Municipales : Se représentera ou ne se représentera pas ?

27 novembre 2019

La Côte-d’Or compte 698 maires. A l’approche des élections municipales en mars prochain, Ludovic Rochette, président de l’association des maires de France en Côte-d’Or a voulu connaître le sentiment de fin de mandat de ces élus. A travers les échanges qu’il a menés avec 260 d’entre eux, il commence à cerner leurs attentes et leurs envies.


Selon l'enquête nationale de l’Observatoire de la démocratie locale dévoilée le 8 juillet 75% des français sont satisfaits de leur maire et qu'ils sont 6 sur dix à vouloir qu'ils se représentent, un quart des maires ne veut pas se représenter (Ils étaient près de la moitié l'an dernier). 

Au rythme de 15 à 20 rendez-vous hebdomadaires, Ludovic Rochette rencontre les maires du département. Alors que leur mandat touche à sa fin, il veut dresser un état des lieux de leur situation. Outre les difficultés qu’ils ont été susceptibles de rencontrer, le président de l’AMF 21 était curieux d’entendre l’avis de ceux qui vivaient leur premier mandat et de savoir ce qu’il en était de leur souhait de signer à nouveau. « Depuis 2014, 10% de nouveaux maires ont pris leur fonction, dont 57% de femmes. Je crois que ce renouvellement va s’accentuer même si il devrait être moins important que ce que l’on imaginait il y a quelques mois. » Pour Ludovic Rochette, le mandat qui s’annonce pourrait aussi être celui de la transmission. « Ceux qui ont choisi de ne pas se représenter ont déjà, le plus souvent, organisé la suite. Il faut aussi s’attendre à ce que certains laissent leur place en cours de mandat pour des raisons d’âge ou tout simplement pour souffler et mettre l’accent sur d’autres priorités après avoir occupé une fonction de plus en plus chronophage. » Une situation qui conduira à voir des maires totalement ignorants du rôle d’élu faire leurs premiers pas. Ludovic Rochette rappelle que l’AMF 21 intervient dans ces situations à travers des actions de formation, amenées à se multiplier. « Ce qui ressort  de ces rencontres, c’est le souhait des élus de voir émerger un besoin d’accompagnement, en groupe plus restreint, complémentaire de nos grands évènements. Les nouveaux maires attendent aussi des données pratiques. » Dans cet esprit, le président de l’association n’exclue pas la mise en place d’un pôle d’anciens maires, ayant finis leur mandat, pour épauler les nouveaux, dans des communes autres que la leur. « Les jeunes élus pourront bénéficier de l’expérience de ceux qui ont arrêté et qui ont la volonté de transmettre. » Outre le rôle de représentation et d’information de l’AMF, Ludovic Rochette voit donc se renforcer une mission de formation mais aussi de soutien des élus, de plus en plus confrontés à des attaques physiques ou morales.

Le mandat dans le rétro / J’y vais ou j’y vais pas

Depuis plus de cinq ans, les maires ont vécu leur mandat et se sont adaptés aux changements, notamment ceux engagés par la loi Notre. Les maires dont ce n’était pas le 1er mandat ont constaté des évolutions dont les jeunes élus n’avaient pas conscience. « Les anciens ont vu une montée en puissance de l’intercommunalité avec une loi qui a imposé une conception qui n’était pas forcément celle des élus. Il faut repenser la relation avec la commune, privilégier le dialogue que nous n’avons pas eu le temps de mettre en place, faute de temps. » A côté de ce constat, les élus inscrits dans la durée, ont noté la baisse des moyens de fonctionnement et des difficultés accrues de la fonction. « Le mandat se professionnalise » précise Ludovic Rochette. Du côté des jeunes maires, le président de l’AMF 21 est catégorique. « Il y a le tout ou rien ! Certains peinent à cumuler leur vie d’élus avec leur vie professionnelle et leur vie personnelle et ne souhaitent donc pas se représenter. J’en vois même certains qui comptent les jours. » De l’autre, il s’est réjoui de voir des maires passionnés, conscients des difficultés mais prêts à repartir pour un mandat. « Dans tous les cas, j’ai toujours senti un attachement fort au territoire, capable de dépasser le découragement et les difficultés. »

Pour en savoir plus

Dans le cadre du nouvel Observatoire de la démocratie de proximité, à l'initiative et en partenariat avec l'AMF, le CEVIPOF a mené une enquête en ligne auprès de l'ensemble des maires de France pour dresser leurs portraits, pour connaître les trajectoires de celles et ceux qui occupent cette fonction, pour mieux appréhender leurs diffcultés, et pour comprendre l'évolution de la représentation politique au niveau local.

 

Observatoire de la démocratie de proximité, a? l’initiative et en partenariat avec l’AMF, le CEVIPOFObservatoire de la démocratie de proximité, a? l’initiative et en partenariat avec l’AMF, le CEVIPOF

 https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/Enque%CC%82te%20Municipales%20CEVIPOF%20AMF_diffusion%208%20juillet.pdf


Municipales: 75% des Français sont satisfaits de leurs maires
Cette étude du Cevipof et de l’Association des maires de France révèle par ailleurs que six Français sur dix (61%) souhaitent que leur maire actuel soit candidat en mars 2020.
Pas de «dégagisme» en vue lors des prochaines municipales de 2020: c’est la tendance qui semble se profiler, à en croire une enquête de l’Observatoire de la démocratie locale publiée ce 7 juilet dévoilée ce 8 juillet par Le Parisien etlet  FranceInfo. Selon cette étude sur les «attentes des Français vis-à-vis de leurs maires», réalisée par le Cevipof, centre de recherche politique de Sciences Po, avec l’Association des maires de France (AMF), 75% portent un jugement positif sur le travail accompli par les équipes municipales depuis 2014. Par ailleurs, six Français sur dix (61%) souhaitent que leur maire actuel soit candidat en mars 2020. Et ce, peu importe la position socioprofessionnelle, le niveau d’éducation, l’âge, le genre ou encore les orientations politiques. https://www.lefigaro.fr/


Un quart des maires ne veut pas se représenter aux élections municipales
A quatre mois des élections municipales, une étude du CEVIPOF, le Centre de Recherche Politique de Sciences-Po, sortie aujourd'hui, montre que le climat politique local semble s'améliorer. Un quart des maires ne veut pas se représenter. Ils étaient près de la moitié l'an dernier.
Les maires sont "plus combatifs" indique une étude du CEVIPOF à quatre mois des élections municipales. Si 48,7% d'entre eux souhaitent se représenter ils ne sont plus que 28,3% à souhaiter passer à autre chose. L'an dernier, près de la moitié des maires ne désiraient pas briguer un nouveau mandat. Aujourd'hui, un bon nombre d'entre eux veulent attendre avant de se décider. Et contrairement à l'an dernier, une majorité des maires considèrent que la situation de leur commune s'est améliorée depuis le début de leur mandat. Selon le Centre d’Études de la Vie Politique Française, c'est le signe que le climat la vie politique locale s'améliore. https://www.francebleu.fr/


Municipales 2020 : une majorité de Français souhaite voir leur maire se représenter
STABILITÉ- Un récent sondage montre que les Français accordent encore une large confiance dans leur maire. 6 Français sur 10 souhaitent que leur maire actuel soit candidat pour les élections municipales de mars 2020.
Un signe de confiance ? Selon une enquête de l'Observatoire de la démocratie locale, six Français sur dix souhaitent que leur maire actuel soit candidat pour le scrutin municipal qui se tiendra en mars 2020. L'étude conduite en partenariat avec le Cevipof (le centre d'étude politique de sciences-po) et l’Association des maires de France (AMF), publiée par Franceinfo et Le Parisien montre que la vie politique locale résiste encore à la confiance des Français. https://www.lci.fr

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
A Soirans, un jardin, même tout petit, c'est la porte du paradis.
Samedi matin, dans la commune de Soirans avait lieu l'inauguration...
Saint-Nicolas-lès-Cîteaux, inauguration de différents travaux de voirie et du jardin conservatoire.
De nombreuses personnalités sont venues assister Florence Zito,...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Arc-sur-Tille : un 1er prix national pour un patrimoine local.
Mardi 27 mai, une délégation municipale,...
Portrait d'élue, vie de femme... à la rencontre de Maire Jeanne Fournier, maire de Source-Seine.
Marie Jeanne a le goût du rare et du profond pour qui la vie est un...
PORTRAIT D'ELU ... l'Echo des communes a rencontré Laurent Streibig, Maire d'Echannay, Président de la C.C. Ouche et Montagne.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
La commune de Vielverge sollicite la MiCa
La Mission Conseil et Assistance aux Collectivités (MiCA), accompagne...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.