Dijon métropole lance le chantier de production d'hydrogène vert

 Dijon métropole lance le chantier de production d'hydrogène vert

Info+ :

À propos des partenaires industriels du projet :

À propos de Rougeot Energie
Rougeot Energie, pôle dédié à la transition énergétique du groupe de BTP éponyme, a pour mission d’accompagner les territoires et les acteurs privés dans leurs projets hydrogène. Ses équipes prennent en charge la totalité d’un projet hydrogène en assurant l’ingénierie, la coordination, la maîtrise d’oeuvre jusqu’à sa réalisation. www.rougeot-energie.com

À propos de Storengy
Storengy, filiale d’ENGIE, est l’un des leaders mondiaux dans le stockage souterrain de gaz naturel. Fort de 70 ans d’expérience, Storengy conçoit, développe et exploite des installations de stockage, et offre à ses clients des produits innovants. L’entreprise dispose de 21 sites de stockage de gaz naturel, totalisant une capacité de 136 TWh en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Storengy se positionne aujourd’hui comme un acteur-clé dans le développement de la géothermie (production de chaleur ou de froid et production d’électricité) et de solutions novatrices de production et de stockage de gaz renouvelables (biométhane, hydrogène, méthane de synthèse). Dans le secteur de l’hydrogène, Storengy est membre de France Hydrogène (ex AFHYPAC) ainsi que de l’association Hydrogène Europe.


20 mai 2021

Pour répondre aux enjeux climatiques et réduire rapidement ses émissions CO2, la métropole de Dijon vient de lancer, mercredi 19 mai, le chantier de construction de la première station de production d’hydrogène vert de Dijon, en présence de François Rebsamen, Maire de Dijon et Président de Dijon Métropole, Fabien Sudry, Préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté et Préfet de la Côte-d’Or, Marie-Guite Dufay, Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté et Christophe Rougeot, Président de Dijon Métropole Smart Energhy.

Le début de ces travaux marque le lancement d’un ambitieux projet d’hydrogène vert de 100 millions d’euros qui prévoit la production locale d’hydrogène vert grâce à deux stations construites à Dijon et un vaste programme d’équipement de la collectivité en bennes à ordures et en bus fonctionnant à l’hydrogène.

François Rebsamen, Maire de Dijon et Président de Dijon métropole
François Rebsamen, Maire de Dijon et Président de Dijon métropole : « Nous inventons à Dijon un système énergétique territorial au service de la croissance verte inédit en France. L’écosystème vertueux de production et de consommation locales d’hydrogène produit à partir des déchets ménagers alimentera bus et bennes à ordures ménagères... L’hydrogène vert est une énergie propre qui apporte une solution locale au défi global du changement climatique. Grâce à ce projet, nous nous donnons les moyens de réduire significativement les émissions CO2 du territoire et d’avoir un impact positif et concret sur l’environnement et la santé des habitants ».

 

Christophe Rougeot

Pour Christophe Rougeot, Président de Dijon Métropole Smart Energhy. Pour relater le lancement de l'usine hydrogène, selon les dires de Christophe Rougeot, s'il était journaliste, il écrirait comme titre de l'article  "Dijon, métropole européenne de l'hydrogène". Puis il continue « Il s’agit d’un projet unique en France et Europe qui servira de démonstrateur à d’autres collectivités. Avec ce projet, Dijon participe à la démocratisation de l’hydrogène comme alternative zéro-émission pour les transports publics, professionnels ou privés et propose ainsi un véritable changement de modèle énergétique local ».

Dès 2022, la station Dijon Nord, première des deux stations hydrogène construites dans le cadre du projet, produira de l’hydrogène vert qui permettra de faire rouler les premières bennes à ordures ménagères à hydrogène de France (8 bennes mises en services en 2022) et la plus grande flotte de bus (27 bus en service en 2023).

Dès 2023, 1 750 tonnes de CO2 seront économisées chaque année, soit l’équivalent de 24 millions de kilomètres en voiture citadine.
La production de la station Dijon Nord s’appuiera essentiellement sur l’unité de valorisation énergétique qui traite les déchets ménagers de 88% de la population de la Côte-d’Or qui sera équipée d’un turbo-alternateur pour produire de l’hydrogène vert via un électrolyseur. La station Dijon Nord aura une capacité de production quotidienne de 440 kg d’hydrogène.
En structurant une politique énergétique locale et une mobilité propre, zéro bruit, zéro gaz à effet de serre et zéro particule, Dijon métropole ambitionne de devenir la première métropole hydrogène de France et un modèle de transition écologique territoriale.

