Le conseil municipal de Dijon s’est réuni lundi 20 novembre 2023 pour examiner 28 rapports

Le conseil municipal de Dijon s’est réuni lundi 20 novembre 2023 pour examiner 28 rapports

Info+ :

Les conseils sont ouverts au public

Vous pouvez vous rendre à l'Hôtel de ville de Dijon.

Vous pouvez également les suivre en vidéo, en direct ou en différé en suivant ce lien www.dijon.fr/Vie-municipale/Conseil-municipal-ordre-du-jour-et-live


22 novembre 2023

Parmi les importants points présentés, le conseil a porté sur :
- L’adoption du rapport Développement Durable 2023 qui confirme la place de Dijon en tant que référence sociale-écologique en France et en Europe (rapport n°3).
- Le débat sur les orientations budgétaires 2024, avec une situation solide et maîtrisée qui permet à la Ville de Dijon de faire face aux défis écologiques, sociaux et économiques et de poursuivre la mise en place du programme de mandat 2020-2026 (rapport n°4).
- L’adoption du rapport annuel Diversité et Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (rapport n°2).
- L’adoption de deux délibérations en faveur de la qualité de vie au travail et du pouvoir d’achat des agents de la collectivité (rapports n°11 et 12).
- L’adoption de plusieurs délibérations patrimoniales actant la rénovation de sites architecturaux remarquables, comme la Salle de Flore, au sein du palais des Ducs et des États de Bourgogne, le Fort de la Motte-Giron et le Cellier de Clairvaux  (rapports N°16, 17 et 18).
- L’adoption d’une autorisation exceptionnelle d’ouverture dominicale le 31 décembre 2023 (rapport n°23).

Rapport Développement durable 2023 :  Dijon, référence Sociale-Écologique en France et en Europe (rapport n°3)

Fruit d’un travail transversal et multi partenarial, le rapport de développement durable 2023 permet de rappeler les grandes priorités d’action de la collectivité pour la protection de l’environnement et la transition écologique. L’ambition sociale-écologique de Dijon en la matière trouve sa traduction dans les politiques publiques mises en place par la collectivité, que ce soit à l’échelle de la ville ou de la métropole.

Dijon métropole s’est fixée comme objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, avec comme palier la réduction de 40% de ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030. Elle agit sur trois registres principaux :

Ø  construire collectivement, avec les habitants et les acteurs du territoire, un territoire climatiquement neutre, attractif, préparé à s’adapter aux effets du changement climatique, tout en tenant compte des enjeux économiques et sociaux ;

Ø  répondre aux enjeux systémiques de la transition climatique en recherchant l’efficacité, la soutenabilité, la faisabilité sociale dans la mise en œuvre, en s’interrogeant sur le rapport de l'homme à son environnement, et en diminuant l’impact carbone des activités humaines sur l’environnement ;

Ø  intégrer structurellement les enjeux de la transition climatique dans ses politiques publiques et ce, dans le cadre d’une vision systémique et coopérative structurée.

De multiples actions permettront d’atteindre ces objectifs, comme la mise en œuvre  de la révision du projet métropolitain 2022-2030, la poursuite du plan de sobriété énergétique, la protection des ressources, une haute ambition qualitative en matière de transports en commun et des modes de déplacements doux,  le plan d’innovation autour de la production locale d’hydrogène vert pour le remplacement progressif des bus et bennes à ordures ménagères alimentés au fuel par des équipements hydrogène, la rénovation énergétique des bâtiments et la politique de logements basse consommation (Plan « Grande Ambition éducative 2030 », projet européen « H2020 RESPONSE »), la préservation des terres agricoles, la politique de l’eau, la lutte contre la pollution de l’air, la préservation de la biodiversité, le soutien aux acteurs locaux de l’alimentation de proximité et de qualité avec la stratégie alimentaire 2030 « ProDij. »,  le plus grand quartier d’autoconsommation collective énergétique de France dans le quartier de Fontaine d’Ouche ou encore la réfection des terrains de sport…

Parmi les grandes actions participatives en faveur de la biodiversité, à noter : la 9e édition de la Forêt des Enfants, où les familles dijonnaises et métropolitaines ayant connu la naissance d’un enfant dans l’année sont invitées à venir planter un arbre entre 9h et 16h, à la Motte Giron, se tiendra le dimanche 26 novembre 2023. Elle atteste de la volonté d’une ville soucieuse d’agir à la fois sur le champ concret et symbolique. Cette opération de boisement est un gage d’engagement en faveur des générations futures et de la protection de la planète, et une possibilité offerte aux jeunes parents d’ancrer l’éco-citoyenneté dans leurs pratiques éducatives.

Ce rapport est articulé autour des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) tels que définis par l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2015 et les 5 finalités du développement durable, à savoir :

Ø  Relever le défi climatique

Ø  Préserver la biodiversité, les milieux et les ressources du territoire

Ø  Améliorer la qualité de vie et contribuer au bien-être de tous

Ø  Développer la cohésion sociale et la citoyenneté

Ø  Favoriser les modes de production et de consommation responsable.


