Un mois pour sensibiliser à l'égalité Femmes/Hommes

Un mois pour sensibiliser à l'égalité Femmes/Hommes

Info+ :

Le mois de l'égalité

Du 01 mars au 25 mars 2022 à Dijon

egalite-femmeshommes.html


24 février 2022

Après avoir initié un cycle de conférences l’an dernier, Kildine Bataille, adjointe au maire en charge de l’égalité Femmes / Hommes notamment, a souhaité donner une autre échelle à cette démarche. Du 1er au 30 mars 2022, Dijon et ses partenaires associatifs organisent de nombreuses manifestations à l’occasion d’un mois dédié à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations.

Pourquoi un mois complet dédié à l’égalité Femmes / Hommes ?

« Je voulais aller plus loin qu’un évènement la seule journée du 8 mars, dédiée aux droits des femmes, avec un programme plus ambitieux, un peu fou peut-être, mais selon moi indispensable pour sensibiliser les publics de tous âges à cette question. Ce mandat est pour moi un 8 mars permanent, avec des actions menées tout au long de l’année, c’est ma ligne de conduite. »

Cette thématique attire souvent un public déjà concerné. Comment toucher plus largement les Dijonnais.e.s ?

« C’est tout l’enjeu ! Nous prévoyons notamment des rencontres avec les professionnels de la petite enfance, de l’éducation et des associations locales en contact avec différents publics. Ces échanges et des débats ont pour objectif d’enrichir un plan d’action à mener ensemble à l’échelle de la Ville. Nous nous appuierons sur des exemples existants à essaimer mais aussi sur les idées de chacun pour avancer ensemble sur le chemin de l’égalité. Les enfants et les parents, mais aussi les agents de notre collectivité seront sensibilisés et impliqués. Avec l’arrivée de la future Cité internationale de la gastronomie et du vin( CIGV), nous avons par exemple décidé de nous pencher sur la place des femmes dans ces deux domaines. Nous réfléchirons à la façon d’ouvrir le secteur de la gastronomie et du vin avec des actions dédiées au sein de la CIGV. Il faut permettre aux jeunes filles, d’où qu’elles viennent, de se projeter en tant que grande cheffe ou viticultrice. Nos évènements seront ouverts au public et auront lieu partout dans la ville. Si nous arrivons à toucher d’autres personnes que les femmes, des gens qui ne soient pas acquis à la cause, c’est une victoire. C’est dans cette esprit qu’avec les associations, nous avons imaginé « aller vers » les habitants. »

Des thématiques moins communes seront-elles aussi abordées ?

« Oui, notamment des sujets tabous. Bien que nous n’ayons pas le temps de tout aborder en un mois, nous ferons en sorte que chaque habitant ait accès à l’information sur des sujets ayant trait par exemple à la sexualité des séniors et à la question du regard porté sur le corps des femmes après 45 ans, avec la venue de la  journaliste Maire Charrel, autrice du livre « Qui a peur des vieilles ? ». J’espère d’ailleurs que des hommes participeront à ces rendez-vous car c’est dans ce « croisement de regard » que la richesse des réflexions et des actions de proximité se construit, selon moi.  Nous aborderons aussi la question de la situation des mères isolées avec un enfant en situation de handicap avec l’association Autour des Williams, qui a publié un rapport choc sur ce sujet. Nous devons absolument faire avancer ces questions sociétales à l’échelle locale, et la sensibilisation passe par les questions que l’on pose, par les sujets que l’on aborde. Je préfère attirer peu de participants mais des gens intéressés, avec l’envie d’échanger et de travailler sur le sujet avec l’élue que je suis. »

Quels seront les temps forts de ce mois de l’égalité ?

« Tout d’abord, ce mois ne repose pas uniquement sur la Ville. Nous sommes à l’initiative d’une dizaine d’évènements tandis que nos partenaires associatifs en proposent une autre dizaine en complément. La Ville coordonne l’ensemble pour donner de la visibilité et de l’impact. Ce mois intègre aussi la lutte contre toutes les discriminations. Parmi les évènements, je peux mentionner la conférence-débat du 8 mars autour de la situation des femmes afghanes avec l’association Solidarité Afghane, au cours de laquelle un courrier adressé par notre conseil municipal d’enfants sera remis à l’association. Nous devrions également signer le 5 mars, en présence d’Elisabeth Moreno, Ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, la charte européenne pour l’égalité Femmes/Hommes dans la vie locale. »

Justement, quelle place occupe cette question au sein de la collectivité ?

 « Notre Ville, notre Métropole et notre CCAS sont les premières à avoir obtenu les Labels Diversioté et Egalité professionnelle en 2018. C’est le signe d’une volonté politique forte de notre Maire d’agir, en tant qu’employeur public, sur ces sujets. Entre 2018 et 2020, le nombre d’hommes est par exemple passé de 64.6% à 54.3% au sein de Dijon Métropole. Les femmes sont par contre plus nombreuses au sein de la Ville mais ce taux de féminisation (60%) est représentatif de celui de la fonction publique territoriale dans son ensemble (61%). Quand on regarde en fonction des catégories hiérarchiques, on constate que les femmes ne sont pas confrontées à des difficultés manifestes qui limiteraient leur accès aux catégories d’encadrement. Le ration femmes – hommes varie peu selon la catégorie. » 

Pourquoi un mois complet dédié à l’égalité Femmes / Hommes ?

