Des voeux pour un département solidaire et un territoire rayonnant et attractif

11 janvier 2023

Prendre la mesure des crises et trouver les solutions pour atténuer ses effets dans le cadre de ses compétences. François Sauvadet, Président du Conseil Départemental a présenté ses voeux mardi 10 janvier, c'était l'occasion de confirmer la solidarité du Département envers les plus fragiles et de présenter les solutions mises en place pour préparer l'avenir pour un territoire rayonnant et attractif.


Cérémonie des vœux du Conseil Départemental de la Côte-d’Or

Discours de M. François SAUVADET
Ancien ministre
Président du Département de la Côte-d'Or
Président de Départements de France


Un contexte anxyogène

Je suis heureux de vous retrouver après trois années qui nous ont profondément marqué : la COVID et ses conséquences, les périodes de confinement qu’on n’avait jamais connues et dont on mesure aujourd’hui toutes les conséquences.

Alors c’est d’abord pour moi l’occasion de vous remercier et de remercier tous ceux qui agissent au quotidien : les élus, les maires, les associations, les entreprises, les acteurs de la sécurité et de la protection civile, les professionnels de santé et de la solidarité qui font face.
Nos agents qui ont, malgré le confinement, assumé toutes nos missions.
Et je veux former pour chacune et chacun d’entre vous, des vœux de bonne année, de bonne santé et d’un climat plus serein, d’une vie plus apaisée.

C’est vrai que nous sommes dans un contexte inédit, lourd, anxiogène face à une crise sévère marquée par une flambée des prix de l’énergie, une forte poussée de l’inflation et des prix de l’alimentation.
Cette crise, elle frappe chacun d’entre vous, chacun d’entre nous.
Elle frappe chaque famille et notamment les plus fragiles.
Elle frappe nos entreprises, nos artisans.
On a entendu les témoignages bouleversants de boulangers, de restaurateurs.

La solidarité du Département envers les plus fragiles

Cette crise frappe encore plus durement le monde rural parce que dans le monde rural on a besoin de sa voiture pour se déplacer, faire ses courses, se soigner, travailler.
Avec un carburant qui parfois dépasse les 2€ le litre, nous avons versé, en 6 mois seulement, 2 000 aides à l’achat de carburant pour permettre à des salariés d’aller travailler et pour soutenir des familles qui, bien qu’elles travaillent, ne s’en sortent plus.

Dans ce contexte, le premier objectif du Département, c’est de protéger les plus fragiles, de protéger les familles, tous ceux qui ne peuvent plus faire face. C’est notre cœur de compétence et c’est une exigence pour nous.

Parce que chacun le sait : c’est sur le terreau des difficultés que se nourrissent les violences qui traversent notre société.
Violences faites aux femmes, violences faites à nos enfants. Nous en protégeons 3 000 dans le département.

Pour bien mesurer l’ampleur de notre intervention, je veux rappeler que, pour la première fois, notre budget dédié aux solidarités va dépasser les 330 millions d’euros.

330 millions d’euros pour soutenir les plus fragiles, pour accompagner nos ainés, les personnes handicapées, pour protéger nos enfants.
Pour nous, personne ne doit rester sur le bord du chemin, sans une main tendue. Une main solide qui doit aussi engager un retour à l’emploi, car le travail participe de l’épanouissement.
Je pense qu’une société se distingue par le destin fait à ses enfants et à ses ainés. Et aussi sa capacité à ne pas laisser s’installer les personnes dans des systèmes de solidarités mais de les aider à s’en sortir.

Plus la crise est lourde, plus il faut donner confiance.

Confiance dans son avenir quand nous manquons de tout, de bras dans les entreprises. Nous participerons avec engagement, Monsieur le Préfet, à l’expérimentation de France Travail pour favoriser le retour à l’emploi aux cotés de 18 autres Départements français.
C’est aussi pour soutenir les familles que nous avons fait le choix d’un tarif unique de 2 € le repas servi à la cantine de nos collèges. Un des plus bas de France.
Un tarif accessible, le même pour tous parce que, pour nous, la prestation du repas n’est pas un impôt.
Aucun jeune Côte-d’Orien ne restera à la porte d’une cantine de nos collèges au motif que sa famille ne peut faire face.
Ce temps du repas est important pour l’éducation, l’éducation au goût, la lutte contre le gaspillage, la sensibilisation aux produits locaux et nous continuerons d’inviter ceux qui produisent, les agriculteurs, à la rencontre des collégiens pour parler de leur métier.