Débat d’orientations budgétaires POUR L’ANNÉE 2024 : Une situation financière SOLIDE ET MAÎTRISÉE permettant de faire face aux différents défis ÉCOLOGIQUES, SOCIAUX ET ÉCONOMIQUES MALGRÉ les INCERTITUDES NATIONALES ET INTERNATIONALES (Rapport n°4)

Le débat d’orientations budgétaires 2024 s’inscrit dans un contexte national et international particulièrement complexe, marqué notamment par :

- une incertitude sur les recettes fiscales des commune
- la crise énergétique
- une urgence environnementale de plus en plus prégnante, avec des phénomènes climatiques extrêmes de plus en plus nombreux et intenses impactant toutes les sphères de la société (modes de vie, production agricole, production énergétique, etc.)
- la forte poussée inflationniste
- e ralentissement économique en cours et la spirale inflationniste

Pour autant, grâce à une gestion budgétaire prudente, rigoureuse et maîtrisée, la ville de Dijon poursuit la mise en œuvre du programme de mandat 2020-2026 et maintient le cap sur ses ambitions pour le développement du territoire, la transition écologique et la qualité de vie des habitants, avec notamment le maintien d’une politique de tarification en fonction des revenus pour la majorité des services publics municipaux (crèches, établissements de la petite enfance ou encore restauration scolaire conformément à l’engagement n°2 du programme de mandat) et la gratuité de l'accès, tant à de nombreux établissements culturels (comme les musées à l’exception d’ expositions temporaires de prestige, les bibliothèques et les médiathèques) qu'aux temps d'activités périscolaires, en cohérence avec l’engagement n°3 du programme de mandat). Cette politique tarifaire, fondamentale en termes de lutte contre les inégalités et vecteur de justice sociale, se prolonge par l’action volontariste menée par la Ville en matière d’éducation artistique et culturelle, au sein des établissements scolaires notamment, et de médiation culturelle, dans l’ensemble des structures et établissements culturels.

La Ville de Dijon aborde donc cette période délicate de manière plus favorable que d’autres communes avec :

Ø  un niveau d’investissement élevé et maintenu, pour une ville engagée dans la transition écologique et la relance économique : les dépenses d’équipement de la Ville s’élèveront, au Budget primitif 2024, entre 60 et 65 millions d’euros, soit un niveau volontariste maintenu au même stade que le budget primitif 2023 (64,01 millions d’euros), en très nette progression tant par rapport au BP 2022 (43,2 M€), et au BP 2021 (36,1 M€), qu’à la moyenne constatée au cours de la précédente mandature (33,3 M€ moyens annuels entre 2014 et 2020) permettant :

  • d’accentuer les investissements indispensables à la transition écologique et énergétique du territoire, déjà fortement engagés au cours des années et mandats précédents et soutenir l’économie locale, au moment même où ceux-ci sont le plus nécessaires
  • de maintenir un très haut niveau de services publics (quand d’autres communes ont d’ores et déjà été contraintes de fermer au moins temporairement certains équipements municipaux face à la flambée des coûts énergétiques, à l’image des piscines de la ville et de la métropole par exemple) ;
  • de ne pas être contrainte, jusqu’à l’année 2023 incluse, et possiblement encore en 2024, d’avoir recours à l’emprunt dans une période de forte poussée et volatilité des taux.
  • de continuer d’inscrire la Ville de Dijon dans la dynamique de relance économique engagée à l’échelle nationale, régionale et locale à l’issue de la crise sanitaire de la Covid-19

Ø  la poursuite du désendettement, pour la 15ème année consécutive, avec un encours de dette qui devrait atteindre 110,17 millions d’euros fin 2023, (contre 121,08 millions d’euros à fin 2022, le pic d’endettement de la commune avait atteint 235,7 millions d'euros à la fin de l’année 2008).

Ø  un objectif de stabilité des taux d’imposition pour la 8ème année consécutive, pour ce qui concerne les taxes foncières sur les propriétés bâties et non bâties (la taxe sur le foncier bâti représentant, désormais, à elle seule, environ 95% des recettes de fiscalité directe de la Ville suite à la réforme de la taxe d’habitation).

Ø  le maintien d’une situation financière solideavec un niveau d’épargne brute autour a minima de 25 millions d’euros avec une capacité de désendettement inférieure à 5 années

La Ville de Dijon est donc en mesure de mener un ambitieux programme d’investissement, sur un rythme supérieur à la mandature précédente, à la différence d’autres collectivités locales plus fragiles, contraintes de différer ou d’abandonner d’importants projets de mandature Cette dynamique devrait se poursuivre en 2025, avec des dépenses d’équipement estimées à ce stade à 50 millions d’euros.

