19ème édition de Cité 21 : Dernier salon avant les urnes !

18 décembre 2019

Développement durable, transition énergétique, enjeux environnementaux, alimentation… Le 19e Salon Cité 21, vitrine des acteurs de la commande publique, restera sans doute comme celui de la transition. L’occasion aussi pour les maires et les élus du territoire de réaffirmer leur rôle et de faire part de leurs attentes à la veille des élections municipales et sénatoriales l’année prochaine.

Certes Cité 21 n’est pas un salon politique. Mais force est de constater qu’à la veille de grandes échéances électorales et dans un contexte de réformes, la politique, dans son sens essentiel d’organisation de la cité, s’est invitée sur les plateaux pour rappeler que si les élus locaux et les professionnels restent optimistes, volontaires et à l’écoute, ils n’en demeurent pas moins en attente de messages forts de l’exécutif. Des messages qui seront sans doute entendus dans un pays où le maire reste l’élu local préféré pour 63 % des citoyens (sondage Odoxa-CGI- octobre 2019)

Quand les élections dictent les investissements…

Bonne nouvelle : « La commande publique se porte bien ». C’est le message de Vincent Martin, PDG du groupe de travaux publics éponyme et président de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté. Un optimisme soutenu aussi par les acteurs du financement public comme Kildine Bataille, en charge de l'Engagement Sociétal au sein du groupe La Poste ou son collègue Jorge Bras, expert dans le financement des collectivités : « Malgré une année préélectorale, les investissements des collectivités restent constants et ne connaissent pas de bond comme c’est souvent le cas avant les élections ». Même si la gestion des collectivités est exemplaire – avec des dépenses en augmentation moyenne de 0,8 % mais des recettes de 2 % - l’année 2020 devrait connaître une stagnation systémique, surtout au sein des collectivités appelées à se renouveler : « Il y a généralement un flottement de deux ans entre la prise de fonction et les premiers financements, le temps de préparer les investissements », explique Kildine Bataille. Une stagnation qui pourrait durer puisque « 2020 annonce trois années de scrutins électoraux, qui ont un impact sur les investissements » comme le rappelle Vincent Martin.

Resserrer le lien entre les collectivités et les entreprises

Pour répondre à cela, Xavier Mirepoix, président de la Chambre de Commerce et d’industrie Côte-d’Or Dijon métropole appelle les élus et futurs élus «  à s’appuyer sur les entreprises » et notamment sur celles des Travaux publics qui sont, pour Vincent Martin « de vrais acteurs de l’aménagement du territoire ». Un objectif qui est aussi celui de l’Agence Technique départementale, ainsi que l’a souligné François-Xavier Dugourd, vice-président du Conseil départemental. Son rôle est celui d’un service technique mutualisé au service des communes et des groupements en les accompagnant pendant toute la durée des travaux concernant les routes, les réseaux humides mais aussi les bâtiments.  

Le ciel (bleu), le soleil et les maires

Les maires ont-ils alors le sourire aux lèvres ? Pas certain qu’ils dansent pour autant le long des golfes clairs. S’ils sont animés par la passion des territoires, leur attachement à l’aménagement, Ludovic Rochette, président de l’Association des Maires de France de Côte d’Or (AMF21) appelle aussi, à l’occasion d’une table ronde avec les parlementaires, « à les former et à ne pas les déformer dès le départ ». Une référence au climat difficile entre les élus locaux et l’exécutif depuis l'application de la loi N.O.T.R.e., que le sénateur Alain Houpert résume en paraphrasant Pompidou : « Il faut foutre la paix aux maires ! » et en demandant que l’État réfléchisse à une péréquation des dotations entre territoires ruraux et urbains, rappelant que «les maires ne sont pas les collecteurs de l’impôt ». Idem chez la sénatrice Anne-Catherine Loisier : « Quand on vit à la campagne, on fait ses courses en ville, on paie la même TVA, la Taxe professionnelle et on se déplace davantage » même si l’élue défend également la métropole comme « le point de départ d’une fluidité entre rural et urbain ». Pour sa part, le député Rémi Delatte rappelle qu’il est difficile à l’Etat d’augmenter ses propres dépenses en exigeant des collectivités qu’elles fassent des économies : « On ajoute des dépenses aux collectivités et on leur supprime des recettes ». 

De leur côté les professionnels des travaux publics s’inquiètent de la suppression des avantages fiscaux sur le GNR (Gazole non routier qui devrait augmenter de 50%) : « Nous ne pouvons pas absorber cette hausse qui va obligatoirement se reporter sur les budgets de la commande publique » prévient Vincent Martin qui exhorte à « rendre du pouvoir aux maires », rappelant au passage que « 75 % de la commande publique est assurée par les collectivités locales ». 

 

Un édition de la transition

Alimentation durable, environnement, énergies renouvelables… le salon Cité 21 est à l’image d’un monde qui change. Une mutation qui s’inscrit désormais dans l’adn des collectivités et des entreprises privées qui ont compris que le développement passe nécessairement par l’innovation.

Alors que le groupe La Poste peut fièrement revendiquer le titre de première flotte de véhicules électriques au monde, d’être le premier acheteur de crédits carbones en Europe – pour compenser ses émissions – de soutenir les projets à l’international, ou de transformer le facteur (voir par ailleurs), elle peut aussi s’enorgueillir d’être devenue en quelques années le premier prêteur des collectivités locales (5 milliards d’euros par an) et ainsi encourager l’investissement : « Les mairies auront plus investi sur le mandat 2014-2020 que sur le précédent » explique Jorge Bras, expert La Poste dans le financement des collectivités. Une augmentation évidemment concomitante à la sortie progressive de la crise financière de 2008 mais surtout un changement radical dans la manière d’investir avec un mot d’ordre : l’environnement !

La loi du terrain

Et dans ce combat que livre l’humanité toute entière, les collectivités sont « les premiers relais des projets de développement durable » explique Pierre-Baptiste Baudu de l’entreprise RES, installateur d’équipements d’énergies renouvelables, parce que « ils permettent de s’adapter aux contraintes et au ressenti local, notamment au travers des réunions publiques ». Car en matière de développement durable, il est un sujet qui fâche : l’éolien. Même si Christian Bressoulaly, maire délégué de Val-Mont assure qu’il s’agit plus de « curiosité que de réticence » et que « tout le monde a intégré les éoliennes », comme l’on dit dans la presse : « C’est le terrain qui dicte les contraintes». Et sur le terrain, le sujet des éoliennes est plus que glissant et la transition peine parfois à décoller.

De la fourche à la fourchette, la révolution se met à table

Sujet beaucoup plus digeste : l’alimentation durable. C’est le défi que s’est lancé Dijon Métropole qui a obtenu pour son projet Alimentation durable 2030 la première place du programme Innovation avenir avec l’ambition de faire de Dijon la vitrine de l’alimentation locale dans les 10 ans à venir : « C’est un projet volontaire, hors compétence, explique Benoît Bordat, Conseiller métropolitain délégué à l’agriculture périurbaine, qui repose sur une démarche volontaire de gagner en autoproduction et en autosuffisance alimentaire pour démocratiser l’alimentation saine ». Concrètement il s’agit de créer des alliances avec le territoire pour parvenir, en 2030 à acheter 100 % des produits alimentaires au sein de la production locale et d’inciter via une appli à étendre la production sur le territoire.

Le facteur nouveau est arrivé !

Fini le bon facteur dans sa camionnette jaune sifflant un petit café à l’entrée de la cuisine et apportant le courrier du matin – et fut un temps du soir – la baguette de pain ou le pot à lait.
Le facteur 21e siècle est arrivé. Et les petits services rendus sont aujourd’hui devenus des services tout court. Il veillait sur les personnes âgées isolées ? Il devient aussi un soldat de l’environnement. Dès les municipales de 2020, votre facteur pourra ainsi collecter les professions de foi des différents candidats pour les recycler – sans jeu de mots. Plus encore, le facteur devient un observateur social en étant formé à repérer les familles les plus en difficultés pour leur proposer, par la suite, des diagnostics énergétiques, en partenariat avec l’ANAH.

Cette mutation répond à un enjeu pour le groupe La Poste : faire face à la baisse du courrier : 9 milliards d’envoi en 2019 contre 19 milliards en 2008. Si cette mutation a parfois entraîné des inquiétudes, « les jeunes facteurs sont très sensibles à ce rôle environnemental et social » assure Kildine Bataille, déléguée départementale  en charge de l'Engagement Sociétal au sein du groupe La Poste.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Cité 21 - Elus, à vos agendas !
Pour la 19ème année consécutive, le salon Cité 21...
Elus, préparez l'avenir, préparez votre visite à Cité 21
"Aménagement du territoire et héritage légué aux...
Cité 21 : Remise des Trophées départementaux de la valorisation paysagère
Côte-d’Or Tourisme a donné rendez-vous aux acteurs de la...
Cité 21 : L'AMR 21 poursuit ses partenariats avec Orange et Enedis
Bruno Bethenod a signé des conventions avec Orange et Enedis dans le but...
Cité 21: Remise des Prix des Travaux Publics
Valoriser l’investissement local et mettre en lumière le...
Efficacité énergétique, le SICECO récompense 35 collectivités de Côte-d'Or et leur remet 172 000 Euros à Cité 21
Le SICECO, territoire d’énergie Côte-d’Or, valorise...
Une 19ème édition du salon Cité 21 toute en images
Nous vous proposons un retour en images représentatif de ce que l'Echo...
Cité 21, le salon des collectivités Territoriales de la Côte-d'Or, mode d'emploi.
Au service des élus et décideurs territoriaux, le 16e salon...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.