Nous dévons soutenir notre agriculture.
Je rappelle que nous avons entre 50 et 80 % de produits bio et locaux dans la fabrication des repas servis dans nos 54 collèges de Côte-d’Or.
Valoriser nos produits locaux, créer de la valeur-ajoutée sur les territoires, c’est aussi ce que nous faisons avec notre marque savoir-faire 100% Côte-d’Or qui connait un véritable succès avec plus de 300 producteurs agrées dont 50 restaurateurs et 9 chefs-ambassadeurs au service de l’attractivité de la Côte-d’Or.
Et je le dis ici, dans le Parc des expositions et des congrès, qui doit rester un des fers de lance du tourisme d’affaires Côte-d’Orien pour toute la filière hôtellerie-restauration côte-d’orienne et pour tous les Côte-d’Oriens.

Oui, être solidaire, c’est notre priorité sur toute la Côte-d’Or, dans tous les quartiers comme dans nos communes.

Préparer l'avenir pour un territoire rayonnant et attractif

Nous devons continuer de préparer l’avenir. C’est un devoir là aussi pour nos enfants. Nous devons continuer d’investir massivement.
Investir pour la santé et l’offre médico-sociale parce que nous ne voulons pas voir des services fermer dans des territoires déjà sous-dotés.
Le Département a pris ses responsabilités. Nous avons racheté la dette de l’EPHAD de Laignes pour le sauver de la fermeture. 45 emplois sauvés et autant de personnes âgées qui peuvent rester sur place.
Je veux aussi citer le foyer d’accueil médicalisé Sainte-Elisabeth de Fontaine-Française qui devait fermer et que nous avons entièrement rénové avec Orvitis pour offrir de meilleures conditions aux personnes handicapées accueillies. 50 emplois sauvés.
Je peux citer également l’Institut de Vigne que nous avons racheté pour sauver 70 emplois à Semur-En-Auxois et accueillir les enfants que nous protégeons.

Merci à tous les acteurs des métiers de la vie qui assurent leurs missions 365 jours par an, 24 heures sur 24.
Nous continuerons d’investir pour notre jeunesse, investir dans nos collèges. La construction du collège Roland Dorgelès à Longvic va s’achever, nous y avons consacré 24 millions d’euros d’investissement.
Je me réjouis d’un dialogue renouvelé, Monsieur le Président, avec l’Université de Bourgogne qui a fêté l’an dernier ses 300 ans, et nos grandes écoles. Nous serons à vos côtés pour participer à l’attractivité et au rayonnement de notre territoire.
Investir pour notre jeunesse, c’est aussi favoriser les pratiques artistiques, culturelles et bien sûr sportives. Nous continuerons de soutenir nos associations qui œuvrent à ce lien social et à l’engagement de tous.
Nous lancerons cette année, un an avant les Jeux Olympiques, les premiers Jeux de Côte-d’Or de la jeunesse à Chevigny-Saint-Sauveur.
Vous le savez, la Côte-d’Or est déjà labellisée Terre de Jeux et nous accueillerons la flamme Olympique. Nous travaillons avec Tony ESTANGUET, les équipes de Paris 2024 et les acteurs locaux pour faire de ce moment un grand évènement populaire et que le monde entier voit à quel point la Côte-d’Or est belle !

Et c’est bien parce que cette Côte-d’Or est belle que nous continuerons d’investir dans la préservation de notre patrimoine aux côtés des communes, parce que sauvegarder notre patrimoine, c’est préserver le visage de la Côte-d’Or et le visage de la France.
Investir dans nos territoires, dans nos communes, c’est aussi bon pour l’emploi local.
Je rappelle que nous avons lancé un programme d’investissement massif et historique, un véritable plan Marshall de 150 millions d’euros pour nos communes afin qu’elles puissent continuer d’investir dans des projets structurants pour l’attractivité de la Côte-d’Or.
Nous avons accueilli récemment les nouveaux habitants avec Côte-d’Or Attractivité, chère Marie-Claire BONNET-VALLET.
Nous continuerons d’investir en 2023 dans les stratégies du futur et sur l’attractivité.
Investir pour l’avenir c’est continuer d’investir dans le Très haut débit et les usages du numérique.

Je regrette le retard pris sur certains chantiers du déploiement mais grâce à la stratégie que nous avons menée, plus de 90 % des Côte-d’Oriens bénéficient déjà du Très haut débit à 30 mégabits / seconde et près de 100 % du haut-débit à 8 mégabits / seconde.
Et notre objectif est bien d’achever cette année l’ensemble de la couverture en Très-Haut-Débit et à la fibre qui arrivera devant chaque domicile des Côte-d’Oriens pour permettre l’accès à la télémédecine, au télétravail, de faire face à la révolution numérique.
Avec nos services, nous continuerons de lutter contre l’illectronisme et les nouvelles fractures liées à la dématérialisation.

Nous avons devant nous d’autres défis dont celui du changement climatique.
Plus personne ne peut raisonnablement contester le changement climatique. Nous avons connu l’an dernier des phénomènes tempétueux, une sècheresse particulièrement longue et des feux de forêts que nous n’avions pas l’habitude de voir ici.
Pour faire face à ces nouveaux phénomènes, nous avons décidé d’investir 5 millions d’euros supplémentaires dans des engins et matériels de protection et de lutte contre les feux de forêts qui seront prépositionnés territorialement.

Je veux remercier et rendre hommage à nos sapeurs-pompiers du Service Départemental d’Incendie et de Secours de Côte-d’Or au nom de tous les Côte-d’Oriens, cher Président du Conseil d’Administration du SDIS, Hubert POULLOT, et cher contrôleur général, Régis DEZA.
Car nous avons, avec l’Etat, le devoir d’assurer la sécurité des biens et des personnes en tout point du département.

Quand on est face à un tel défi, chacun doit pourvoir agir et je le dis, le Département ne sera pas un partenaire dormant en matière de politique de l’eau et de biodiversité. Nous sommes un des premiers financeurs.
Et s’agissant de l’approvisionnement en eau potable, je ne souhaite pas un modèle qui vise à ce que le prix de l’eau se stabilise en ville pour des raisons évidentes de densification et qu’il explose à la campagne.
Je ferai tout dans le respect des communes et des syndicats pour garantir un accès à l’eau de qualité, à un prix abordable, en tout point du territoire et pour tous les usages car l’eau est un bien universel.
Sans eau, pas de vie, pas de construction, pas de développement, pas d’agriculture.
Le sujet est sérieux. Nous avons connu des communes qui n’avaient plus d’eau lors des périodes de sécheresse de l’an dernier.
Et je veux remercier le Préfet de Région de travailler avec nous sur cette question.
Face au changement climatique, nous resterons aussi aux côtés des agriculteurs et je salue les élus des syndicats qui ont été à la manœuvre pour trouver des solutions d’urgence afin d’apporter de l’eau aux éleveurs qui ne pouvaient plus abreuver le bétail ou produire des légumes.

Enfin, dernier point, les mobilités. Nous gérons 5 674 km de routes et j’ai pris la décision de proposer à l’Etat de reprendre la propriété de l’A 38.
Nous sommes en train de discuter les conditions de cette reprise.
J’ai déjà eu l’occasion de le dire : l’A38 entre Pouilly-en-Auxois et Dijon est un axe structurant comme l’est l’ARC. Je ne veux pas d’un péage sur cette autoroute et elle restera à 130 km/h hors territoire métropolitain.

Bien sûr, nous sommes nous aussi dans un contexte tendu financièrement.
La facture énergétique pour le Département, c’est 6 millions de plus qu’avant la crise !
Mais nous y ferons face, résolument, à vos côtés en 2023.

Pour conclure, je forme simplement le vœu que la vie soit plus apaisée, plus douce, que le spectre de la guerre s’éloigne…
Et je vous assure d’une chose qui n’est pas un vœu : je continuerai de me battre pour un développement équilibré de la Côte-d’Or pour que chacun se voie un avenir là où il a choisi de vivre tout simplement.

Vive la Côte-d’Or,
Vive la République,
Et vive la France.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

En 2023 la COVATI continue à investir pour l'attractivité du territoire en collaboration avec les communes
Luc Baudry, Président de la Communauté de communes des...
Jérémie Brigand et les conseillers communautaires bien décidés à relever les défis de 2023
Jérémie Brigand, Président de la Communauté de...
Tenir ses engagements, ne laisser aucun de ses enfants sur le bord du chemin
Après deux années de distanciation, dans ce moment fraternel et...
Le Siceco souhaite accélérer ses missions en faveur de la transition énergétique
Jacques Jacquenet, Président du SICECO, territoire...
Faire vivre sa commune...
C'est avec la ferme intention de rattraper les deux dernières...
Premiers voeux en "présentiel" pour Sébastien Delacour, Président de la com com Rives de Saône
Sébastien Delacour, Président de la Communauté de communes...
A Is-sur-Tille, Thierry Darphin présente des voeux de santé et de reussite pour tous dans une commune aux multiples projets !
Vendredi 6 janvier, Thierry Darphin, maire d'Is-sur-Tille a...
Voeux 2023, François Rebsamen prône le faire ensemble pour améliorer encore les conditions de vie à Dijon et dans la Métropole
Sur le fil conducteur du "faire ensemble" François Rebsamen a...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.