Inauguration de la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENS

Inauguration de la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENS

Info+ :

> Le réservoir de Cercey se trouve sur la commune de Thoisy-le-Désert (Canton d’Arnay-le-Duc) et son terrain, d’une superficie de 61, 22 hectares, est propriété de l’Etat, dont la gestion a été délégué à Voies Navigables de France.

> Situé dans un environnement bocager préservé, entouré de prairies patûrées bordées de haies, d’arbres champêtres et de bosquets, c’est un plan d’eau très riche en biodiversité aquatique, aviaire et florale qui mêle boisement humide et marais matérialisé par des ceintures exondées.

> Ce site exceptionnel, accueille 60% des espèces d’oiseaux migrateurs recensées à l’inventaire départemental, ainsi que de nombreux oiseaux d’eau et patrimoniaux dont il est l’un des principaux sites de nidification. Les espèces d’oiseaux emblématiques pouvant être rencontrées sont :

 

ENS Cercey

 

> C’est également une frayère naturelle de brochets, inscrite sur la liste rouge France

>C’est enfin un réservoir botanique exceptionnel, en lien avec la diversité des milieux humides et bocagers rencontrés. Les espèces de plantes emblématiques, dont la présence en Côte-d’Or n’a été relevée qu’à Cercey sont :

 

labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENS

 

labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENS

 

> Financements du projet :

Conception (en lien avec la LPO) : 14.500 € (CD 21 : 20 % ; AESN : 80 %)

Aménagement (en lien avec VNF) : 11.270 € (CD 21 : 50% ; AESN : 50%)

Total : 25.770 €, dont 8.535 € de financement départemental

> Budget ENS : 1.199.227 € engagés depuis 2018, soit un budget annuel d’environ 400.000 €

 


28 septembre 2020

L’inauguration de l’Espace Naturel Sensible de Cercey s’inscrit dans le cadre de deux événements, son classement depuis le 11 mai 2020, dans la liste des Espaces Naturels Sensibles, la fin des travaux d’installation du sentier d’interprétation, composé de 8 pupitres et qui permettra la découverte de la faune avicole hivernante et migratoire, ainsi que sa fonction de réservoir du Canal de Bourgogne.

 

la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible.
Inauguration de l’aire d’accueil de l’Espace Naturel Sensible (ENS) du réservoir de Cercey.

François SAUVADET, ancien ministre, Président du Conseil départemental de Côte-d’Or, Virginie PUCELLE, Directrice-adjointe de Voies Navigables de France Centre-Bourgogne, Jacques CARDIS, membre de la Ligue pour la Protection des Oiseaux de Côte-d’Or et Saône-et-Loire, Michel EMERY, Conseiller municipal de Thoisy-le-Désert, Dominique GIRARD, Vice-président du Conseil départemental de Côte-d’Or en charge de la politique environnementale, Michel RAFFEAU, Vice-président de la Communauté de Communes de Pouilly-Bligny, maire de Commarin ont inauguré la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible.

 Michel EMERY, Conseiller municipal de Thoisy-le-Désert

Michel EMERY, conseiller municipal de Thoisy-le-Désert

"La commune de Thoisy-le-Désert tout entière a poussé ce projet d'Espace naturel sensible. Nous avons porté ce projet epuis 4 ansq et sommes particulièrement fiers qu'io ait pu aboutir. La commune, qui compte 207 habitants, a réellement une vraie préoccupation et une sensibilité environnementales. Merci au Conseil départemental et ses services, V.N.F. la L.P.O. qui ont participé avec la commune à rendre ce projet sensible."

 François SAUVADET, ancien ministre, Président du Conseil départemental de Côte-d’Or,

François SAUVADET, ancien ministre, Président du Conseil départemental de Côte-d’Or,

"Le réservoir de Cercey est le 9ème site classé Espace Naturel Sensible de Côte-d’Or depuis le 11 mai 2020. Il est le dernier né des Espaces Naturels Sensibles labellisé par notre Département depuis huit ans. Situé sur le territoire de la commune de Thoisy-le-Désert, il fait partie de l’ensemble des réservoirs servant à l’alimentation du Canal de Bourgogne et dont le plus important est le réservoir de Grobois-en-Montagne.

Espace Naturel Sensible (ENS) du réservoir de Cercey.

