François Rebsamen connecté avec les Dijonnais.es

François Rebsamen connecté avec les Dijonnais.es

Info+ :

Attestation de déplacement dérogatoire et justificatif de déplacement professionnel  télécharger içi

Solidaires toujours mais #restezchezvous !
Partout des initiatives solidaires s'improvisent, se structurent pour venir en aide à ses voisins, à ceux qu'on ne connait pas, à ceux qui n'ont pas de toit au dessus de leur tête pour faire barrage au #coronavirus. Suivez notre rubrique et nos # et n'hésitez pas à nous informer de tout ce qui se s'organise autour de vous !
Envoyez-nous vos initiatives et témoignages içi

 

COVID-19

 

COVID-19

 


02 avril 2020

Ouverture des marchés, accueil des enfants, stationnement résidentiel, désinfection des rues de la ville, aides aux commerçants, ... François Rebsamen répondait aux questions des Dijonnais.es

Chères dijonnaises, chers dijonnais,

Quelques informations générales que je souhaite vous donner, avant de répondre, comme je m’y suis engagé, aux questions que vous m’avez posées, soit par Internet, soit par le PC OnDijon.

Tout d’abord, à propos des masques : je vous confirme que la ville a livré 10 000  masques  aux  33  EHPAD  de  la  métropole,  qu’ils  soient  publics, associatifs ou privés. Presque tous les directeurs nous ont remercié au nom de leur personnel dont je salue le dévouement exceptionnel.

Nous avons également, en lien avec la Région, passé commande d’un million de masques. Nous ne savons pas encore précisément quel jour nous serons livrés, mais la distribution sera organisée en fonction des besoins du personnel soignant, médical et médico-social, de manière prioritaire.

Concernant la situation économique : je suis interpellé par de nombreux responsables d’entreprises, restaurateurs et commerçants. L’inquiétude est très vive et je les comprends. Sébastien fait partie des internautes qui m’ont questionné sur ce point. C’est un sujet que j’ai évoqué samedi dernier en visio conférence avec les 30 maires des métropoles et grandes villes de France. Tout d’abord, si vous suivez l’information sur les grands médias, vous pouvez constater comme moi que manifestement, le dispositif national n’est pas encore calé.  Ce que nous savons, c’est que cette épidémie aura un coût extrêmement élevé et qu’une gestion à la fois très précise et fine devra être faite. J’ai entendu tout comme vous qu’un fonds de solidarité économique a été mis en place, que les entreprises ayant perdu 70% de leur chiffre d’affaire seraient aidées. Hier était annoncé que ce chiffre serait ramené à 50% pour mars et avril. La métropole, comme la Région, dispose d’une compétence économique : c’est pourquoi nous sommes associés à la conférence organisée par le Préfet avec les acteurs économique du territoire. Pour les commerçants qui sont concernés, je leur annonce : bien évidemment, les droits de terrasse, les droits d’enseigne, les droits d’étalage et de store donneront lieu à exonération pendant la période de crise, voire au-delà. Nous serons présents pour soutenir tous nos acteurs économiques locaux et les accompagner dans la reprise. Pour ce qui concerne les aides aux entreprises, nous agirons, probablement pour abonder le dispositif de solidarité mis en place par l’Etat. Je suis personnellement en contact étroit avec le président de la CPME de la Côte d’Or et celui de la Région, le MEDEF, les chambres consulaires dont le Président de la CCI. Les banques auront un rôle très important à jouer. Elles ont bénéficié de la solidarité nationale et internationale  lors  de  la  crise  de  2009 ;  les  PME  et  les citoyens ne comprendraient pas qu’elles ne soient pas à la hauteur de ce rendez-vous historique pour soutenir toutes les PME, toutes les unités économiques locales dont l’activité est sur notre territoire, qui jouent le jeu de l’économie locale et se retrouvent en grande difficulté.

Le troisième point concerne l’accueil des enfants des personnels dont la présence est capitale pour le fonctionnement de notre système de santé, et des services indispensables à la population. L’accueil des enfants du personnel soignant fonctionne bien, y compris pour la restauration, l péri- scolaire et les week-ends. Je suis satisfait de la possiiblité qui nous est désormais donnée d’accueillir également - lorsque les familles n’ont pas d’autre possibilité de garde - les enfants des pompiers et de la police nationale, j’y ajoute naturellement la police municipale.