Les priorités d’action pour le budget primitif 2024

Dans la continuité des exercices précédents et du programme d’investissement, l’ensemble du projet de budget primitif 2024 s’articule autour des principaux projets et priorités suivants, inscrits dans le cadre du programme municipal 2020-2026 :

1 - La transition écologique et la lutte contre le changement climatique 

Depuis 2001, la ville de Dijon, en étroite articulation avec Dijon métropole, agit résolument pour faire de la collectivité une référence écologique nationale et européenne. La prise en compte des enjeux environnementaux liés à une double crise, climatique et de biodiversité, se traduit à trois niveaux :

Ø  l’affirmation d’une ambition constante en matière d’écologie et d’environnement et l’accélération de la mise en œuvre de la politique sociale et écologique au regard des évolutions mondiales observées.

Ø  la mise en œuvre d’une conduite structurée de projets de référence : la collectivité est pilote au niveau national et européen en matière de gouvernance et d’ingénierie territoriale de la transition climatique, de construction de solutions innovantes à grande échelle (Response) et de mise en œuvre d’outils de mesure et de suivi consolidés (plateformes de données).

Ø  la mise en œuvre d’un schéma d’organisation interne adapté à la complexité du sujet, avec la création d’une direction générale déléguée à la transition climatique et le déploiement actif d’une démarche de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) articulée autour du renforcement de la fonction de contrôle et d’évaluation des politiques publiques par un volet environnemental.

La conjugaison de ces trois dimensions conditionne la capacité de la collectivité à prendre sa part dans les efforts à conduire et à entraîner l’ensemble des acteurs du territoire, et les citoyens, dans une dynamique positive et vertueuse, en faveur de la qualité de vie, du pouvoir d’achat et de la santé des dijonnaises, dijonnais et des écosystèmes.

Dans la continuité de ce volontarisme, l’écologie et la lutte contre le changement climatique constituent des axes centraux du programme de mandat 2020-2026, de nouveau particulièrement prégnants dans la construction du budget 2024. De manière générale, l’ensemble des projets d’aménagement sur le territoire communal prend en compte cette dimension de transition écologique en travaillant notamment sur des produits plus durables, ou bien encore en intégrant les enjeux de recyclage des matériaux (exemples non exhaustifs). Les investissements municipaux sont également systématiquement pensés avec une dimension végétale, paysagère ainsi que durable en matière de gestion des eaux pluviales importantes.

L’année 2024 sera notamment marquée par :

- la troisième phase de déploiement du plan Grande Ambition éducative 2030 d’un montant d‘investissement sans précédent de 75 millions d’euros visant à rénover les 75 écoles dijonnaises afin de disposer d’un patrimoine scolaire exemplaire de 200 000 mètres carrés à l’horizon 2031.

L’accélération de la mise en œuvre des projets d’adaptation au changement climatique, d’amélioration du cadre de travail et de confort des élèves et des équipes éducatives et des diminutions des factures d’énergie d’un montant prévisionnel de l’ordre de 8,3 millions d’euros se répartira comme suit :

  • axe 1 – suppression des préfabriqués : près de 3,5 millions d’euros pour la mise en œuvre du projet de déconstruction-reconstruction, et rénovation du groupe scolaire Joséphine Baker et la poursuite de plusieurs études de programmation initiées en 2023, en vue de déterminer le programme et l’enveloppe prévisionnelle de travaux de rénovation des groupes scolaires Colombière et Larrey
  • axe 2 : près de 4 millions d’euros seront dédiés à la poursuite des études et des travaux de modernisation et d’isolation thermique des bâtiments scolaires, périscolaires et de restauration. Une attention particulière est portée au déploiement des dispositifs « alertes risques majeurs et attentats » en lien avec les services techniques de Dijon, le Rectorat et les services de sûreté de la DDSP.
  • axe 3 : concernant la rénovation des cours d’école et des abords des écoles, le budget dédié s’élèvera à environ 400 000 euros en 2024 et concernera notamment la désimperméabilisation d’une partie de la cour des groupes scolaires Maladière et Victor Hugo. .
  • axe 4 : le déploiement des technologies numériques se poursuivra, pour un montant global prévisionnel de 430 000 € intégrant notamment le déploiement de dalles tactiles, la mise en place des espaces numériques le développement des applicatifs éducatifs ainsi que divers travaux d’accès à la fibre.

- la poursuite du déploiement dans le quartier Fontaine d’Ouche, dans le cadre du projet H2020 Response, de panneaux solaires sur divers bâtiments publics (groupes scolaires Anjou et Buffon, gymnase, stade Fontaine d’Ouche, etc.), ainsi que sur l’espace public.  L’électricité ainsi produite permettra d’alimenter (pour plus de 30% du besoin général), et celle qui n’aura pu être consommée sur place sera alors revendue sur le marché et valorisée au titre des recettes 2024.

- la mise en place du futur contrat de performance énergétique qui permettra, à terme, de générer environ 7 GWh/an de réduction des consommations d'énergie sur le patrimoine bâti, au travers, à la fois, de travaux d'économie d'énergie sur les lots techniques, ainsi que d’un travail sur les usages.

- la valorisation du Port du Canal et l’aménagement du Parc Eiffel, approuvé par délibération du conseil municipal du 25 septembre 2023. Autour de la voie fluviale traversant le territoire métropolitain et mitoyen de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, le Port du Canal est l’un des plus beaux sites de nature de Dijon. Particulièrement bien desservi et ouvert sur le quartier, sa vocation est tournée à la fois vers les Dijonnaises et les Dijonnais, les habitantes et habitants de la métropole, et les touristes. Le futur Parc Eiffel s’étire de l’Ouche au Canal de Bourgogne et sera complémentaire des 100 hectares de secteur sauvegardé du centre-ville dijonnais, l’un des plus grands de France, permettant ainsi de trouver un juste équilibre entre patrimoine historique et patrimoine vivant, chacun se répondant en fonction des usages (économiques, touristiques, pédagogiques…) et des modes de vie et de déplacements de chacun.   Il sera développé autour de quatre enjeux majeurs :

- conforter le rôle de parc urbain de Port du Canal pour en faire un réservoir de biodiversité au cœur des trames vertes et bleues métropolitaines, avec une attention toute particulière accordée au renforcement des attraits naturels du site en matière de rafraîchissement urbain, de modération microclimatique, de réservoirs naturels de biodiversité (faune et flore), d’économie des ressources, de déploiement des activités et pratiqués de plein air,

- améliorer les connexions urbaines entre le Parc et les différents sites de la ville et de la métropole, en veillant tout particulièrement aux développement des modes de déplacements doux (marche, vélo, cyclotourisme…), et en envisageant le Port du Canal comme une « étape » d’intermodalité des déplacements, visant à privilégier les modes alternatifs tels que les transports collectifs et le tourisme fluvial.

- développer les usages conviviaux et inclusifs en confortant son rôle d’espace de détente et de loisirs, propice au repos, contribuant à l’accueil de tous les publics, tant les riverains que les visiteurs de la Cité internationale de la gastronomie et du vin et les usagers des berges, y compris les plus fragiles ou en situation de handicap.

- renouveler l’image du Port du Canal en valorisant ses différents atouts d’attractivité, en s’appuyant sur la perception de l’eau (bassin, canal, rivière) qui donne au site cette ambiance si particulière et si rare,  la mise en valeur du paysage exceptionnel et singulier du Port du Canal, notamment de l’ile aux Oiseaux, ou encore la mise en valeur paysagère globale qui offre plusieurs ambiances susceptibles de satisfaire différents publics


La première tranche de travaux de 3,5 millions d’euros sera réalisée de l’automne 2024 à l’automne 2025. L’enveloppe financière prévisionnelle incluant la seconde tranche de travaux est de 9 millions d’euros.

- l’embellissement, l’apaisement et la valorisation de l’axe Monge : cet aménagement s’inscrit dans la continuité de la piétonisation et de l’apaisement de diverses voies du centre historique au cours des 20 dernières années. Les divers enjeux et facettes de ce projet majeur sont les suivants :

- l’apaisement de l’espace public et l’amélioration de son accessibilité, avec une part plus importante faite à la mobilité douce (piéton, vélo) et une réduction de l’espace dédié aux voitures ;
- l’élargissement des trottoirs et leur valorisation pour le déploiement de terrasses. Les places de stationnement seront supprimées (27 places sur l’emprise travaux 2024). Le report vers les parkings en ouvrage à proximité (Condorcet, Monge, Dauphine) sera favorisé. Les aires de livraison (9 places sur l’emprise travaux 2024) et les places dédiées aux personnes à mobilité réduite (3 places PMR sur l’emprise travaux 2024) seront conservées ;
- la végétalisation de l’espace public et la désimperméabilisation des sols afin de favoriser les îlots de fraicheur urbains. Des espaces de végétation (plus de 80 arbres, des arbustes, plantes vivaces) seront ainsi plantés en 2024. La désimperméabilisation de l’espace public constitue en effet un enjeu fort du projet. L’objectif est d’infiltrer au plus proche de l’endroit où l’eau tombe afin de reconstituer le cycle naturel de l’eau. Cette infiltration se fera essentiellement au niveau des espaces végétalisés en dirigeant les eaux de voiries / trottoirs dans ces derniers.

- la poursuite du plan alimentaire marqué par

- la réduction du gaspillage alimentaire ;
- la « montée en puissance » des denrées d’origine biologique, locale, de qualité, et produites dans le respect de l’environnement afin d’assurer une restauration scolaire saine, sûre, équilibrée et de qualité ;
- la végétalisation des menus, la saisonnalité des produits tout en veillant à l'équilibre nutritionnel ;
- la qualité alimentaire accessible à tous, y compris aux familles les plus modestes ;
- le développement de l'approvisionnement en proximité notamment grâce à la légumerie de Dijon métropole qui permet à la cuisine centrale de Dijon de s’approvisionner en légumes de qualité et de proximité.

- l’aménagement d’espaces verts supplémentaires, intégrant notamment :

- la livraison du stade Maladière vers un parc urbain et sportif de près d’un hectare ;
- la valorisation et le développement-extension du jardin japonais, dans la continuité des premiers aménagements menés en 2023 (jardin zen) ;
- la plantation de mini-forêts urbaines, notamment dans le parc du Suzon sur une surface cumulée de 2 000 m2 et la poursuite des plantations arborées denses sur le modèle Miyawaki, ainsi que la poursuite des plantations annuelles sur le site de la Forêt des enfants ;
- la poursuite de l’aménagement d’îlots de fraîcheur dans les différents quartiers.

- le soutien au mode de déplacement doux et actifs avec la poursuite de l’installation d’arceaux vélos dans l’espace public (la Ville de Dijon dispose déjà de plus de 6 300 arceaux) ;

- le raccordement de nouveaux équipements municipaux au réseau de chaleur urbain avec notamment le Gymnase Boisselot.


2 - La solidarité et l’action sociale 

La Ville poursuit, de concert avec son CCAS, son rôle d’acteur essentiel de l’action sociale de proximité, en coordination et articulation pleines et entières avec Dijon métropole suite au transfert, à cette dernière, de plusieurs compétences sociales par le Département (dont, entre autres, le service social intervenant en matière d’accueil et d’accompagnement dans l’accès aux droits et l’orientation du public). 2024 sera marqué par :

Ø  le renforcement de l’accès aux droits avec notamment la préparation de l’installation du point d’accès aux droits Parc-Mansart sur son territoire, prévue en 2025 ;

Ø  le renforcement de la prise en compte et de l’accompagnement du vieillissement de la population dans les actions de prévention de la perte d'autonomie et de lutte contre l'isolement des personnes âgées, notamment en situation de handicap, afin de favoriser le bien vieillir chez soi et dans sa ville, à travers des articulations réaffirmées avec les partenaires et les services municipaux, en articulation étroite avec la nouvelle politique publique « Longévité » portée par Dijon métropole ;

Ø  le renforcement du lien social au travers notamment du soutien aux Maisons d’éducation populaire dans les différents quartiers dans un cadre de conventionnement récemment renouvelé, pour un montant de 4,3 millions d’euros ;

Ø  de nouvelles actions pour lutter contre la pauvreté ;

Ø  une volonté croissante de lutter contre les violences faites aux femmes et les violences intrafamiliales ;

Ø  l'innovation sociale permettant de mieux cerner les espaces du non-recours aux droits, en lien avec l'analyse des besoins sociaux ;

Ø  la lutte contre la fracture numérique est un enjeu central et les actions pour la réduire seront poursuivies et approfondies avec notamment le renforcement du réseau des aidants numériques ;

Ø  en matière de politique tarifaire, le projet de budget 2024 sera construit dans la continuité des exercices précédents, avec notamment le maintien d’une politique de tarification au taux d’effort pour de nombreux services municipaux (restauration scolaire, accueils périscolaires, accueils de loisirs extra-scolaires, crèches et multi-accueils de la petite enfance, Conservatoire à Rayonnement Régional, ludothèque, cycles d’ateliers des musées, et animations sportives), garantissant pour les familles un tarif correspondant exactement à leurs revenus et à leur évolution ; la qualité alimentaire accessible a? tous, y compris aux plus démunis, la gratuité de l'accès à de nombreux établissements culturels (musées, bibliothèques et médiathèques notamment) ainsi qu'aux temps d'activités périscolaires (TAP).


3 - L’attractivité de la capitale régionale et son rayonnement 

Le projet de budget 2024 présenté intègre de nouveau plusieurs chantiers structurants pour l’attractivité et le développement de la ville. Outre la réhabilitation de l’hôtel Bouchu dit d’Esterno en vue de l’installation a? Dijon de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) et la montée en puissance de la Cité internationale de la gastronomie et du vin avec la stabilisation de son modèle économique, la Ville de Dijon poursuit :

- une politique sportive toujours plus volontariste

Doublement labellisée « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux », la Ville de Dijon poursuivra ses actions ambitieuses dans le domaine sportif en maintenant son effort financier au bénéfice du tissu associatif sportif, en se dotant d’équipements de qualité dans toutes les disciplines, permettant ainsi aux nombreuses associations sportives de faire découvrir leurs activités dans des cadres adaptés, accessibles et de qualité, et en entretenant son patrimoine sportif dans l’objectif de proposer une offre de service renouvelée et de participer activement à la transition énergétique du territoire, avec notamment :

- la finalisation de la restructuration de la base nautique et de loisirs du lac Kir , conformément à la proposition 78 du programme de mandat,
- L’organisation et l’accompagnement de nombreuses manifestations sportives pour un montant de 500 000 euros (passage la flamme olympique le 12 juillet 2024, accueil des Championnats du monde de pétanque et de jeu provençal en décembre, Dijon ville étape du Tour de France le 4 juillet 2024…),
- la dynamisation de la pratique tennistique et le développement d’équipements à la hauteur d’une capitale régionale en accompagnant le Tennis Club Dijonnais pour un montant de 4 millions d’euros (2 millions d’euros en 2024 et 2 millions d’euros en 2025),
- la poursuite de la restructuration et de la modernisation du stade Trimolet (engagement n°79 du programme de mandat)
- la rénovation du parquet, de la toiture et de l’isolation du COSEC de Fontaine d’Ouche. Compte tenu de la vétusté de cette salle et des enjeux énergétiques, la Ville doit en effet intervenir pour rénover cet équipement très utilisé. Les travaux nécessaires sont estimés à 500 000 €,
- la réalisation de divers investissements de rénovation, modernisation ou gros entretien dans divers gymnases, salles et stades comme par exemple la rénovation à l’identique de la toiture ardoisée du gymnase Kennedy, la sonorisation du Palais des sports ou encore la rénovation du parquet du gymnase des Bourroches.

- une politique culturelle et patrimoniale ambitieuse

Depuis 2001, la politique culturelle comme levier d’éducation populaire et d’émancipation est centrale dans l’action de la Ville, qui soutient toutes les formes d’arts et d’expressions artistiques. La suite de la mandature, et en particulier l’exercice budgétaire 2024, s’inscrit dans la continuité de cette dynamique avec plusieurs projets structurants pour le rayonnement culturel de Dijon parmi lesquels :

- le renforcement de la présence du centre national de la danse dans le quartier des Grésilles dit « Le Dancing » (action n°69 du programme de mandat).
- la transformation de la bibliothèque Colette en une bibliothèque « 3ème lieu » au cœur du quartier des arts, afin de réunir les espaces adultes et jeunesse actuellement pour  faciliter les pratiques familiales et intergénérationnelles.
- la poursuite de la rénovation du Grand Théâtre.
- L’organisation d’expositions temporaires d’envergure nationale comme l’exposition « À Portée d’Asie », débutée à l’automne 2023 et qui se poursuivra jusqu’en janvier 2024 (exposition labellisée d’intérêt national, inscrite dans la convention-cadre signée avec le Louvre en décembre 2022, et organisée en collaboration avec l’Institut national d'histoire de l'art (INHA) ou encore l’exposition « Maîtres et merveilles - Peintures germaniques des collections françaises 1370-1530 », placée sous le haut-patronage du Président de la République française et du Président de la République fédérale allemande.
- le lancement d’études, préalables à d’éventuels travaux de préservation du patrimoine historique concernant l’Église Notre-Dame, la Chapelle Notre-Dame de l’Assomption, et l’Église Saint-Philibert.
- la rénovation de la toiture du Cellier de Clairvaux.
- l’entretien du patrimoine historique (rénovation des clos, entretien des sites cultuels, rénovation des portes et portails des bâtiments, etc.).
- le gros entretien régulier et la réalisation de divers travaux dans les différents établissements culturels,

- Conforter la nouvelle dynamique du Parc des expositions et des Congrès désormais géré par la société publique locale Dijon Bourgogne Events.

Sa rénovation constitue un projet d’ampleur majeur pour la Ville de Dijon d’ici à 2030. L’année 2024 sera, dans un premier temps, marquée par le lancement des études préalables. Sans attendre sa réhabilitation complète, la Ville, propriétaire de l’équipement, assume pleinement son rôle d’entretien et de modernisation régulière et engagera en 2024 divers travaux d’entretien pour une enveloppe globale d’un million d’euros. 


4 - L’embellissement de l’espace public et la modernisation de sa gestion connectée

Avec un centre-historique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, la mise en valeur de ce secteur sera poursuivie en 2024 et les années suivantes au travers, entre autres de :

- la poursuite de l’embellissement de la rue de la Liberté ;
- la mise en valeur du cœur de ville par la lumière qui concernera l’ensemble des aspects de l'éclairage nocturne de l'axe Place Darcy - Place Saint Michel ;
- la poursuite des aménagements de préservation et de mise en valeur de l’îlot Tivoli Sainte- Anne ;
- la poursuite du déploiement de OnDijon,


5 -  L’amélioration du quotidien des citoyens, usagers et utilisateurs :

Avec la réalisation de grands projets structurants pour Dijon, à l’image de la réhabilitation complète de l’hôtel Bouchu d’Esterno, priorité est donnée au « gros entretien » régulier du patrimoine municipal, qui sera au cœur des investissements du budget primitif 2024, et plus globalement de la mandature 2020-2026, comme la rénovation-extension de la Maison des associations et l’amélioration des conditions d’accueil dans divers locaux occupés par les associations et structures de quartier pour un montant de 10 millions d’euros,  la réalisation de divers investissements de rénovation, modernisation ou gros entretien dans plusieurs gymnases, salles et stades, le gros entretien régulier et la réalisation de travaux dans les différents établissements culturels, la restauration, régulière et nécessaire, d’œuvres dans les différents musées municipaux ou encore l’entretien du patrimoine historique.


6 - Le renforcement de la tranquillité publique et de la sécurité des habitants.

En complémentarité avec l’action de l’État, la Ville de Dijon a décidé,  dans le cadre de l’Acte II de la tranquillité publique, d’accentuer le renforcement de la police municipale et de ses moyens d’actions, avec comme objectifs pour l’année 2024 :

- le renforcement des effectifs de la police municipale, avec pour objectif d’atteindre un effectif de 100 agents à moyen terme (mi-mandat) ;
- le renforcement des effectifs des agents de surveillance de la voie publique (dans un objectif en particulier de lutter contre les nombreuses incivilités liées au stationnement) et de la brigade verte (protection du cadre de vie et la lutte contre les incivilités liées à la propreté) ;
- la poursuite de l’armement létal de l’ensemble des policiers municipaux ;
- la sécurisation des écoles et de leurs abords immédiats grâce à une coopération opérationnelle entre la police municipale et la police nationale optimisée ;
- la revalorisation du métier de policier municipal ;
- la poursuite du renforcement de la vidéoprotection avec l’objectif de 200 caméras installées sur l’espace public, ,
- la consolidation des relations partenariales en matière de tranquillité publique dans la lignée du contrat local de se?curité inte?gré (CSI) pour amplifier la stratégie déjà engagée entre l’État, la police nationale, la justice et l’Éducation nationale.

Service public, Égalité professionnelle entre les hommes et les femmeS, diversitÉ (rapport n°2)

En 2018, la Ville de Dijon, le CCAS et Dijon métropole ont décroché successivement les labels « diversité » et « égalité professionnelle entre les hommes et les femmes », renouvelés en 2022 par l’AFNOR, suite à l’audit final effectué en 2021. Ce rapport est le quatrième rapport unique « diversité-égalité » présenté par la collectivité et porte sur les données de 2022. Il met notamment en lumière la réduction de l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, et ce pour les 3 collectivités (Ville de Dijon, CCAS et Dijon métropole). Un travail partenarial remarquable qui se poursuit pour renforcer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et favoriser l’inclusion et la diversité.


La ville de Dijon adopte deux dÉlibérationS en faveur de la qualitÉ de vie au travail et du pouvoir d’achat des agents de la COLLECTIVITÉ (rapports n°11 et 12)

Après avoir, le 25 septembre 2023, adopté une délibération visant à apporter à tous les agents de la collectivité une complémentaire prévoyance prise en charge par la collectivité, le conseil municipal a adopté ce lundi 20 novembre 2023 deux délibérations en faveur de la qualité de vie au travail et le pouvoir d’achat des agents de la collectivité.

- Sur proposition de François REBSAMEN, maire de Dijon, président de Dijon métropole, le conseil a décidé ce jour d’octroyer une prime de pouvoir d’achat exceptionnelle en faveur des agents aux plus faibles revenus. Facultative dans la fonction publique territoriale, le maire de Dijon a souhaité, en complément des diverses mesures de revalorisation salariales déjà engagées ou en cours, la rendre obligatoire. Elle sera versée aux agents éligibles en décembre 2023.

- La Ville de Dijon a approuvé la mise en place du télétravail à compter du 1er janvier 2024 et en a fixé le cadre réglementaire. Cette mise en place, s’inscrivant dans la feuille de route de l’administration 2020-2026, vise à préserver l’environnement (via une réduction des émissions de gaz à effet de serre), assurer une meilleure qualité de vie au travail et une meilleure articulation entre la vie professionnelle et la vie privée personnelle, assurer une plus grande attractivité de la collectivité, assurer le maintien d’agents au travail qui ne pourraient pas se déplacer pour raison médicale, ou encore assurer la continuité des activités en cas d’enclenchement du Plan de Continuité des Activités (pandémie…).

Dijon entreprend la rÉnovation de plusieurs sites patrimoniaux exceptionnels (RAPPORT N°16-17-18)

Dijon, labellisée ville d’art et d’histoire, est particulièrement attentive à la préservation de son patrimoine exceptionnel témoignant d’un passé de renom. L’entretien de ce patrimoine, aussi bien intérieur qu’extérieur, est ainsi assuré par la collectivité, qui veille également à adapter ses locaux et bâtiments tout en conservant les spécificités et autres charmes de ce patrimoine remarquable.

 - Rénovation et mise en accessibilité de la salle de Flore au Palais des ducs et des États de Bourgogne (rapport n°16)

Le conseil municipal de la Ville de Dijon a adopté ce lundi 20 novembre 2023 le projet de rénovation et de mise en accessibilité de la salle de Flore au Palais des ducs et des États de Bourgogne, dont l’enveloppe financière prévisionnelle est d’un montant global d’1,8 million d’euros. Un maître d’œuvre sera désigné selon la procédure réglementaire pour réaliser les études en 2024, préalables aux travaux qui suivront concernant la salle de Flore ainsi que le salon des Statues, restaurés en 1966 et dont l’état général s’est dégradé depuis.

L’opération vise à :

ü  rendre plus fonctionnelle la salle de Flore et ses locaux attenants, régulièrement utilisés dans le cadre de rendez-vous et d’événements portés et/ou accueillis par la municipalité,

ü  mettre en accessibilité PMR la zone concernée (adaptation des sanitaires, accès depuis le rez-de-chaussée via un ascenseur ou un autre système adapté).

- Rénovation des extérieurs du Fort de la Motte Giron (rapport n°17)

Le projet de rénovation des extérieurs du Fort de la Motte Giron a été approuvé en conseil municipal ce lundi 20 novembre 2023, pour un coût total estimé à 600 000 euros La Ville de Dijon, propriétaire depuis 2002 du Fort situé sur les hauteurs de la commune dans le quartier Marcs d’Or, poursuit la restauration du site d’une emprise de 10 hectares, édifice historique autrefois poste de commandement, classé monument historique depuis 2006.

La rénovation des escarpes et contre-escarpes des fortifications est aujourd’hui nécessaire. Sont envisagés :

ü  la reprise des couvertines,

ü  le nettoyage de la végétation se développant sur les murs et risquant de déchausser les pierres,

ü  la réparation des parements de pierres délités,

ü  la reprise de la maçonnerie.

- Poursuite de la sécurisation du Cellier de Clairvaux (rapport n°18)

  • Par délibération du conseil municipal du lundi 20 novembre 2023, le Ville de Dijon a adopté le projet de rénovation du Cellier de Clairvaux comprenant le lancement de la consultation de maîtrise d’œuvre, le dépôt des demandes de permis de construire et s’accompagnant d’une enveloppe financière prévisionnelle globale d’1 million d’euros. Les études seront réalisées en 2024 et les travaux seront programmés ultérieurement.

Ayant fait l’objet d’opérations au niveau de la toiture ces dernières années pour remédier à des problèmes de fuites et d’humidité, le bâtiment datant du XIIème siècle nécessite des travaux de rénovation plus poussés, pour :

ü  renforcer la charpente,

ü  reconstruire et nettoyer les extérieurs avec l’objectif de rendre les abords de l’édifice étanches,

ü  consolider le plafond de la salle haute et restaurer plus largement celle-ci pour lui redonner de l’attrait.

 

UNE AUTORISATION EXCEPTIONNELLE D’OUVERTURE DOMINICALE EST OCTROYÉE pour le  31 DÉCEMBRE (rapport n°23)

En complément des dates des 6 dimanche règlementaires pour les commerces de détails déjà adoptés par le conseil le 5 décembre 2022 (15 janvier, 26 novembre, 3 décembre, 10 décembre, 17 décembre et 24 décembre 2023), une autorisation exceptionnelle d’ouverture des commerces de détails est octroyée pour le dimanche 31 décembre 2023.

Depuis de nombreuses années, l’ensemble des communes de la métropole souhaite retenir des dates communes par souci de cohérence territoriale, de communication claire auprès du public et de bonne adéquation entre les enjeux économiques et sociaux.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Antoine Hoareau inaugure le nouveau bassin d'orage de la station d’épuration eauvitale Dijon-Longvic
Dijon métropole, territoire écologique situé en tête...
Une journée consacrée à la mobilité électrique en BFC, c'est une bonne e-day
Que vous soyez convaincu ou encore sceptique de passer à la...
"Océan, ici commence la vie" : une exposition pour émerveiller et éveiller les consciences
Après une immersion dans l’univers des insectes pollinisateurs, le...
Femmes dans l'agriculture : reconnaître et combattre les stéréotypes pour atteindre l'égalité professionnelle
Reconnues puis oubliées, les femmes reprennent depuis quelques...
Conseil municipal de Dijon du lundi 25 mars 2024 : Dijon, ville engagée
Jeunesse, réussite éducative, sport, climat, culture, patrimoine...
Des élus au service de l’eau
Au cœur des préoccupations sociétales, l’eau dispose...
Dijon métropole réaffirme son soutien à l’agence immobilière sociale Soliha pour encourager les propriétaires-bailleurs à la location solidaire
Dijon métropole s’engage pour l’accessibilité de...
Rendre de la visibilité aux femmes, notamment victimes de handicap
Parce que la lutte pour le droit des femmes ne doit pas se limiter à une...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *