Un nouvel accord-cadre agricole 2015 - 2019

06 novembre 2014

Cet accord-cadre définit le partenariat entre le Conseil Général de la Côte-d'Or et la Chambre d’Agriculture de Côte-d’Or pour les cinq prochaines années. Il organise la répartition des 15 millions d’euros d’aides que le Département s’engage à apporter à l’agriculture de Côte-d’Or de 2015 à 2019 et intègre tous les enjeux auxquels est confrontée l’agriculture Côte-d’Orienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans sa  dimension économique cet accord cadre doit apporter un soutien aux outils de production et aux filières économiques de proximité,

 

Dans sa dimension environnementale il est là pour préserver les ressources et l’accompagnement des exploitations qui auront à relever les défis d’une production durable en innovant au quotidien, en adaptant leur fonctionnement et en optimisant leurs systèmes de production.

 

Dans sa  dimension sociale et sociétale il devra faciliter la transmission des exploitations et l’installation des nouvelles générations d’agriculteurs, mais aussi l’accompagnement des changements tels que : L’expérimentation, l’agriculture biologique, les circuits locaux de production et de distribution.

 

Le nouvel accord-cadre s’inscrit dans le cadre des objectifs de la Loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt sous le générique « Relever les défis de la compétitivité tout en assurant la sécurité alimentaire pour les consommateurs et la réduction des impacts des activités agricoles sur les milieux naturels »..

 

Un nouvel accord-cadre agricole 2015 – 2019Un nouvel accord-cadre agricole 2015 – 2019

 

Les débats d’une réunion qui affichait complet ont été ouverts par Vincent Lavier, président de la Chambre d’Agriculture se félicitant de la délocalisation de cet évènement au cœur d’une exploitation et non plus dans une salle dijonnaise. Avant toute chose Vincent Lavier a souhaité faire le bilan d’une campagne qui se termine « De manière générale, hors viticulture, l’agriculture Côte d’Orienne ne dégagera pas de revenu cette année…et pire encore le déficit engendré pourrait mettre des années à se résorber… Cependant, une fois n’est pas coutume les exploitations laitières s’en sortent mieux grâce à la remontée des prix du lait. L’élevage allaitant risque de rechuter dans la crise et l’embellie des prix sur la viande il y a 2 ans n’est plus qu’un lointain souvenir ». Fort de ce constat visant la sinistrose, Vincent Lavier a formulé le souhait que tout soit mis en œuvre collectivement pour accompagner toutes les exploitations et plus encore celles qui connaissent de grandes difficultés. L’évolution des conditions climatiques conjuguée à la baisse des soutiens de la PAC rendent les systèmes d’exploitation  beaucoup plus vulnérable.

 

François Sauvadet, président du Conseil Général a bien sur rebondi sur un sujet qui tient particulièrement à cœur à cet homme attachée à la terre et ses terroirs. Il a évoqué la concordance des projets d’orientations-actions avec celle des différents plans concertés et élaborés avec les acteurs locaux du monde agricole, notamment ceux retenus dans le PRAD (plan régional de l’agriculture durable). Le Conseil Général soutiendra, volontairement, une filière économique moderne et performante dans un cadre respectueux de l’environnement où la place des jeunes et de l’innovation doit être une priorité.

 

François Sauvadet a ensuite présenté le document de travail destiné à finaliser l’Accord Cadre 2015/2019 aux alentours de mie décembre. Les 5 axes sont déclinés en orientations elles mêmes classées par actions, enjeux, objectifs et indicateurs précisant pour chaque orientation les rôles impartis à la Chambre d’Agriculture, à la Fédération CUMA Bourgogne (Coopératives d'Utilisation de Matériel Agricole), au Conseil Général ainsi qu’à l’Union National des chevaux « Traits Auxois »

 

Les 5 axes proposées ont largement été débattus par de nombreux intervenants comme Marc Frot, Conseiller Général, Jean Pierre Fleury président de la Fédération nationale bovine et éleveur de charolais installé en Côte d’Or, François Xavier Lévêque, président de jeunes Agriculteurs, âgé de 28 ans, agriculteur à Bressey-sur-Tille travaillant avec ses parents et bientôt son frère sur une exploitation orientée productions végétales (colza, blé, orge, moutarde, oignon, en partie irriguées, Ghislaine Verstraete, vice présidente dela Chambre d’Agriculture en charge des dossiers de diversification et de l’agrotourisme, Vincent Delatte président du Crédit Agricole de Champagne-Bourgogne et bien sur par les exploitants accueillant Hubert Mony et son épouse à la tête d’un cheptel de 500 brebis.

 

Les 5 axes et leurs orientations à finaliser avant début 2015 seraient

 

  1. L’agriculture durable et son développement dont les orientations seraient « Aider les investissements productifs dans les exploitations » « « Développer les micro-filières et valoriser les filières locales » «« Soutenir la qualité des cheptels »
  2.  Protéger les ressources et le milieu naturel dont les orientations seraient « Aider les investissements non productifs » « Adapter les pratiques agricoles » «  Maitriser les usages collectifs de l’eau »
  3. L’aménagement du territoire dont les orientations seraient «  Aménager le foncier agricole et faciliter les échanges » « Protéger les terres de l’artificialisation » « rapprocher les territoires et les usagers »
  4. Relever les défis sanitaires dont les orientations seraient « Protéger la santé animale » « Instaurer des réseaux de vigilance et d’accompagnement » « Consolider les missions des partenaires et des organisations sanitaires »
  5. Renouvellement des générations et avenir des exploitations dont les orientations seraient « Développer l’usage des NTIC dans les exploitations » « Favoriser les reprises-installations et les créations d’emploi » « Renforcer les groupements d’employeurs » « Soutenir les acteurs et les manifestations agricoles » 

A l’issue de cette réunion Vincent Lavier a salué l’encouragement représenté par l’engagement du Conseil Général considérant que les gens croient encore dans l’agriculture du département et ont envie de l’accompagner. François Sauvadet a adressé un message fort à l’agriculture et la viticulture qui traversent des épreuves compliquées souhaitant accompagner l’agriculture pour lui permettre de se voir un avenir par les 15 millions d’euros qui représentent un véritable effort du Département à l’heure où les finances publiques sont tendues et un choc de 20 millions d’euros de baisse. Pour trouver les fonds nécessaires à cet effort François Sauvadet affirme « qu’il faut baisser nos dépenses de fonctionnement, revoir nos partenariats dans l’aide sociale et accentuer la lutte contre la fraude »

 

Un nouvel accord-cadre agricole 2015 – 2019Une visite de la bergerie modèle du domaine de l’Abrepin clôturait cet après midi de travail

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.