 Dijon métropole lance le chantier de production d’hydrogène vert
Crédit SIZ'IX Architectes

CHIFFRES CLÉS DU PROJET
Un projet de 100 millions d’euros au total, dont 20 % pour la construction des stations de production d’hydrogène et 80 % pour le renouvellement des bennes et des bus à hydrogène
Subventions totales sur le projet (à mars 2021) :
ADEME : 10,6 millions d’euros au total
Région Bourgogne-Franche-Comté : 2,6 millions d’euros
Europe : 2 millions d’euros
22 bennes à ordures ménagères à l’hydrogène vert d’ici à 2026
62 bus hydrogène vert4 en 2026
D’ici à 2030 : 44 bennes à ordures ménagères à hydrogène en circulation et 180 bus de la métropole
1 726 tonnes d’économies de CO2 par an dès 2023, soit l’équivalent de 24 millions de kilomètres en voiture citadine dans Dijon
En 2026, plus de 4 200 tonnes de CO2 par an évitées, soit environ 58 millions de kilomètres en voiture ou encore 4 200 allers-retours Paris-New-York
1 320 kg d’H2/jour produits par les deux stations
7 à 12 min de temps de recharge en hydrogène pour les véhicules lourds >350km d’autonomie
4 27 bus dès 2023, puis mise en service de 28 bus articulés et 7 midibus d’ici 2026 

3 à 5 min de temps de recharge en hydrogène pour les véhicules légers >300 à 650 km d’autonomie
1 ferme photovoltaïque de 12 ha

Le projet d’hydrogène vert

Le projet d’hydrogène vert lancé en 2020 par Dijon métropole repose sur la construction de 2 stations de production locale par électrolyse d’hydrogène vert qui permettront, dès 2023, d’alimenter les premières bennes à ordures ménagères propres fonctionnant à l’hydrogène de France (8 mises en service en 2022) et de la plus grande flotte de bus à hydrogène du pays (27 bus en service en 2023).
Dijon métropole dépasse la dimension symbolique et se hisse au rang des territoires moteurs en matière de mobilité à l’hydrogène vert à l’échelle nationale.
D’ici 2026, la métropole entend déployer une flotte de véhicules propres avec :
- 22 bennes à ordures ménagères converties à l’hydrogène vert
- 62 bus hydrogène vert en service3
Au total, sur une période de 10 ans (de 2021 à 2030), l’objectif de Dijon métropole est de renouveler l’intégralité de son parc de véhicules lourds en hydrogène soit les 44 bennes à ordures ménagères et les 180 bus de la métropole.
Pour optimiser les coûts d’acquisition des bennes à ordures ménagères fonctionnant à l’hydrogène, Dijon Métropole s’est associée à Le Mans Métropole et Angers Loire Métropole dans le cadre d’une commande groupée. Le 4 mai 2021, les trois collectivités ont passé commande de 29 bennes à ordures ménagères, à raison de :
- 20 bennes à ordures ménagères sur les 5 prochaines années pour Dijon métropole
- 6 bennes pour Le Mans Métropole, au rythme de 2 par an
- et 3 bennes pour Angers Loire Métropole
La capacité de production des 2 stations d’hydrogène vert permettra également de proposer aux entreprises et collectivités locales volontaires du territoire de convertir leurs propres parcs et de s’alimenter en hydrogène vert, et de développer enfin un usage grand public des véhicules à hydrogène.
La renouvellement du parc de bus et de bennes en véhicules hydrogène est donc un outil efficace pour les collectivités pour réduire rapidement et de manière très significative les émissions CO2.
En 2026, plus de 4 200 tonnes de CO2 par an seront évitées par Dijon métropole grâce au projet hydrogène développé, soit environ 58 millions de kilomètres en voiture ou encore 4 200 allers-retours Paris-New-York.
3 27 bus dès 2023, puis mise en service de 28 bus articulés et 7 midibus d’ici 2026
Un projet qui favorise la souveraineté énergétique du territoire
La métropole a développé un projet qui repose sur un modèle d’économie circulaire : l’hydrogène vert est produit localement à partir du recyclage énergétique des déchets issus de la collecte des ordures ménagères des habitants et la construction d’une ferme photovoltaïque.
Dijon Métropole renforce ainsi l’indépendance énergétique du territoire.
Dans un contexte de tension sur les énergies, l’hydrogène vert produit localement constitue une ressource alternative, durable et indépendante, aux productions classiques d’énergies fossiles. En structurant une filière locale autour d’une énergie propre sur le plan environnemental, Dijon métropole construit une politique énergétique d’avenir qui anticipe la raréfaction des ressources énergétiques non renouvelables.