Je sais que le principe du confinement doit être extrêment strict. Mais il me semblerait juste de pouvoir également accueillir - encore une fois pour ceux, peu nombreux, qui ne peuvent faire autrement - les enfants des caissière, et des caissiers, ou des éboueurs, des conducteurs de tram, c’est-à-dire ceux dont la présence est véritablement requise sur le terrain, pour assurer la subsistance de la population et les fonctions sanitaires indispensables. J’évoquerai ce sujet avec le Préfet.

Je suis également favorable à accueillir au cas par cas les enfants des personnels soignants d’autres communes de la métropole, à condition que les maires en fassent la demande. Je sais que certains ont les plus grandes difficultés à faire assurer un service de cantine ou de péri-scolaire. Cette solidarité métropolitaine va de soi pour Dijon.

J’en viens à vos questions, qui sont nombreuses et extrêmement significatives des préoccupations que nous avons tous. Je les prends par thématique. Je me permettrai d’appeler par leur prénom ceux qui m’ont interrogé, n’y voyez pas de familiarité mais seulement une intention de respecter une certaine confidentialité d’identité.

Je commence avec une série de question sur le commerce, il y en a beacoup, preuve que c’est sans doute l’une des questions les plus complexes à appréhender dans cette période.

-    Karine,  m’interroge  tout  d’abord  sur  le  refus  qu’elle  a  reçu  d’un commerçant d’entrer dans sa boutique avec son enfant, n’ayant pas la possibilité de le laisser seul à la maison. Anne m’a également posé une question en ce sens. Je crois qu’il faut être sérieux ; l’application stricte du respect des distances de sécurité sanitaire ne peut s’exonérer du bon sens. Laisser un enfant en bas âge seul à la maison, c’est prendre le risque d’accidents domestiques. Si le bon sens ne revient pas chez son commerçant habituel, je ne peux que lui conseiller d’aller chez un autre commerçant le plus proche qui, comme l’immense majorité, fait preuve du discernement élémentaire. Le CCAS peut égalemment vous fournir, si besoin, une liste de commerçants qui livrent. Dans certains endroits, les délais de livraison s’allongent, mais pas partout. Si besoin, appelez OnDijon et quelqu’un prendra contact pour aller faire vos courses à votre place.

-    Christophe me demande s’il est normal que les épiceries de nuit restent ouvertes : certaines enseignes ouvrent effectivement jusqu’à minuit. Le gouvernement a été informé de ce phénomène qui touche plusieurs villes, nous en avons parlé avec mes collègues maires. Il est question que l’Etat prenne des mesures pour la fermeture des commerces alimentaires à 21h. Si des rassemblements sont constatés devant les épiceries de nuit, si besoin, je prendrai mes propres responsabilités. Dans le respect de la loi bien sûr.

-    Bernadette,  avec  beaucoup  de  véhémence,  et  beaucoup  de  points d’exclamations, me demande comment j’ai pu être irresponsable au point de laisser le marché des halles ouvert. Ce sujet déchaine des passions, cela prouve votre attachement aux Halles. La réponse est claire : les marchés des Halles et des Grésilles, uniquement pour les commerces alimentaires, sont ouverts parce que, au regard de la densité des habitants alentours, il n’y a pas suffisamment de possibilité de s’approvisonner en produits frais en dehors des marchés. J’assume cette décision prise en accord avec le Préfet. Je ne suis pas le seul maire de France a avoir pris une décision de ce type. Aux Halles, des mesures strictes ont été prises : une seule entrée et une seule sortie avec un sens de circulation, un comptage à l’entrée. Les commerçants portent des gants et presque tous des masques. Le gel est distribué à l’entrée des sanitaires. Par contre, pour répondre à Dominique, non il n’est pas possible de vendre à l’extérieur du marché et nous avons été contraint de limiter le périmètre du marché, y compris pour des questions de surveillance. Maintenir plus de 20 commerçants à l’extérieur, en plus de l’intérieur, aurait mobilisé des moyens humains trop importants dans une période où nous devons tous économiser nos forces. Ceux qui étaient installés à l’extérieur se sont vus proposer d’être à l’intérieur, certains l’ont acceptés. Je me suis rendu personnellement au marché pour mesurer la situation, et je n’ai pas constaté de difficulté.