« Je voulais aller plus loin qu’un évènement la seule journée du 8 mars, dédiée aux droits des femmes, avec un programme plus ambitieux, un peu fou peut-être, mais selon moi indispensable pour sensibiliser les publics de tous âges à cette question. Ce mandat est pour moi un 8 mars permanent, avec des actions menées tout au long de l’année, c’est ma ligne de conduite. »

Cette thématique attire souvent un public déjà concerné. Comment toucher plus largement les Dijonnais.e.s ?

« C’est tout l’enjeu ! Nous prévoyons notamment des rencontres avec les professionnels de la petite enfance, de l’éducation et des associations locales en contact avec différents publics. Ces échanges et des débats ont pour objectif d’enrichir un plan d’action à mener ensemble à l’échelle de la Ville. Nous nous appuierons sur des exemples existants à essaimer mais aussi sur les idées de chacun pour avancer ensemble sur le chemin de l’égalité. Les enfants et les parents, mais aussi les agents de notre collectivité seront sensibilisés et impliqués. Avec l’arrivée de la future Cité internationale de la gastronomie et du vin( CIGV), nous avons par exemple décidé de nous pencher sur la place des femmes dans ces deux domaines. Nous réfléchirons à la façon d’ouvrir le secteur de la gastronomie et du vin avec des actions dédiées au sein de la CIGV. Il faut permettre aux jeunes filles, d’où qu’elles viennent, de se projeter en tant que grande cheffe ou viticultrice. Nos évènements seront ouverts au public et auront lieu partout dans la ville. Si nous arrivons à toucher d’autres personnes que les femmes, des gens qui ne soient pas acquis à la cause, c’est une victoire. C’est dans cette esprit qu’avec les associations, nous avons imaginé « aller vers » les habitants. »

Des thématiques moins communes seront-elles aussi abordées ?

« Oui, notamment des sujets tabous. Bien que nous n’ayons pas le temps de tout aborder en un mois, nous ferons en sorte que chaque habitant ait accès à l’information sur des sujets ayant trait par exemple à la sexualité des séniors et à la question du regard porté sur le corps des femmes après 45 ans, avec la venue de la  journaliste Maire Charrel, autrice du livre « Qui a peur des vieilles ? ». J’espère d’ailleurs que des hommes participeront à ces rendez-vous car c’est dans ce « croisement de regard » que la richesse des réflexions et des actions de proximité se construit, selon moi.  Nous aborderons aussi la question de la situation des mères isolées avec un enfant en situation de handicap avec l’association Autour des Williams, qui a publié un rapport choc sur ce sujet. Nous devons absolument faire avancer ces questions sociétales à l’échelle locale, et la sensibilisation passe par les questions que l’on pose, par les sujets que l’on aborde. Je préfère attirer peu de participants mais des gens intéressés, avec l’envie d’échanger et de travailler sur le sujet avec l’élue que je suis. »

Quels seront les temps forts de ce mois de l’égalité ?

« Tout d’abord, ce mois ne repose pas uniquement sur la Ville. Nous sommes à l’initiative d’une dizaine d’évènements tandis que nos partenaires associatifs en proposent une autre dizaine en complément. La Ville coordonne l’ensemble pour donner de la visibilité et de l’impact. Ce mois intègre aussi la lutte contre toutes les discriminations. Parmi les évènements, je peux mentionner la conférence-débat du 8 mars autour de la situation des femmes afghanes avec l’association Solidarité Afghane, au cours de laquelle un courrier adressé par notre conseil municipal d’enfants sera remis à l’association. 

Justement, quelle place occupe cette question au sein de la collectivité ?

 « Notre Ville, notre Métropole et notre CCAS sont les premières à avoir obtenu les Labels Diversioté et Egalité professionnelle en 2018. C’est le signe d’une volonté politique forte de notre Maire d’agir, en tant qu’employeur public, sur ces sujets. Entre 2018 et 2020, le nombre d’hommes est par exemple passé de 64.6% à 54.3% au sein de Dijon Métropole. Les femmes sont par contre plus nombreuses au sein de la Ville mais ce taux de féminisation (60%) est représentatif de celui de la fonction publique territoriale dans son ensemble (61%). Quand on regarde en fonction des catégories hiérarchiques, on constate que les femmes ne sont pas confrontées à des difficultés manifestes qui limiteraient leur accès aux catégories d’encadrement. Le ration femmes – hommes varie peu selon la catégorie. » 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Le 1204 - Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine, un voyage d'art et d'histoire au coeur de Dijon
Bienvenue au « 1204 » pour un voyage de 2000 ans dans le temps...
Avec la Région Bourgogne-Franche-Comté, un numérique accessible pour tous
Patrick Molinoz, vice-président de la Région chargé du...
Dons de 5000 euros aux associations Binôme 21, Solidarité femmes 21 et à Emmaüs
Au-delà des critères classiques de satisfaction de ses...
Conseil municipal de Dijon du 27 juin 2022
Le conseil municipal s’est réuni le lundi 27 juin 2022 pour...
Inauguration de la nouvelle station DiviaVélodi de la Colombière
Nathalie KOENDERS a inauguré la nouvelle station...
Session du Conseil départemental du lundi 27 juin 2022
L’Assemblée départementale s’est réunie ce...
Orages violents en Côte-d'Or : de nombreuses interventions du Sdis et du Département
Après les intempéries de cette nuit qui ont causé de...
Tourisme à Dijon métropole, un début de saison prometteur accompagné de nouveautés
La saison touristique a commencé dans la métropole Dijonnaise,...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.