Le projet d’hydrogène vert

 

Le projet prévoit la production locale d’hydrogène vert d’origine renouvelable par la combustion des déchets issus de la collecte des ordures ménagères des habitants par l’unité de valorisation énergétique et la construction d’une ferme photovoltaïque de 12 hectares.
L’unité de valorisation énergétique, équipée d’un turbo-alternateur, permettra de produire, via un électrolyseur, de l’hydrogène vert.
2 stations hydrogène seront créées dans le cadre du projet :
• La première station hydrogène, située au nord de Dijon, sera mise en service début 2022. Elle aura une capacité quotidienne de production de 440 kg d’hydrogène, multipliée à terme par 2 avec la construction d’une extension. Sa production s’appuiera essentiellement sur l’unité de valorisation énergétique qui traite les déchets ménagers de 88 % de la population de la Côte-d’Or.
• La seconde station, située au sud de Dijon, sera mise en service en 2023, pour alimenter en hydrogène les bus de la métropole dijonnaise, avec une capacité de 880 kg d’hydrogène par jour, qui pourra être triplée. Elle sera alimentée grâce aux énergies renouvelables du territoire.

Une benne à ordures ménagères utilisera environ 20 kg d’hydrogène par jour pour effectuer sa tournée.
Plus largement, cet écosystème de valorisation de l’énergie locale pourrait constituer un modèle pour d’autres collectivités locales et ainsi contribuer à favoriser l’autonomie énergétique de la France qui importe encore aujourd’hui près de 50 % de son énergie.
Pour réaliser ce projet, Dijon métropole s’est associée au groupe local Rougeot Energie pour développer un véritable système de production, en créant la co-entreprise Dijon Métropole Smart EnergHy (DMSE). En janvier 2021, Storengy, filiale d’ENGIE, spécialiste du stockage de gaz et du développement des gaz renouvelables est entrée au capital de DMSE.
Grâce à ce projet, Dijon s’impose comme le moteur d’une filière d’avenir au coeur d’un territoire labellisé « Territoire Hydrogène » grâce au projet ENRgHy. La métropole fédère autour d’elle des partenaires industriels de premier plan pour créer un écosystème vertueux et durable qui réponde au défi de la transition énergétique.

Pour François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, ancien ministre : « Nous inventons à Dijon un système énergétique territorial au service de la croissance verte inédit en France. L’écosystème vertueux de production et de consommation locales d’hydrogène produit à partir des déchets ménagers alimentera bus et bennes à ordures ménagères. »

 

À propos des partenaires industriels du projet :

À propos de Rougeot Energie
Rougeot Energie, pôle dédié à la transition énergétique du groupe de BTP éponyme, a pour mission d’accompagner les territoires et les acteurs privés dans leurs projets hydrogène. Ses équipes prennent en charge la totalité d’un projet hydrogène en assurant l’ingénierie, la coordination, la maîtrise d’oeuvre jusqu’à sa réalisation. www.rougeot-energie.com

À propos de Storengy
Storengy, filiale d’ENGIE, est l’un des leaders mondiaux dans le stockage souterrain de gaz naturel. Fort de 70 ans d’expérience, Storengy conçoit, développe et exploite des installations de stockage, et offre à ses clients des produits innovants. L’entreprise dispose de 21 sites de stockage de gaz naturel, totalisant une capacité de 136 TWh en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Storengy se positionne aujourd’hui comme un acteur-clé dans le développement de la géothermie (production de chaleur ou de froid et production d’électricité) et de solutions novatrices de production et de stockage de gaz renouvelables (biométhane, hydrogène, méthane de synthèse). Dans le secteur de l’hydrogène, Storengy est membre de France Hydrogène (ex AFHYPAC) ainsi que de l’association Hydrogène Europe.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Commission permanente du 23 juillet 2021 la région BFC engage 102 millions d'euros d'aides régionales
Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus...
Associer les habitants à la construction d'un parc éolien par le financement participatif, en Bourgogne-Franche-Comté
EDF Renouvelables annonce le lancement d’une campagne de financement...
OIV : La France choisit Dijon pour accueillir l'ONU du vin
Dès janvier 2021, Dijon s’est mobilisée pour pour...
Les écoloustics d'Arconcey remportent le prix coup de coeur du jury
Le SICECO, territoire d’énergie Côte-d’Or, a...
Une communauté Plaine d'avenir
A deux pas de Dijon Métropole, les 22 communes de la Communauté...
Après un bilan 2020 positif, l'office de tourisme du Châtillonnais propose tout un tas de nouveautés
L’office de tourisme du Châtillonnais a dressé le bilan de...
Le prix "Label Ville" de Dijon récompense les belles réalisations
François REBSAMEN, maire de Dijon, président de Dijon...
SICECO TECO - Voyage au centre...d'un réseau de chaleur
Lundi 14 juin 2021, les élèves de CM2 de l’école de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.