Je note, sur le sujet des marchés, que le gouvernement a changé de doctrine. Après une interdiction stricte, il a autorisé la réouverture des petits marchés de moins de 10 commerces alimentaires. Cela me permet de vous annoncer la réouverture du marché du Port du canal, et peut-être de Fontaine d’Ouche, selon le nombre de commerçants alimentaires présents.

-    Gérard  me  questionne  sur  les  livraisons  Internet  qui  voient  se multiplier les va et vient des livreurs. J’observe le même phénomène que lui et je vois bien que le e-commerce se démultiplie alors que nos commerçants sont fermés. Sachez le, si ce e-commerce se conforme aux prescriptioins sanitaires édictées par l’Etat, je n’ai pas la possibilité de l’empêcher.

-    Chloé me demander si les jardineries peuvent livrer des plantes à domicile :  la  réponse  est  « oui »,  à  condition  qu’elle  trouve  une jardinerie offrant se service. La Préfecture m’a confirmé ce matin que les livreurs font partie des professions autorisées. Je voulais aussi vous dire que je soutiens la demande faite par une Députée de la Côte d’Or d’une possibilité d’ouverture des rayons semences des jardineries pour permettre les semis et plantations de printemps dans les jardins.

-    Sophie     me     questionne     sur     le     stationnement     résidentiel : naturellement, l’abonnement mensuel pour stationnement résidentiel ne sera pas prélevé pendant la période du confinement. J’en profite pour rappeler que le stationnement est gratuit de fait, puisque j’ai donné consigne qu’il ne soit procédé à aucune verbalisation de stationnement, hormis, naturellement, pour stationnement gênant ou en zone piétone qui demeure strictement interdit.

-    Marie me demande ce qui est fait pour les SDF, elle n’est pas la seule.

Tout d’abord, la mise à l’abri des SDF relève de l’Etat, et de la direction de la cohésion sociale. Mais chaque fois que c’est nécessaire, nous venons en appui. C’est la ville qui a fourni des masques au personnel du foyer Sadi Carnot géré par l’ADEFO sous la responsabiilité de l’Etat. Je remercie à l’occasion de cette question toutes les associations, que nous soutenons financièrement dans leur mission auprès des personnes sans domicile fixe, qui sont très exposées. J’ajoute que nous avons demandé à la société Decaux de rouvrir les sanitaires, par commodité humanitaire pour les personnes sans domicile fixe.

-    Etienne me demande quelle place sera donnée à l’activité physique dans le prochain mandat. Il m’interroge égalemnet sur les dépôts sauvages qu’il a constatés. A la première partie de sa question, ma réponse est simple. Nous sommes en période de crise. Je m’interdis strictement d’évoquer le prochain mandat tant que le 2nd tour des élections municipales n’est pas passé, probablement en juin.

Pour ce qui concerne les dépôts sauvages, j’en ai constaté quelques uns tout comme lui. Etienne, je vous rappelle le numéro vert gratuit de OnDijon : 0 800 21 3000, qui vous permet un signalement. Les agents de Dijon métropole ou du délégataire de service public pourront intervenir.

-    Romain me demande si les agents municipaux qui sont en première ligne auront droit à des primes et Sophie, animatrice en CDD à la ville, me demande si elle sera payée en mars et en avril. A Sophie, je réponds que sa paie de mars doit déjà être sur son compte bancaire à l’heure qu’il est, et que celle d’avril sera bien versée en avril, sur la base du montant moyen des 3 derniers mois. Elle peut donc être rassurée. Concernant   la   prime :   peut-être   Romain   est-il   lui-même   agent municipal… ? Ce sujet sera de toutes façons discuté en temps utile à la fois au niveau national et au niveau local avec les organisations syndicales représentatives du personnel.

-    Angélique, qui travaille dans un hôtel, s’interrloge  sur le chômage partiel et la perte de revenus qui ne lui permettra pas de payer ses charges. Le mécanisme de chômage partiel lui permettra de percevoir 82% de son salaire. Je sais que certaines entreprises, lorsqu’elles le peuvent, complètent. Si elle est en difficulté, elle peut contacter le CCAS de la ville de Dijon.

