenir la participation des collèges ci-après pour l'année scolaire 2019-2020 :

- les collèges Marcel Aymé à Marsannay-la-Côte et Arthur Rimbaud à Mirebeau-sur-Bèze,
- les collèges Les Hautes Pailles à Echenon (canton de Brazey) et Jean Rostand à Quetigny,
- les collèges Clos de Pouilly et Jean-Philippe Rameau à Dijon et Lazare Carnot à Nolay.

Par ailleurs, les collèges Claude Guyot à Arnay-le-Duc et André Malraux à Dijon ainsi que les collèges Edouard Herriot à Chenôve et Henry Berger à Fontaine-Française, engagés dans ce dispositif l'an passé, ont décidé de renouveler l'expérience sur l'année scolaire 2019-2020.

L’enquête auprès des collégiens et sa restitution au Zénith
Cette année, on va organiser une grande manifestation autour de l'enquête des collégiens. Vous savez qu'on a consulté nos 24.000 jeunes. Pourquoi ? Parce que les jeunes d'aujourd'hui sont les citoyens de demain. Ce sont eux qui animeront et feront vivre la Côte-d'Or de 2040. Alors autant leur demander leur avis dès aujourd'hui pour imaginer et construire la Côte-d'Or de demain !
Nous avons eu de nombreux retours et nous allons restituer les résultats de cette enquête. Car interroger les jeunes, c'est louable. Les écouter, c'est bien mais il faut ensuite leur montrer qu'on les a entendus !

Quelque 5.000 jeunes ont répondu ! Cela montre leur intérêt pour la chose publique et leur volonté de participer à la vie de leur collège. Cela montre qu'ils veulent être des acteurs plutôt que de simples spectateurs. Ils veulent agir plutôt que subir.

Je vous l'annonce : nous allons organiser une grande manifestation au Zénith le 27 septembre pour présenter aux collégiens les résultats de cette consultation. Un concert accompagnera ce temps d'échanges inédit. Je peux vous dévoiler quelques chiffres en exclusivité. Savez-vous que 91 % des collégiens se sentent bien dans leur collège ? C'est la validation de notre travail, à nous les adultes, les élus locaux et les personnels.
Un dernier chiffre significatif ? Savez-vous que 90 % des collégiens estiment que les jeunes côte-d'oriens devraient participer davantage aux décisions qui les concernent ! Si ça, ce n'est pas un appel ou une volonté de s'engager, qu'est-ce que c'est ?

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Collèges : François Sauvadet aussi fait sa rentrée !
A l’occasion de la rentrée scolaire des 24 000 collégiens...
Réunion des principaux des collèges de Côte-d'Or au MuséoParc d'Alésia
Ce mercredi 7 février, François Sauvadet, Président du...
Printemps de l'environnement, restitution des projets de l'Agenda 21 scolaire
Dans le cadre du Printemps de l'environnement et de la politique...
La commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or attribue 4,1 millions d'euros pour les territoires
La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or...
La Maison de l'Enfance inaugure sa pouponnière
Le Conseil Départemental est le garant de la solidarité sur le...
La Maison départementale de l'enfance change de nom. Elle s'appellera désormais Maison départementale de l'enfance Simone-Veil
Hommage à Simone Veil. Mercredi 4 septembre, François Sauvadet,...
Mal-logement, quelle responsabilité pour le maire ?
La lutte contre le mal-logement demeure une priorité depuis 2006 sur le...
Commission Permanente du Conseil Départemental de la Côte d'Or.
Les Conseillers départementaux de la Côte-d’Or se sont...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.