La Maison départementale de l'enfance change de nom. Elle s'appellera désormais Maison départementale de l'enfance Simone-Veil

07 septembre 2019

Hommage à Simone Veil. Mercredi 4 septembre, François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or, en présence de Jean Veil a posé la nouvelle plaque de la Maison de l'enfance. Une plaque avec gravée dessus le nom de Simone Veil. Nommer un lieu, comme le précisera François Sauvadet est un acte riche de sens, donner le nom de Simone Veil, c’est un symbole d’autant plus fort dans cette période où notre société est plongée en plein questionnement. Simone VEIL incarne à elle seule la nécessité de ce combat permanent pour la paix et la liberté.

Maison départementale de l'enfance Simone-Veil

Discours de François SAUVADET

Je suis très heureux d’être à vos côtés à Ahuy pour donner le nom de Simone VEIL à la Maison Départementale de l’Enfance.
Oui, cher Jean, votre présence me touche tout particulièrement, parce que vous le savez, comme beaucoup de Français, j’ai une profonde admiration pour votre maman pour ce qu’elle a apporté à notre pays, pour les causes qu’elle a défendues, dont celles des femmes.
J’ai eu cette chance de travailler à ses côtés jeune parlementaire, avec Edouard BALLADUR, et j’ai toujours été frappé par son regard qui inspirait un mélange subtil d’autorité et d’humanité, lié sans doute à ses souffrances, qui restent toujours nos leçons quand elle touchent si fortement à l’essentiel.

Et je suis d’autant plus heureux que vous soyez à nos côtés que je voulais aussi vous dire publiquement combien j’ai apprécié travailler avec votre père, Antoine, un homme lui aussi engagé.
Nous nous sommes vus souvent chez vous pendant de long mois, alors que nous souhaitions redonner une voix forte à l’Europe.
C’est en pensant à tout cela que lorsque mon 1er Vice-Président François-Xavier DUGOURD m’a parlé du nom de Simone VEIL pour cette Maison de l’Enfance, un lieu si important pour nous au Conseil Départemental, cela m’est apparu comme une évidence. Et la décision a été validée à l’unanimité par l’assemblée départementale le 25 mars dernier.
Nommer un lieu, ce n’est jamais un acte anodin.
Nommer un lieu, c’est un acte riche de sens, c’est un symbole qui s’inscrit dans le temps et dans l’espace.

Oui, donner le nom de Simone Veil, c’est un symbole et c’est une promesse que jamais nous n’accepterons la fatalité de ces violences faites aux femmes et aux enfants.
Et c’est un symbole d’autant plus fort dans cette période où notre société est plongée en plein questionnement.
Simone VEIL incarne à elle seule la nécessité de ce combat permanent pour la paix et la liberté.
Chacun connaît les épreuves qu’elle a vécues, son courage et la place qu’elle a occupée au cœur de la politique française et européenne.
Ses combats ont toujours été à la hauteur de ses convictions et de son attachement à la liberté : engagés, sans concession à la facilité, sans jamais se départir de cette grande dignité, tant dans l’exercice de ses plus hautes charges que dans toute sa vie.
Oui Simone VEIL n’a pas seulement traversé l’Histoire, elle a fait l’Histoire.
Rescapée des camps de la mort, cette femme d’un courage extraordinaire a consacré ses douleurs et ses révoltes au service de ses convictions : l’émancipation des femmes, le refus de l’oubli, la paix et la défense de la belle idée européenne.
Personne n’a oublié son combat en 1974 aux côtés de Valéry GISCARD D’ESTAING, pour faire adopter la loi dépénalisant le recours à l’interruption volontaire de grossesse (c’est la loi du 17 janvier 1975), et je veux rappeler que le rapporteur était un Côte-d’Orien bien connu de notre institution, le Dr Henry BERGER, qui a été Président du Conseil général de la Côte-d’Or de 1988 à 1994.
Lors de son discours à jamais entré dans l’Histoire le 26 novembre 1974, Simone VEIL a fait face une Assemblée Nationale hostile et elle est devenue alors le symbole de la lutte contre la discrimination des femmes en France.
Et puis, en 1979, elle a été la première Présidente du Parlement Européen élu au suffrage universel.
Elle fut aussi la première Femme Ministre d’Etat chargée des affaires sociales, de la santé et de la ville sous le Gouvernement d’Edouard BALLADUR, Premier Ministre, en 1993.
Membre du Conseil Constitutionnel, Sage parmi les Sages, de 1998 à 2007, elle n’aura de cesse de militer pour conserver vivante la mémoire des drames qui ont marqué à jamais notre pays et notre continent, avec cette infâme déportation et l’extermination du peuple juif, comme Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
Oui cette mémoire ne doit pas être un « devoir » mais un « travail » permanent.
Simone VEIL a été également la 6ème femme à siéger parmi l’Académie Française en 2008 et elle fait graver sur son épée d’académicienne son numéro de matricule de déportée : 78 651.
Comment, en ces instants de solennité ne pas penser aux mots forts et puissants de Jean d’ORMESSON, lors de sa réponse au discours de réception à Simone VEIL l’Immortelle, qui résonnent encore aujourd’hui au plus profond de nos mémoires et de nos cœurs ?
« (…) De toutes les figures de notre époque, vous êtes l’une de celles que préfèrent les Français. Les seuls sentiments que vous pouvez inspirer et à eux et à nous sont l’admiration et l’affection. »
Simone VEIL nous a quittés le 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans mais elle est toujours là présente dans nos pensées et dans la vigueur des combats à mener.
Elle est entrée à tout jamais au Panthéon aux côtés d’Antoine VEIL et merci de l’avoir ainsi accepté, vous sa famille.

