A Montbard, Laurence Porte affiche la force et la résilience d'une "Petites Villes de Demain" !

08 janvier 2023

Anticipation, maintien de la qualité des services aux habitants, soutien à l’activité économique, poursuite des investissements et du désendettement de la commune, le tout sur fond d’économie énergétique et de transition écologique, les vœux de Laurence Porte sont résolument engagés dans le réalisme positif d’une commune "Petites Villes de demain" aux ambitions affichées et au courage de faire des choix clairs et assumés en matière de gestion communale.

VOEUX de LAURENCE PORTE, maire de Montbard à ses administrés !

« Quel plaisir de vous retrouver pour cette traditionnelle cérémonie, je vais aller droit au but…  Elle nous a manqué après 2 ans de vœux numériques par internet , des vœux « sans contact » -  je sais bien , nous avons massivement adopté cette technologie du sans contact, le paiement sans contact  (on est débité quand même !) , le billet de train sans guichet (encore conservons nous cette possibilité à Montbard) , la médecine sans contact (oui… c’est difficile pour soigner une carie) … mais le contact, c’est le lien, le lien social qui a été mis à mal  et le contact, c’est la proximité avec vous que nous n’avons pas perdue, elle fait partie de notre ADN et en tout cas , je peux vous l‘assurer, du mien.

Avec l’ensemble du conseil municipal, dans une ville à taille humaine comme la nôtre,  nous sommes heureux de vous retrouver pour une cérémonie simple et chaleureuse afin de vous présenter tout d’abord  nos meilleurs vœux pour 2023.   Pour certains de mes adjoints et des conseillers municipaux arrivés au conseil en mars 2020 , c’est aussi leur 1ère véritable cérémonie  de vœux et je commencerai par vous dire combien je suis fière d’eux,  membres de ce conseil et des agents municipaux car depuis près de trois ans de crises maintenant, nous avons collectivement mis tout en œuvre pour l’accompagnement solidaire des plus fragiles, de nos aînés, pour la sécurité de nos enfants , le soutien aux partenaires économiques, aux commerçants et artisans , auprès  du milieu associatif et de ses bénévoles.

Je veux vous dire également ma fierté de vous tous par le constat en 2022 de l’élan de solidarité en direction de la population ukrainienne lors de la collecte de dons.  C’est un drame humain comme nous n’en avions pas connu sur le sol européen depuis plus de 70 ans. 

Nous en vivons les conséquences au quotidien avec le vertige de l’inflation et en particulier de  l’augmentation des coûts de l’énergie ;  à Montbard plus qu’ailleurs par sa spécificité économique, je veux avoir une pensée particulière pour nos industriels. A l’échelle de notre collectivité, la ville, la situation nous conduit à l’élaboration d’un plan d’économies pour 2023 dont l’extinction de l’éclairage public la nuit n’est que la partie émergée de l’iceberg ;   j’ai confié cette lourde  tâche à Aurelio Ribeiro mon 1er  adjoint et cela sera au cœur de notre  prochain débat d’orientations budgétaires dont la feuille de route est claire et tient en quatre  points  :

Que l’impôt municipal ne soit pas à ce stade la variable d’ajustement.

Le maintien de la qualité du service public municipal dont nous nous refusons à la dégradation.

La poursuite d’investissements qui génèrent des économies : la rénovation énergétique de nos bâtiments publics tel que le chantier en cours et de très grande ampleur à l’hôtel de ville incluant sa mise en accessibilité.

La poursuite de notre soutien au pouvoir d’achat des Montbardois : concrètement, c’est par exemple,  l’accompagnement financier des particuliers pour lutter contre les passoires thermiques de leurs  logements mal isolés, des aides au chauffage  pour les plus démunis ; pour  les familles, des tarifs bas pour la garderie, la cantine, l’accueil de loisirs, du Conservatoire,  la gratuité du transport scolaire intramuros,   l’aide  à la licence sportive des jeunes, au permis de conduire pour les jeunes adultes, des tarifs bas pour nos retraités qui fréquentent le restaurant du centre social, la gratuité de la petite navette circulant le vendredi jour de marché…etc, etc .

Pour se faire, nous devons poursuivre et amplifier nos économies. Nombre de nos actions n‘ont pas attendu la crise pour se déployer, je pense, entre autres, à  la mise en place de la cogénération pour le chauffage du centre aquatique par exemple et qui permet 0 calorie perdue et de revendre de l’électricité à Enedis.

