Quand Chenôve fête sa Marianne, c'est la république qui gagne

06 octobre 2019

Marianne, incarnation de la république en représente les valeurs. Elle en est le visage atemporel, reconnu et partagé par tous les Français, par tous les citoyens. C’est en 2017, lors de la première Fête de la République, que Chenôve a lancé l'idée de choisir sa Marianne. Un appel à projet a été lancé en 2018, trois Mariannes ont été présentées et c’est l’oeuvre réalisée par l’artiste Don Matéo qui a remporté la majorité des suffrages. Samedi 21 septembre, Chenôve, ses habitants, ses élus et Thierry Falconnet, son maire, ont fêté les valeurs de la République et accueilli leur Marianne en présence de Pierre Pribetich, Premier Vice-Président de Dijon Métropole et Bernard Schmeltz, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Comme le rappellera plus longuement Thierry Falconnet dans son discours ci-après, la république est l'aboutissement d'un processus révolutionnaire contre un régime de droit divin. A travers les valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité, elle s'est imposée dans la société française malgré ses imperfections et nous les partageons au-delà de nos divergences. Elles sont le ciment de notre édifice commun, notre maison commune, notre République.
Mais pour que cela fonctionne, il faut respecter selon Bernard Schmeltz, Préfet de Bourgogne-Franche-Comté, 4 grands principes : un état de droit avec ses lois, ses droits et ses obligations pour chacun et chacune, un esprit d'équipe "la chose publique" pour créer une Nation, un système de gouvernance où les citoyens choisissent leurs représentants, leurs élus.

Depuis trois ans, chaque 21 septembre, les cheneveliers et chenevelières se réunissent autour des valeurs communes de la République : Liberté, Egalité, Fraternité, mais aussi Laïcité et Solidarité.


Chenôve, la Marianne de Don Matéo, la res publica

2017, #Acte I de la Fête de la République à Chenôve.
Les enfants de Chenôve avaient préparé pour l’occasion un flash mob bleu blanc rouge. 

Chenôve, la Marianne de Don Matéo, la res publica

2018, #Acte II Les enfants cheneveliers présentent le tryptique Liberté, Egalité, Fraternité.

la Marianne de Chenôve

2019 #Acte III. Dévoilement de la plaque – Inauguration de la Marianne de Chenôve.
Pignon nord – en-dessous de l’oeuvre - Hôtel de Ville de Chenôve

Petit à petit, l’idée d’avoir un symbole à la fois local et fort de ces valeurs partagées a germé. La figure de Marianne, symbole connu de tous, mille et une fois représenté à travers les décennies s’est très vite imposée et l’idée d’imaginer une « Marianne pour Chenôve », a fait son chemin.
C’est ainsi que le 21 septembre 2018, les habitants découvraient trois projets de Marianne, trois oeuvres créées par trois artistes impliqués pour doter Chenôve de « sa » Marianne.
Grâce au vote populaire et sous l’étendard « À Chenôve, choisissons notre Marianne », chacun pouvait désigner « sa » Marianne préférée. Bulletin de vote papier, sondage en ligne, vote via l’application Vooter, c’est finalement la Marianne de Don Matéo qui a obtenu le plus de voix.

Chenôve, la Marianne de Don Matéo, la res publica
Don Matéo et la Marianne originale qui a inspiré son oeuvre, élue par les cheneveliers et chenevelières 

la Marianne de Chenôve

"Par le jeu des couleurs, la fresque met en valeur le bonnet phrygien rouge que porte Marianne. A l’origine, c’était le bonnet que portaient les esclaves affranchis dans l’Empire romain. Symbole de liberté chèrement acquise et d’égalité. Par ailleurs, ces silhouettes de gens dont les traits se fondent dans ceux de la Marianne renvoient à la fraternité de nous tous qui constituons la nation. Liberté, égalité, fraternité, vous avez là la République, une République vivante, qui est chez elle à Chenôve." Bernard Schmeltz, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté

Thierry Falconnet, maire de Chenôve

Thierry Falconnet, Maire de Chenôve

"Il y a maintenant trois ans, nous avons décidé de commémorer, ici à Chenôve, le 21 septembre, en souvenir du 21 septembre 1792 qui marqua l’An I de notre République.
Ce jour, la Révolution française et la Convention mettent fin à des siècles de monarchie absolue de droit divin, de règne sans partage et de privilèges révoltants, d’humiliations et d’exploitation. A compter de cette date, le Peuple, jusqu’alors considéré comme indigne de décider par et pour lui-même, est souverain. Il peut désormais prendre les rênes de son destin à travers la voix de ses représentants et la loi suprême, la constitution fixe les rapports entre les différents pouvoirs qui régissent la Nation.
Dans la nuit du 21 au 22 septembre 1792, la France choisit d’abandonner la royauté pour la République, forme démocratique inspirée par la pensée humaniste et la philosophie universaliste des Lumières, parachevant ainsi l’oeuvre entreprise en 1789 avec la prise de la Bastille et la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, fondée sur les valeurs de Liberté et d’Égalité.
Ces valeurs auxquelles se rajoutera bientôt la Fraternité, nous les avons reçues en héritage. Elles se sont progressivement imposées comme notre bien commun malgré les vicissitudes, les soubresauts ou les crises de notre histoire nationale. Nous les partageons ensemble, au-delà de nos divergences philosophiques ou politiques, de nos croyances ou de nos convictions individuelles. Elles placent la Femme et l’Homme, leurs aspirations et leur émancipation, au coeur d’une société plus juste, plus égalitaire, plus généreuse.
Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Solidarité, Humanité et Tolérance, autant de pierres qui constituent notre édifice commun, notre maison commune, notre République.
Et Marianne en est l’incarnation, l’allégorie. Marianne, figure féminine tantôt joyeuse et triomphante, tantôt grave et inquiète, sans cesse revisitée. Marianne est à la fois « nous tous » et « chacun ou chacune d’entre nous ». Elle est le visage atemporel de la République reconnu et partagé par tous les Français, par tous les citoyens.
La Marianne que vous voyez ici est une de ces mille et une représentations. Elle est notre Marianne, la Marianne de Chenôve, de toutes les Chenevelières et de tous les Cheneveliers. Cette Marianne, vous l’avez choisie à l’issue d’une votation qui a recueilli près de 2000 suffrages et nous allons l’inaugurer officiellement dans quelques instants. Le succès de cette initiative, votre présence nombreuse ce soir, sont autant de témoignages de votre attachement à la chose publique, la « res publica », mais également à Chenôve notre ville.
En votre nom, je tiens à remercier tous les partenaires qui se sont impliqués à nos côtés dans le cadre du projet « Choisissons notre Marianne ». L’Etat d’abord, Monsieur le Préfet, qui nous a soutenu et reconnu l’intérêt de cette action au titre des 40 ans de la politique de la Ville. La Région Bourgogne - Franche-Comté, sans oublier Dijon-Métropole bien entendu, mon cher Pierre."
Vive la République, Vive Marianne, NOTRE Marianne, Vive Chenôve !

Thierry Falconnet, Maire de Chenôve

Bernard Schmeltz, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Bernard Schmeltz, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté

1. La République, c’est d’abord un Etat régi par des lois
La République, c’est d’abord comme disait Rousseau un Etat régi par des lois. Ce respect de l’état de droit est au fondement de tout le reste. C’est la condition pour pouvoir construire un avenir ensemble de façon raisonnée. C’est la condition aussi pour pouvoir se sentir en sécurité.
Ainsi les épisodes de violence urbaine qui ont émaillé les nuits cet été et notamment ici à Chenôve, sont inacceptables. Ces dégradations sur la voie publique produisent de la défiance, de la colère, du pessimisme. Les premières victimes en sont les riverains auxquels je pense tout particulièrement, pris en otage par des personnes qui ne semblent plus rien respecter sur fond de trafic et d’économie souterraine. Lorsque la Boîte à vélos de Chenôve est détruite par exemple, les premières victimes en sont les habitants de la ville, qui perdent un projet au service du territoire qui tenait particulièrement à coeur de beaucoup de personnes ici.
Tout citoyen et chaque famille doit donc assumer ses responsabilités. L’école fait beaucoup, mais les parents ont un rôle éducatif essentiel. Pour enrayer ce phénomène, c’est tout le corps social qui doit se mobiliser. La police fait de son côté un travail énorme jour et nuit pour garantir autant qu’elle le peut la sécurité, et je les en remercie.

2. La République, c’est aussi défendre la res publica ou chose publique
Précisément, la République, c’est aussi la res publica, expression latine qui veut dire « chose publique » et à laquelle tenaient beaucoup les Romains. Ce sens de la chose publique est fondamental. Tout comme il faut beaucoup d’esprit d’équipe pour gagner au rugby, ou dans d’autres sports, de même il faut une énorme énergie civique collective pour faire une nation. Ce besoin d’engagement, on ne doit pas le sous-estimer.
La raison, c’est tout simplement que la civilité et le lien social sont les clés de la vie en commun. Quand ils manquent, toutes les politiques publiques perdent directement en efficacité, quels que soient l’énergie dépensée ou les moyens investis. La vie en société demande un peu de discipline, et cela commence par des règles de civilité toutes simples comme s’entraider, se dire bonjour, ou respecter la propriété d’autrui.

3. La République, c’est enfin un système de gouvernement dans lequel le peuple se choisit des élus pour le représenter
Les courroies de transmission de la démocratie, ce sont nos élus dont près de 35.000 maires. Je salue le travail quotidien de ces élus, qui se sont mis au service de la population et dont l’oeuvre est souvent discrète mais quotidienne. Les Français lors du Grand débat national, ont plébiscité l’échelon de proximité, que ce soit à la ville ou dans les campagnes, et les maires en font pleinement partie.