Le précieux et méticuleux travail de recensement et d’expertise naturaliste effectué par la Ligue Protectrice des Oiseaux de Côte-d’Or et Sâone-et-Loire nous a conduit à prendre conscience de la richesse exceptionnelle et du potentiel stratégique de ce site tant pour les populations d’oiseaux migrateurs (26 espèces répertoriées, soit 60% du recensement des espèces migratrices du département), que pour des espèces « patrimoniales » aquatiques ou non (Pic épeichette, mésange boréale, Fuligule Milouin ou Sarcelle d’hiver).

C’est cette prise de conscience, à laquelle s’ajoute la richesse tout aussi exceptionnelle de la flore locale et des diversités de paysages emblématiques de la Côte-d’Or, rencontrés sur ce site (paysage de bocage, plaines de patures, boisement humide et marais de ceinture exondée), qui nous a conduits à classer ce site, le seul du secteur Auxois-Pays d’Arnay.

Afin de mettre en valeur cet espace et de permettre au plus grand nombre d’en apprécier l’intérêt et la richesse, le Département en collaboration avec VNF et la LPO a procédé à l’installation d’un cheminement piéton, ponctué de 8 pupitres explicatifs. VNF et la LPO ayant respectivement collaboré pour l’installation de panneaux indiquant le fonctionnement et la vocation hydraulique de l’ouvrage, ainsi que sur la faune aviaire qui fréquente le réservoir.

Espace Naturel Sensible (ENS) du réservoir de Cercey.

Ce sont donc 27.770 €, dont 8.535 € de subventions départementales qui ont été investis dans ce projet, grâce à la participation de VNF et de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie qui a contribué à la conception du projet à hauteur de 80%.

Dans un département très étendu comme la Côte-d’Or (superficie de 8.763 km², le 5ème de France) la préservation du patrimoine naturel et paysager est un sujet sérieux.

Certains de nos territoires  remplissent des missions écologiques indispensables au maintien des milieux et des espèces animales et végétales remarquables. Je pense notamment aux zones humides, qui permettent d’atténuer les effets des crues et qui sont de véritables puits de carbone, permettant d’atténuer les effets du changement climatique.

C’est dans ce contexte que nous avons adopté en 2018, un Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles et de la Biodiversité, pour la période 2018-2025 qui repose sur des principes clairs, pour conduire une politique cohérente et fédératrice : préserver la faune et la flore, les habitats naturels et les paysages patrimoniaux de Côte-d’Or dans une démarche concertée avec les partenaires.

C’est ce plan qui nous permet de mobiliser, comme ici aujourd’hui à Cercey, les acteurs de terrain, à sensibiliser les habitants et à poursuivre la labellisation des 9 ENS que compte la Côte-d’Or car nous sommes responsables de leur définition.

Nous attribuons en effet un « label » et nous vérifions régulièrement le respect des enjeux définis dans le SDENS. Nous apportons ensuite aux acteurs du programme une assistance administrative, technique et scientifique, notamment dans la phase de création de l’ENS.

Notre grille d’évaluation repose sur 3 critères qui traduisent clairement nos objectifs, 
Intérêt écologique
Potentialité du site en matière d’aménagement et de valorisation
Intérêt paysager

Ce sont ces critères qui nous permettent de repérer et de prioriser les sites qui abritent des habitats, une faune et une flore remarquable, c’était le cas du réservoir de Cercey. 
Au total, le Département a mobilisé plus de 1.200.000 € depuis 2018 dans le cadre du SDENS, soit un budget de plus de 400.000 € annuels environ.

Préserver ne suffit pas, il faut pérenniser cet effort à travers la transmission. Or comme l’a démontré notre enquête auprès des 24.000 collégiens de Côte-d’Or en 2019, plus de 90 % d’entre eux juge la préservation de l’environnement comme un enjeu majeur.
C’est tout le sens de l’action du Département afin de sensibiliser et de faire mieux découvrir les joyaux de biodiversité que sont nos 9 ENS :
- réalisation de projets pédagogiques de sensibilisation au patrimoine naturel pour les collégiens, en lien avec les enseignants : 24.163 € (CD 21 : 100%)
- réalisation d’un catalogue de « sorties natures » développées en collaboration avec 12 partenaires spécialisés dans l’éducation à l’environnement. Ce sont donc 50 sorties proposées au public pour découvrir nos ENS : 22.760 € (CD 21 : 100 %)

Inauguration de la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENS

Pour conclure, je rappellerai que ce projet s’inscrit dans une démarche plus large, celle d’une meilleure gestion de la ressource en eau.
Avec les épisodes de sécheresse qui se répètent chaque année et qui sont de plus en plus long, l’eau devient rare et précieuse.
Notre département, tête de bassin de 3 des principaux bassins versants du pays, a donc décidé de prendre les choses en main en se dotant d’une Stratégie Départementale de l’Eau pour la période 2019-2024, de façon à identifier toutes les ressources d’intérêt stratégique départemental, afin de pouvoir garantir, quoi qu’il arrive, une eau sûre, de qualité et à un tarif abordable, pour tous les habitants de la Côte-d’Or, ainsi que pour tous les usages. Cet objectif sera associé à la mobilisation de ces ressources, à leur protection et aux efforts à consentir en matière de sobriété.