Là intervient une clé maîtresse de l’action publique que nous portons : l’anticipation car gouverner, c’est prévoir. Prévoir une trajectoire  avec autant d’incertitudes dans ce contexte économique et financier, croyez-moi, c’est une gageure. Nous avons traversé plusieurs crises comme autant de tempêtes et connaissons une baisse des dotations de l’Etat qui nous demande aussi beaucoup pour le suppléer sans toujours nous donner les moyens d’exercer cette responsabilité ; loin de moi la facilité d’avoir le verbe accusateur car l’Etat nous accompagne par ailleurs, par d’autres biais, j’y reviendrai.

Alors plus que jamais pour tenir la barre, nous  nous appuyons sur notre méthode, notre sérieux,  notre capacité d’adaptation, du reste, est ce qu’on a l’air paniqué !?  Cela ne signifie pas ne être habités de doutes parfois  et ne pas  avoir besoin de toutes les grandes  forces territoriales : la Région Bourgogne Franche-Comté avec laquelle nous venons de contractualiser une convention de centralité rurale et  le Conseil départemental de la Côte d’Or porteur d’ un énergique  « plan Marshall » d’accompagnement financier   des communes et plus étroitement encore de notre commune par l’intermédiaire du dispositif de l’Etat « Petites Villes de Demain » dont je remercie le président François Sauvadet de m’avoir confiée la délégation de vice-présidente pour la Côte d’Or , sujet pour lequel je ne manque pas de militer au niveau national avec des collègues de tout le pays au sein de l’association des petites villes de France représentant ces petites et moyennes villes avec des fonctions de centralité où vivent  26 millions de Français. Et oui, l’avenir ne peut se résumer aux seules métropoles sur l’échiquier territorial mais concerne aussi nos petites villes avec leurs communautés de communes.

Si gouverner, c’est prévoir, c’est toujours  avoir le courage de faire des choix clairs et assumés : quelques exemples, en 2022, nous avons fait le choix de la poursuite d’aménagements urbains majeurs, la requalification complète  de la rue principale,  E.Piot,  incluant  tous les réseaux d’eau et d’assainissement, la mise en œuvre d’une indemnisation financière pour les commerçants impactés par ces travaux lourds.

En 2022, nous avons déménagé tous les services logés à l’hôtel de ville dans une mairie temporaire rénovant  au passage le bâtiment qui abritait la mission locale par le passé et qui offrira une belle surface de bureaux à louer après notre déménagement retour à la fin du chantier de l’hôtel de ville prévu pour l’automne 2023; cela a été aussi le choix du numérique pour tous et particulièrement celles et ceux qui en sont le plus éloignés avec la création de l’espace numérique au centre social et je salue la création d’une Maison France Service au sein de la sous-préfecture facilitant l’accès à tout un bouquet de services comme la carsat pour faire son dossier de retraite ; c’est également et toujours le choix du sport avec la création d’un terrain de VTT  en concertation avec l’association utilisatrice et l’achèvement de la réfection des courts couverts de tennis ; le choix de nous donner les moyens de poursuivre une offre scolaire dans des conditions privilégiant la qualité en fermant ,oui, le groupe scolaire Diderot et nous accueillerons en 2023 les bureaux de l’Inspection de l’Education nationale pour la circonscription du 1er degré au sein de l’école Paul Langevin, confortant en cela la fonction de centralité d’une ville sous-préfecture.

Je tiens à mentionner également  le choix de l’offre de formation à l’espace Victor Hugo aux Bordes maintenant totalement dédié à Diversité FM pour son centre de formation aux métiers de la radio, et aussi le choix fort d’accueillir un  service ministériel de la DGFIP, son centre national de qualité des données informatiques,  au bâtiment Voltaire dont la façade sera refaite en 2023 ; et enfin, le choix de la sauvegarde et de la mise en valeur du patrimoine historique avec la magnifique restauration de nos deux tours médiévales. Ces grandes dames fragilisées par les assauts du temps peuvent à nouveau affronter sereinement les tempêtes des siècles.  

2023 sera dans une double logique : la logique de l’adaptation au contexte économique avec un étalement dans le temps si nécessaire des grands projets structurants  pour prendre en compte les nouvelles contraintes financières et la logique de continuité des  projets engagés et bien subventionnés  telle  que la réfection des rues Eugene Guillaume et de la 2eme partie de la rue de la liberté.

Je signerai très prochainement  avec le président du Conseil départemental, de la Communauté de Communes et le préfet la convention-cadre petites villes de demain sur la base d’un projet de territoire déclinant jusqu’au-delà de 2026 de multiples actions parmi lesquelles, je ne peux tout citer,  le réaménagement de l’avenue du maréchal Leclerc et quai P. Bouhey prenant en compte les mobilités douces entre la gare et le pôle industriel ;  à terme, la végétalisation des cours d’école ;  la réhabilitation de l’îlot dégradé de l’ancien couvent des Ursulines au bas du Faubourg, projet qui sera présenté au printemps à l’Agence nationale de l’Habitat pour validation de son éligibilité à des financements sans lesquels cette lourde opération de « RHI » dans le jargon » (résorption de l’habitat indigne) ne pourrait pas être possible  et ainsi viser un projet dont l’aboutissement final est à l’horizon d’une petite décennie. Cet exemple illustre parfaitement le courage de voir loin. Plus immédiate sera la mise en place opérationnelle  dès le printemps de la nouvelle opération programmée d’amélioration de l’habitat avec , entre autres la reconduction des dispositifs pour la rénovation de façades en centre-bourg ou encore l’aide financière à la primo-accession ; au cours de l’année seront aussi déconstruits par Orvitis et CDC habitat trois bâtiments vacants au Beugnon pour retendre le marché locatif du parc de logement social et pour qu’après rétrocession des terrains, la ville y repense l’aménagement en concertation avec les habitants ; enfin, après avoir vendu tous les terrains du nouveau lotissement aux Bordes et Perrières (la dernière vente sera actée au conseil municipal de fin janvier).

Nous nous devons également de travailler à l‘offre de nouveaux terrains constructibles pour capter davantage de jeunes couples désireux de faire construire. Nous avons été vertueux en termes de sobriété foncière et il ne s’agit pas là  d’étaler la ville mais d’optimiser notre réserve foncière pour répondre aux besoins des habitants de pouvoir vivre dans une petite ville offrant de très nombreux services.

Je ne voudrais pas oublier de dire un mot sur ce qui fait le quotidien, l’entretien des espaces publics, la voirie, la valorisation paysagère et tout un programme culturel et d’animations que nous avons déjà eu le bonheur de retrouver en 2022 et qui se poursuivront autant que faire se peut, nous y tenons, les concerts, les théâtres, les expositions, les évènements sportifs,  les thés dansants, le marché de Noël, la foire régionale …

Je laisserai la conclusion de cette présentation à la chambre régionale des comptes qui a contrôlé  la gestion financière municipale de ces dernières années dont j’ai la responsabilité pleine et entière et donc les choix qui ont été faits : « l’analyse financière de la commune est satisfaisante » « le niveau d’endettement est en diminution de 30% (de 18millions de dette au 1er janvier 2015 à 13 millions d’€ à ce jour) malgré un effort d’investissement important » ; la chambre constate que la ville s’est pleinement inscrite dans les dispositifs de soutien nationaux, je vous en ai parlé,  en vue de conforter son rôle de centralité » . C’est un rapport objectif dont nous pouvons nous satisfaire et que les conseillers de la minorité ont eu l’honnêteté de reconnaitre comme tel ce que je salue.

Comptez sur moi, ma volonté  et toute mon énergie, il n’est pas question de s’endormir « dans les délices de Capoue » de ce rapport sur Montbard  car plus demain encore qu’hier, nous devons garder le cap pour redonner une identité positive à notre ville avec le sens des responsabilités et  notre méthode de sérieux et de courage.

Que 2023 soit productive et inventive !

Et qu’elle vous soit heureuse. » 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Dotation globale de fonctionnement : inventaire avant travaux...
Une journée de réflexion et de travail à...
Tour de France : 51 maires des communes traversées mobilisés pour le Tour en Côte-d’Or
Dans 90 jours exactement, 177 coureurs du Tour de France traverseront 51...
La CC Net investit pour la jeunesse
Vendredi 22 mars, Ludovic Rochette, Président de la Communauté de...
Projets de revitalisation du centre-bourg de Saint-Jean-de-Losne ; Orvitis s'engage à nouveau
Dans la continuité de la récente ouverture de la maison de...
Des maires se fédèrent pour le pouvoir d’achat
Les Maires de Chevigny-Saint-Sauveur, Guillaume RUET, et Talant, Fabian RUINET...
Face aux difficultés, les étudiants en finances publiques soutiennent les élus ruraux
Les étudiants du Master 2 Finances des Collectivités...
Transition écologique et énergétique, lancement du réseau ‘’Élus pour Agir’’ en Bourgogne-Franche-Comté
De nombreux élus de communes ou de collectivités...
Brognon, un village 100% led
Fini les lampes énergivores, la commune de Brognon vient de finir la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *