La CAF de la Côte-d'Or, partenaire discret mais majeur des collectivités

30 mars 2022

A côté des allocations et différentes aides que la Caisse d’Allocations Familiales dispense aux familles, la structure accompagne les collectivités du département pour développer les services destinés aux foyers.

Allocations familiales, aides au logement, primes d’activité, allocations aux adultes handicapés, prestations d’accueil du jeune enfant… La Caisse d’Allocations Familiales, CAF, facilite la vie des familles dans les différentes étapes de leur vie. Ces aides financières versées en prestation aux familles représentent 550 millions d’euros par an en Côte d’Or. Par l’intermédiaire de ses travailleurs sociaux, la structure peut aussi guider les familles dans leur accès aux droits, de manière pro-active. Même si la plupart des français connaissent cet organisme sous cet aspect, la CAF intervient de manière plus discrète dans leur vie et sur les territoires, en soutien aux projets des collectivités. « Nous passons des conventions avec les EPCI et les communes pour participer au développement de leur politique familiale ou pour soutenir cette politique » explique Nicolas Luciani, responsable du pôle missions territoriales de la CAF. A titre d’exemple, la collectivité identifie un besoin autour des modes de garde du jeune enfant et envisage alors de créer une crèche. Cette démarche peut aussi être initiée par la CAF qui peut aussi mesurer un taux de couverture faible dans le domaine aux vues des naissances. « Le projet peut aussi servir à attirer ou retenir des familles sur un territoire. » C’est alors que l’un(e) des six chargé-es de conseil de la CAF entre en scène. Chacun d’entre eux s’est vu attribuer un secteur précis afin de travailler en proximité, en confiance et sur le long terme avec les élus du territoire. Parmi eux, Caroline Pax. « Dans le cadre des modes de garde pour les enfants, la CAF apporte une aide financière aux familles mais elle peut aussi contribuer au financement de la structure à venir. Nous finançons cependant à condition que la crèche respecte une réglementation intégrant notamment la mixité des publics, des tarifs adaptés aux différents niveaux de ressource, un accueil pour les enfants porteur d’un handicap, la flexibilité des périodes de garde… » La CAF peut alors débloquer une enveloppe dans le cadre de la construction ou la rénovation d’une structure de garde. « Nous sommes intervenus à Baigneux-les-Juifs pour accompagner la communauté de communes dans la rénovation de sa crèche » précise Caroline Pax. Une fois en place, la CAF peut aussi participer aux frais de mode de garde en payant directement la structure d’accueil en fonction du nombre d’enfants mais aussi en contribuant aux dépenses de la collectivité. « En moyenne, la CAF prend en charge 60 % du coût, les familles paient 11% et la collectivité ou le gestionnaire assument le reste » explique Nicolas Luciani.

Au-delà des modes de garde

L’organisme privé assure sa mission de service public à d’autres niveaux. « Notre actualité repose sur les conventions territoriales globales (CTG) 2018-2023. En fonction de l’offre sur le territoire, plus il y a de services, plus la CAF soutient. Nous travaillons dessus en relation avec les élus et leurs services » précise le responsable du pôle. Ces conventions de partenariat en cours de généralisation sur l’ensemble du département visent à renforcer l'efficacité, la cohérence et la coordination des actions en direction des habitants d'un territoire. Elles regrouperont l’ensemble des actions de la CAF auprès de la collectivités et elles ne manquent pas au regard du dynamisme des territoires. Parmi elles, le financement d’un diagnostic destiné à identifier les besoins des familles et l’offre sur le territoire. « A partir de là, les élus définissent les services à mettre en place et nous les accompagnons au mieux » rappelle Caroline Pax. Au registre de l’accès aux droits, la CAF soutient à l’ouverture d’une maison France Service tandis que pour l’animation de la vie sociale, elle s’engage pour le maintien d’un centre social porteur de projet. « Ce lieu d’accueil propose des activités en fonction des besoins des habitants, la question du lien social y est essentielle. » Le département compte 25 centres sociaux dont 9 à Dijon. La CAF n’oublie pas les enfants avec les Accueils de Loisirs Sans Hébergement (périscolaire et extrascolaire), les jeunes de 14 à 17 ans en soutenant les collectivités et les associations en finançant une partie d’un poste salarié d’animateur et parfois le projet de jeunes eux-mêmes. Parentalité, contrat local d’accompagnement scolaire figurent aussi parmi les actions soutenues par la CAF sans oublier les Relais Petite Enfance, gérés, en Côte-d’Or, à 100% par les collectivités. Cette diversité d’engagement de la CAF auprès des territoires représente une enveloppe annuelle de 50 millions d’euros.

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Il était une fois... le Théâtre Gaston Bernard
Le Théâtre Gaston Bernard de Chatillon-sur-Seine fait rimer...
La commune de Talant obtient le label France Services au profit de ses habitants
C'est au sein de la plateforme de services du Relais que va se situer...
#SuperCodeurs 2022 : une journée au Collège Le Chapitre à Chenôve pour coder et décoder le monde numérique
En tant que première entreprise du numérique en France, Orange...
Commission permanente du 28 novembre 2022 : Plus de 6 M d'euros d'aides attribuées en faveur des Côte-d'Oriens et des territoires
Ce lundi 28 novembre 2022, François Sauvadet, Président du...
Le Salon des Maires de la Côte-d'Or revient pour le plus grand plaisir des maires et des partenaires de la commande publique
Aprés deux ans d'absence pour cause de Covid, le Salon des Maires de la...
Patrick Molinoz élu 2ème vice-président de la commission "Citoyenneté, gouvernance, affaires institutionnelles et extérieures" au comité européen des régions
Patrick Molinoz, vice-président de la région...
COVID-19 en BFC : L'épidémie est toujours là : Ensemble on continue !
L’épidémie de COVID-19 reste active en...
Concours Christian-Myon de la sécurité routière 2022 : 7 lauréats côte-d'oriens primés
Il y a 15 ans, Christian Myon alors conseiller général de la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.