Notre Maison de l’Enfance s’appelle désormais Simone Veil, c’est une formidable invitation à retrouver le chemin de la vie pour tous nos enfants que le destin a malheureusement parfois fracturé et que nous avons la responsabilité de protéger ici et à qui il nous faut redonner espoir.
Cela a aussi du sens car Simone VEIL – et c’est moins connu- était très engagée dans la protection de l’enfance.
Je veux rappeler le soutien qu’elle a apporté aux professionnels de la petite enfance pour humaniser les pouponnières et créer des crèches qui ne soient plus des lieux de garde mais d’accueil, ce que l’on a appelé « l’opération Pouponnière ».
Cette opération constitue un véritable tournant en termes de considération des très jeunes enfants dans les politiques publiques, notamment dans celle de protection de l’enfance…
A l’heure où la bien-traitance est au cœur des préoccupations des professionnels de l’enfance, je voulais rappeler le rôle qu’a joué Simone VEIL dans cette prise de conscience.
Oui, pour nous, Jean Veil, donner le nom de votre maman à la Maison Départementale de l’Enfance est une évidence.

Des travaux importants ont lieu ici.
Notre objectif, c’est d’offrir de bonnes conditions d’accueil aux enfants, aux familles et je veux remercier la Directrice de la MDE, Mme Ellen LEMESLE, pour son accueil et saluer chacun des 130 agents de la MDE, qui assurent avec professionnalisme la mission d’accueil d’urgence, l’une des missions les plus importantes confiées au Département.
De toutes les compétences qu'exerce un Conseil Départemental, la protection de l'enfance est sans doute l'une des plus émouvantes et éprouvantes, mais c'est certainement l'une des plus nobles.
Nous avons accueilli ici, en 2018, 177 enfants et jeunes pour une durée moyenne de séjour d’environ 6 mois.
Environ 30% des enfants et jeunes qui ont quitté la MDE en 2018 sont retournés dans leur milieu familial, suite au travail d'accompagnement éducatif permettant ce retour, et c’est aussi pour nous un motif d’espérance.

Mais je laisserai à Simone VEIL les derniers mots qui résument bien notre engagement commun:
« Venus de tous les continents, croyants et non croyants, nous appartenons tous à la même planète, à la communauté des hommes.
Nous devons être vigilants, et la défendre non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes. »

Que vive la Maison de l’Enfance Simone VEIL !

Je vous remercie.

La Maison départementale de l'enfance change de nom. Elle s'appellera désormais Maison départementale de l'enfance Simone-VeilLa Maison départementale de l'enfance change de nom. Elle s'appellera désormais Maison départementale de l'enfance Simone-VeilLa Maison départementale de l'enfance change de nom. Elle s'appellera désormais Maison départementale de l'enfance Simone-Veil

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Collèges : François Sauvadet aussi fait sa rentrée !
A l’occasion de la rentrée scolaire des 24 000 collégiens...
Réunion des principaux des collèges de Côte-d'Or au MuséoParc d'Alésia
Ce mercredi 7 février, François Sauvadet, Président du...
Printemps de l'environnement, restitution des projets de l'Agenda 21 scolaire
Dans le cadre du Printemps de l'environnement et de la politique...
La commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or attribue 4,1 millions d'euros pour les territoires
La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or...
La Maison de l'Enfance inaugure sa pouponnière
Le Conseil Départemental est le garant de la solidarité sur le...
Rentrée scolaire, le Département s'engage pour les collégiens sur tous les territoires
Les collèges sont des éléments structurants de nos...
Mal-logement, quelle responsabilité pour le maire ?
La lutte contre le mal-logement demeure une priorité depuis 2006 sur le...
Commission Permanente du Conseil Départemental de la Côte d'Or.
Les Conseillers départementaux de la Côte-d’Or se sont...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.