-    Fathia me demande si nous allons désinfecter la ville et si nous avons augmenté les effectifs de la police municipale. Sachez pour commencer que l’entretien et le nettoyage de la ville continue, grâce au personnel. La propreté doit être maintenue : Dijon est propre. Certaines villes ont nettoyé les rues à l’eau de Javel, je n’y suis pas favorable, ce sont des pollutions qui se retrouvent dans notre réseau, dans nos rivières et dans la mer. Selon, moi, ça n’est pas le moment. Le Directeur général de la santé a demandé l’avis du Haut conseil de santé publique, à la fois sur la question de l’efficacité des procédés de désinfection, et sur leur nocivité. Attendons.

Pour  les  effectifs  de  la  police  municipale :  nous  sommes  toujours, malgré le confinement, en processus de recrutement. Je remercie les agents de la tranquillité publique et leur directeur, qui sont présents par équipes sur toute la ville. Aux côtés de la police nationale, sur instruction du ministre de l’Intérieur, ils assurent également le respect du confinement et la verbalisation des contrevenants.

-    Romain me questionne sur le couvre-feu. Quelques rares maires l’ont fait, notamment dans le sud de la France où les problèmes de délinquance sont beaucoup plus aigus qu’ici. J’en ai discuté avec tous mes collègues maires des métropoles et grandes villes, puis avec le Préfet et les maires de Chenôve, Longvic, Quetigny et Talant et nous avons décidé d’un commun accord que ça n’était pas nécessaire, pour le moment. Mais s’il le fallait, je n’ai pas d’opposition de principe.

-    Guy  s’inquiète  des  consultations  médicales  non  urgentes  qui  se poursuivent dans son immeuble. Si c’est effectivement le cas, ça nest pas normal. Je lui conseille de saisir son syndic, et de s’adresser à l’Ordre des médecins

-    Ali me questionne sur le calcul des APL. Sur ce sujet, je n’ai pas encore de réponse à apporter. Nous attendons des informations de la CAF, qui vous seront données dès que nous les aurons.

-    Ophélie me demande si l’école reprendra le 4 mai après les congés scolaires de printemps : hélas, je suis incapable de lui dire à cet instant.. Mais la probabilité me semble faible.

Plusieurs questions sur la facturation des services municipaux :

-    Emilie   m’interroge   sur   les   tarifs   municipaux   pour   les   activités sportives. Y aura-t-il des réduction spour les jours de non pratique ? Oui, bien sûr. Toutes les dispositions sont prises pour qu’il n’y ai pas de facturation de services pendant la période du confinement. Nous avons stoppé les prélèvements. Nous avons suspendu les factures de restauration scolaire de janvier qui devaient normalement arriver en mars, pour que les familles ne soient pas, pendant la période du confinement, obligées de faire face à des dépenses si leurs ressources sont amoindries.

-    Hélène nous demande quels seront les tarifs pour la garde d’enfant des soignants le mercredi et les week-end : la réponse est simple. L’école est gratuite, et le péri-scolaire sera gratuit, tout comme les repas.

-    J’en profite pour dire à Ophélie que les centres de Loisirs seront fermés pendant les vacances de Pâques, nous ne sommes pas autorisés à les ouvrir.

-    Anne-Claire m’interroge sur le retrait de son passeport dont elle a besoin en juin. Chère Anne-Claire, je comprends votre impatience à voyager, mais je crains qu’il ne soit trop tôt pour vous répondre..

Trois questions d’ordre médical, que je regroupe :

-    Sébastien me demande combien de personnes sont admises à l’hôpital et combien peuvent rentrer chez elles. Je vous donne les informations dont je dispose à l’échelle de la Région : au 31 mars, 915 patient sont hospitalisés dont 212 en réanimation. On déplore 220 décès en établissement  de  santé,  auxquels  il  faudra  malheureusement  sans doute ajouter des décès en EHPAD ou à domicile, qui ne sont pas comptabilisés pour l’instant. 675 patients sont sortis d’hospitalisation. Ceci est à comparer au fait que la Région compte 2,8 millions d’habitants. Au fur et à mesure que les jours passent, nous avons, forcément, de plus en plus de personnes touchées dans nos entourages. La plupart, c’est important de le garder à l’esprit, guérissent et guériront.

-    Georges nous demande si le CHU de Dijon va proposer le protocole de chloroquine du professeur Raoult. La réponse est :   pas   à   ma connaissance. Le CHU, dont je préside le conseil de surveillance, est centre d’essais pour des protocoles de soins.

A propos de ces 2 questions, je veux préciser que les informations et données plus précises relèvent des autorités sanitaires et des professionnels de santé. Ca n’est pas le rôle du maire de se prononcer sur les questions médicales, je ne vais pas plus loin.

-    Chrystel me demande s’il existe un dentiste de garde ? Oui, il existe un système de permanence d’urgence organisé comme dans toute la France, par l’Ordre des chirurgiens dentistes en 4 zones sur la Côte d’Or. Vous pouvez vous adresser à votre chirugien dentiste qui, normalement, relaie l’information des gardes d’urgence.

-    Ophélie me demande où l’on doit se promener si on habite Fontaine d’Ouche, et Louis me fait part de verbalisations qu’il considère comme abusives, dans ce secteur. A Ohpélie, je conseiller le bord du Canal, si cela n’est pas trop éloigné de chez elle et en gardant ses distances avec d’autres promeneurs. Ca n’est pas toujours facile, selon les heures. Je confirme que la police nationale et municipales sont habilitées à verbaliser, et que les promenades ne sont autorisées que dans un rayon très proche du domicile. Il faut être muni d’une attestation de déplacements, et je me permets de conseiller d’avoir avec soi ses papiers d’identité prouvant l’adresse à laquelle on habite.

Voilà ! J’ai été un peu long, je vous prie de m’en excuser. Mais j’ai voulu répondre de manière aussi précise que possible

A travers vos questions, toutes les thématiques n’ont pas été abordées, loin de là mais nous avons fait un bon tour d’horizon. J’évoquerai d’autres points lors de ma prochaine intervention dans quelques jours, et s’il y a d’autres questions, j’y répondrai.

J’aimerais conclure avec un message au sujet de personnes isolées : je veux saluer le travail du CCAS, de la Maison des Seniors, de l’OPAD, de la Banque alimentaire, d’Episourire, des Resto du Cœur, du Secours catholique et de toutes les assocations qui œuvrent pour la solidarité, contre l’isolement. La ville distribue près de 500 repas par jour aux personnes isolées. Et enfin, saluer une initiative très originale de la bibliothèque municipale qui a mis en place une service de « convivialité téléphonique à destination de toutes les personnes âgées abonnées à la bibliothèque municipale et qui ont mentionné n’avoir pas d’adresse Internet. Il s’agit de prendre des nouvelles, de créer une conversation et du lien, pourquoi pas autour de la lecteure.

Près de 1 000 dijonnais sont ainsi appelés au téléphone régulièrement. Vous aussi, si vous souhaitez être appelés, c’est facile, faites-vous connaitre auprès de OnDijon.

Mes chers administrés, nous sommes entrés dans la 3ème semaine de confinement. Ne perdons pas confiance. Ne perdons pas le sens du vivre ensemble et de la solidarité qui fait notre force. Le service public municipal et métropolitain, plus que jamais, est à vos côtés. Et le restera.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

L'association des chinois de Dijon offre 20 000 masques à la ville de Dijon
Alors que la ville de Dijon est dans l'attente des masques commandés...
#Covid19 #solidarite à Is sur Tille
Le CCAS de la ville d’Is-sur-Tille propose de faire les courses...
#Covid19 #solidarite avec les sans abris
Tout le monde n'a pas le droit au confinement alors la famille Bouchard...
#Covid19 #solidarite : Coronavirus, et si on s'organisait entre voisins autour du quartier Montchapet
François-Xavier Dugourd et Danielle Darfeuille lançent une...
#Covid19 #solidarite : Les ambulanciers sollicitent l'aide de tous dans leur lutte contre le Covid-19
Maillon indispensable de la chaîne des secours et des soins, les...
#Covid19 #solidarite : Vous galérez pour faire vos courses ? Le CCAS de la ville de Dijon vous donne des solutions
De la dérogation de déplacement aux livraisons à domicile,...
François Rebsamen ferme les marchés de Fontaine d'Ouche et du Port du Canal.
Les mesures restrictives prises par la ville de Dijon pour faire face à...
#Covid19 #solidarite : La Communauté de communes du Pays Châtillonnais accompagne la population
Coronavirus, le Centre Socioculturel et de Loisirs (CSCL) et le Contrat Local...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.