A un mois du premier tour des municipales... Petit tour « tendance » des cérémonies de voeux

A un mois du premier tour des municipales... Petit tour « tendance » des cérémonies de voeux

Info+ :

2019 a vu la création de 6 communes nouvelles résultant de fusions et portant le nombre de communes en Côte d'Or à 698 répartis sur 23 cantons

 

28 février 2019, des communes de Collonges-lès-Premières et Premières, qui a donné naissance à Collonges-et-Premières

28 février 2019, des communes de Crimolois et Neuilly-lès-Dijon, qui a donné naissance à Neuilly-Crimolois

1er janvier 2019, des communes de Longeault et Pluvault, qui a donné naissance à Longeault-Pluvault

1er janvier 2019, des communes de Flée et Bierre-lès-Semur qui a donné naissance à Le Val-Larrey

1er janvier 2019, des communes de Tart-l'Abbaye et Tart-le-Haut, qui a donné naissance à Tart

1er janvier 2019, des communes de Clémencey et Quemigny-Poisot, qui a donné naissance à Valforêt

 


13 février 2020

2014-2020 déjà 6 ans pour certains ou enfin la quille pour d’autres ! Les cérémonies de vœux 2020 ont été l’occasion de dresser des bilans, de ne pas parler des projets… ou le moins possible… temps de réserve oblige ! Bien sûr, il y a les petits mots laissant penser qu’on a choisi de repartir ou pas, mais sans ostentation, du moins au mois de janvier. Plus que jamais, ou signe du temps, les maires ont fait salle comble, de la petite pièce discrète de la salle des fêtes au Zenith, le public s’est pressé, a écouté, s’est ému (beaucoup) et a partagé buffet, galette et breuvages bourguignons. Alors la « TENDANCE » qu’est-ce qu’elle nous dit ?

 

Sur fond résiduel de canicule en 2019, d’inondations en 2016, de manque d’eau et de sécheresse, aux 4 points cardinaux de la Côte d’Or, les maires n’ont pas manqué d’évoquer le changement climatique, les problématiques environnementales et la préservation des ressources naturelles. L’eau, ce bien si précieux, est l’objet de toutes les attentions. Les maires en appellent à la sagesse, à l’économie et aux bons usages de cette ressource qui n’est pas inépuisable.

De tous les côtés, on se penche aussi sur un habitat ou des structures collectives à basse consommation d’énergie, à faible émission carbone grâce à des modes de chauffage respectueux de l’environnement en essayant de s’extraire des énergies fossiles pour les remplacer par le bois et ses dérivé… par exemple dans les chaufferies collectives. Des énergies douces et potentiellement renouvelables comme celle de l’éolien qui fait débat. Si les maires y voient un moyen d’engranger des subsides (volatiles par essence compte tenu de la durée de vie d’une éolienne) leurs administrés y voient une atteinte à leur environnement directe, une atteinte aux paysages… A suivre !

Autre préoccupation et non la moindre, la désaffection des services publics en milieu rural ! Ou comment préserver des services ou des guichets où le préposé voit en tout et pour tout 10 personnes par an pour un coût disproportionnel et/ou disproportionné et garder un service de proximité ? Des belles initiatives sont portées par les communes avec des relais possibles en développent des trésors d’ingéniosité. Un souci pour les habitants qui ne peuvent plus se rendre à la trésorerie pour déposer un paiement… Leuglay innove et c’est l’épicerie disposant d’un point « Française des jeux » qui peut faire le relais (pensez-y, c’est facile et ça facilite la vie de vos administrés).

Et, bien sûr, le sujet qui contrarie le plus les maires de communes rurales est la continuité des soins en milieu rural… des maires soutenus par le Conseil départemental et la Région pour créer des maisons pluridisciplinaires de santé. Et une idée qui commence à poindre, à l’instar du maire de Romorantin Lanthenay dans le Loir et Cher et qui fonctionne bien… Salarier des médecins généralistes dans les communes et mutualiser les sites de consultation des patients… C’est pas bête et c’est, visiblement attractif… A suivre !

C’était l’heure des bilans, ceux des réussites et des attentes. Des constats aussi partagés entre l’engagement sans faille et la lassitude des maires face à une professionnalisation chronophage, à la disponibilité H24 qui épuise dans les petites communes. Des convictions inaltérables dont aura eu raison le ras le bol !

Des petits mots et des grandes phrases AMBIANCE et TENDANCE !

Pour Patrick Molinoz, maire de Venarey-Les Laumes : « L’année 2019 restera un très bon cru pour notre ville…  Il ne peut pas y avoir de grand cru sans de grandes vendanges. Et de belles vendanges sans le travail du vigneron » une métaphore viticole pour résumer son troisième mandat au cours duquel il a estimé avoir tenu toutes ses promesses de campagne.

Pour Amandine Monard, à Alise-Sainte-Reine qui a mené a bien trois grands projets en 2019. Un leitmotiv pour le jeune maire « À l’heure où l’hyperactivité et la surinformation rythment notre quotidien, maintenir de la solidarité et le contact humain, à l’échelon d’une petite commune telle que la nôtre est, à mon sens, une composante essentielle de notre rôle d’élu ».

Toujours en haute Côte d’Or, Laurence Porte exprimait à Montbard, « Nous ne pourrons pas tout faire dans les 100 premiers jours. Ni dans les 1 000 premiers jours, ni pendant toute la durée de notre mandat, ni même peut-être pendant toute notre vie sur cette planète. Mais commençons ! » C’est par cette citation de John Fitzgerald Kennedy que le maire de la Cité de Buffon a donné le ton énergique d’un bilan propre à mettre en avant la baisse significative du très fort endettement de la commune.

Chez Catherine Sadon à Semur en Auxois, on a beaucoup parlé secteur sauvegardé et solidarité aux 500 personnes qui avait fait le déplacement. Une cérémonie qui a permis madame le maire de rappeler longuement les réalisations de l’année écoulée et les grands chantiers en cours. Notamment celui de la maison de santé, qui devrait ouvrir ses portes le 1er avril… Et ce n’est pas un poisson d’avril… avec 25 professionnels de santé. Trois associations ont été mises à l’honneur, les Amis de la collégiale, Alcool assistance et les Jeunes Sapeurs-pompiers.

A Châtillon-sur-Seine, avec Hubert Brigand, c’est le développement de l’Actipôle et du centre-ville qui fait recette et recettes ! « Sur la zone économique de Châtillon-sur-Seine, située route de Troyes, en douze ou treize ans, on a construit sur une trentaine d’hectares. 350 salariés travaillent sur la zone aujourd’hui. En plus d’entreprises locales, des enseignes nationales s’y installent, la dernière en date étant Action. D’année en année, l’Actipôle s’agrandit petit à petit. Et cette expansion n’est pas près de s’arrêter, au regard des travaux en cours ». Le problème de l’eau potable est revenu sur le tapis car la commune est un peu ric-rac au niveau de la quantité certaines années. La Ville de Châtillon-sur-Seine va ainsi collaborer avec la commune de Sainte-Colombe-sur-Seine car il y a une source en abondance qui permet aujourd’hui d’alimenter Sainte-Colombe-sur-Seine et qui demain pourra venir en secours à Châtillon-sur-Seine.

A Sombernon, Remi Garrot a regardé dans son rétro pour dresser le bilan, son dernier bilan… Nostalgie et émotion pour ses administrés face au départ d’un maire hyper actif et ingénieux qui a su donner à la commune un éclat et un fort rayonnement au cœur de l’Auxois Morvan, de la vallée de l’Ouche, à 15mn de la Métropole. « J’ai parlé de rétroviseur alors je citerai ici en premier lieu notre grande fête Sombernon dans le rétro II des 6 et 7 juillet où ce jour- là nous avons mis la moutarde à l’honneur : comme pour la première édition de 2016, ce fut une réussite totale : merci à tous ceux qui ont aidé sans oublier mes collègues de la troupe théâtrale… que de bons moments passés ensemble ! Vous avez compris que pour moi ces animations sont des lieux de rassemblement où tous les Sombernonnais peuvent se retrouver et donc mieux se connaitre ; ces manifestations sont indispensables si l’on souhaite conserver une cohésion entre les HabitantsJ’avoue que la MSP représente pour moi une des plus belles réalisations de mes mandats… Je souhaiterais également ce soir parler de tous les élus, de tous niveaux et qui m’ont accompagné sur mon « chemin d’élu » : je les remercie de leur accompagnement même si parfois je suis resté perplexe pour ne pas dire désabusé, face à des non prises de position, seule façon de contenter la plus grande partie de l’électorat. »

Du côté de la Saône, à Saint Jean de Losne, Marie Duparc constate « A notre grand étonnement et suite au voyage quelque peu tumultueux de l’année 2018, la traversée 2019, ne fut pas spécialement capricieuse, bien au contraire. Elle fut riche, bouillonnante voir débordante, poussée par des vents positifs. Une fois de plus, la barre fut maintenue, orientant toujours notre cap, suivant les besoins mais surtout nos moyens. Notre carnet de bord peut en témoigner A bord, il y a l’équipe certes mais une collaboration collective constructive est essentielle pour établir un bon itinéraire… La signature de la Charte Fluviale de territoire permettra d'analyser, organiser et développer la filière fluviale du pôle de Saint-Jean-de-Losne et la Formation Fluviale, qui se voit grandir avec la mise en place du Bac pro « matelot » en collaboration avec le Greta 21… ».

Entre Revitalisation de Territoire, dispositif porté collectivement afin de travailler sur l’habitat et la rénovation, la redynamisation économique des bourgs-centres, le renforcement des pôles de proximité, l’organisation des déplacements dans un souci d’équilibre territorial et de mobilité durable. Aménagement des centres bourgs, création d’espaces verts au cœur des communes, grands projets avec la création de la Cité des Vins à Beaune, la nouvelle exploration de la tombe princière de Vix en Pays Châtillonnais, la ré ouverture du Musée des Beaux-Arts  de Dijon, la création en novembre dernier du Parc national de forêts qui a vu la mobilisation énergique de nombreux maires, la Côte d’Or a le vent en poupe grâce aux élus, aux maires et aux habitants qui s’engagent pour la faire rayonner en local, certes, mais aussi à l’international et dans un but collectif celui du bien vivre !

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Une première fête des voisins très réussie à Recey-sur-Ource !
Musiques, bal folk, jeux d’extérieurs, maquillage pour enfants,...
Varois et Chaignot investit pour le bonheur de ses enfants... Et parents!
Vincent Delatte, maire de Varois et Chaignot, a inauguré en...
Les habitants de Marsannay-le-Bois inaugurent leur maison médicale
Christophe Monot, maire de Marsannay-le-Bois a invité les habitants de...
A l'inauguration d'une fresque, en traînant les pieds j'y suis allé !!! Mais ! Mais !
MAIS … J’AI EU LE PLAISIR de rencontrer, de découvrir,...
Catherine Louis et Charles Barrière, Conseillers Départementaux du Canton d'Is-sur-Tille présentent leurs voeux
Prés de 300 personnes, élus, responsables d'associations, chefs...
Quelle journée pour la commune de Saint-Marc-sur-Seine !
Vincent Chauvot, maire de Saint-Marc-sur-Seine, les adjoints, les élus,...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.