Quand la musique électro investit Dijon et attend le monde rural

Quand la musique électro investit Dijon et attend le monde rural

Info+ :

Contact :
RISK
Geoffrey Sidoisne, chargé de coordination : geoffrey@riskparty.com
Tout le programme du festival : https://lesirkfestival.com/


03 avril 2024

Du 2 au 30 avril, la ville de Dijon s’anime au rythme de la musique électronique. Pour la 9 ème édition, comme il en a pris l’habitude, le festival le SIRK s’invite dans des lieux où la culture n’a pas l’habitude de citer et espère se faire une place en milieu rural.

Qu’ont en commun le boulodrome, le stade Gaston Gérard, le parc des expositions, le musée de la vie bourguignonne, le cellier de Clairvaux et le Consortium ? Chacun de ses lieux accueillent en ce mois d’avril un évènement du festival de musique électronique le SIRK, organisé par l’association RISK. La neuvième édition du festival a pris ses marques sous les arches du stade habituellement fréquenté par les joueurs du DFCO avec une première soirée. « Cette année, nous aurons six lieux différents pour neuf évènements et une programmation de 30 concerts grâce à 36 artistes, à parité hommes et femmes » détaille Nicolas Giller, dit Konik, directeur artistique du festival et cofondateur du SIRK avec Luc Deren.

Rencontre d’univers
Dijon et ses environs ne disposant pas de lieux culturels dédiés aux musiques électroniques et les sites de musiques actuelles se réduisant progressivement, notamment depuis la fermeture de la Péniche Cancale, les organisateurs transforment cette contrainte en atout. « La musique électronique est née dans les hangars plus que dans les salles. Nous retrouvons les origines pour la faire sortir dans des lieux inhabituels. » Au cours de cette première soirée au stade Gaston Gérard, certains adeptes de la culture l’admettent volontiers : ils franchissent les grilles de lieu dédié au football pour la première fois. Une façon de rapprocher deux mondes peu habitués à se côtoyer. « En organisant une soirée au cellier de Clairvaux, nous amenons aussi un public jeune à découvrir le patrimoine bâti dijonnais. »

Quand électro rime avec écolo
Avec des festivaliers de tous âges et des bénévoles de 20 à 55 ans environ, le SIRK mixe les populations. Chaque année, de 7 000 à 8 000 personnes participent à l’évènement. « Sur une soirée, nous pouvons avoir des jauges de 250 à 1 200 personnes » précise Konik qui insiste sur le souhait du festival de garder des soirées plus intimistes et de ne pas grossir pour rester un festival à taille humaine. Les organisateurs mettent en effet un point d’honneur à faire rimer musique électro avec conscience écolo. L’équipe de trois salariés de l’association RISK s’est associée les services d’une alternante qui se consacre aux questions de RSE et de développement durable. « Nous allons travailler avec des cabinets spécialisés pour mesurer le bilan carbone du festival. »

Des archives électroniques
Mais le SIRK ne se contente pas de faire bouger les amateurs de musique, il entend accroitre la connaissance du public sur la musique électronique. Cette année, les archives municipales et l’association RISK ont imaginé une exposition présentant 30 ans d’histoires culturelles. « Quand la musique électro fait danser Dijon » présentera sur 200 mètres carrés d'exposition et trois espaces d'approfondissements les fondations de la musique électronique dans la capitale des ducs. A côté, les DJ initieront les amateurs de lecture à leur musique à l’occasion d’une sieste musicale organisée à la librairie Grangier le 20 avril.

Demain, la campagne ?
Mais pour les RISK, la musique électronique ne doit pas se réduire à un mois de programmation. Les artistes et membres de l’association poussent régulièrement les portes des maisons de retraite pour faire de la médiation culturelle et initier les plus âgés à ce genre musical, tout en douceur. « Plus on nous propose des endroits incongrus, plus on aime » sourit Konik, également DJ, à l’idée de transporter sa musique dans des églises, des moulins ou n’importe quel lieu original qui sortirait de la Métropole. « On organise déjà des siestes musicales en milieu rural avec des choses douces. Si un maire veut nous proposer un projet, on est à l’écoute ! »

Contact : RISK – Geoffrey Sidoisne, chargé de coordination : geoffrey@riskparty.com
Tout le programme du festival : https://lesirkfestival.com/

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

EDF Commerce, l’ASPTT et l’Ecole de la deuxième chance s’associent pour promouvoir le sport et l’inclusion.
EDF, partenaire premium des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024, signe...
Profitez de l’été à Chenove
Avec « Vacances pour tous », le programme des...
Une flamme pas comme les autres
Partenaire des Jeux olympiques de Paris 2024, la Caisse d’Epargne...
Terres d'Auxois lance un magnet avec QR Code pour faciliter l'accès à l'agenda des fêtes
L’Office de Tourisme des Terres d’Auxois est ravi d'annoncer le...
Concilier social et environnement dans la gestion immobilière
Faire c’est bien mais faire savoir, ce n’est pas mal non...
Inauguration d’une placette de compostage partagé
Dans le cadre du printemps de l’environnement, le Conseil...
La Région Bourgogne Franche-Comté à la rencontre des quartiers prioritaires
Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique en faveur des quartiers...
Orvitis inaugure le nouveau foyer de l’ADAPEI à Fontaine-Française
En présence de Nicolas Urbano, maire de Fontaine Française et de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *