Populations légales en Bourgogne Franche-Comté : 2 801 695 habitants au 1er janvier 2020

Populations légales en Bourgogne Franche-Comté  : 2 801 695 habitants au 1er janvier 2020

Info+ :

Source :
Insee
Bourgogne-Franche-Comté

5 voie Gisèle Halimi

BP 11997

25020 BESANÇON Cedex


10 janvier 2023

Au 1er janvier 2020, la Bourgogne Franche-Comté compte 2 801 695 habitants. En six ans, sa population baisse en moyenne de 0,1 % par an alors qu’elle augmente chaque année de 0,3 % en France métropolitaine. Dans la région, seuls les départements du Doubs et de la Côte-d’Or conservent une dynamique démographique positive.

Au 1er janvier 2020, 2 801 695 personnes vivent en Bourgogne Franche-Comté. La région représente 4,3 % de la population de France métropolitaine. Entre 2014 et 2020, la population baisse légèrement alors qu’elle continuait à augmenter entre 2009 et 2014. Ce retournement est la conséquence d’un solde naturel désormais déficitaire. À partir de 2015, le vieillissement de la population conduit à un nombre de décès supérieur à celui des naissances. De plus, le solde migratoire est également déficitaire depuis une dizaine d’années.

Seuls le Doubs et la Côte-d’Or gagnent des habitants Entre 2014 et 2020, le Doubs et la Côte-d’Or sont les deux seuls départements de la région à gagner encore des habitants. Ils le doivent notamment à un solde naturel toujours positif grâce à la jeunesse de leur population. Le rythme de la croissance démographique du Doubs est comparable à la moyenne nationale, celui de la Côte-d’Or est lui un peu moins fort.

Dans le Jura et maintenant en Saône-et-Loire, la baisse de population est peu marquée. Elle s’amplifie, en revanche, en Haute-Saône, dans l’Yonne et surtout dans la Nièvre. Cette dernière perd des habitants depuis une cinquantaine d’années.La Nièvre connaît une décroissance démographique parmi les plus importantes en France, avec la Martinique, la Guadeloupe et Paris.

Le Territoire de Belfort se distingue lui par un fort retournement de tendance. Il perd des habitants à un rythme relativement rapide entre 2014 et 2020 alors qu’il en gagnait entre 2009 et 2014 - figure 1

Dijon et Besançon, toujours en croissance
La population continue d’augmenter à Dijon et Besançon, et dans leurs agglomérations. Elle progresse également dans les intercommunalités alentour. Situées aux franges de la région, celles de Sens et surtout de Mâcon profitent toujours du dynamisme des régions limitrophes, respectivement l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. Bénéficiant de la proximité intercommunalités proches de la frontière, en premier lieu celle de Pontarlier, connaissent un fort dynamisme démographique
- figures 2 et 3. D’autres agglomérations, comme celles de Dole et Chalon-sur-Saône, gagnent également des habitants.

À l’inverse, le Grand Belfort perd plus de 3 900 habitants entre 2014 et 2020.

Enfin, la baisse démographique s’accentue dans les intercommunalités isolées ou situées dans des zones économiquement fragilisées. C’est le cas par exemple pour celles de Creusot Montceau, Cosne-Cours-sur-Loire, et Saint-Claude.

- Définitions
Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès domiciliés (comptabilisés au lieu de résidence).
Le solde migratoire apparent, ici appelé « solde migratoire », est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période considérée. Il est estimé par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel.

- Pour en savoir plus
• Brutel C., « La croissance démographique s’atténue dans presque toutes les régions entre 2014 et 2020 », Insee Focus n° 282, décembre 2022.
• Loones F., Rossignol P., « Au-delà de la crise sanitaire, le recul de la natalité se poursuit », Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté n° 102, juillet 2022.
• Les chiffres de population de toutes les communes de France sont disponibles sur le site insee.fr

- Méthode
Les populations légales de toutes les collectivités territoriales et circonscriptions administratives françaises sont publiées par décret au Journal Officiel. Elles prennent effet au 1er janvier 2023.
Établies chaque année – loi du 27 février 2002 – les populations légales sont prises en compte pour l’application de dispositions législatives, réglementaires et financières relatives à l’organisation des communes et à la vie quotidienne de celles-ci.
La méthode du recensement annuel est basée sur des cycles de collecte de cinq ans. Pour plus de pertinence, les données sont donc traditionnellement analysées avec un pas de cinq ans. Toutefois, l’évolution de la situation sanitaire a conduit à reporter à 2022 l’enquête annuelle de recensement prévue en 2021. Pour toutes les communes de moins de 10 000 habitants, il y aura donc dorénavant (pendant les cinq prochaines années) un intervalle entre deux collectes de recensement de six ans au lieu de cinq habituellement.
La méthode de calcul des populations annuelles a été adaptée en conséquence. Pour être robustes, les évolutions mesurées sur la dernière période (ici 2014-2020) doivent donc être analysées avec un pas de six ans. Dans le présent document, les comparaisons sont donc basées sur une période de six ans pour la plus récente (2014-2020) et une période de cinq ans (2009-2014) pour la plus ancienne. La comparaison des évolutions de la population, sur ces périodes de durée différente n’en reste pas moins pertinente, car toutes les données sont présentées en moyenne annuelle.
Les populations légales 2020 sont diffusées dans les limites territoriales existantes au 1er janvier 2022.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Nuit de la solidarité : La ville de Dijon et ses partenaires se mobilisent au plus près des sans-abri
La Nuit de la Solidarité vise à connaître le nombre de...
Chenôve : Inauguration du nouveau gymnase du Mail
Thierry Falconnet, maire de Chenôve a inauguré mercredi 11 janvier...
Ma santé mentale en Côte-d'Or : Un site pour s'informer et s'orienter
Les acteurs de la santé mentale en Côte-d’Or ont construit...
La ville de Chevigny-Saint-Sauveur lance « le chéquier réduc' chevignois »
Lancé à l'initiative de la Mairie de...
Epidémies hivernales en BFC : Pour un sursaut collectif et solidaire avant les fêtes !
L’ARS renouvelle ses appels à la responsabilisation et à la...
Chenôve a renouvelé l'opération Petits déjeuners à l'école
Depuis la rentrée 2021-2022, la Ville de Chenôve en partenariat...
Avec Le Splendid, Grand Dijon Habitat construit l'avenir
Résultat de 5 années de réflexion, la résidence Le...
C2R, un dispositif de la Région pour garantir un socle commun de services aux citoyens sur les territoires.
La Ville de Montbard fait partie des 128 communes éligibles à la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.