Pour cela, le Département porte, entre autre, une étude de maîtrise d’œuvre pour la mise en production d’une ressource stratégique majeure, constituée par un autre réservoir, celui de Grobois-en-Montagne.

Dans un soucis de transparence, sachez que le cahier des charges pour la consultation en vue du recrutement d’un maître d’œuvre a été élaboré et adressé à l’ensemble des acteurs concernés, contrairement à ce que j’ai peu entendre parfois en session de l’Assemblée départementale, et qui auront vocation à intégrer le Comité de Pilotage de suivi de ce projet :

- les 3 agences de l’eau : Seine-Normandie, Rhône-Méditerrannée-Corse, Loire-Bretagne
- la DDT
- l’ARS
- VNF
- La Chambre d’Agriculture de Côte-d’Or
- La Région Bourgogne-Franche-Comté
- Les communes et communautés de communes compétentes
- Les syndicats des eaux du secteur concerné
-Les Commissions Locales de l’Eau  et syndicats de rivières

Suite à cette large concertation, la consultation visant à recruter un bureau d’études est en cours.

Enfin, après plusieurs rencontres entre les services du Département, de la Région et de VNF, un projet de Protocole de Partenariat sur ce projet est en cours d’élaboration. Il aura pour objet de formaliser les objectifs et les engagements des partenaires, dans le cadre du projet de mobilisation de la ressource en eau du réservoir de Grobois.

Le Département prendra ses responsabilités sur ce dossier de l’eau car la question de l’eau c’est le grand défi qui s’ouvre devant nous et qui est déjà présent depuis plusieurs années. Comme le disait Albert CAMUS : « La vraie générosité envers l’avenir, consiste à tout donner au présent », la préservation de la ressource en eau est et restera notre priorité au Département de la Côte-d’Or car il en va de notre devoir en tant que chef de file des solidarités humaines et territoriales.

Je vous remercie."

 

 Virginie Pucelle, Directrice adjointe chez VNF

Virginie Pucelle, Directrice adjointe chez VNF

"Je suis très heureuse de vous accueillir aujourd’hui sur le barrage de de Cercey, géré par Voies navigables de France. Je suis très heureuse à plusieurs titres. Le principal, c’est peut-être de vous faire découvrir VNF sous une autre facette que celle du simple gestionnaire d’infrastructure qu’on lui attribue bien souvent. Au-delà d’être gestionnaire des voies navigables en France, nous sommes avant tout un établissement public qui porte deux enjeux complémentaires qui sont le transport et le tourisme autour de 3 missions qui sont essentielles et aussi fondamentales les unes que les autres :

La première, c’est de gérer de l’eau.
Nous sommes effectivement un acteur majeur de la gestion de l’eau en France (à travers à travers des systèmes alimentaires, des barrages-réservoirs, des rigoles d’alimentation, des canaux artificiels, des rivières navigables). 

Vous l’évoquiez toute à l’heure M. le Président, c’est une ressource qui va être de plus en plus rare. Nous avons des exigences de plus en plus importantes au sein de VNF pour gérer cette ressource du mieux possible d’un point de vue quantitatif comme qualitatif. Sachez que nous avons un programme d’instrumentation de notre réseau pour avoir le suivi le plus fin possible de cette ressource. Ces programmes représentent des investissements importants pour l’établissement mais aussi une évolution interne dans l’optimisation de nos méthodes d’exploitation.
Nous serons présents, aux côtés des collectivités et des acteurs de l’eau, pour mieux optimiser cette ressource.

La deuxième mission essentielle, c’est la promotion de la logistique fluviale.
Sur les grands axes, à grand gabarit, comme la Seine, le Rhône, le Rhin… mais pas que : dans la région, nous avons des forts enjeux de transport de granulats et de céréales, notamment sur la rivière Yonne. Nous avons aussi de plus en plus d’enjeux liés à la logistique fluviale urbaine, y compris sur des canaux à petit gabarit.

Troisième mission, qui nous rassemble aujourd’hui : il s’agit de concourir à l’aménagement des territoires à travers ce réseau de voies navigables que nous gérons. Nous concourons, à vos côtés, et en tant que partenaire, à l’aménagement du territoire.
La protection de la biodiversité fait partie de l’ADN de l’établissement : elle est inscrite dans la loi de 2012 qui a créé l’établissement tel qu’il est aujourd’hui.

J’espère qu’à travers toutes ces facettes, vous aurez une image renouvelée de l’établissement au-delà du simple rôle de gestionnaire d’infrastructures auquel nous sommes souvent cantonnés.

Espace Naturel Sensible (ENS) du réservoir de Cercey.

Si nous zoomons maintenant un peu sur Cercey. Nous disons souvent dans la région que nous sommes au sommet du monde, mais nous sommes aussi au sommet de VNF, à 385 mètres d’altitude. Il se partage, à quelques centimètres près, la place avec le réservoir du Tillot. J’ai vérifié : le barrage de Saint-Ferréol, sur le canal du Midi, est 50 mètres en dessous. Le barrage de Cercey est, avec ses 5 compères que sont Grosbois, le Tillot, Panthier, Chazilly et Pont-et-Massène, l’un des 6 barrages-réservoirs qui servent à l’alimentation en eau du canal de Bourgogne. Le barrage de Cercey, construit au XIXème siècle, en 1836 plus précisément, a une capacité de stockage de 2,6 millions de mètre cube. Grâce à ce barrage artificiel, et les 5 autres barrages sur le canal de Bourgogne, on voit que la main de l’homme a façonné la nature et les paysages. C’est aujourd’hui irréversible et nous nous devons, en partenariat, d’en tirer toutes les richesses.

Nous sommes ici au cœur d’un écosystème très riche. La protection de la biodiversité, je vous le disais, est au cœur de l’ADN de VNF. Depuis plusieurs années déjà, nous avons déjà en terme d’exploitation une politique d’usage de 0 produit phytosanitaire. Nous faisons des expérimentations d’entretien d’éco-pâturage. Il y a d’ailleurs eu une expérimentation cet été sur le barrage de Cercey.

Ces démarches partenariales, comme aujourd’hui la labellisation du site en espace naturel sensible, va aussi nous aider à faire évoluer nos pratiques internes pour avoir une exploitation la plus bienveillante possible pour la biodiversité. Dès qu’il y a de l’eau, il y a de la vie : nous sommes aussi gestionnaire d’un patrimoine vivant. La labellisation en ENS, je ne la vois pas comme une « mise sous cloche » ; au contraire c’est réfléchir à comment optimiser au mieux, comment unir nos compétences pour développer et préserver cette biodiversité. Ce qui est intéressant ici à Cercey, c’est que l’exploitation même du barrage, avec des niveaux hauts et des niveaux plus bas – le marnage en fait du plan d’eau – est l’une des principales raisons de cette biodiversité riche. Donc surtout ne changeons rien ! C’est grâce à ce marnage, au fait qu’on va utiliser l’eau pour alimenter le canal, et donc jouer sur son niveau, que cette biodiversité riche a pu voir le jour.

Encore une fois, je remercie du fond du cœur les différents partenaires car c’est ce qui nous aide à améliorer nos pratiques et surtout ça nous aide à poursuivre notre évolution culturelle interne et externe de l’établissement."

Inauguration de la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENSInauguration de la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENSInauguration de la labellisation du réservoir de Cercey en espace naturel sensible ENS

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Session du Conseil Départemental de la Côte-d'Or du lundi 18 octobre
L’Assemblée départementale s'est réunie lundi 18...
Participez à la révision du SCOT !
La Communauté d’Agglomération de Beaune Côte et Sud...
Favoriser le retour à l'emploi : une ambition partagée avec le Gouvernement, qui fait ses preuves en Côte-d'Or
François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de...
Une Semaine Bleue pour informer les Côte-d'Oriens sur le maintien à domicile et l'hébergement des personnes agées.
Initiative nationale, La Semaine Bleue est consacrée aux...
Le CAUE renouvelle son conseil d'administration ainsi que sa présidence
Le Conseil d'Administration du Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de...
François Sauvadet remet la médaille d'honneur du Département à Léa Ferney
François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de...
Prévention et protection de l'enfance. L'action du Département reconnue et encouragée par l'Etat
François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de...
Entrevoir l'avenir de Chenôve
Avec la démolition du centre commercial Saint-Exupéry en 2019, la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.