Voilà ce qu’est la République, à travers ces trois composantes clé : le respect des élus, le sens de la chose publique, et l’état de droit.
Pour que cette République vive, il faut une bonne dose de participation de tous.
Celle-ci commence par une sensibilisation dès le plus jeune âge et je vous remercie par exemple d’avoir permis à deux classes d’école élémentaire et à des élèves de primaire de participer à la pose de la plaque du souvenir sous la fresque. J’espère qu’il en garderont un souvenir utile pour la suite.
Depuis 2017, vous organisez ici à Chenôve, Monsieur le maire, des fêtes de la République, qui ont toujours été soutenues par des crédits de l’État. Des espaces de rencontres et d'échanges ont été animés pour décliner les questions de liberté, d’égalité et de fraternité. Vous avez fait un goûter républicain. Ces initiatives sont à l’image de votre attachement que je sais profond aux valeurs de la République.
Mesdames et Messieurs, les valeurs de la République sont essentielles et pourtant elles ne sont jamais acquises une bonne fois pour toutes. Voilà pourquoi la Marianne, une assemblée qui entonne la Marseillaise, le drapeau tricolore, le portrait du Président de la République, sont autant de symboles importants. Ils nous rappellent avec force, avec bienveillance aussi, ces valeurs que nous devons toujours défendre.
Je vous remercie."

 

la Marianne de Chenôvela Marianne de Chenôve

Chant de l’« Edouardaise » - Marseillaise revisitée par les élèves du Collège Herriot

la Marianne de Chenôvela Marianne de Chenôvela Marianne de Chenôvela Marianne de Chenôvela Marianne de Chenôvela Marianne de Chenôve

La Marseillaise jouée par l'orchestre municipal de Chenôve

Chenôve, la Marianne de Don Matéo, la res publica, Thierry Falconnet

A l'occasion de son discours, Thierry Falconnet remercie les acteurs de cet évènement dont Nouredine ACHERIA, adjoint au Maire, et le secteur associatif, véritable richesse de Chenôve.
"Je veux également remercier toutes celles et tous ceux qui, depuis plusieurs mois préparent cet événement avec beaucoup de coeur et de convictions et qui ont veillé aux moindres détails pour que le moment que nous vivons soit une belle réussite. Je les salue, en particulier Nouredine ACHERIA, adjoint au Maire en charge de la promotion de l’Egalité et de la lutte contre les discriminations, à qui j’avais confié le pilotage de cette manifestation. Merci à toi et merci à toute l’équipe que tu as su fédérer autour de toi.

Un grand et chaleureux merci à tous les acteurs du monde associatif chenevelier qui se sont mobilisés à nos côtés. Investis d’ordinaire dans le sport, la culture, la solidarité, le lien social, la protection de l’environnement, l’éducation populaire ou encore l’échange intergénérationnel, vous avez su faire vivre au quotidien ce beau projet.
Vous êtes une des principales richesses de Chenôve, peut-être même la première richesse parce qu’elle est exclusivement humaine. Votre passion de cette ville et de l’action citoyenne est un gage formidable de cohésion et d’unité. Votre soutien sans faille à notre ville, à notre communauté municipale, permet de mieux affronter les périodes difficiles, votre confiance en l’avenir pousse assurément à l’optimisme, même par gros temps. (cf. monsieur le Préfet)."

Plutôt dans la journée des animations ont eu lieu.
Un grand jeu de piste était organisé dans la ville et les associations de Chenôve présentaient le fruit d’un travail collaboratif d’un an sur les valeurs de la République

Quand Chenôve fête sa Marianne, c'est la république qui gagne
copyright jonasjacquel
Quand Chenôve fête sa Marianne, c'est la république qui gagne
copyright jonasjacquel
Quand Chenôve fête sa Marianne, c'est la république qui gagne
copyright jonasjacquel

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Rythmes scolaires, Chenôve dit oui à la semaine de 4 jours
Après consultation, les parents et les équipes enseignantes de...
Chenôve inaugure sa Maison de la Vie Associative
Ils étaient venus nombreux les cheneveliers, plus de 500, pour inaugurer...
Chenôve, une rentrée scolaire plutôt sereine
Lundi 2 septembre Thierry Falconnet, Maire de Chenôve et Joëlle...
Le Crédit Agricole de Champagne-Bourgogne soutient les associations locales dijonnaises
14 associations dijonnaises ont bénéficié du soutien du...
Un pique nique "trop mignon" parc de la Bouzaise à Beaune
Ils sont une trentaine âgé(e)s de 2 à 3 ans avec une...
Associations, Subvention : Campagne annuelle d'aide au fonctionnement
La campagne 2016 d'aide au fonctionnement annuel des associations par le...
Is-sur-Tille remercie ses bénévoles.
Thierry Darphin, maire d'Is-sur-Tille, Christine Soldati, 2ème adjointe,...
Cérémonie de remise des médailles de la jeunesse, des sports et de l'engagement associatif en Côte d'Or
Le directeur départemental de la cohésion sociale de la...

Vos commentaires

PIERSON François
a publié le 11/10/2019 22:52
Je viens à Saulieu 3 à 4 fois par an pour mon travail. Je suis très heureux de lire ces messages très intéressant sur ces villages de France qui en font tout le charme ! Merci pour le généreux écrivain- Cordialement. F. PIERSON -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.