#projet structurant : Le pont de Saint-Seine-sur-Vingeanne réhabilité

07 mars 2023

La remise en état du pont de St-Seine-sur-Vingeanne est un moment important pour la commune, le canton et la Côte-d’Or. Projet structurant pour le territoire, il permet chaque jour le passage de 2.000 véhicules dont 7% de poids lourds. D'un montant de 370 000 €,  le chantier a été entièrement financé par le Département. C'était l'occasion pour François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or de rappeler les actions engagées par la collectivité pour la gestion et l'entretien du réseau routier ainsi que la politique du Département pour que chaque habitant de la Côte-d'Or puisse vivre là où il l'a choisi.

 

Ce lundi 6 mars, François Sauvadet, Président du Conseil Départemental de la Côte-d’Or, a effectué la visite de fin de chantier de réhabilitation du Pont de Saint-Seine-en-Vingeanne. Cette visite vient conclure un chantier de grande ampleur qui a duré 3 mois, financé à 100 % par le Département. La circulation des usagers peut reprendre en toute sécurité.

Situé sur la RD 960 et traversant le canal entre Champagne et Bourgogne, le Pont de Saint-Seine-sur-Vingeanne a fait l’objet de travaux de remise en état et de renforcement au deuxième semestre 2022. Ces travaux consistaient à sécuriser et reconstruire le tablier du pont, afin de permettre notamment le passage de véhicules lourds (supérieurs à 44 tonnes) en toute sécurité. Le pont accueille 2 000 véhicules par jour (dans les deux sens), dont 7 % de poids lourds.

Entièrement financés par le Département à hauteur de 370.000 € et réalisés par l’entreprise G2C, les travaux ont permis la déconstruction et la reconstruction d’un nouveau tablier en béton armé et la réparation des culées et des murs en retour. Pendant les travaux, un réseau d’eau potable a dû être dévoyé et remplacé à neuf. Cette prestation a été réalisée par le Département et financée par le SIAEP Haute-Vingeanne à hauteur de 11.000 €.

 

« La sécurité des usagers de la route est une des premières priorités du Département » rappelle le Président Sauvadet. « J’ai souhaité renforcer les moyens alloués en conséquence pour que tous les Côte-d’Oriens puissent se déplacer en toute sécurité à travers leur département ».  

Les ouvrages d’art font partie intégrante du domaine public routier départemental. Leur entretien et leur sécurisation sont pleinement de la responsabilité du Département.

On dénombre 1 500 ponts et 1 000 murs de soutènement le long des 5 674 km de routes départementales. La plupart ont été construits au cours des 19e et 20e siècles, et tous font l’objet d’une surveillance périodique par les 5 agences territoriales du Département (visites annuelles ou triennales).

En structure métallique ou reconstruits après la 2nde Guerre mondiale, une surveillance particulière est confiée aux ponts qui enjambent le canal de Bourgogne et le canal entre Bourgogne et Champagne.

Après un premier ouvrage reconstruit en 2020 sur la commune de Renève, le Département a réalisé en 2022 les travaux sur les ouvrages des communes de Saine-Seine-sur-Vingeanne et Maxilly-sur-Saône. En 2023, trois autres ouvrages sont en cours d’étude sur le canal de Bourgogne, sur les communes de Marigny-le-Cahouët, Sainte-Marie-sur-Ouche et Brazey-en-Plaine.

Ils feront l’objet de travaux en 2024. 

Christian Charlot, maire de Saint-Seine-sur-Vingeanne confirme la nécessité de mettre le pont en sécurité.  Il remercie au nom des élus du canton et des habitants, le Président et la majorité départementale de poursuivre l'aménagement du territoire dans les zones rurales au delà de la rocade.

 

 

 

La remise en fonction d’un ouvrage d’art structurant du canton de St-Apollinaire

Dans le cadre de sa politique d’aménagement des territoires, le Conseil départemental de la Côte-d’Or s’engage, dans le cadre de ses compétences, pour l’amélioration et l’entretien du réseau routier départemental, afin de faciliter la circulation sur 100 % du département afin de garantir un maximum de sécurité aux usagers.

Le Département a réalisé les travaux de remise en état et de renforcement du pont de franchissement du canal Champagne et Bourgogne de la RD 960 sur la commune de Saint-Seine-sur-Vingeanne. Trafic : 2.000 véhicules par jour (dans les 2 sens) dont 7% de poids lourds.

Pour rappel : Deux canaux traversent la Côte-d’Or. Le canal de Bourgogne, ouvert intégralement à la navigation en 1832, et le canal entre Champagne et Bourgogne, ouvert au trafic en 1907.

Des travaux de reconstruction et de sécurisation de grande ampleur sur 3 mois

Il s’agit principalement de travaux, réalisé en en temps record, de reconstruction du tablier du pont afin de rétablir la capacité portante de l’ouvrage permettant ainsi le passage de véhicules lourds de plus de 44 tonnes.
L’ancien tablier, constitué de poutrelles en béton précontraint (technique innovante d’après-guerre), avait été reconstruit en 1947, sur le canal dit de Marne à la Saône à l’époque.
Le chantier s’est déroulé sous coupure totale de circulation (avec déviations) et est encadré par le passage de 2 voies vertes qui ont été maintenues pendant la durée des travaux.

Etat du patrimoine départemental en matière d’ouvrages d’art 

A. Panorama sur les ouvrages d’art en Côte-d’Or

En plus de 5.674 km de RD qui la sillonnent, la Côte-d’Or compte 1.556 ponts et plus de 1.000 murs de soutènement.
Ces ouvrages d’arts sont surveillés méticuleusement lors de près de 800 visites annuelles grâce à l’engagement quotidien de près de 240 agents routiers du CD21 qui assurent au quotidien l’entretien et la sécurité de nos routes et infrastructuresIl faut les en remercier.

Répartitions des ponts en Côte-d’Or :

- 48 % de ponts en maçonnerie

- 24 % de ponts en béton armé

- 8 % de ponts métalliques

- 7 % de ponts en béton précontraint

- 12% de ponts en formes de buses diverses.

B. Rappel des actions du Département engagées vis-à-vis des ouvrages d’art

1. La surveillance

Les ponts sont suivis de manière périodique selon des modalités dépendant de leurs ouvertures (distances entre les appuis) avec production systématique de PV adaptés à chacune des structures et intégrés ensuite dans un logiciel spécifique gérant tous les ouvrages d’art départementaux assujettis à des notes traduisant en particulier leur état :

- visites tous les 3 ans pour les ouvrages modestes de 2 à 10 mètres d’ouverture,

- visites tous les ans pour les autres.

> Pour 2022, il y a eu 834 actions de surveillance : 811 effectués par les agents du CD21.

Les plus grands ouvrages ou ceux présentant des structures particulières font l’objet, en complément, de visites plus approfondies dites « Inspections Détaillées » tous les 6 ans (3 ans pour les ponts sur la Saône) portant à la fois sur les superstructures et les appuis immergés et se traduisant par un rapport complet. Il s’agit de véritables bilans de santé des ouvrages.

> Pour 2022, 23 ponts ont fait l’objet d’une Inspection Détaillée dont 4 pour des appuis immergés avec intervention de scaphandriers et de sondeurs acoustiques permettant de cartographier les fonds des rivières.

Depuis l’effondrement du pont de Gênes (2018), les crédits alloués aux inspections d’ouvrages est passé de 45 000 € TTC par an à environ 75.000 € par an afin de permettre une surveillance plus approfondie de certains ouvrages sensibles comme ceux en béton précontraints franchissant la canal entre Champagne et Bourgogne reconstruits après 1945.

Les murs de soutènement ne font pas, aujourd’hui, l'objet de suivis spécifiques mais au minimum d’un passage annuel dans le cadre des patrouilles de reconnaissance du réseau routier.

2. Les diagnostics

A l’issue des différentes campagnes de surveillance, il peut être décidé, suivant la notation de l’ouvrage, de mener des diagnostics complémentaires pour mieux connaître sa pathologie et envisager, par la suite, les meilleures solutions de réparation.

On a souvent recours des essais non destructifs sur les structures pour détecter la présence et le positionnement des aciers dans le béton armé par exemple ou à des essais destructifs afin de prendre des échantillons des matériaux (béton, acier, maçonnerie, peinture ...) en vue de les analyser en laboratoire. Les ouvrages étant fondés sur le sol, il est parfois utile de réaliser des sondages géotechniques afin de connaître la nature et la portance de ces derniers.

> Pour 2022, le Département a engagé une enveloppe de 100.000 € pour effectuer ses études et inspections d’ouvrages d’art.

3. Les travaux de maintenance

Chaque année, le Conseil départemental de Côte-d’Or programme des travaux de maintenance sur les ouvrages d’art (réparations ou reconstructions partielles ou intégrales) sur une quarantaine de ponts.Ce programme couvre tous les ponts et les murs de soutènement.

Ces travaux nécessitent au préalable et après les éventuels diagnostics, des études plus ou moins complexes ou longues ainsi que la gestion des démarches administratives liées à l’environnement immédiat de l’ouvrage (franchissement d’une rivière, présence d’espèces protégées ...)

> La réparation d’un petit ouvrage en maçonnerie (5 mètres de long) se monte en général entre 20.000 € et 50.000 €,

> La réparation d’un ouvrage en béton type franchissement d’autoroute est en général de l’ordre de 500.000 €,

> La réparation des plus grands ouvrages sur la Saône, oscille entre 1.000.000 € et 2.500.000 € comme sur le pont de Lamarche-sur-Saône en 2020.

C. La sécurité des routes et des ponts est la première des priorités du CD21

Tous les investissements du Département consacrés à créer, aménager et entretenir les routes ont un objectif commun : garantir la sécurité routière en tous points de la Côte-d’Or.
En 2023, le Département a engagé une enveloppe de près de 30 M € (28,2 M €) pour assurer pleinement sa compétence dans la gestion et la sécurisation de toutes les routes et ouvrages d’art départementaux.


Budget routes 2023

En 2023, près de 30 M € (28,2 M €) pour garantir la sécurité sur nos routes : 

Les chaussées : près de 27 M €. Ce chiffre comprend notamment les travaux de couches de roulement
(12 M €)
, le laboratoire routier, les aménagements annuelles routiers (3,4 M €), les aménagements ponctuels d’urgence et de sécurité, les acquisitions/aliénations foncières, les subventions de maîtrise d’ouvrage communale, les opérations pluriannuelles (3,4 M € : fin du contournement de Mirebeau à 65.000 €, rocade de Beaune à 1 M €, réparation d’ouvrage sur voie de communication à 2,2 M €), l'entretien courant des chaussées (3,5 M €), la viabilité hivernale (1,02 M €), travaux d’étanchéité (1,3 M €) entretien des ouvrages d’art (3,3 M €) 

- Aide à la voirie communale : 5 M €

- Matériels, véhicules et engins CD21 : 3,42 M € (entretien, maintenance, renouvellement) ;

- Sécurité routière : 1,33 M € (signalisation horizontale et verticale, concours Christian Myon, REAGIR, aides aux associations) ;

- Mobilités douces : plus de 1,1 M € (entretien, liaison Bretenière/Saint-Usage) + 300.000 € de subvention pour les achats de vélos à assistance électrique (Ce dispositif rencontre un grand succès depuis son lancement avec près de 3 600 aides déjà accordées par le Département pour un total de 900.000€.) ;

- Études routières : 480.000 € ;

- Opérations à caractère général : 147.500 € (péage, gestion des déchets, …) ;

- Dépendances et accessoires : 30.000 € (entretien des abribus).

S’ajoute le budget alloué au transport des élèves en situation de handicap : 3,15 M € (compétence obligatoire du Département, non transférée à la Région)

C’est de 3 à 4 M € par an qui sont consacrés à la rénovation de ces infrastructures stratégiques, essentielles aux déplacements au quotidien des habitants (aller au travail, faire les courses, chercher les enfants à l’école…). Car la Sécurité Routière représente certes un coût mais cela n’a pas de prix.

D. Un vaste programme de rénovation des ponts sur canaux lancé depuis 2020

Afin d’assurer la sécurité de tous les usagers de la route en Côte-d’Or, le Département s’est lancé dans un programme de renforcement des ponts sur canaux avec la reconstruction de tabliers aptes à supporter des charges routières importantes tout en essayant de conserver les appuis en maçonnerie d’origine.
Le 1er ouvrage a été reconstruit en 2020 sur la commune de Renève (canton de St-Apollinaire) et deux autres en 2022 sur les communes de Saint-Seine-sur-Vingeanne (canton de St-Apollinaire) et de Maxilly-sur-Saône (canton d’Auxonne).
En 2023, 3 autres ouvrages sur le canal de Bourgogne sont en cours d’étude pour les communes de Marigny-le-Cahouët (canton de Montbard), Sainte-Marie-sur-Ouche (canton de Talant) et Brazey-en-Plaine (canton de Brazey-en-Plaine). Ils feront l’objet de travaux en 2024.

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Ne dites plus l'A38 mais "La Côte-d'Orienne"
"Le réseau routier dans un département est un...
Etre bien accompagné pour bien vieillir en Côte-d'Or !
Avec plus de 150 000 personnes de plus de soixante ans en...
Tour de France : 51 maires des communes traversées mobilisés pour le Tour en Côte-d’Or
Dans 90 jours exactement, 177 coureurs du Tour de France traverseront 51...
Déploiement du THD en Côte-d'Or... C'est bientôt terminé
Alain Lamy et Charles Barrière, vice-présidents du Conseil...
Session du Conseil départemental du Lundi 25 mars 2024
L’Assemblée départementale s’est réunie lundi...
J-100 jours avant le passage du Tour de France Le compte à rebours est lancé !
Le Tour de France arrive en Côte-d’Or et le Département de...
Des élus au service de l’eau
Au cœur des préoccupations sociétales, l’eau dispose...
L’ARS BFC et ses partenaires s’investissent pour un système de santé préventif, accessible et innovant
Jeudi 21 mars 2024, Jean-Jacques Coiplet, directeur général de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *