A Chenôve, être citoyen… être attaché à cultiver, protéger et défendre ces valeurs universelles « Liberté, Égalité, Fraternité »… un CREDO !

 A Chenôve, être citoyen… être attaché à cultiver, protéger et défendre ces valeurs universelles « Liberté, Égalité, Fraternité »… un CREDO !

Info+ :

 

Être citoyen, c’est être fidèle à notre tradition d’asile et d’accueil des populations frappées par la misère économique, la guerre, un désastre climatique ou une catastrophe naturelle, le terrorisme ou un génocide. Être citoyen, c’est ne pas considérer l’Autre, l’étranger, le réfugié, l’immigré, comme la cause de tous nos maux et en faire le bouc émissaire de toutes nos difficultés.  

Être citoyen, c’est avoir le droit de ne pas croire. Dans les mêmes conditions de liberté individuelle, c’est pouvoir se rendre librement, sans être inquiété à l’église, à la mosquée, au temple ou à la synagogue, dans un lieu de culte de son choix pour y exercer en toute quiétude et en toute sécurité sa croyance et sa foi.

Être citoyen, c’est pouvoir librement penser et s’exprimer sur la chose publique, discuter des choix avant que les décisions soient prises ; nous y sommes sensibles à Chenôve et nous aurons dès le mois prochain l’occasion d’échanger dans le cadre de la Grande Consultation Citoyenne que la municipalité a lancée en fin d’année dernière.

Être citoyen, c’est respecter nos institutions républicaines, qu’elles soient régaliennes (comme les forces de police, de gendarmerie et armées, de la Justice), qu’elles soient de secours et santé (pompiers, personnel de santé dans toutes ses composantes), qu’elles soient de l’éducation (notre communauté éducative publique et laïque), qu’elles soient politiques (tels les élus mais aussi les bâtiments publics). Être citoyen, c’est embrasser la République et son héritage de la philosophie des Lumières, c’est être attaché à notre pays, à notre nation. Car comme l’a joliment écrit l’historien Fustel de Coulanges, « la patrie, c’est ce qu’on aime »....

La Paix, l’émancipation, notre planète et son avenir, comme la République méritent d’être défendues, préservées, cultivées. C’est un engagement de tous les jours. C’est un engagement en tous lieux et dans toutes contrées. Et c’est un engagement de toutes et de tous, des plus anciens jusqu’aux plus jeunes, qui à ce titre ont une place essentielle puisqu’ils incarnent demain, l’avenir, l’horizon !

Thierry FALCONNET


25 janvier 2024

Si de nombreuses personnes ont le sentiment que leur avenir est dans l’impasse, hors de portée ou leur échappe, il n’en reste pas moins que rien n’est inéluctable ou fatal lorsqu’on a la volonté et la force d’agir pour un monde meilleur. Et cela passe par des évidences… l’éducation, la culture, la solidarité, la fraternité, l’engagement, l’ouverture et la tolérance. C’est la raison pour laquelle le maire de Chenôve a tenu, avec l’équipe municipale qui l’entoure, à consacrer l’année 2024 à la citoyenneté et à l’émancipation… En souhaitant, aux plus esseulés, malades… une année en fraternité pleine et entière, afin qu’ils ou elles aient pu tout de même trouver des instants de réconfort, de bonheur, et recevoir des signes de solidarité.

Thierry FALCONNET exprime combien il sera difficile d’oublier cette 2023 qui aura été si difficile – pour ne pas dire rude – et douloureuse – pour ne pas dire préoccupante ou angoissante – à l’échelle nationale ou internationale. 2023, année la plus chaude de l’Histoire à l’échelle mondiale sur le plan du climat, année de séismes meurtriers en Syrie, Turquie et Maroc, d’inondation meurtrière en Lybie. 2023, période de guerres en Ukraine, d’attentats innommables en Israël et de crimes de guerre en Palestine, mais également de conflits sanglants ou violences envers les populations civiles en d’autres régions du monde (Niger, Yémen, Somalie, Syrie, Burkina Faso, Soudan, etc.) entraînant leurs terribles cortèges de déportés et réfugiés en masse aux quatre coins de la planète. Ces tragédies sont le fruit autant que l’aliment de tous les populismes.

En France, ajoute-t-il,  difficile de ne pas penser à l’insidieuse montée des extrêmes, mais également à la montée de la violence dans les relations sociales dont les attaques de plus en plus fréquentes contre les élus et nos institutions (mairies, les commissariats ou les écoles), au mouvement social d’opposition à la réforme des retraites, aux émeutes urbaines de l’été, à l’adoption de la très controversée Loi immigration, à l’explosion du coût de la vie pour l’ensemble de nos concitoyens, surtout pour les plus modestes et les plus démunis, mais aussi pour les classes populaires supérieures ou la classe moyenne.

« Demain c’est loin », mais demain c’est aussi la minute d’après. Thierry FALCONNET pense foncièrement que rien n’est inévitable et que nous pouvons changer les choses. Pour ce faire, nous devons agir, dès aujourd’hui, unis et en société, avec l’espoir d’un monde meilleur pour nous-mêmes et les générations futures. C’est en même temps avoir le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté, pour reprendre les mots d’Antonio GRAMSCI. Et citant Jean JAURES « oui, les hommes qui ont confiance en l’homme (…) affirment, avec une certitude qui ne fléchit pas, qu’il vaut la peine de penser et d’agir, que l’effort humain vers la clarté et le droit n’est jamais perdu. L’Histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir ».

Régulièrement, Chenôve célèbre la Liberté, celle que nous chérissons et qu’il nous faut cultiver par nos actes et par nos paroles pour qu’elle ne soit pas menacée et qu’elle soit protégée dans une commune où l’Égalité, Égalité en droits, devoirs et dignité - notamment entre Femmes et Hommes permet à chacune et chacun de pouvoir s’épanouir, grandir et réussir à devenir celle ou celui qu’il souhaite être dans notre pays. « Nous honorons la Fraternité, cette détermination à ne laisser jamais personne sur le bord du chemin. »

Être citoyen, comme un étendard fraternel, c’est pour le maire de Chenôve, être attaché à notre drapeau « bleu, blanc, rouge », étendard né de la Révolution Française. C’est être attaché à la Marseillaise, notre hymne national, repris en chœur lors de nos cérémonies commémoratives, sur les terrains de sport, mais aussi dans tous les événements qui nous rassemblent et nous unissent. Être citoyen, c’est être attaché à Marianne, figure féminine et incarnation symbolique de la France et la République que nous avons célébrée le 21 septembre dernier - comme chaque année depuis 8 ans - en présence de l’Ambassadrice du Mexique, Son Excellence Blanca JIMENEZ-CISNEROS.

« Faire Nation » est un choix que nous faisons, ensemble et unis, citoyens d’une même ville. Mais faire Nation, c’est aussi accepter et cultiver nos différences, riches que nous sommes de celles-ci, tout en ayant le souci de les sublimer.

À ce titre, Chenôve se veut être un exemple et elle le revendique. « J’aime à dire que notre ville est mosaïque, à la fois une et plurielle. Plurielle, par sa longue histoire et ses multiples identités. Mais celles-ci ne sont pas des archipels fragmentés. Bien au contraire, constitutives d’un même territoire, elles sont solidaires les unes des autres, liées les unes aux autres au cœur par la même communauté de vie et de destin, par-delà les singularités personnelles, les origines, les ressources, les générations, les croyances ou convictions philosophiques, les orientations politiques ou les différents quartiers. »

