Inauguration du sentier d’interprétation de l’Espace Naturel Sensible du Bois de Montfée

Inauguration du sentier d’interprétation de l’Espace Naturel Sensible du Bois de Montfée

Info+ :

En Côte-d'Or, le Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles et de la Biodiversité (SDENSB) encourage et accompagne les initiatives locales favorables au patrimoine naturel. En savoir plus

 

 


23 mai 2024

La Côte-d'Or bénéficie d'un environnement naturel remarquable. L'atténuation des évolutions climatiques et la lutte contre l'effondrement de la biodiversité sont les défis d'aujourd'hui pour maintenir l'équilibre du territoire de demain. Depuis 1985, les Conseils Départementaux sont compétents pour élaborer et mettre en œuvre une politique de protection des milieux naturels, c'est la politique Espaces Naturels Sensibles dite politique « ENS ». Le Département de la Côte-d'Or, sous l'impulsion de son Président François SDauvadet, s'emploie, aux côtés d'associations et de collectivités, à protéger les sites qui présentent un patrimoine naturel reconnu pour ses qualités écologiques, paysagères ainsi que pour ses services rendus à travers la labellisation « Espaces Naturels Sensibles ». Ce mercredi 22 mai, une convention de partenariat sur 6 ans impliquant 6 signataires dont RTE (Réseau de Transport pour l'Electricité) pour l'entretien par pâturage de la lande acide sous la ligne THT a été signée. L'occasion de découvrir un site sensible remarquable et la politique du Département présentés par Sébastien Sordel Conseiller départemental de la Côte-d'Or.

Propos introductif sur les misssions du Département en matière environnemental

Le Conseil Départemental a adopté par délibération du 26 mars 2018 son second Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles et de la Biodiversité, pour une période de huit ans : 2018-2025. Il affirme ainsi les ambitions de la collectivité en termes de préservation de la biodiversité.
L'action du département en matière de biodiversité permet aujourd'hui de préserver, connaître et faire découvrir un réseau de treize sites labellisés ENS (14 sites d'ici fin juin 2024 et un objectif de 21 sites pour 2027). Elle contribue également à la connaissance, la préservation, la restauration et la visibilité de l'ensemble des milieux naturels de Côte-d’Or, concourant ainsi à l’attractivité du territoire particulièrement réputé pour sa nature préservée et accessible.

 

Carte des 13 ENS labellisées en Côte-d'Or

Sur les Espaces Naturels Sensibles labellisés, le Département va structurer une gouvernance permettant de garantir un ancrage local et une représentation des territoires concernés (élus, usagers...). De même elle permet de gérer en concertation ces milieux remarquables que ce soit pour conduire des actions de restauration des écosystèmes, d'amélioration de la connaissance ou encore de sensibilisation des publics aux richesses écologiques.
Sur ces sites un travail sur le foncier est réalisé avec les propriétaires pour projetter une gestion à long terme permettant la résilience des milieux naturels le cas échéant.

 

Contexte et objectifs de l'ENS de Montfée

"Le Département s’emploie, aux côtés d’associations et des collectivités, à protéger les sites qui présentent un patrimoine collectif reconnu pour ses qualités écologiques, paysagères et ses aménités environnementales qu'il est nécessaire de conserver et de transmettre, notamment à travers la labellisation « Espaces Naturels Sensibles (ENS) ».

Le 1er enjeu du Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles et de la Biodiversité (SDENSB) pour la période 2018-2025, est la préservation de la faune, la flore, des habitats naturels et paysages patrimoniaux de Côte-d'Or dans une démarche concertée avec les partenaires concernés.
Le Bois de Montfée est un Espace Naturel Sensible (ENS) de 142 ha situé sur les communes de Ternant et de Semezanges. Et géré par la Communauté de Communes de Gevrey-Chambertin et de Nuits-Saint-Georges (CCGCNSG) ainsi que l’Office National des Forêts (ONF), en partenariat avec les communes de Semezanges et Ternant et avec le soutien technique et financier du Conseil Départemental et de l’Europe.
Les Hautes-Côtes (délimitées à l’Est par la Côte Dijonnaise et au Nord et à l’Ouest par la vallée de l’Ouche) sont composées d’un sol essentiellement calcaire et donc au pH basique. Dans ce paysage, le Bois de Montfée est un site original car son sol est acide du fait de la présence de roches appelées « chailles ». La faune et la flore sont diversifiées et atypiques sur le territoire car associées à un sol acide. Une ligne électrique THT exploitée par RTE traverse le site transversalement du nord-ouest au sud-est ouvrant le milieu sur une lande acide, habitat rare sur le secteur et identifié comme à préserver au sein de l'ENS.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Gestion de l'ENSBois de Montfée, fin 2022  une convention de partenariat sur 6 ans impliquant 6 signataires dont RTE (Réseau de Transport pour l'Electricité) pour l'entretien par pâturage de la lande acide sous la ligne THT a été signée :
· La Communauté de Communes de Gevrey-Chambertin et de Nuits-Saint-Georges
· L’Agence Bourgogne-Est de l’Office National des Forêts,
· La Commune de SEMEZANGES,
· Le Département de la Côte-d’Or,
· RTE Réseau de Transport d’Electricité,
· Mountain-Farm centre équestre d’élevage de bovins et d’ovin.
Ainsi le centre équestre d’élevage de bovin fait pâturer 3 mois par an 7 Highlands permettant de répondre à la fois aux enjeux de sécurité au regard de la ligne THT ainsi qu’aux enjeux écologiques du site : maintenir ce secteur ouvert pour l’expression de la lande acide.

 

Sébastien Sordel Conseiller départemental de la Côte-d'Or représentait François Sauvadet.
Aprés avoir rappelé l'importance de la conservation des ENS et les spécifités de l'Espace Naturel Sensible du Bois de Montfée, le conseiller départemental a présenté le politique volontariste du Département pour la protection de l'environnement. Puis partant de son expérience personnelle Sébastien Sordel rappelle l'importance de l'action de chacun pour protéger la nature et améliorer son environnement.


"L'inauguration de l'Espace Sensible Naturel du bois de Monfée est un moment important pour notre Département, il atteste de la place que nous voulons donner à la nature et nos paysages.
Cet ENS fait partie de nos treize ENS déjà en place et qui sont des vitrines de ce que la nature peut nous offrir de plus beau dans notre Département. Des lieux où des politiques volontaristes sont menées pour allier les activités humaines en place, l'expression de la nature, tout en permettant une appropriation du lieu par ses habitants.

Ce site de 142 ha situé sur les communes de Semezanges et Ternant à été labélisé en 2017 et est géré par la Com com de Gevrey-Nuits et L'ONF en partenariat avec Le Département de la Côte-d'Or.
Alors au premier regard, c'est vrai, je me suis posé la question de pourquoi mettre en valeur un site avec une telle saignée en son cœur, cette saignée étant la traversée de la ligne RTE indispensable aux activités humaines de nos territoires :
- Déjà, parce qu'il est le bon exemple de la réponse de la nature aux activités humaines, et que même sous cette ligne, la nature s'exprime différemment. Il y a ici est un habitat rare où vivent une faune et une flore diversifiée et atypique.
- Ensuite parce que sur le reste de la surface de cet ENS, il existe une diversité exceptionnelle avec la présence de tous les stades de succession végétale. De la lande à la forêt avec des arbres porteurs de bois mort ou de cavités et tout le cortège de biodiversité qui en dépend.

Nous trouvons ici de beaux emblèmes de la biodiversité :

Côté Ornithologie, nous avons le Pouillot siffleur qui est un passereau remarquable, c'est aussi ici un lieu idéal pour les PIC, ils y sont quasiment tous présents, du Pic épeiche au Pic Vert en passant par le Pic Mar, Pic Mar beaucoup plus rare et que l'on retrouve dans ces grands arbres.


Coté Flore, nous avons par exemple, l'Orchis tachetée mais aussi la Callune, famille des Ericaceae, seul représentant de son genre (C'est la fleur nationale de la Norvège).

Côté Lépidoptères, nous avons le Damier de la Succise, un très élégant papillon qui trouve ici l'ensemble des plantes nécessaires à son épanouissement.
La Fonge y est également très riche, tout comme la faune, nous n'aurons certainement pas la chance de voir un chat sauvage, mais sachez qu'il est là, quelque part.
Tout ce beau monde côtoie les « chailles» ces roches qui caractérisent le site, étendard des sols acides riche en biodiversité alors que « le reste de ce territoire est basique ».

Petite particularité encore, nous sommes ici sur un PSDRF, site d'un « PROTOCOLE DE SUIVI DENDOMÉTRIQUE DES RÉSERVES FORESTIÈRES », ce qui est relativement rare et qui mérite d'être souligné et qui prouve une nouvelle fois la richesse de cette forêt.

Les engagements du Département dans le domaine de la protection de l'environnement.

Nous avons fait récemment un bilan de mi-parcours de notre SDENSB (Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles et de la Biodiversité). Celui-ci s'articule autour de sept grands objectifs déclinés à travers vingt-sept fiches actions. Il affirme ainsi les ambitions de la collectivité en termes de préservation de la biodiversité. Il permet aujourd'hui de préserver, connaître et faire découvrir notre réseau et contribue également à la connaissance, la préservation, la restauration et la visibilité des milieux naturels de Côte-d'Or. Concourant ainsi à l'attractivité du territoire particulièrement réputé pour sa nature préservée et accessible.

Ce sont pratiquement 850 000 euros qui sont dépensés pour accompagner nos partenaires et aménager nos ENS dont 600 000 euros pour en assurer le fonctionnement.

L'objectif est fixé : Nous aurons 21 ENS d'ici la fin du mandat, d'ailleurs lors de la session de juin prochain nous allons valider la labélisation d'un nouveau site, notre 14éme ENS, il s'agit de la sablière de Bressey-sur-Tille en lien avec la Fédération Départementale de Côte-d'Or pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Ce futur ENS prouve une nouvelle fois que d'un lieu qui, comme ici, a subi un impact anthropique, puisque ce sont des gravières exploitées par l'homme. Cela prouve que la nature finit toujours par reprendre ses droits et s'adapte. Puisque à présent les plans d'eau de Bressey sont des zones stratégiques de reproduction des Paludicoles.

Alors puisque nous avons profondément marqué ces sites pour nos besoins, le moins que nous puissions faire, c'est de protéger ses nouveaux écosystèmes spontanés, comme cela est à présent fait ici.

Je profite de l'occasion qui m'est donnée pour remercier les membres du COPIL de cet ENS pour leur travail et leur collaboration, je veux également remercier RTE qui a choisi un mode de gestion alternatif pour l'entretien réalisé sous la ligne, notamment avec la collaboration de la Mountain-Farm et leurs Highlands.
Vous prouvez par votre action qu'un aménagement de cette ampleur peut apporter une autre forme de vie du moment que l'on mette en place la bonne gestion pour laisser la nature s'y exprimer.

Evoluer pour changer notre comportement et protéger la nature

Enfin, quelque chose de plus personnel, je voudrais remercier mon épouse pour m'avoir accompagné aujourd'hui. Alors, si je vous dis cela, ce n'est pas par hasard, c'est que j'ai un message à vous faire passer.
Elle est titulaire d'un diplôme de Gestion et de Protection de la Nature. Un mariage entre l'agriculteur que je suis et une protectrice de la nature. Aujourd'hui, je vous garantis que ce n'est pas contre nature, nous sommes complémentaires. Nous avons changé et nous changeons progressivement nos manières culturales pour permettre à la nature de s'exprimer.

Ce qui est bon pour la nature, l'est forcément pour l'homme.

Il est évidement que nous pouvons tous changer nos manières de faire, pour améliorer notre environnement. Pierre RABHI a écrit « Seul le changement individuel par l'éveil de la conscience nous sauvera », nous l'avons fait, nous pouvons tous le faire, nous devons tous le faire.

Pour terminer, je voudrais que nous n'oubliions jamais que la nature, elle ne ment pas. Le mensonge est un défaut propre à l'homme, nous cachons parfois notre souffrance derrière des subterfuges pour nous cacher la vérité.
La nature, elle, est vraie, elle nous montre quand elle souffre pour nous alerter et sait nous émerveiller quand elle rayonne.

Arrêtons de nous mentir, Inspirons-nous plutôt d'elle, apprenons à l'écouter, apprenons à mieux la comprendre, de cette manière nous ne pourrons que tendre à plus de sérénité. Nous pourrons alors que mieux vivre dans ce milieu qui est le nôtre, celui de la nature et de l'homme."

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Trophées Génération Ecollège, les collèges de Côte-d’Or s’engagent pour le développement durable
C'est au collège Le Parc à Dijon qu'ont été remis...
Le Département de la Côte-d’Or déploie la technologie ON’connect switch™ dans tous ses collèges pour préserver la ressource en eau
L'eau est devenue un bien rare et doit être préservée en...
Soirée de célébration des médaillés Côte-d’Oriens du Concours Général Agricole au Salon International de l'Agriculture
Lundi 13 mai, les participants Côte-d’Oriens au Concours...
Une soirée pour consacrer un territoire et sa marque "Savoir Faire 100% Côte-d'Or"
Lancée lors de l’édition 2019 de la Foire Internationale et...
Ne dites plus l'A38 mais "La Côte-d'Orienne"
"Le réseau routier dans un département est un...
Etre bien accompagné pour bien vieillir en Côte-d'Or !
Avec plus de 150 000 personnes de plus de soixante ans en...
Tour de France : 51 maires des communes traversées mobilisés pour le Tour en Côte-d’Or
Dans 90 jours exactement, 177 coureurs du Tour de France traverseront 51...
Déploiement du THD en Côte-d'Or... C'est bientôt terminé
Alain Lamy et Charles Barrière, vice-présidents du Conseil...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *