Les maires d'une seule voix pour la cohésion nationale

03 juillet 2023

Le département de la Côte-d’Or connaît depuis une semaine des épisodes de violences urbaines. Des élus ont été agressés, à l'appel de leurs associations représentatives, lundi 3 juillet midi, les maires ont revêtu leur écharpe et se sont installés devant leur mairie, ils en appellent à la cohésion nationale ; ils rappellent qu'ils constituent la base de la démocratie et demandent à la population de les respecter et à l'Etat de les protéger.

 

 

Ludovic Rochette Président de l'association des Maires de la Côte-d'Or avait invité habitants et élus devant la mairie de Brognon afin de de démontrer la cohésion nationale, à l'échelon communal

"Depuis une semaine, notre pays est le théâtre de troubles graves ; les symboles de la République que sont nos mairies, nos écoles, nos bâtiments publics sont pris pour cible avec une violence inouïe.

Des élus ont été insultés, agressés. Et hier soir, la famille de notre collègue Vincent Jeanbrun, maire de L’Haÿ-les-Roses a été la cible d’une attaque inqualifiable. Quand on agresse un maire, on attaque la République. Quand on touche à sa famille, on attaque l’humanité.

Pour traverser ces moments difficiles, nous avons besoin de démontrer notre cohésion, en proximité.

Vive la République et vive la France."

 

Protéger et soutenir les élus locaux, l'Association des maires ruraux  s'adresse à la population mais aussi à l'Etat et aux parlementaires

« Elus et citoyens, c'est ensemble, qu'il s’agit de manifester notre soutien indéfectible à la République.
À la base de notre République, le maire et les élus municipaux incarnent le premier mètre de la démocratie, la mairie constitue votre service public de proximité.
Nous sommes là pour refuser que quiconque s’attaque aux bases de notre République.
C’est sur ces bases que nous construisons un destin commun et nul ne pourra détruire cette richesse en partage.
Ce à quoi nous avons assisté depuis plusieurs jours nous atterre et nous scandalise. La colère suite à la mort du jeune de 17 ans à Nanterre ne justifie en rien l'escalade des faits ignobles de ces derniers jours, ciblant les commerces de proximité, les services publics, les mairies.
Des agressions verbales aux violences physiques, des intimidations aux destructions, maintenant, cela suffit !

Cessons de mettre le feu à notre Maison Commune !
Nous en appelons à des décisions fortes pour protéger et soutenir les élus locaux, à la base du pacte républicain.
La République et la Démocratie ne sont pas des concepts, mais des pratiques auxquelles il nous appartient collectivement de donner vie et réalité, par l’éducation renforcée, base de tout projet de société humaine, par la justice adaptant sa réponse avec fermeté, par la construction de la cohésion sociale et de la confiance dans nos institutions, au premier rang desquelles les milliers de bénévoles et élus municipaux oeuvrant chaque jour pour l’amélioration de notre quotidien.
C’est cela que nous sommes venus dire, nous ne céderons à aucune tyrannie 
Nous avons la capacité de vivre et de faire ensemble une société du respect, du droit et des devoirs, il faut que chacun nous en donne la force et les moyens. »
Vive la République. Vive la France !

 Bruno Bethenod, Président de l'AMR21 (Photo d'archive)

 

 

 

 

Ecole Champollion brûlée, école fermée. François REBSAMEN  enjoint les parents à exercer leur autorité parentale auprès de leurs enfants mineurs pour que ne se reproduise jamais ce type d’actes odieux et criminels qui ne servent aucune cause.

Un incendie d’origine manifestement criminelle est intervenu samedi soir à l’école Champollion. Il s’agit d’un acte de malveillance d’une extrême gravité qui touche un bâtiment public, et dont le ou les auteurs encourent une très lourde peine.

L'incendie de l'école de Champolion a endommagé sérieusement l’école, et pénalise les familles du quartier, en particulier les enfants. Aucune raison ne saurait justifier un tel acte criminel.

En conséquence :

- l’école élémentaire, impraticable, sera fermée aux élèves,

- les enfants de maternelle pourront être accueillis comme habituellement et la restauration scolaire fonctionnera,

- pour les enfants de l’école élémentaire dont les parents seraient sans solution, un accueil collectif sera organisé dans les locaux périscolaires de Champollion et de Montmuzard selon le nombre d’enfants concernés.

François REBSAMEN tient à remercier les pompiers et les forces de l’ordre sans l’intervention desquels cet incendie aurait pu avoir des conséquences encore plus dramatiques.

 

 

A Chenôve mobilisation civique contre les violences. 150 personnes, élus, agents de la Ville de Chenôve et son Centre communal d’action sociale (CCAS) et citoyens étaient réunies à 12h devant l’Hôtel de Ville.

Après les évènements tragiques qui ont vu la destruction délibérée du skate-park en 2019, l’incendie criminel du centre de loisirs du plateau en mars 2020 (la veille du premier tour de l’élection municipale), l’incendie criminel du poste de police municipale en mars 2022 et l’incendie criminel de l’Hôtel de Ville le 14 juillet 2022, Chenôve, son maire, ses élus, ses agents du service public et toutes ses forces vives et citoyennes exprime sa totale solidarité à l’endroit de l’ensemble des communes de France frappées par les violences.

Thierry FALCONNET, maire de Chenôve s'est adressé aux élus, agents communaux, citoyennes et les citoyens de Chenôve

"Nous sommes réunis, ensemble et solidaires, à l’invitation de l’Association des Maires de France (AMF), sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Chenôve, symbole d’une Cité et de ses habitants.
Partout en France, devant les mairies, aujourd’hui, se réunissent à l’heure où je vous parle les élus, des représentants de l’Etat, les agents des collectivités et les citoyens de nos communes.
Depuis mardi dernier, une grande partie de notre pays est le théâtre de troubles graves, qui ciblent avec une extrême violence les symboles républicains que sont les hôtels de ville, les écoles, les bibliothèques, les commissariats de polices – nationales et municipales –, mais également des symboles de notre service public : transports en commun, policiers et pompiers, agents des collectivités, sans parler des centres de secours, des pharmacies, des salles de spectacle attaqués, pillés, incendiés.
Plus de 150 édifices publics ont ainsi été détruits, le domicile et la famille d’un de nos collègues maire a été visé par une attaque criminelle inadmissible. Je le redis : le ministère de l’intérieur indique que « les violences et menaces faites aux élus ont augmenté de 32% entre 2012 et 2022, et elles augmentent encore » en 2023.
J’ajoute, car j’ai une pensée pour eux, que des agents de l’Etat et des agents des collectivités territoriales sont également pris pour cible de manière intolérable. Parce que nous agissons, nous sommes menacés, nous sommes insultés, nous sommes agressés. Cela ne peut plus durer.
Sans aucune ambiguïté, je condamne les agissements aussi inadmissibles qu’indéfendables auxquels nous assistons et faisons face en France, et qui donnent aux extrêmes tous les arguments pour contester notre modèle républicain fondé sur la concorde civile et l’acceptation du rôle de nos institutions. Cette crise, inédite par son ampleur et par sa violence, doit maintenant cesser et nous devons montrer que nous sommes là, sur le terrain – comme toujours –, au service de nos habitants en conduisant des politiques publiques en proximité.
Nous sommes consternés face au déchaînement de violence qu’impose au pays une minorité agissante. Mais nous n’allons pas courber l’échine, nous n’allons pas nous résigner. Nous sommes résolus à nous y opposer. Au nom de notre pacte républicain. Au nom de la Res Publica, notre bien commun.
Nous en appelons à l’Etat pour rétablir l’ordre républicain. C’est sa responsabilité pleine et entière. Il ne peut y avoir de justice sans ordre. A ce titre, plus particulièrement, je tiens justement à saluer la mobilisation de l’Etat et le plein soutien de Monsieur le Préfet de Côte d’Or aux côtés de notre ville et ses habitants dans les circonstances que nous traversons, en ayant mobilisé des forces de sécurité importantes sur le territoire de notre commune depuis mardi.
Nous en appelons également à la mobilisation civique des citoyens pour le retour à la paix civile. Le calme doit revenir et le dialogue reprendre. Aujourd’hui nous tous Maires de France appelons à l’apaisement.
J’appelle solennellement devant vous, et avec vous, à l’apaisement.
Plus que jamais, disons-le :
Vive la République, Vive la France, Vive Chenôve."

La Ville de Chevigny-Saint-Sauveur rassemblée pour le retour à la paix civile

Ce midi sur le parvis de l’Hôtel de Ville, le Maire de Chevigny-Saint-Sauveur, Guillaume RUET, a lu l’appel à la paix civile de l’Association des Maires de France devant une centaine de personnes.  

Il a ainsi répondu à l’appel de l’Association des Maires de France (AMF) aux 36.000 maires français pour qu’ils réunissent leurs élus, leurs agents et leurs habitants devant les mairies pour appeler au retour à l’ordre républicain face aux émeutes qui secouent notre pays depuis plusieurs jours, où des élus se font violemment agresser.

« J’ai été très ému par la forte affluence ainsi que de nombreux messages de soutien reçus ces derniers jours par les Chevignois » a indiqué le Maire, Guillaume RUET. « Face à ce climat très difficile pour les élus, c’est un geste qui fait chaud au cœur et qui nous invite à poursuivre notre engagement pour notre commune, notre pays, notre République. » conclut-il à propos de ce message, qui a été retransmis en direct sur Facebook devant un nombre important de personnes.

Ce n’est pas la première fois que Guillaume RUET s’oppose aux violences faites aux élus et plus largement, aux dépositaires de l’autorité publique. Il avait ouvert le dernier conseil municipal (27 juin) en exprimant son soutien aux élus victimes de violences comme ce fut le cas par exemple à Saint-Brevin où le Maire avait eu sa voiture incendiée.

 

Violences urbaines : le préfet de la Côte-d’Or condamne une nouvelle fois des agissements inacceptables

L’agglomération dijonnaise et Beaune ont été le théâtre de nouvelles violences et dégradations que rien ne saurait justifier.

Ce sont encore les habitants des quartiers les plus en difficulté de ces communes qui subissent les conséquences des actes de ces voyous. Une nouvelle fois, les forces de l’ordre ont été prises à partie.

Le préfet Franck Robine condamne fermement ces agissements qui n'ont pas leur place dans notre République. Il remercie les policiers, les gendarmes, les sapeurs-pompiers, les élus et les agents municipaux qui ont été exposés à ces violences et leur assure tout son soutien.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

8 500 habitants ont participé à « l’Opération Pouvoir d’Achat » des Maires
Lancée depuis mi-mars par 27 communes côte-d’oriennes,...
Le projet Territoire zéro non recours de Dijon métropole démarre
Mercredi 15 mai, Françoise Tenenbaum, Vice-Présidente de Dijon...
La Communauté de communes du Pays Châtillonnais baisse les taux d'imposition de 3,9% en 2024
Depuis de nombreuses années, entre transferts de compétences...
Profexpress, un nouvel outil de soutien scolaire à Chenôve
L’Education est une priorité de la politique menée par la...
Etre bien accompagné pour bien vieillir en Côte-d'Or !
Avec plus de 150 000 personnes de plus de soixante ans en...
La CC NeT signe 9 dossiers d’aides au BAFA
La Communauté de communes Norge et Tille s’engage à...
Quand la musique électro investit Dijon et attend le monde rural
Du 2 au 30 avril, la ville de Dijon s’anime au rythme de la musique...
Cap sur mon Projet Professionnel : répondre aux défis de l'emploi et de l'inclusion sociale sur le territoire de la Plaine Dijonnaise
En 2023, les chiffres de l'emploi ont évolué sur le territoire de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *