Le fonds vert accélère la transition écologique dans les territoires ; découvrez les premiers lauréats en Bourgogne Franche-Comté

11 avril 2023

Annoncé par la Première ministre, Élisabeth Borne, fin août dernier, le fonds d’accélération de la transition écologique dans les territoires, aussi appelé Fonds vert, est doté de 2 milliards d’euros afin d’aider, dès 2023, les collectivités territoriales et leurs partenaires à accélérer leur transition écologique.

L’urgence du dérèglement climatique et les menaces sur notre biodiversité rendent indispensable une planification écologique ambitieuse, dans tous les domaines, qui nous permette d’atteindre les objectifs que notre pays s’est fixés : la restauration de la biodiversité d’ici 2030 et la neutralité carbone d’ici 2050.
Ces ambitions demandent la mobilisation de toutes et tous, dans tous les territoires.
C’est pourquoi, avec le Fonds vert, nous avons voulu doter notre pays d’un dispositif pour soutenir les projets des collectivités et des élus locaux, en faveur de la transition écologique. Inédit par son montant de deux milliards d’euros, il l’est aussi par sa méthode, territorialisée, où tout part des initiatives et des idées des collectivités. Depuis la rénovation de l’éclairage public à celles d’une mairie ou d’une école en passant par la renaturation de friche : le Fonds vert soutient des projets concrets, portés par les élus locaux, adaptés aux besoins et aux particularités de leur territoire.
Grâce à ces projets, notre empreinte environnementale est réduite, la qualité de vie de nos concitoyens améliorée, et nos collectivités peuvent réaliser des économies. Je tiens à saluer la qualité et la variété des très nombreux dossiers de candidature reçus, venus de toute la France, qui témoignent d’une ambition écologique profondément ancrée dans nos territoires.
Les dérèglements environnementaux imposent des réponses concrètes, rapides, tangibles, au-delà des clivages. C’est ce que nous demandent nos compatriotes. C’est ce que le Fonds vert permet.
Alors que la planification écologique se déploie, nous devons continuer à accélérer et amplifier notre action. Et avec les collectivités, c’est ensemble que nous relèverons le défi face à nous ! »
Élisabeth Borne,
Première ministre

 

En Outre-mer, en métropole, partout en France, nous faisons face aux conséquences du dérèglement climatique. Les épi- sodes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents, le recul du trait de côte, ou encore la baisse de la biodiversité, nécessitent que nous accélérions notre transition écologique, dans tous les territoires. Lutter efficacement contre le réchauffement climatique implique d’atténuer partout notre empreinte écologique, pour en limiter la progression. Mais cela suppose aussi de s’adapter, déjà, au mieux, à ses effets inévitables, pour assurer la protection et la résilience de notre société, de ses infrastructures et des populations.
Le Fonds vert, annoncé par la Première ministre en août dernier, est un outil décisif pour y parvenir, avec son montant inédit de deux milliards d’euros, et son mode de fonctionnement novateur. Deux mois après l’ouverture des formulaires, les résultats sont impressionnants.
Car si le réchauffement climatique est une réalité pour tous, chaque territoire y est confronté de manière unique. C’est pourquoi nous avons fait le choix d’une attribution différenciée, où tout part des initiatives portées par les élus locaux, qui se sont emparés de longue date des enjeux de transition écologique. Au plus près des réalités du terrain et des besoins de nos concitoyens, ils sont les fers de lance de notre lutte commune contre le réchauffement climatique, comme en témoigne le nombre et l’ambition des projets qui ont été reçus. Je tiens à les remercier de leur engagement exemplaire, au service de tous les Français. L’Etat se doit d’être présent à leurs côtés, et nous ne cesserons de les accompagner tout au long de la mise en œuvre de leurs projets. »
Christophe Béchu,
Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

 


Le projet

La rénovation énergétique du COSEC est une opération inscrite au CRTE du Val-de-Saône et portée par la commune de Charnay-lès-Mâcon, 7 742 habitants, située au sud du département de Saône-et-Loire.
Cette commune, dont la maire est également présidente du PETR du Mâconnais-Sud-Bourgogne, est engagée depuis plusieurs années dans le renforcement de ses actions en faveur de la transition écologique.
Elle a notamment bénéficié de subventions France Relance pour la rénovation énergétique de ses écoles, en 2021 (subvention d’un montant de 1 675 476€).
Le COSEC, salle multisports d’une capacité d’environ 900 places assises, utilisé par des associations et des écoles, est le bâtiment le plus énergivore de la commune, ce qui explique l’urgence et l’importance de ce projet. Le rayonnement supra-communal de ce complexe renforce l’intérêt du projet : il abrite une équipe de basket féminine professionnelle, une vingtaine d’équipes amateurs venus de toute l’agglomération mâconnaise, et un centre de formation basket féminin.
L’engagement de la première dépense est prévu pour le mois de mai 2023. Les travaux débuteront à l’été 2023 et devraient être terminés en 2024.
La commune souhaite, par le biais de cette opération d’investissement, soutenir l’emploi local, en s’appuyant sur les ressources biosourcées du territoire et les filières locales du bâtiment et de la construction.


La commune de Charnay-lès-Mâcon s’est engagée depuis 2020 dans un
vaste programme de rénovation de ses principaux équipements publics.
C’est ainsi que la municipalité a procédé en 2021 à la rénovation énergétique de ses trois écoles et de la totalité de l’éclairage public.
Ces réalisations, aujourd’hui achevées, contribuent à l’effort collectif de réduction de la consommation énergétique, dans un contexte international tendu, et participent à la transition écologique du territoire. Nous constatons d’ores et déjà l’impact de ces investissements sur nos dépenses de fonctionnement. La volonté municipale est de poursuivre la priorisation de ses investissements sur la rénovation énergétique.
Cependant, la seule capacité d’autofinancement de la commune ne permettrait pas d’engager leur réalisation sans la mobilisation de cofinancements.
C’est pourquoi la commune a sollicité le fonds d’accélération de la transition écologique des territoires, le Fonds vert, qui constituera le levier essentiel du financement ».

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Signature de l’acte de transfert de propriété de l’ancienne base aérienne 102
Mercredi 17 juillet 2024, sur le site de l’ancienne base aérienne...
Pose de la première canalisation polyéthylène certifiée biosourcée à Dijon
Un chantier exemplaire est en cours rue de Montchapet, non pas pour son...
Plus de 2 150 projets ont vu le jour avec l’aide des programmes FEDER-FSE Bourgogne et Franche-Comté 2014-2020
Pour atteindre les objectifs fixés par l’Union européenne...
La Région Bourgogne-Franche-Comté et EDF renouvellent leur convention-cadre de partenariat au service d’un territoire décarboné.
Marie-Guite DUFAY, Présidente de la Région...
CESER BFC en Côte-d'Or - À la découverte de deux sites de production d'énergie verte
Les conseillères et conseillers des commissions...
Inauguration d’une placette de compostage partagé
Dans le cadre du printemps de l’environnement, le Conseil...
Mieux comprendre la mobilité électrique
La voiture électrique constitue un atout important pour améliorer...
La Région Bourgogne Franche-Comté à la rencontre des quartiers prioritaires
Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique en faveur des quartiers...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *