Les petites centralités rurales sont le coeur battant de la ruralité

Les petites centralités rurales sont le coeur battant de la ruralité

Info+ :


Lors de l’assemblée plénière des 29 et 30 juin 2023, Marie-Guite Dufay, Présidente de la Région, a réaffirmé l’engagement décisif du Conseil régional en faveur de tous les territoires, ruraux et urbains, ainsi que de tous ses habitants... Lire+


27 novembre 2023

La première journée du réseau des Centralités rurales en Région à laquelle participaient plus de cent élus et techniciens représentant 70 collectivités s'est déroulée à Genlis jeudi 16 novembre pour échanger et écouter les premiers retours des collectivités sur les premiers pas de la mise en place de cette politique. A cette occasion, Eric Houlley, Vice-Président en charge de la cohésion territoriale, de la politique de la ville, des ruralités, des parcs naturels et des contrats de plan a présenté la politique volontariste de la Région BFC engagée pour des centralités rurales renforcées. 

Le jeudi 16 novembre, à Genlis (Côte-d'Or), la Région Bourgogne-Franche-Comté a organisé une journée dédiée au réseau des « Centralités Rurales en Région ». Cet évènement a réuni, pour la première fois, les communes investies dans des démarches de redynamisation, qu’elles en soient aux prémices ou dans une démarche au long cours.

A travers cette journée, la Région Bourgogne-Franche-Comté poursuit l’animation d’un réseau dédié aux élus et techniciens des 128 Centralités Rurales en Région (C2R) et leurs intercommunalités. Elle fait suite aux réunions techniques et politiques organisées, depuis 2017, dans le cadre du réseau des bourgs-centres.
En effet, si l’Etat, via les directions départementales des territoires (DDT), dans le cadre des Petites Villes de Demain (PVD), a plusieurs fois réuni les villes concernées, la Région développe le réseau des « Centralités rurales en Région » en partenariat avec la Banque des Territoires.

Eric Houlley, Vice-Président en charge de la cohésion territoriale, de la politique de la ville, des ruralités, des parcs naturels et des contrats de plan.

Le contexte
«Les petites centralités perdent du terrain, leur population diminue y compris les services publics, elles ont un habitat de centralité dégradé, des commerces qui s'anémient, des espcae publics qui vieillissent, du coup on a mis le paquet pour les renforcer car ce sont des pôles de service, de commerce, de vie tout cours... qui sont des pôles de vie essentiels. De ce fait le budget de la première mandature de 30 millions d'€ a été considérableùment augmenté, passant à 60 millions pour cette mandature.» 

Pourquoi cette journée?
«A travers cette 1ère journée, nous souhaitons aller à la rencontre des élus. Nous avons rassemblé les élus, maires et présidents de communautés de communes avec les techniciens principaux pour echanger et qu'ils nous fassent des retours sur les premiers pas de la mise en place de cette politique, pour savoir si elle est compliquée à mettre en place par exemple. C'est un premier échange de bonnes pratiques et de démarrage du programme. Nous avons aussi fait venir des intervenants de haute qualité.» 

Les objectifs de cette journée étaient donc de :
• Souligner le rôle indispensable de la Région dans ces projets de revitalisation ;
• Créer les conditions de relations régulières et de proximité entre les territoires et la Région ;
• Soutenir une démarche exigeante et adaptée aux territoires.
Les centralités rurales intermédiaires constituent l’un des quatre piliers de la politique de cohésion territoriale (avec les quartiers politiques de la ville ; les territoires de projets et les PNR ; et les ruralités) portée par la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Ces villes concentrent des commerces, des services et des équipements fréquentés par la population et par les habitants des communes voisines ne possédant pas cette même offre. Ces pôles sont d’autant plus importants qu’ils sont situés hors des zones urbaines et animent le plus souvent de vastes territoires peu denses et éloignés des grandes villes. Ils ont également une fonction identitaire forte et connaissent globalement des variations démographiques et d’emploi défavorables, et un revenu moyen par habitant plus faible que la moyenne régionale.
Conformément à ses engagements de mandat, la Région, cheffe de file de l’aménagement du territoire, a donc construit un outil réactif, dédié aux centralités les plus fragiles dans une logique de différenciation permettant de « donner plus à ceux qui ont moins ».
128 communes, cumulant des critères de centralité et de fragilité, ont ainsi été sélectionnées pour être accompagnées dans leur projets, dans le cadre de ce nouveau dispositif « Centralités rurales en Région ».
Doté d’une enveloppe totale de 50 M€ durant la période 2022-2026, ce dispositif cible ces centralités de moins de 15 000 habitants, situées hors des grands pôles urbains et reconnues comme fragiles.

En cohérence avec les orientations du SRADDET, ce dispositif vise à :
• Garantir un socle commun de services aux citoyens sur les territoires ;
• Redynamiser les centres-bourgs et centres-villes par une action globale ;
• Maintenir les services pour les habitants des centralités et de leur bassin de vie ;
• Animer un territoire peu dense et éloigné des grandes agglomérations ;
• Lutter contre le sentiment d’abandon ou de délaissement pouvant être ressenti par les habitants.
Deux types de conventionnement cadre et d’accompagnement sont envisageables :
• Les communes disposant déjà d’une stratégie de revitalisation antérieure à 5 ans pourront bénéficier de la part de la Région d’une enveloppe maximale de 500 000 € pour un soutien à des actions s’inscrivant dans le cadre de cette stratégie ;
• Les communes non dotées de stratégies globales de revitalisation pourront bénéficier d’une enveloppe maximale de 200 000 €, afin de réaliser l’étude de revitalisation et soutenir un projet en anticipation.

La Région accompagne les communes conventionnées pour des projets qui :
• S’inscrivent dans leur stratégie globale de revitalisation ;
• Participent à la transition énergétique et environnementale (respect d’éco-conditions) ;
• Associent les usagers et les habitants.
Les premières conventions ont été délibérées à la Commission permanente du 8 juillet 2022. Depuis, la Région a délibéré le conventionnement de 80 communes.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Face aux difficultés, les étudiants en finances publiques soutiennent les élus ruraux
Les étudiants du Master 2 Finances des Collectivités...
BFC Tourisme et le Bureau d'Accueil des Tournages s'associent pour valoriser la Bourgogne Franche-Comté
Depuis le 15 janvier 2024, le Bureau d’Accueil des Tournages a rejoint...
Transition écologique et énergétique, lancement du réseau ‘’Élus pour Agir’’ en Bourgogne-Franche-Comté
De nombreux élus de communes ou de collectivités...
Commission permanente du Conseil régional Bourgogne Franche-Comté : 604,4 M€ engagés
Réunis en commission permanente vendredi 9 février 2024 à...
Le bureau de poste de Fleurey-sur-Ouche adapte ses horaires à la vie locale
Pour mieux répondre aux attentes des habitants et des élus...
Brognon, un village 100% led
Fini les lampes énergivores, la commune de Brognon vient de finir la...
Dans le Châtillonnais, Jérémie Brigand présente des vœux en mode ACTION pour un territoire où il fait bon vivre !
Près de 500 personnes se sont réunies pour écouter les...
A la COVATI, Luc Baudry présente des vœux en mode transition énergétique et solidarité entre les communes !
Sur fond de marasme international, le président de la COVATI se veut...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *