OIV : La France choisit Dijon pour accueillir l'ONU du vin

OIV : La France choisit Dijon pour accueillir l'ONU du vin

Info+ :

La planète du vin a son organisme de référence, celui qui pèse dans la multitude de directives prises au niveau international.
Son nom : l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

L’OIV : 48 États membres regroupant 85 % de la production mondiale

Regroupant sur les 5 continents 48 État membres qui représentent 85 % de la production mondiale, l’ONU du vin – c’est comme cela que l’OIV est volontiers qualifiée par de nombreux experts - a vocation à rassembler tous les acteurs de la filière dans le but d’assurer une collaboration internationale étroite et partagée.

Ses compétences techniques et scientifiques sont reconnues au niveau international et son pouvoir d’influence au sein de la filière vitivinicole est réel. Dans le cadre de ses multiples missions, il est notamment chargé d’améliorer les conditions d’élaboration et de commercialisation des produits vitivinicoles tout en prenant en compte les intérêts des consommateurs (édiction de normes sanitaires, vis-à-vis des pratiques viticoles, vis-à-vis des étiquetages, etc.). L’enseignement, l’interaction avec les chercheurs et futurs chercheurs, les échanges universitaires sont également des activités fondamentales pour l’OIV. C’est l’ensemble de ces missions qui la conduisent notamment à organiser chaque année des conférences et colloques à l’échelle du monde entier. Ce sont aussi de nombreux experts internationaux qui se déplacent régulièrement au siège de l’OIV pour participer à des réunions de travail, commissions statutaires, manifestations culturelles (concours, prix littéraires autour des produits de la vigne et du vin, conférences de presse, etc.).

La Ville de Dijon candidate à l’accueil du siège de l’OIV dès janvier 2021

L’OIV siège à Paris depuis sa fondation en 1924. En 2019, suite à un changement du bailleur propriétaire de l’hôtel particulier du 18 rue d’Aguesseau, l’OIV a été obligée de déménager au 35 rue Monceau, dans des bureaux aptes à maintenir l’activité administrative du secrétariat. Les frais d’hébergement sont, et ce depuis l’origine, pris en charge par une contribution volontaire de l’État hôte, ici la République française, en application de ses textes fondamentaux et de l’accord de siège avec la France. L’OIV est aujourd’hui à la recherche d’une solution pérenne dans le but de s’installer dans de nouveaux locaux pour célébrer son centenaire qui aura lieu en novembre 2024. Informée de la mise à l’étude d’une relocalisation dans une autre ville en France métropolitaine, la ville de Dijon s’est alors positionnée en tant que ville candidate dès janvier 2021.


12 juillet 2021

Dès janvier 2021, Dijon s’est mobilisée pour pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), qui réunit 48 États membres et représente 85 % de la production mondiale à la recherche d’une solution pérenne de nouveaux locaux dans la perspective de son centenaire qui aura lieu en novembre 2024. 

Nous sommes aujourd’hui, collectivement, extrêmement fiers et heureux de la décision du gouvernement français de choisir officiellement Dijon comme unique candidat de notre pays à l’accueil du futur siège de l’OIV, l’Organisation Internationale de la vigne et du vin, véritable ONU du vin, regroupant 48 pays qui représentent 85% de la production viticole mondiale.

Dès janvier 2021, nous avions été les premiers à organiser une mobilisation collective pour répondre à l’OIV, installée jusqu’alors à Paris et à la recherche d’une solution pérenne de nouvelle implantation dans la perspective de son centenaire en novembre 2024. La qualité remarquable de notre dossier, la proposition du site exceptionnel de l’Hôtel particulier Bouchu d’Esterno comme futur siège, l’adhésion et le soutien indéfectible des acteurs institutionnels, universitaires et viticoles que nous représentons, ont su convaincre le gouvernement. Dijon est reconnue au niveau international comme un pôle moteur de production, de recherche, de valorisation et de promotion de la vigne et du vin, notamment grâce à la chaire UNESCO « culture et traditions du vin » de l’Université de Bourgogne. Nous tenons à saluer la qualité du travail mené avec les services locaux de l’État représentés par le Préfet de Région Bourgogne-Franche-Comté, Fabien Sudry.

Depuis 2015, Dijon, au 1er kilomètre de la route des grands crus, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des Climats du vignoble de Bourgogne. Fière de son Pinot noir et de son Chardonnay, fière du savoir-faire des vignerons, elle replante chaque année des vignes dans le cadre du projet « Renaissance du vignoble ». En avril 2022, la Cité internationale de la gastronomie et du vin ouvrira ses portes au public, grand projet adossé à l’inscription du repas gastronomique des Français au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Notre volonté commune pour Dijon et pour la métropole, portée par François REBSAMEN, est de faire vivre, au présent et pour l’avenir, notre prestigieux et riche passé viticole. Cette grande ambition patrimoniale, culturelle et touristique que nous avons en commun gravit aujourd’hui une nouvelle marche. Dijon en Côte-d’Or, Dijon en Bourgogne-Franche-Comté, portera haut l’ambition de la France pour le rayonnement international de la culture viti-vinicole.

 

Liste des signataires :

François REBSAMEN, maire de Dijon, président de Dijon métropole, ancien ministre ;

Marie-Guite DUFAY, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté ;

Aubert DE VILLAINE, co-gérant du Domaine de la Romanée Conti, président d’honneur de l’association « Les Climats du vignoble de Bourgogne » ;

Gilles DE LAROUZIÈRE, président de la maison Bouchard Père et Fils (Beaune) et président de l’association « Les Climats du Vignoble de Bourgogne » ;

François LABET, président du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne, viticulteur ;

Vincent THOMAS, président de l’Université de Bourgogne ;

Jocelyne PÉRARD, professeure émérite de climatologie et responsable de la chaire Unesco « Culture et traditions du vin » de l’université de Bourgogne-Franche-Comté ;

Nathalie MUNIER-JOLAIN, présidente de l’INRAE Bourgogne-Franche-Comté ;

François ROCHE-BRUYN, directeur général AgroSup ;

Stéphan BOURCIEU, directeur général de la Burgundy School of Business.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Session du Conseil Départemental de la Côte-d'Or du lundi 18 octobre
L’Assemblée départementale s'est réunie lundi 18...
Budgets participatifs : Des frigos solidaires pour lutter contre le gaspillage alimentaire, la précarité et créer du lien social
Dans le cadre du dispositif de démocratie participative instauré...
Participez à la révision du SCOT !
La Communauté d’Agglomération de Beaune Côte et Sud...
Dijon Métropole, un bilan touristique rassurant
Alors que le secteur du tourisme a largement pâti de la crise sanitaire,...
Les informations marquantes du Conseil Métropolitain du jeudi 30 septembre 2021
Ce jeudi 30 septembre, François REBSAMEN, maire de Dijon et...
L'Esplanade des Itinérances à Saint-Jean-de-Losne met en lumière les ambitions touristiques du territoire
Sébastien Delacour, Président de la Communauté de...
Dijon, les informations marquantes du conseil municipal du lundi 27 septembre
Lundi 27 septembre, François Rebsamen, maire de Dijon et...
Au coeur des territoires, la SDAT et la com-com Rives de Saône ont inauguré le pavillon Pauvelot de l'Etang Rouge
Depuis 2008, c’est une histoire qui dure entre la Société...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.