Thierry FALCONNET, évoque l'histoire si singulière de cette ville métropolitaine ... D’une part, l’Histoire de Chenôve se refait sans cesse sur elle-même, avec des périodes qui se sédimentent : le village, « Chenôve le haut », son Église Saint-Nazaire et ses Pressoirs ; « Chenôve le bas » et les ateliers SNCF (les mobilités, déjà !) aujourd’hui centre de maintenance de Divia-Kéolis ; la ZUP devenue Grand Ensemble puis quartier politique de la Ville ; le quartier Jules Ferry - Bazin, dit également de la clinique, clinique fermée hier pour de vils intérêts financiers, future clinique ouverte demain pour de nobles impératifs de santé publique et d’accès aux soins ; les Grands Crus et le Clos du Roy, premières extensions urbaines destinées à rééquilibrer la Ville. La requalification et le réaménagement de l’avenue Roland CARRAZ par et avec Dijon Métropole [FR] s’inscrivent dans ce mouvement long de l’histoire urbaine de Chenôve.

D’autre part, ses identités s’entremêlent et se nourrissent mutuellement : l’identité vinicole du village, l’identité cheminote, l’identité des rapatriés de la guerre d‘Algérie, l’identité liée à l’exode rural et à l’immigration, l’identité populaire en ce qu’elle a de plus positif, l’identité de figures fortes de notre ville qu’elles soient associatives et bénévoles, sportives, culturelles, actrices économiques, militantes de la Gauche, figures locales de toutes confessions et laïques, identité résiliente et résistante d’une ville fière d’elle-même qui se relève toujours des coups, parfois très durs, qu’elle reçoit, dont les figures locales éminentes de résistants et déportés telles que Maxime GUILLOT ou Marcel NAUDOT, héros tragiques et emblématiques de cet état d’esprit.

«Chenôve est une Ville de d’Histoire, de Mémoire, de Paix et de Résistance, titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945. En 2024, je souhaite que notre municipalité honore l’engagement et la mémoire de figures départementales de cette résistance, femmes et hommes amis de Chenôve : à titre posthume, Émilie NOE, Marcelle BASTIEN, Lucien DUPONT ; et de leur vivant, Marcel SUILLEROT et Henri MOSSON, tous deux centenaires. Je vous annonce ce soir que je leur remettrai la Médaille de la Ville à l’occasion de la Journée nationale du Souvenir des victimes et des héros de la Déportation, le 28 avril. Marcel, Henri, leurs proches, mais aussi les descendants d’Émilie, Marcelle et Lucien sont nos invités d‘honneur ce soir et je vous propose que nous applaudissions leur exemple chaleureusement ensemble. Avec Pierre MEUNIER, dont la place de l’Hôtel de Ville porte le nom, ils sont une puissante source d’inspiration pour nous et notre jeunesse en ce qu’ils ont lutté contre le pire des extrémismes, le fascisme et le nazisme, toutes formes d’injustice et discrimination. Ils se sont engagés. »

Pour monsieur le maire, son conseil et ses administrés, l’engagement est un mot qui veut dire beaucoup à Chenôve ! S’engager, c’est risquer, oser, s’exposer, se heurter à des obstacles, possiblement échouer. Mais s’engager, c’est surtout prendre la décision d’agir. Agir par vocation, agir avec convictions pour une cause, une idée, un but qui nous dépassent. S’engager c’est se projeter et se placer en devenir ; c’est s’affirmer en être libre et émancipé. Assurément, il y une grandeur dans l’engagement. Et il y a une audace de l’engagement qui réside dans le tout premier pas, ce moment où l’optimisme de la volonté se concrétise dans l’optimisme de l’action.

«À Chenôve, nous aimons notre jeunesse et nous avons confiance en elle. Nous l’encourageons à ce qu’elle s’engage, et elle le fait ! C’est cette jeunesse chenevelière, impliquée dans la vie de notre commune, qui fait des propositions par le biais du Conseil des Enfants (ex CPJe) et contribue à la vitalité de la démocratie participative locale. J’ai ainsi tenu à inviter personnellement ce soir l’ensemble des enfants du CPJe et du Conseil des Enfants. Chenôve est l’une des 300 communes de France reconnue « Ville amie des enfants » par l’UNICEF. C’est un titre qui vient certifier la qualité de tout ce que nous faisons pour le bien-être des enfants et leur réussite. Ce titre nous oblige !

Notre jeunesse engagée, nous la retrouvons dans les études supérieures, parfois accompagnée par la Ville de Chenôve grâce au RME, au lycée Antoine (futur lycée Roland CARRAZ, ministre-maire de Chenôve, créateur du RME, sur proposition de l’équipe éducative de l’établissement), dans nos collèges du Chapitre et Edouard Herriot ainsi que nos six groupes scolaires.

C’est elle qui, au nom de la Paix, fait œuvre de relais de la mémoire en participant tout au long de l’année, cérémonie après cérémonie, aux manifestations patriotiques de la Ville, aux côtés de nos Anciens Combattants ; un point auquel tenait particulièrement René DUPEUX.»

C’est elle qui chemine de rues en rues depuis bientôt 2 ans sur le « Parcours de Mémoire » aux côtés de Jean BELIN ; parcours, cher Jean, qui sera cette année étoffé par la mise en place d’informations complémentaires sur la Résistance dans notre ville engagée, j’ai le plaisir de vous l’annoncer ce soir.

C’est encore notre jeunesse qui s’est exprimée à l’occasion de la Fête de la République à travers l’exposition « Parcours citoyen » à La Fabrique en nous invitant à suivre son cheminement dans la compréhension de notre passé, particulièrement celui de la Résistance et de la Déportation. Car si l’Histoire ne se répète pas, le passé éclaire néanmoins le présent.

C’est elle qui vient de recevoir des mains de Monsieur le Recteur le trophée de la Laïcité de Bourgogne - Franche-Comté 2023 pour la fresque réalisée au Groupe Scolaire Gambetta ! Nous voulions mettre à l’honneur les écoliers et enseignants de cette école ce soir, et ils se sont produits devant vous il y a quelques instants, et c’est aussi grâce aux agents du Service Education de la Ville qui se sont investis personnellement avec les enfants ! Merci aussi à l’artiste Aude Morandet.

C’est toujours cette jeunesse qui s’anime aux côtés des Maisons Pop’ et de tant d’associations de la ville, elle qui veille à maintenir le lien social et intergénérationnel en pleine canicule, elle qui s’éveille au sein de la Maison de la Petite Enfance et du jardin des loupiots, elle qui brille et nous illumine d’un arc-en-ciel de couleurs en Salle des Fêtes, le jour de la Fête de la République.

La jeunesse de Chenôve porte les valeurs de la République Française et son engagement pour la vie de notre Cité mérite notre considération et notre reconnaissance. Ensemble, nous la remercions et nous la chérissons. Je salue chaleureusement leurs parents, nombreux ce soir, venus assister au spectacle de leurs enfants sur scène.

Oui, Chenôve est une ville citoyenne, elle le montre tous les jours de l’année, comme par exemple ces jours-ci, en accueillant ici au Cèdre l’exposition « Citoyenneté » dans le cadre de la carte blanche que j’ai donné à Joël FANET, photographe Chenevelier, habitant au regard précis et malicieux. Nous vous attendons également nombreux - dépêchez-vous seules quelques places restent encore disponibles - le mardi 23 janvier, toujours au Cèdre, pour découvrir le dernier documentaire « Chenôve au cœur de ma ville » d’Abdelali RAZQI, vidéaste de talent et père de la formule « Chenôve, la belle » !

Oui, Chenôve est une ville émancipatrice et profondément engagée. Ce soir, elles en ont toutes été le symbole, sur scène, en ouverture de cette cérémonie. Je salue Mama, Frédérique, les deux Catherine et les deux Colette, Augustine, Linda, Lisiana, Romane, Elsa, Senia, Jamila, Emmanuelle, Zohr, Radia, Saadia, Christine, Wahiba, Amel, Besma et Sylia, accompagné dans leur travail et leur projet collaboratif par Marcellin, Ninon et Fatima ! Je les remercie vivement, ainsi que Nathalie MATA, Présidente des Maisons POP de Chenôve et sa directrice, Cécile PONSOT, pour leur engagement à nos côtés au quotidien.

Chenôve est une ville populaire, solidaire et fraternelle. Solidaire, puisqu’indéfectiblement tournée vers les autres et soucieuse de lutter contre les discriminations. Le Conseil Municipal vient de voter le 18 décembre une mesure en faveur du congé menstruel, au sein des services municipaux, un grand pas pour plus de justice sociale et d’égalité au travail, un pas de plus en faveur de la condition des femmes au sein de notre société.

Justice sociale, Égalité, deux valeurs qui invitent Thierry FALCONNET à rappeler un engagement fort de notre équipe, à savoir l’aide municipale au pouvoir d’achat, mise en place à titre exceptionnel sur notre décision pour cette année 2023. La municipalité ne transige pas sur cette ligne d’une République qui ne laisse aucun de ses enfants sur le bord du chemin, a fortiori dans la ville la plus pauvre du département de la Côte-d’Or, où vivent 26% de nos concitoyens en dessous du seuil de pauvreté, soit environ 3 600 femmes, hommes et enfants (800 enfants signalés en fragilité sociale !).

« Nous avons le devoir impérieux de prendre soin d’eux et d’améliorer leur sort à travers un futur revenu municipal garanti sur lequel nous continuons de travailler avec l’ensemble de nos partenaires. Je salue les équipes du CCAS pour leur engagement dans cette mission de service public, sa directrice et sa Vice-Présidente. »

Pour le maire de Chenôve, comment ne pas évoquer aussi la question préoccupante du logement ? Selon le rapport sur l’état du mal-logement en France publié chaque année par la Fondation Abbé Pierre, 4,1 millions de personnes sont mal logées dans notre pays, 12 millions sont fragilisées par leur situation d’habitat, le droit au logement étant pourtant reconnu comme un droit premier au niveau international par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948. À l’échelle de la métropole dijonnaise, ce sont plus de 10 000 demandes de logement qui restent en attente. Notre domicile, au cœur de notre vie sociale et affective, est un refuge indispensable, un endroit où l'on peut vivre en paix, en sécurité et dans la dignité. A Chenôve, on est  particulièrement soucieux de toujours veiller à répondre à ce besoin fondamental dans le parc social, mais aussi dans nos copropriétés souvent vieillissantes, insuffisamment ou mal isolées.

Agir pour le logement, c’est également poursuivre la transformation urbaine de la commune et la construction de logements neufs, maintenir la trajectoire d’un rééquilibrage progressif et maîtrisé de sa sociologie, renforcer son attractivité tout en respectant les exigences de la transition écologique pour offrir à toutes et à tous un cadre de vie agréable. C’est poursuivre la végétalisation et la désimperméabilisation des espaces publics, achever l’aménagement de notre parc de 2 hectares en centralité, amplifier l’installation d’îlots de fraicheur dans tous les quartiers.

Transformer Chenôve, c’est agir drastiquement sur le plan de circulation et de stationnement de notre ville pour l’apaiser encore, à l’instar des aménagements sur les rues Maxime Guillot et de Marsannay !

« Nous avons l’ambition, avec les services de Dijon Métropole, de la SPLAAD mais aussi de Keolis Dijon Mobilités - tout en y associant les représentants des riverains -, d’apporter plus de cohérence aux mobilités durables au sein de notre ville en 2024. Et qui dit mobilités durables d’une ville dit santé et tranquillité de ses habitants. Nous transformons Chenôve, cette ville qui a le cœur à la bonne place, parce que nous l’aimons et que nous en aimons les habitants, tous les habitants, sans exclusive ou esprit de favoritisme pour telle ou telle catégorie, pour telle ou telle clientèle, pour tel ou tel secteur de notre ville. Je suis et reste le maire de tous les Cheneveliers !

Permettez que je mette en lumière nos jumelages de cœur et de raison avec les villes de Limburgerhof (en Allemagne) et Chefchaouen (au Maroc) depuis de nombreuses années. Nos villes coopèrent de manière symétrique avec ambition, amitié et fraternité, justement sur des enjeux écologiques, culturels et éducatifs, qui lient des maires, des équipes municipales, des populations, des pays, des continents. Je le dis en présence de Monsieur le Maire de Dijon, dont la ville est aussi jumelée avec Chefchaouen ; il est pertinent que nos deux villes amies, Dijon et Chenôve, chacune avec leurs spécificités, leurs tailles et rayonnements différents, coopèrent avec cette belle « Ville Bleue ». Avec Chefchaouen et Limburgerhof, nous échangeons, nous nous découvrons, nous apprenons les uns des autres, nous nous comprenons mieux, nous sommes amis au sens noble du terme. Nous construisons symboliquement des ponts entre nos villes, nos cultures, nos histoires. Tout comme nous avons su construire après-guerre l’Europe chère à Robert Schumann - Europe pour laquelle nous serons amenés à voter en juin prochain -, c’est à travers ces liens internationaux que l’on fait reculer l’intolérance et le racisme, que l’on construit la Paix, puisque par principe d’humanité, on n’attaque jamais un ami. »

Un mot sur la Culture et l’Éducation, comme une évidence pour Thierry FALCONNET, elles sont les seules armes pacifiques pour renverser les montagnes de l’ignorance et toutes les assignations identitaires. C’est ce que la commune répond à celles et à ceux qui estiment trop coûteux, trop dispendieux, les projets de reconstruction du centre de loisirs du plateau, d’extension de la Bibliothèque Médiathèque (future ludothèque et siège de notre direction de la jeunesse) François Mitterrand ou de réhabilitation - reconstruction de l’école des Violettes. Ces ambitieux projets phares d’investissement, en lien avec l’agence nationale de renouvellement urbain et l’État, « Nous les mènerons à terme parce qu’ils sont des investissements d’avenir, éco-exemplaires et indispensables à la population de notre ville»

 

La France, c’est le sens de son Histoire, doit rester une nation animée des valeurs de Justice sociale, de solidarité, de fraternité, de tolérance et d’ouverture, de dignité, de respect des droits fondamentaux, de Paix et - osons le dire - d’Humanité. C’est le sens des décisions et des actions, de la ville de Chenôve car penser et agir au local, c’est également penser et agir au global.

À cet instant de conclusion, Thierry FALCONNET, a  formulé pour chacune et chacun, ses vœux ainsi que ceux du Conseil Municipal de Chenôve, pour cette nouvelle année placée sous le signe de la citoyenneté et de l’émancipation.

« Pour notre ville, des vœux de partage de beaux, bons et joyeux moments entre nous, dans le cadre de nos traditionnelles manifestations populaires, culturelles, sportives, citoyennes, associatives, sociales. A la fois dans tous les quartiers, réunissant toutes les générations et rendues possibles grâce à l’engagement des agents de notre collectivité au nom d’un service public qu’ils ont à cœur d’incarner.

Des vœux de plénitude et de réussite aux nombreux bénévoles qui font vivre pour ne pas dire vibrer les associations de Chenôve, en lien avec nos Offices Municipaux de la Culture, des Sports mais également le Comité d’Entente des Anciens Combattants. Des associations pour lesquelles notre soutien aussi bien moral que financier reste sans faille, puisqu’elles contribuent amplement à notre qualité de vie et notre qualité de ville.

Des vœux pour les acteurs de tous les secteurs de l’économie, de l’entreprenariat et du tourisme de notre territoire, afin que leur développement puisse offrir au plus grand nombre, et particulièrement aux jeunes de notre territoire, l’opportunité d’exprimer leur talent et de s’épanouir professionnellement.

Des vœux à toute la communauté éducative de Chenôve, au proviseur de notre lycée professionnel, aux principaux de nos deux collèges, aux directrices et directeurs de nos 12 écoles, à tous les enseignants, mais aussi et surtout aux lycéens, collégiens et écoliers de nos groupes scolaires.

Des vœux aussi à nos enfants ayant siégé au CPJe qui continueront d’impulser des projets dans notre ville, et des vœux aux nouveaux membres du Conseil des Enfants, installés dans leur fonction pour 2 ans et qui, je n’en doute pas, feront rayonner Chenôve par leur inventivité. Des vœux à vous, leurs parents, qui pouvez être fiers de vos enfants.

Des vœux pour toutes celles et tous ceux à qui nous devons tant qui œuvrent pour la santé, les secours, le monde médical, l’accompagnement social, celles et ceux qui assurent leurs missions régaliennes au sein de nos institutions républicaines, dans le contexte préoccupant d’une société française en mal de confiance et de repères.

Des vœux à tous les amoureux du Sport en cette année d’Olympisme, en espérant que le palmarès de nos champions sera plus heureux que celui de nos rugbymen en 2023. Au-delà des résultats, ce sont les valeurs du sport qui vont être et méritent d’être à l’honneur en France en 2024 et ce sera le cas à Chenôve, « Terre de Jeux » avec, notamment, le break dance, Figure 2 Style et Marlène SPAHR (Warlène) qui aura l’honneur de porter la flamme olympique dans son parcours côte-d’orien.

Des vœux citoyens par lesquels nous retrouverions et garderions ensemble le sens du bien commun, de l’intérêt général - la Res Publica -, le respect de chacune et chacun dans ses convictions, ses pratiques et choix de vie, dès lors que cette liberté n’empiète pas sur celle d’autrui.

Je veux pour conclure formuler, au nom du Conseil Municipal, mes vœux les plus sincères d’optimisme de la volonté et d’espoir - d’invincible espoir, pour reprendre l’expression de JAURES -, que chacune et chacun puisse s’engager, créer, grandir, réussir ses projets, s’épanouir dans ses passions, concrétiser ses rêves. Et vous assurer de mon engagement indéfectible, celui de mon équipe aux qualités olympiques de talent, combattivité et ténacité, dans la politique municipale que nous menons, pour vous et pour que notre ville soit toujours plus belle à vivre. »

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Illectronisme : Chenôve inaugure le cycle des ateliers numériques
Lundi 13 novembre 2023 au CCAS de Chenôve, Christiane Jacquot,...
La cour de l'Hôtel de Ville de Chenôve devient la cour Frida KAHLO en présence de l'Ambassadrice du Mexique en France
Cette année, pour la 6e édition de la Fête de la...
#éducation #attractivité : Thierry Falconnet visite les travaux dans les groupes scolaires de la Ville de Chenôve
Comme chaque année à l’aube de la rentrée scolaire,...
La Ville de Chenôve reconstruit le centre de loisirs sur le Plateau de Chenôve
Équipement historique de la ville, lieu de souvenirs heureux pour...
Chenôve crée le prix de l'engagement associatif et met les bénévoles à l'honneur !
Un prix pour récompenser et surtout valoriser l’engagement...
Deux jours pour fêter le bien vivre ensemble à Chenôve, comme un pied de nez à l'ultra violence !
Et si d’aucuns s’accordent à condamner l’inacceptable,...
Le Cèdre fait rayonner la culture en Côte-d'Or depuis dix ans
Mercredi 28 juin avait lieu la présentation de la 10ème saison...
Chenôve lance une consultation citoyenne pour nommer la cour de l'Hôtel de ville
Dans la lignée du vote pour la Marianne de Chenôve qui avait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *